Val Montjoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Val Montjoie
Vue du val Montjoie depuis le Cey.
Vue du val Montjoie depuis le Cey.
Massif Massif du Mont-Blanc / Massif du Beaufortain (Alpes)
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Communes Les Contamines-Montjoie, Saint-Gervais-les-Bains
Coordonnées géographiques 45° 51′ nord, 6° 44′ est

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Val Montjoie

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Val Montjoie
Orientation nord
Longueur 23,3
Type Vallée glaciaire
Écoulement Bon-Nant
Voie d'accès principale Autoroute A40 et D 339

Le val Montjoie ou vallée de Montjoie ou encore vallée du Bonnant[1] est une vallée française de Haute-Savoie, située dans la province historique du Faucigny, dans le massif du Mont-Blanc et dans laquelle coule le Bon-Nant.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de « montjoie » désigne un pilier en pierre érigé pour baliser un chemin ou « colline, hauteur ; tas de pierres ; monceau, tas, amas, quantité considérable »[2]. Il s'agit du nom de la seigneurie — mentionnée en 1288 sous la forme Mons Gaudii — recouvrant ce territoire, qui serait passé à la vallée[2] (Valmonsjovis, Valmonjoie[3]).

Géographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le val Montjoie est une région de petite superficie, qui concentre un grand nombre d’activités, sportives ou récréatives, et où la randonnée peut aussi bien être familiale et facile que sportive. Le parcours offre une multitude de paysages : cascades et gorges que l'on surplombe en franchissant plusieurs passerelles, prairies, forêts, fermes et villages, sans oublier le panorama ouvert sur le mont Blanc, l'aiguille de Bionnassay et les dômes de Miage. La principale agglomération est Saint-Gervais-les-Bains.

À l'est de la vallée c'est le domaine de la haute montagne avec les dômes de Miage (3 673 m) et l'aiguille de Bionnassay (4 052 m), tous deux situés dans le massif du Mont-Blanc. À l'ouest, la station de sports d'hiver des Contamines-Montjoie s'étend sur les flancs du mont Joly (2 525 m) et permet de rejoindre le domaine skiable de Hauteluce par le col du Joly. Le sommet des pistes situé à la tête du Véleray offre ainsi un panorama sur le massif du Mont-Blanc, la chaîne des Aravis et la vallée du Beaufortain. Au sud, une voie dite romaine mène au col du Bonhomme qui conduit à l'Italie. Cette voie mène aussi au refuge de la Balme, au col de la Fenêtre et aux lacs Jovet.

Cette petite vallée entre Saint-Gervais-les-Bains et le col du Bonhomme où coule le Bon-Nant, qui se déverse dans l'Arve, se termine dans la chapelle de Notre-Dame-de-la-Gorge, tout au fond de la vallée des Contamines-Montjoie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vallée est occupée par les Ceutrons, tandis que les Allobroges sont installées dans la vallée de l'Arve[4]. L'accès à la vallée, et surtout au col qui permet de rejoindre la Tarentaise, est protégé par les positions fortifiées du Châtelard, sur le sommet des Gures (entre Chedde et Servoz), et dans le bois des Amerans, surplombant le Bon-Nant[4].

Le val Montjoie appartient dés sa création au IVe siècle au diocèse de Genève[5]. Il relevait auparavant à celui de Tarentaise[5]. Ce basculement permet de fixer dés cette période la frontière entre le Faucigny et la Tarentaise au col du Bonhomme[5]. Les deux vallées relevant à des puissances féodales distinctes, d'un côté les sieurs de Faucigny, de l'autre les évêques puis archevêques de Tarentaise, puis la maison de Savoie[5]. Les Faucigny sont ainsi les suzerains des seigneurs de Montjoie, dont le centre se trouve au château des Contamines[5]. La première mention de ce château remonte cependant en 1277[5].

Les migrations de population de la vallée sont attestés dés le XIVe siècle[6].

Le développement touristique de la vallée débute en 1806 avec la découverte de sources thermales au Fayet[7]. Les villages de Saint-Gervais et des Contamines se transforment pour devenir des communes touristiques, notamment avec le développement de stations de sports d'hiver[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Besson, La Vallée de Montjoie. Le site et son histoire. Vieilles demeures et vieilles coutumes, Publibook (réimpr. 2007) (1re éd. 1932) (ISBN 978-2-74833-548-4, lire en ligne)
  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes : Le Faucigny, Roanne, Éditions Horvath, , 619 p. (ISBN 2-7171-0159-4), p. 383-445, « Le canton de St-Gervais-les-Bains »..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire des communes savoyardes 1980, p. 383.
  2. a et b Henry Suter, « Montjoie », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch, 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 4 novembre 2016).
  3. « Note sur la voie romaine qui traversait Passy en Faucigny », Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, volume2, page 20 (Lire en ligne).
  4. a et b Histoire des communes savoyardes 1980, p. 385-386.
  5. a b c d e et f Histoire des communes savoyardes 1980, p. 386-388.
  6. Histoire des communes savoyardes 1980, p. 392-393.
  7. a et b Histoire des communes savoyardes 1980, p. 393-395.