Comté de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Savoie (homonymie).
Comté de Savoie

Fin Xe siècle/début du XIe siècle – 1416
(413 ans)

Blason
Devise : FERT
Description de cette image, également commentée ci-après
Le comté de Savoie (Savoie Propre) vers les XIIe et XIIIe siècles dans le domaine des comtes de Savoie
Informations générales
Statut Comté du Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire (1032-1416)
Capitale Aiguebelle (XIe-XIIe)
Montmélian (XIIe-1295)
Chambéry (1295-1416)
Langue franco-provençal[1]
(Savoyard)
Français (Cour, marchands)[1]
Religion catholicisme
Histoire et événements
1003 Humbert qualifié de comte. Ce dernier reçoit également le comté de Sermorens.
1018 Obtention du comté de Nyon et du comté de Belley.
1024 Acquisition du comté d'Aoste.
1032 Acquisition du Chablais.
1032-1034 Guerre de succession de Bourgogne : à la mort sans postérité de Rodolphe III, Conrad II du Saint-Empire hérite du trône de Bourgogne.
1038 Obtention du comté de Maurienne.
1046 Acquisition par héritage de la marche de Turin et de la marche de Suze.
1082 Contrôle du comté de Tarentaise.
1207 Acquisition de la seigneurie de Piémont et du Pays de Vaud.
1226 Thomas Ier de Savoie devient vicaire impérial de Lombardie.
1232 Achat de la cité de Chambéry.
1349 Amédée VI de Savoie devient vicaire impérial d'Arles.
1361 Le comté de Savoie ne dépend plus du Royaume d'Arles, mais directement du Saint-Empire.
1388 Acquisition du comté de Nice.
1401 Obtention du comté de Genève.
19 février 1416 Élévation du comté en duché par l’empereur Sigismond Ier du Saint-Empire.
Comte de Savoie
(1er) v.1003-v.1047 Humbert Ier de Savoie
(Der) 1391-1416 Amédée VIII de Savoie

Entités suivantes :

Le comté de Savoie est un comté féodal, faisant suite à une ancienne division de la Sapaudia et du royaume de Bourgogne. Il correspond à la province savoyarde de la Savoie Propre, créée au XVIIIe siècle. L'empereur Sigismond Ier érige le comté de Savoie en duché le .

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le comté de Savoie est issu du fractionnement de la Sapaudia gallo-romaine, puis de la Saboia carolingienne[2],[3].

Ce territoire est souvent confondu avec ce que l'on nomme les États de Savoie, l'ensemble des possessions appartenant aux comtes Humbertiens, futurs comtes de Savoie. Ce territoire bien plus étroit est situé sur les deux rives de la vallée de l'Isère entre la cité de Conflans et Chapareillan (Dauphiné), et remontant le val du Bourget jusqu'au lac, avec pour limites septentrionales Aix et Pugny-Chatenod, ainsi que les Bauges suivant le col de Plainpalais, et le col de Tamié[4],[5]. Il correspond donc aux vallées et leurs contreforts de l'actuelle Combe de Savoie, du Val du Bourget et des Marches.

Pagus Savogensis à l'époque carolingienne.
Pagus Savogensis (la Sapaudie ou la Savoie propre) sous l'époque carolingienne (VIIIe siècle) et les pagi voisins

Le futur comté de Savoie est en contact

Le territoire se situe sur les principaux axes reliant les grandes cités régionales que son Vienne, Grenoble, Lyon et Genève et lui conférant ainsi un intérêt stratégique. Sa situation lui permet également de contrôler la confluence entre les vallées de l'Arc et de l'Isère, soit l'un des axes entre le royaume voisin de France et la péninsule italienne.

La titulature des comtes varie selon les périodes, entre comte en Maurienne (au XIe siècle) et comte de Savoie (au cours du XIIe siècle), ce dernier s'impose à partir du XIIIe siècle. Cette évolution donne une autre dimension géographique à ce comté, notamment en raison de la politique comtale de contrôle de terres au-delà des limites des anciens pagus.

Composantes[modifier | modifier le code]

Territoire du XIe au XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Les territoires ainsi contrôlés par les Humbertiens pour la période du XIe au XIIe siècles sont[6] :

Ils ont également une influence sur les territoires voisins de par leurs possessions propres ou leur rôle de puissance régionale[6] : Valais, Vaud, comté de Tarentaise, comté de Genève, baronnie de Faucigny ou encore la seigneurie de Thoire Villars.

Territoire au début du XIVe siècle[modifier | modifier le code]

En début du XIVe siècle, le comté s'organise autour de bailliages suivants[7] :

Auxquels s'ajoutent les possessions sur le versant italien : Pignerol, Turin, Ivrée, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Savoie.

