Cathédrale Saint-Christophe de Belfort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Christophe.
Cathédrale Saint-Christophe de Belfort
Image illustrative de l'article Cathédrale Saint-Christophe de Belfort
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Belfort (siège)
Début de la construction 1727
Fin des travaux 1750
sauf la tour sud en 1845
Style dominant Architecture classique
Protection Logo monument historique Classée MH (1930)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Territoire de Belfort
Ville Belfort
Coordonnées 47° 38′ 19″ N 6° 51′ 50″ E / 47.63861, 6.863947° 38′ 19″ Nord 6° 51′ 50″ Est / 47.63861, 6.8639

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Christophe de Belfort

Géolocalisation sur la carte : Territoire de Belfort

(Voir situation sur carte : Territoire de Belfort)
Cathédrale Saint-Christophe de Belfort

Géolocalisation sur la carte : Belfort

(Voir situation sur carte : Belfort)
Cathédrale Saint-Christophe de Belfort

La cathédrale Saint-Christophe est une cathédrale catholique située à Belfort, en France[1]. Elle est le siège du Diocèse de Belfort-Montbéliard.

Histoire[modifier | modifier le code]

La cathédrale a été bâtie en tant qu'église abbatiale de 1727 à 1750 par l'entrepreneur Henri Schuller (ou Shuler) sur les plans de Jacques Philippe Mareschal, ingénieur ordinaire du roi à Strasbourg qui, appelé à la chefferie de Strasbourg, ne pouvait en assurer lui-même l’exécution. Le devis s’élevait à cent-quarante-six-mille-trois-cent-trente-quatre livres.

La carrière de grès rose d’Offemont, à trois kilomètres de Belfort, a fourni la pierre nécessaire. Le on procéda à l’adjudication de la maçonnerie des fondations de l’église et le 16 octobre, le prévôt de la collégiale Jean-Claude Noblat, délégué de son altesse de Grimaldi, procéda à la bénédiction du terrain et de la première pierre de l’édifice. Les fondations furent ensuite conduites avec rapidité. Jacques Philippe Mareschal fit différents plans au long de la construction.

La cathédrale est ouverte au culte en 1750, mais n'est véritablement terminée qu'en 1845, date de construction de la tour sud.

Le fils d'Henri Schuller fut abbé dans cette cathédrale.

Le bâtiment est classé au titre des monuments historiques en 1930[1].

L'église est érigée en cathédrale en 1979 lors de la création du Diocèse de Belfort-Montbéliard. Le curé de la cathédrale est M. l'abbé Séverin Voedzo, les vicaires sont MM. les abbés Alexandre Voisard et Michel Mourey.

La chaire

Architecture et décorations[modifier | modifier le code]

La façade principale se divise en trois parties verticales : le porche, formant l’avant-corps par lequel on accède à la grande nef et de part et d'autre de celui-ci, deux tours.

Mobilier[modifier | modifier le code]

La cathédrale abrite un riche patrimoine mobilier protégé au titre des monuments historiques[2],[3],[4]. Ces œuvres d'art ont été réalisées par des artistes franc-comtois.

Les sculptures sont de Antoine Cupillard[5],[6], tandis que les tableaux sont du belfortain Gustave Dauphin[7],[8],

La cathédrale possède deux orgues. L'orgue de tribune a été fabriqué par le facteur d'orgue Jean-Baptiste Waltrin, installé en 1750, rénové à plusieurs reprises et classé monument historique. L'orgue de chœur est dû au facteur d'orgue Henri Didier[9],[10],[11],[12],[13].

Le titulaire de ces deux instruments est Jean-Charles Ablitzer. Emmanuel Georges en est le co-titulaire.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]