Les Contamines-Montjoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Contamine et Montjoi.
Les Contamines-Montjoie
Vue du village depuis les pistes.
Vue du village depuis les pistes.
Blason de Les Contamines-Montjoie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Mont-Blanc
Intercommunalité CC Pays du Mont-Blanc
Maire
Mandat
Étienne Jacquet
2014-2020
Code postal 74170
Code commune 74085
Démographie
Gentilé Contaminards
Population
municipale
1 204 hab. (2014)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 49′ 21″ nord, 6° 43′ 48″ est
Altitude Min. 990 m – Max. 3 880 m
Superficie 43,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Les Contamines-Montjoie

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Les Contamines-Montjoie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Contamines-Montjoie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Contamines-Montjoie
Liens
Site web mairie-lescontamines.com

Les Contamines-Montjoie (prononcé [lɛ kɔ̃.ta.min mɔ̃.ʒwa]) est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Val Montjoie constitue la bordure sud-ouest du massif du Mont-Blanc. On accède par Saint-Gervais-les-Bains à cette petite vallée orientée nord-sud qui abrite le village des Contamines-Montjoie, au pied du col du Joly. Les communes limitrophes des Contamines-Montjoie sont Saint-Gervais-les-Bains et Megève en Haute-Savoie, Hauteluce, Beaufort et Bourg-Saint-Maurice en Savoie, puis Courmayeur dans la vallée d'Aoste en Italie. Le village des Contamines-Montjoie est à une altitude de 1 164 mètres. Le territoire de la commune est dominé par de nombreux sommets :

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte montrant Les Contamines-Montjoie et les communes voisines.
Les Contamines-Montjoie et les communes voisines.

Géologie et relief, hydrographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La situation des Contamines-Montjoie, d'une altitude d'environ 1 170 m, se trouve dans un climat continental montagnard caractérisé par une humidité marquée[1]. Les hivers sont plus froids et neigeux, et la saison estivale douce avec parfois des épisodes orageux. Les intersaisons (avril et octobre) sont aussi en moyenne plus humides[précision nécessaire].

Les données utilisées par Météo-France pour caractériser le climat local reprennent celles de la station météorologique de référence, située à Bourg-Saint-Maurice, dans la vallée de la Tarentaise, relevées sur la période 1981-2010[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses communes de montagne, le village des Contamines-Montjoie regroupe de nombreux hameaux et notamment :

  • le Chef-Lieu
  • le Baptieu
  • la Berfière
  • la Chovettaz
  • le Cugnon
  • le Champelet
  • la Favière
  • la Frasse
  • les Hoches
  • les Loyers
  • le Nivorin
  • le Molliex
  • la Revenaz
  • la Vy
  • le Lay
  • les Échenaz
  • le Quy
  • la Chapelle
  • Tresse
  • la Favière

Du fait du mitage, il devient difficile de discerner les limites de certains hameaux, notamment les Loyers, la Frasse, le Chef-Lieu…

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune se nommait jusqu'au décret du « Les Contamines », puis elle prit le nom de « Les Contamines-Montjoie »[3]. On trouve au XIIIe siècle Contamina, puis au XVIIIe siècle Les Contamines[4],[5].

Le nom « Contamine » vient du nom latin condominium signifiant « terre indivise »[4],[5] ou « domaine commun »[6], ou « terre faisant partie du domaine seigneurial et exempte de charges », ou « terre indivise entre deux propriétés nobles »[7].

Le nom de « montjoie »[8] désigne un pilier en pierre érigé pour baliser un chemin ou « colline, hauteur ; tas de pierres ; monceau, tas, amas, quantité considérable »[9]. Il s'agit du nom de la seigneurie — mentionnée en 1288 sous la forme Mons Gaudii — recouvrant ce territoire, qui serait passé à la vallée[9] (Valmonsjovis (Valmonjoie)[10]).

Le nom de Montjoie pourrait dériver également du germain mundgawi, désignant une « hauteur frontière avec poste militaire », que les copistes de la période médiévale écrivent sous la forme Mons Gaudii[11]. Montjoie se trouve en effet entre le Faucigny et le Beaufortain[11].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Lé Kontamnè-Monzhoué, selon la graphie de Conflans[12]. Les anciens prononçaient « Contam'na »[13].

Ses habitants sont appelés les Contaminards[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Antiquité[modifier | modifier le code]

Le Val Montjoie a probablement été habité depuis 3000 av. J.-C. On a en effet trouvé des outils de silex au-dessus du Truc[réf. nécessaire], qui doivent dater du Néolithique récent (2000 à 3000 ans av. J.-C.). L'analyse des pollens atteste la présence d'une agriculture céréalière entre 2700 et 2300 ans av. J.-C.[réf. nécessaire].