Six actes, provenant des cartulaires de Notre-Dame de Grenoble, de Saint-Martin de Savigny et de Saint-Maurice de Vienne, ainsi que les chartriers du prieuré du Bourget et de l'abbaye de Novalaise, mentionnent ce territoire entre la fin du Xe siècle et 1036[Note 1]. Cependant, l'appellation diffère selon les documents. On trouve ainsi les mentions de ager Savogensis, de pagus Savogensis ainsi que comitatus Savogensis[4],[11]. Toutefois, les premières mentions du territoire, sans parler de comté, remontent au VIIIe siècle dans le testament du patrice Abbon (en 739) puis dans Divisio regnorum ou Divisio imperii de Charlemagne (en 806)[3]. Dans ce dernier document, la vaste Saboia carolingienne se confond avec le pagus plus petit du XIe siècle[3]. Dans la donation de Lothaire II à sa femme Ermengarde, en 866, aucune mention directe au pagus n'est faite si ce n'est celles de cités (Chavord, Lémenc et Aix)[3]. Cela pourrait indiquer que l'ensemble appartient à l'empereur Louis[3]. Ce territoire est donc réduit à une petite partie de l'ancien décanat de Savoie, regroupant les mandements d'Aix, de Chambéry, de Montmélian et de La Rochette. Le décanat dépendait de l'évêché de Grenoble, dans le Dauphiné.

D'après Léon Menabrea, le pagus compterait pas moins d'une soixantaine de feudataires[12],[13]. Les deux familles les plus puissantes du comté sont les vicomtes de Chambéry, qui contrôlent les terres entre Aix et Saint-Cassin, soit le carrefour des routes en provenance des cités de Grenoble, Vienne, Lyon et Genève[14], et les Miolans, qui de leur château dominent la confluence de l'Arc et de l'Isère[15]. Cette famille possède d'ailleurs le château de Charbonnières en Maurienne, qui sera l'un des centres politiques de la future maison de Savoie[15]. Toujours d'après Ménabréa, le comté de Savoie n'appartient pas directement à Humbert aux Blanches Mains, comme souvent prétendu ; l'évêque de Grenoble y jouit aussi de prérogatives. L'étude plus récente du comté, par Bernard Demotz, démontre que Humbert est qualifié en 1003 de comte, sans mention[16], mais détenant des droits dans le comté de Savoie, en raison de sa proximité avec la reine de Bourgogne Hermengarde ou Ermengarde[17].

Le Comté de Savoie au sein du Royaume d'Arles vers 1250.

À la fin du XIIe siècle, en son début de règne, le comte Thomas Ier hérite d'un vaste territoire, presque compact, à cheval sur les Alpes et dont ses ancêtres ont assuré le contrôle grâce à un peu plus d'une vingtaine de places fortes[18]. La place de Roussillon garde le Bugey, ainsi que les châteaux d'Angeville (Lompnes) et de Virieu-le-Grand, le reste du territoire étant placé sous l'autorité des vassaux, la famille de Beaujeu et peut-être celle des Seyssel. Sur le Rhône, Pierre-Châtel, Yenne, et peut-être Tolvon (à proximité de Voiron), contrôlent les différents passages. Les routes et ponts de l'avant-pays savoyard — la Novalaise — permettant de rejoindre Chambéry et la Savoie Propre, sont eux aussi sous la coupe des de Savoie aux points stratégiques que sont Les Échelles, ainsi que Saint-Laurent-du-Désert et Saint-Genix sur le Guiers. D'ailleurs, dans le comté de Savoie, les comtes prennent soin de la citadelle de Montmélian, capitale tant militaire qu'administrative du comté, qui domine le passage entre les grandes vallées intra-alpines et le Dauphiné voisin. Dans le massif voisin des Bauges, le contrôle est assuré par la place du Châtelard. Face au comté de Genève, Ugine se trouve aux débouchés du Val d'Arly et de la cluse de Faverges, complété en aval par Tournon. Dans la vallée de Maurienne, berceau de la famille, le château d'Hermillon est le centre du comté et le passage par le col du Mont-Cenis est sous leur protection direct. De l'autre côté, en Val de Suse, les comtes détiennent depuis Adélaïde de Suse, les châteaux d'Aveillane et de Suse. En Tarentaise, si le comté est placé sous l'autorité des archevêques indépendants et placés directement sous l'autorité impériale, les comtes possèdent les châteaux de Charbonnières à Aiguebelle, de Melphe à Salins et détiennent le haut de la vallée avec la Val d'Isère, permettant l'accès au col du Petit-Saint-Bernard (Colonne de Joux) et au val d'Aoste. Au-delà du col, la domination de la vallée repose sur la mainmise sur les châteaux de Châtel-Argent et de Challant (château de Ville), permettant aussi de rejoindre la Valdigne. Enfin, dans la plaine du Piémont, les places fortes de Pérouse et de Miradol terminent le quadrillage de ces États contrôlés par la maison de Savoie. Il semble, par ailleurs, que les comtes à cette période possède toujours une seigneurie en Viennois avec Saint-Symphorien-d'Ozon[18].

