Bon-Nant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nant (homonymie) et Marc Bonnant.
le Bon-Nant
Le Bon-Nant en amont du village des Contamines.
Le Bon-Nant en amont du village des Contamines.
Caractéristiques
Longueur 23,3 km [1]
Bassin ?
Bassin collecteur le Rhône
Débit moyen ? (Les Contamines)
Régime glaciaire
Cours
Source source
· Coordonnées 45° 44′ 10″ N, 6° 42′ 17″ E
Confluence l'Arve
· Coordonnées 45° 54′ 45″ N, 6° 42′ 00″ E
Géographie
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Haute-Savoie
Régions traversées Auvergne-Rhône-Alpes

Sources : SANDRE:« V0020560 », Géoportail

Le Bon-Nant est le torrent, affluent de rive gauche de l'Arve, qui coule dans le Val Montjoie aux Contamines et conflue à Saint-Gervais en Haute-Savoie. Parfois (mais rarement) orthographié Bonnant, la première partie de son cours sous le col du Bonhomme est appelée Nant-Borrant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Bon-Nant à Saint-Gervais-les-Bains.

La vallée du Bon-Nant a donc été, dès le Ier siècle, un lieu de passage (col du Joly, col du Bonhomme, col de la Seigne), et de pâture, connue sous le nom de Val Montjoie, bastion avancé du Faucigny, qui rejoint ensuite le comté de Savoie.

Dans la nuit du 12 juillet 1892, une poche d'eau accumulée sous le glacier de Tête Rousse se rompt d'un seul coup, des milliers de mètres cubes d'eau s'engouffrent dans la combe de Bionnassay, détruisent en partie le village de Bionnay, avant de s'enfoncer dans la gorge du Bon-Nant. L'établissement thermal qui se trouve au débouché de la gorge est emporté par la force du torrent qui charrie avec lui de la boue et des rochers. Le bâtiment est complètement détruit et l'on compte près de deux cents victimes dans la vallée.

Alimentation et équipement[modifier | modifier le code]

De 23,3 km de longueur[1], l'alimentation principale du Bonnant est la fonte des glaciers, ce qui fait que l'étiage d'hiver y est très accusé, bien qu'une partie moyennement boisée du bassin fournisse en tous temps des réserves. Le Bon-Nant a été équipée très tôt sous la forme d'une première chute, exploitée pour l'éclairage électrique de Saint-Gervais-les-Bains et du Fayet puis dès 1908 pour la production électrique par la société ancêtre d'Ugitech. La puissance moyenne annuelle utilisée est alors de 8000 chevaux au Fayet et de 3000 à Bionnay.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - Torrent le Bon Nant (V0020560) » (consulté le 9 décembre 2012)