Les premières traces du village des Contamines pourraient remonter au VIIIe siècle av. J.-C./VIIe siècle av. J.-C., à l'époque des Ceutrons, qui occupent le Haut-Faucigny[14].

La voie romaine[modifier | modifier le code]

À l'époque antique, une voie romaine reliait Genava à Augusta Pretoria en remontant la vallée de l'Arve. L'Arve était naviguée par des bateaux à faible tirants d'eau jusqu'à hauteur de Thyez. Là se trouvait un vicus pourvu d'un embarcadère sur l'Arve[15]. Une voie de passage (ancien chemin romain de Notre-Dame-de-la-Gorge[16]) entre Aime et Martigny (Octodurus)[17], aurait pu être aménagée au Ier siècle[18]. À partir du IIIe siècle les deux provinces romaines des Alpes grées (la Tarentaise), de capitale Aime, et des Alpes pennines (de capitale Martigny) sont fusionnées[19]. La voie[20],[21] aurait traversé Passy, Servoz et le col de la Forclaz du Prarion (Borne romaine). Elle franchissait ensuite le chemin romain de Notre-Dame-de-la-Gorge, le col du Bonhomme, atteignait le refuge du col de la Croix du Bonhomme[22] puis rejoignait via Bourg-Saint-Maurice, l'Alpis Graia (col du petit Saint-Bernard ou Aime)[23],[24].

L'époque médiévale[modifier | modifier le code]

Édifié au XIIe siècle, le château de Contamines dit de Montjoie ou encore château de Béatrice de Faucigny est mentionné en 1277 en tant que castrum[25]. Il appartenait à la maison de Faucigny et constituait l'une des neuf châtellenies du Faucigny. La princesse Béatrice de Faucigny y demeura. Ses albergements (de 1287 à 1307) permettront aux paysans des Contamines d’acquérir certaines montagnes. On lui doit cette devise : « Montjoie est ma joie »[26]. Le châtelain résidait aux Contamines. Les armes de « Montjoie » portent le lion d’or en champ d’azur[27]. En 1355 le Val Montjoie cesse d'être le bastion avancé du Faucigny et rejoint le comté de Savoie. La disparition de la frontière laisse à l'abandon le château des Contamines. Le pouvoir, qui devient essentiellement économique, se déplace vers Saint-Gervais (château de la Comtesse). À cette date le Faucigny, par le traité de Paris (1355) est rattaché, à la principauté savoyarde.

L'époque moderne[modifier | modifier le code]

Gravure depuis la Maison du Curé à Contamines-Montjoie (environ 1827).

En 1758, sur les ruines du château, une nouvelle église est construite. L'une des tours du château a été utilisée pour la construction du clocher.

Le traité de Turin officialise en 1860 l'annexion de la Savoie à la France. Cependant la commune des Contamines fera partie d'une zone franche[28] jusqu'en 1923.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1760 : naissance d'une paroisse indépendante de Saint-Nicolas de Véroce.
  • 1850 : création de la compagnie des guides.
  • 1900 : création des premiers hôtels.
  • 1911 : création du ski club.
  • 1937 : création du premier remonte-pente.
  • 1952 : création du site récréatif de L'Étape, au lieu-dit les Tappes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Depuis le redécoupage cantonal de 2014, la commune est intégrée au canton du Mont-Blanc, avec Les Contamines-Montjoie, Les Houches, Passy, Saint-Gervais-les-Bains, Servoz et Vallorcine. Le bureau centralisateur se trouve à Passy[29].

Anciennement rattachée au syndicat mixte du Pays du Mont-Blanc (regroupant initialement 14 communes), elle est depuis 2013 membre de la communauté de communes Pays du Mont-Blanc (CCPMB) regroupant dix communes, avec Combloux, Cordon, Demi-Quartier, Domancy, Megève, Passy, Praz-sur-Arly, Saint-Gervais-les-Bains et Sallanches (les quatre autres communes ont formé la communauté de communes de la vallée de Chamonix Mont-Blanc).

Les Contamines-Montjoie relève de l'arrondissement de Bonneville et de la sixième circonscription de la Haute-Savoie (créée en 2009), dont la députée est Sophie Dion (UMP) depuis les élections de 2012[30].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1971 1983 Serge Sautelli    
1983 2001 Bernard Chevallier   ancien président de la FFS, ancien directeur du Syndicat national des moniteurs du ski français
2001 2008 Valérie Horellou ... ...
2008 2014 Jean-Louis Mollard   Agriculteur
2014 en cours
(au 30 avril 2014)
Étienne Jacquet DVD[31] Gérant de société,
vice-président de la communauté de communes des pays du Mont-blanc,
vice-président du SM3A.
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

En décembre 2014, aucune action de jumelage n'est enregistrée pour la commune des Contamines-Montjoie selon la Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales[32].