Le comte Thomas Ier et ses successeurs tentent de maintenir cette unité et d'étendre leur pouvoir sur les cols voisins du Jura ou des Alpes du Sud. Cependant, ils se trouvent à proximité de maisons tout aussi puissantes : en Bugey et en Bresse, les seigneurs de Thoire et Villars ; enclavés, les comtes de Genève et leurs alliés, les maisons de Gex et du Faucigny, et à l'Ouest les comtes d'Albon puis dauphins de Viennois[18].

Organisation du comté[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Les comtes de Savoie s'entourent très rapidement de conseillers, généralement issus de la noblesse, et dans une moindre mesure des ecclésiastiques[19], il forme ainsi la Cour (curia comitis)[20]. Leur expertise intervient tant dans la gestion du comté, que dans les affaires féodales, de haute justice, des finances mais aussi de la diplomatie[19]. Ils ont aussi un rôle lors de mariage ou encore pour remplacer le comte en cas d'absence[19].

Les règnes de Pierre II de Savoie (1263-1268), puis de son frère, Philippe Ier de Savoie (1268-1285) sont marqués notamment par un renforcement de la centralisation et de l'organisation de l'administration comtale. À leur suite, le comte Aymon créé en 1329 un « conseil résident » installé à Chambéry qui s'applique à régler les affaires de la justice courante[21].

À partir de la fin du XIIe siècle, les comtes de Savoie adoptent une gestion de leurs terres en se reposant sur les châtelains, qui jusqu'alors étaient des seigneurs, parfois vassaux du comte, et qui sont désormais des « officiers, nommés pour une durée définie, révocables et amovibles »[22]. La première mention d'un châtelain se trouve dans le Val de Suse, vers 1170, avant de se développer dans la partie lémanique, puis se généraliser à l'ensemble du comté sous le règne du comte Pierre II de Savoie[22], qui avait adopté cette organisation pour ses terres personnelles[23]. Ces hommes sont souvent choisis dans les familles de haute noblesse, souvent des cadets, ou de la haute bourgeoisie. Sous l'influence anglaise, ils vont adopter le système des bailliages qui regroupent un nombre de châtellenies plus ou moins grands avec à leur tête un bailli, qui réside dans la principale châtellenie à partir du XIIIe siècle[24],[7], au cours des années 1250-1260[25]. Le rôle de châtelain explique en partie, mais cela évoluera dans le temps, que l'une d'entre-elles deviennent le centre du bailliage[26]. En effet, le centre du bailliage dépend du personnage qui l'occupe. Les châtelains vont être secondés par des fonctionnaires spécialisés tels les lieutenants, les receveurs ou encore les juges au cours des siècles suivants[24].

En 1324, au lendemain de la mort du comte Amédée V, l'organisation du comté repose autour de 77 châtellenies, réparties entre huit bailliages : Savoie (ou Savoie Propre) (17), Novalaise (7), Viennois (10), Bresse (9), Bugey (6), Chablais (10), val d'Aoste (6), val de Suse (6)[27]. En 1343, le nombre de châtellenies passe à 94[26].

Du XIIIe au XIVe siècle, le bailliage de Savoie, appelé aussi Savoie Propre, compte parmi les principaux bailliages des États de Savoie avec comme chef-lieu Montmélian, qui « se posait là comme la clef des Alpes »[28], (et non Chambéry). En effet, ce bourg possède une forteresse naturelle très vite transformée en citadelle, lui permettant de contrôler la combe de Savoie (débouché naturel de la Tarentaise et de la Maurienne), et au loin les Marches donnant accès au Dauphiné, ainsi qu'un pont sur l'Isère. Ce bailliage regroupe selon les périodes entre quatorze et dix-sept châtellenies[29].

La justice[modifier | modifier le code]

La justice du comté est rendue par un Conseil suprême composé de grands personnages issus de la noblesse, du clergé et d'hommes de loi (les jurisconsuls)[29]. Cette cour de justice est itinérante et suit les déplacements du prince[29]. Durant le règne du comte Aymon, une cour permanente de justice est installée en 1329 à Chambéry, elle prend le nom de « Conseil souverain »[30]. Celle-ci perdure avec l'érection du comté en duché, jusqu'à sa disparition en 1536[29].

