Cathédrale de la Nativité-de-Marie de Vence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église de la Nativité.
Cathédrale de la Nativité-de-Marie de Vence
Image illustrative de l'article Cathédrale de la Nativité-de-Marie de Vence
Présentation
Culte Catholique romain
Type Ancienne cathédrale
église paroissiale depuis 1801
Rattachement Diocèse de Nice depuis 1886
Protection Logo monument historique Classée MH (1944)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-Maritimes
Ville Vence
Coordonnées 43° 43′ 22″ nord, 7° 06′ 50″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale de la Nativité-de-Marie de Vence

Géolocalisation sur la carte : Alpes-Maritimes

(Voir situation sur carte : Alpes-Maritimes)
Cathédrale de la Nativité-de-Marie de Vence

La cathédrale de la Nativité-de-Marie est une cathédrale catholique romaine située à Vence (Alpes-Maritimes, France). Construite à partir du XIe siècle, elle était le siège de l'ancien diocèse de Vence jusqu'à la Révolution.

Description[modifier | modifier le code]

Construite sur l'emplacement d'un temple de Mars puis d'une église mérovingienne, elle surprend par son caractère hétéroclite : roman, gothique, baroque. L'intérieur est composé de cinq nefs. On peut y voir la tombe de Saint Lambert avec son épitaphe, un sarcophage du Ve siècle dit « tombeau de saint Véran » ; dans le bas-côté, retable des saints anges du XVIe siècle. Dans plusieurs piliers sont encastrées des pierres carolingiennes à très beau décor d'entrelacs. Dans le baptistère, une mosaïque de Chagall représente Moïse sauvé des eaux. La tribune avec son lutrin et les stalles qui viennent du chœur ; montants, accoudoirs et surtout miséricordes ont été traités avec une verve qui frôle parfois la grivoiserie par le sculpteur grassois, Jacques Bellot, au XVe siècle. Dans la cage d'escalier menant à l'étage supérieur veille la statue de la Madone taillée dans du bois d'eucalyptus par le sculpteur vençois Jean Vincent de Crozals en 1953[2],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00080910, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Jean Vincent de Crozals – sculptures et peintures, Dr. Cyrille de Crozals (2010, (ISBN 978-3-00-032146-7)), page 119.
  3. « Matisse à Vence - L'olivier du rêve », témoignage d’Annelies Nelck (1998, (ISBN 978-2-95-129820-0)), page 144.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Doré, Vence, p. 339-354, dans Congrès archéologique de France. 95e session. Aix-en-Provence et Nice. 1932, Société française d'archéologie, Paris, 1933
  • Jacques Thirion, Alpes romanes, p. 119-126, Éditions Zodiaque (collection la nuit des temps no 54), La Pierre-qui-Vire, 1980
  • Philippe de Beauchamp, L'art religieux dans les Alpes-Maritimes, p. 136-138, Édisud, Aix-en-Provence, 1993 (ISBN 2-85744-485-0)
  • Yann Codou, Vence, cathédrale, p. 213-221, dans Congrès archéologique de France. 168e session. Monuments de Nice et des Alpes-Maritimes. 2010, Société française d'archéologie, Paris, 2012 (ISBN 978-2-901837-42-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]