Toutefois, un comité de jumelage des Contamines-Montjoie / Nevez a été mis en place en 2000, avec la commune de Névez (France), mais le projet semble aujourd'hui en sommeil selon le site de la mairie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[33]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[34],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 204 habitants, en augmentation de 1,26 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
879 879 892 865 856 840 716 684 670
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
672 670 700 651 630 641 651 635 605
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
572 569 574 570 615 726 753 909 853
1982 1990 1999 2004 2009 2014 - - -
1 027 994 1 129 1 125 1 189 1 204 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[35] puis Insee à partir de 2006 [36].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Les championnats du monde juniors de télémark de 2016 se dérouleront aux Contamines[37].

Domaine skiable[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Les Contamines.
Le télésiège des Tierces et vue sur le massif du mont Blanc.

Le domaine skiable des Contamines comporte 48 pistes entre 1 200 mètres proche du village et 2 500 mètres d'altitude à l'Aiguille Croche.

Ce domaine est partagé en cinq secteurs : Village, Montjoie, Roselette, Tierces et enfin celui Hauteluce-Val Joly, ce dernier étant situé sur la commune de Hauteluce. Plusieurs lieux sont des passages principaux qui permettent de desservir tous les secteurs : l'Étape, le Signal, Jonction et la Ruelle.

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS Radio, Radio Mont-Blanc, La Radio Plus ou encore Radio Giffre… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Faucigny, le Courrier savoyard, ou l'édition locale Le Faucigny.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la commune et de sa station, estimée par l'organisme Savoie-Mont-Blanc, est de 15 931 lits touristiques répartis dans 2 728 établissements[Note 2]. Les hébergements se répartissent comme suit : 386 meublés ; 3 résidences de tourisme ; 6 hôtels ; 3 structures d'hôtellerie de plein air ; 6 centres ou villages de vacances/auberges de jeunesse ; 8 refuges ou gîtes d'étape et une chambre d'hôtes[38].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune compte deux églises, dont celle de Notre-Dame-de-la-Gorge est inscrite à l'inventaire des monuments historiques depuis le 22 juin 2015[39], mais pas d'autre lieu répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[40].

Cette église inscrite renferme quatre objets répertoriés à l'inventaire des monuments historiques[41] ; l'autre église abrite un autre objet répertorié, mais aucun n'est répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[42].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

La commune des Contamines-Montjoie comprend des églises de style baroque, et quelques chapelles. Les deux églises principales, celle du centre du village, dédiée à la Sainte-Trinité et l'église de Notre-Dame-de-la-Gorge sont de belles illustrations de ce style flamboyant[43].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Maison de la Réserve naturelle.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[44].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le plat traditionnel des Contaminards est le farcement, servi exclusivement le dimanche, composé de pomme de terre et de lard.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason des Contamines-Montjoie