Organisation ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Du point de vue de l'organisation ecclésiastique, la partie Savoie propre correspond à l'ancien décanat de Saint-André ou de Savoie, qui recouvre une réalité géographique différente que la délimitation politique[2],[30]. Il est l'une des quarte circonscriptions du diocèse de Grenoble[30],[31], constitué de 66 paroisses situées, selon un « pouillé de l'église de Grenoble dressé en 1497 »[30],[31], principalement en Savoie, ainsi que quelques-uns en Dauphiné (en Grésivaudan).

L'évêché, puis de l'archevêché de Tarentaise est une province ecclésiastique dont relève les évêques de Sion et d'Aoste. La partie nord du comté quant à elle relève du diocèse de Belley.

Titre comtal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des comtes et ducs de Savoie.

Bien que l'on associe les Humbertiens (XIe au XIIe siècles), à l'origine de la maison de Savoie, au titre de comte de Savoie, celui-ci n'est mentionné qu'à partir de 1143[32]. Les comtes Humbertiens portaient au XIIe siècle le titre de Maurienne[32]. Le titre de « comte de Savoie » est transmis, à partir du XIIe siècle, de façon héréditaire, de mâle en mâle et par ordre de primogéniture, au sein de la maison de Savoie, respectant ainsi la loi salique qui exclut les femmes[33]. Le rôle de celles-ci, comme celui des bâtards, est très tôt pris en compte dans le règlement des successions du comté. Ceux-ci reçoivent généralement une terre en apanage ou un fief-lige[33]