Les armes des Contamines-Montjoie se blasonnent ainsi :
D'azur au lion d'or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes : Le Faucigny, Roanne, Éditions Horvath, , 619 p. (ISBN 2-7171-0159-4).
  • Henri Baud, « La châtellenie de Montjoie », Revue de Savoie, vol. XIV,‎ , p. 159-178
  • Henri Baud, « Les origines de la châtellenie de Montjoie », Mémoire et document de l'Académie du Faucigny, vol. XIV,‎ , p. 23-36
  • Louis Blondel, Châteaux de l'ancien diocèse de Genève, vol. 7 de Mémoires et documents, Société d'histoire et d'archéologie de Genève, , 486 p., p. 115-117
  • Maurice Besson, La Vallée de Montjoie. Le site et son histoire. Vieilles demeures et vieilles coutumes, Publibook (réimpr. 2007) (1re éd. 1932) (ISBN 978-2-74833-548-4, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[38].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] Ministère de l'agriculture et de la forêt - Direction de l'espace rural et de la forêt, « Section « 1.2.2. - Climat » », Département de la Haute-Savoie - Résultats du deuxième inventaire forestier (tome 1), sur inventaire-forestier.ign.fr,‎ (consulté en décembre 2014), p. 4.
  2. « Données climatiques de la station de Bourg-Saint-Maurice », Météo-France (consulté en décembre 2014).
  3. a et b « Contamines-Montjoie (Les) », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en août 2014), Ressources - Les communes.
  4. a et b Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 519 p. (ISBN 978-2-84206-268-2, lire en ligne), p. 139.
  5. a et b Henry Suter, « Contamines », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch,‎ 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 4 novembre 2016).
  6. Histoire des ballades tire d'ailes
  7. TOPONYMIE PERS-JUSSIENNE
  8. Comment construire un Montjoie sur www.pierreseche.com.
  9. a et b Henry Suter, « Montjoie », sur le site d'Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs » - henrysuter.ch,‎ 2000-2009 (mis à jour le 18 décembre 2009) (consulté le 4 novembre 2016).
  10. « Note sur la voie romaine qui traversait Passy en Faucigny », Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, volume2, page 20 (Lire en ligne).
  11. a et b Histoire des communes savoyardes 1980, p. 385.
  12. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 14
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou
  13. Histoire des Contamines-sur-Arve sur le site www.contamine-sur-arve.net.
  14. Figure 33, p. 198.
  15. La Savoie à l'époque romaine.2.3 : les voies secondaires, la voie de l'Arve
  16. Histoire des ballades à tire d'ailes : la voie Romaine
  17. Video, visite guidée de Notre Dame de la Gorge
  18. LES STATIONS DU QUARANTIEME DES GAULES ET L'INFRASTRUCTURE ROUTIERE, p. 220.
  19. Un nouveau procurateur à Aime en Tarentaise, p. 358.
  20. L'EXPLOITATION ROMAINE DE LA MONTAGNE : Figure 32, p. 196.
  21. Société Savoisienne d'Histoire et d'Archéologie, volume2, page 21.
  22. Quelques randonnées en Savoie, site internet
  23. Les routes dans la vallée de l'Isère à l'époque romaine,fig 26, page 137
  24. LES STATIONS DU QUARANTIEME DES GAULES ET L'INFRASTRUCTURE ROUTIERE, fig 34, p. 209.
  25. Hubert Bessat et Claudette Germi, Les noms du patrimoine alpin : Atlas toponymique II, Savoie, Vallée d'Aoste, Dauphiné, Provence, vol. 2, Ellug, , 464 p. (ISBN 978-2-8431-0052-9), p. 122.
  26. Maurice besson, la vallée du Val Montjoie, p. 20
  27. Histoire de balades à tire d'ailes : le chef-lieu des Contamines-Montjoie
  28. Ville de Genève : zones franches établies par le traité de Turin
  29. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté en octobre 2014).
  30. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Sixième circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté en octobre 2014).
  31. http://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/haute-savoie,74/les-contamines-montjoie,74085/elections/
  32. Délégation pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales - Ministère des Affaires étrangères, « Coopération décentralisée : Les Contamines Montjoie (74170) », Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures, sur Site extranet de la Commission nationale de la coopération décentralisée (CNCD) - Ministère des Affaires étrangères - pastel.diplomatie.gouv.fr (consulté en octobre 2014).
  33. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  34. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  35. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  37. (en) L'annonce de l'attribution des championnats du monde junior 2016 de télémark sur le site de la FIS
  38. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com,‎ (consulté en janvier 2015) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  39. « Liste des monuments historiques de la commune des Contamines-Montjoie », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  40. « Liste des lieux et monuments de la commune des Contamines-Montjoie à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Liste des objets historiques de la commune des Contamines-Montjoie », base Palissy, ministère français de la Culture.
  42. « Liste des objets de la commune des Contamines-Montjoie à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  43. Raymond Oursel, Les chemins du sacré : L'art sacré en Savoie, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 393 p. (ISBN 978-2-8420-6350-4), p. 188.
  44. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  45. Site de la Mairie : Association Mémoire et Patrimoine
  46. Samivel, par Pierre Cousnon, Historien des TAAF.
  47. Allusion à François Bonlieu aux Contamines sur un site personnel
  48. Inauguration du Stade de slalom François Bonlieu
  49. L’émouvant adieu à Patrice Dominguez
  50. Le livre d'or du patinage d'Alain Billouin, édition Solar, 1999
  51. Résultat de l'élection municipale, 2e tour
  52. a et b CR conseil municipal 01/04/08
  53. Christinne Barbier, « Christophe Barbier sur scène avec l’Archicube », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne), ainsi que « Christophe Barbier, directeur de la rédaction de L'Express, Contaminard de cœur et d’esprit », Le Journal des Propriétaires du Pays du mont Blanc,‎ (lire en ligne).
  54. Résultat de l'élection municipale, 1er tour
  55. a, b et c CR conseil municipal 19/09/05 : 1.3 - Contrat Sportifs de Haut Niveau
  56. Ludovic Roux sur le site de la FIS
  57. Magda Mattel sur le site de la FIS
  58. Marie Marchand-Arvier sur le site de la FIS
  59. Compte rendu de conseil municipal, 12 février 2008
  60. Antoine Bouvier sur le site de la FIS
  61. Nicolas Martin sur le site de la FIS
  62. Coline Mattel, blog de son sponsor « Les Contamines-Montjoie »