Au XIe siècle, les Humbertiens semblent posséder des droits sur le comes Savogensium ou Savogensis (comté de Savoie), ils ne commencent à porter le titre comtal qu'à partir du milieu du XIIe siècle[34]. En effet, le titre apparaît pour la première fois en 1143, se substituant ou complétant celui de comte de Maurienne[35],[36], en même temps que l'utilisation de la croix sur la bannière. Cette dernière semble être une évocation de la croix portée par le saint patron du comté, Maurice d'Agaune[37].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il y a six différents actes, dont on conserve une copie, qui dont la mention du comté de Savoie[4],[10]. Les documents sont :
    • Cartulaires de l'église cathédrale de Grenoble, Notre-Dame de Grenoble (v. 976-1031), Chartularium B, n° CXVIII : « comitatu Savogensi » ;
    • Cartulaire de l'abbaye de Savigny (1013), abbaye Saint -Martin de Savigny, n°582 : « in agro Savogensi » ;
    • Regum Burgundia e stripe Rudolfina diplomata et acta n°108, d'après le cartulaire de Saint-Maurice de Vienne (1016) : « in comitatu Savoignese », « in pago Gratiopolitano vel Savoiense » (deux mentions) ;
    • Archives du prieuré du Bourget (v. 994-1048) : « in comitatu Savogensi » (cité par Samuel Guichenon, Histoire de la royale Maison de Savoie, t. III, p. 5) ;
    • Monumenta Novaliciensia vetustiora, Abbaye de la Novalaise, t.I, n°LXVIII, (1036) : « in pago Savogiense ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Demotz 2000, p. 306.
  2. a et b Bernard Demotz, « La frontière au Moyen Âge d'après l'exemple du comté de Savoie (début XIIIe - début XVe siècles) », Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, vol. 4, no 4,‎ , p. 95-116 (lire en ligne).
  3. a b c d et e Ducourthial 2008, p. 210-214.
  4. a b c et d Ducourthial 2008, p. 214-217.
  5. André Perret, Article « Des particularismes territoriaux à la notion de "patrie" savoyarde depuis le Moyen Âge », La Savoie, Identités et Influences, Le Bourget-du-Lac, Actes du XXXe Congrès des Sociétés Savantes de Savoie, , p. 49.
  6. a et b Histoire de Savoie 1984, p. 27.
  7. a et b Ruth Mariotte Löber, Ville et seigneurie : Les chartes de franchises des comtes de Savoie, fin XIIe siècle-1343, Librairie Droz - Académie florimontane, , 266 p. (ISBN 978-2-60004-503-2, lire en ligne), p. 8
  8. Michèle Brocard, Lucien Lagier-Bruno, André Palluel-Guillard, Histoire des communes savoyardes : Chambéry et ses environs. Le Petit Bugey (vol. 1), Roanne, Éditions Horvath, , 475 p. (ISBN 978-2-7171-0229-1, lire en ligne), p. 353. ([PDF] lire en ligne).
  9. Demotz 1974, p. 279.
  10. Les différents actes sont étudiés aussi dans le volume 3 de la thèse de Laurent Ripart, « Les fondements idéologiques du pouvoir des comtes de la maison de Savoie (de la fin du Xe au début du XIIIe siècle) », Université de Nice, 1999, 3 volumes (sous la direction d'Henri Bresc).
  11. Mention faites dans la « donation d'Arbin par l'évêque de Maurienne au monastère de Savigny (1022) », in Revue savoisienne, Académie florimontane, 1867, p.51. Ou encore dans le capitulaire appelé testament de Charlemagne.
  12. Léon Menabrea, « De la marche des études historiques en Savoie et en Piémont, depuis le XIVe siècle jusqu'à nos jours, et des développements dont ces études seraient encore susceptibles », Mémoires, vol. IX, no 1,‎ , p. 354 (lire en ligne).
  13. Article « Franchises de Montmélian et d'Arbin », Mémoires et documents, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, , p. 327.
  14. Ducourthial 2008, p. 240-242.
  15. a et b Ducourthial 2008, p. 240 et 242-243.
  16. (en) Jules Marion, Cartulaires de l'église Cathédrale de Grenoble dits Cartulaires de Saint-Hugues, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Library Collection - Medieval History », , 662 p. (ISBN 978-1-10801-982-8), p. 16-17.
  17. Demotz 2000, p. 19-20.
  18. a b et c Demotz 2000, p. 26-28.
  19. a b et c Demotz 2000, p. 325-327, « Le conseil du comte et son évolution significative ».
  20. Adm, p. 4 « Les institutions centrales : organismes politiques et juridiques ».
  21. Matthieu de la Corbière, L'invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève : Étude des principautés et de l'habitat fortifié (XIIe - XIVe siècle), Annecy, Académie salésienne, , 646 p. (ISBN 978-2-90110-218-2).
  22. a et b Christian Sorrel (sous la direction de), Haute-Savoie en images : 1000 ans d'histoire, 1000 images, Les Marches, La Fontaine de Siloé, coll. « Histoire de la Savoie en images : images, récits », , 461 p. (ISBN 978-2-84206-347-4, lire en ligne), p. 149.
  23. Guido Castelnuovo et Olivier Mattéoni, « De part et d'autre des Alpes » : les châtelains des princes à la fin du moyen âge : actes de la table ronde de Chambéry, 11 et 12 octobre 2001, Publications de la Sorbonne, , 266 p., p. 180-181.
  24. a et b Thérèse Leguay, Jean-Pierre Leguay, Histoire de la Savoie, Paris, Éditions Jean-paul Gisserot, , 128 p. (ISBN 978-2-8774-7804-5, lire en ligne), p. 30.
  25. Adm, p. 3 « Les institutions locales en Savoie (Xe-XVIe siècles) ».
  26. a et b Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey : les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné, 1282-1355, vol. 14, Presses universitaires de Lyon, coll. « Collection d'histoire et d'archéologie médiévales », , 433 p. (ISBN 978-2-72970-762-0, lire en ligne), p. 137.
  27. Paul Guichonnet, Nouvelle histoire de la Savoie, Édition Privat, , 366 p. (ISBN 978-2-7089-8315-1), p. 140.
  28. Léon Ménabréa, Les Alpes historiques. Première étude Montmélian et les Alpes, étude historique accompagnée de documents inédits, imp. de Puthod, Chambéry, 1841, p. 17.
  29. a b c et d Jules-Joseph Vernier 1896, p.65-67
  30. a b c et d Jules-Joseph Vernier 1896, p.73, 76-77
  31. a et b Ghislain Garlatti, Histoire des Marches: à l'ombre du Granier, chronique d'un village de Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 157 p. (ISBN 978-2-84206-343-6, lire en ligne), p. 23.
  32. a et b Histoire de Savoie 1984, p. 29.
  33. a et b Demotz 2000, p. 157 et suivantes, Partie 2, Chap. 1 « La solidité de la maison princière ».
  34. Sorrel 2006, p. 138-139.
  35. Guy Gavard (préf. Paul Guichonnet), Histoire d'Annemasse et des communes voisines : les relations avec Genève de l'époque romaine à l'an 2000, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », (ISBN 978-2-8420-6342-9, présentation en ligne), p. 241.
  36. Jean Prieur, Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5), p. 39.
  37. Charlotte Denoël, Saint André : culte et iconographie en France, Ve-XVe siècles, Librairie Droz, , 302 p. (ISBN 978-2-90079-173-8), p. 84.