Chartreuse des Dames de Gosnay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chartreuse du Mont-Sainte-Marie
Chartreuse des Dames de Gosnay
Chartreuse des Dames de Gosnay, Chemin de Labuissière
Chartreuse des Dames de Gosnay, Chemin de Labuissière

Identité du monastère
Diocèse Arras
Présentation du monastère
Culte Catholique
Ordre Ordre des chartreux
Province cartusienne Picardie
Type Couvent de femmes
Fondateur Mahaut d'Artois, Thierry de Hérisson, Mahaut d'Artois
Date de la fondation 1329
Essaimage Chartreuse Sainte-Anne-au-Désert (Bruges-1346)
Fermeture 1792
Armes du fondateur
Armoiries du monastère
Architecture
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1986)
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Haut de France
Département Pas de Calais
commune Gosnay
Coordonnées 50° 30′ 32″ nord, 2° 34′ 42″ est
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
(Voir situation sur carte : Pas-de-Calais)
Chartreuse du Mont-Sainte-Marie Chartreuse des Dames de Gosnay
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Chartreuse du Mont-Sainte-Marie Chartreuse des Dames de Gosnay
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Chartreuse du Mont-Sainte-Marie Chartreuse des Dames de Gosnay

La chartreuse des Dames de Gosnay [1] (ou chartreuse du Mont-Sainte-Marie) est un ancien monastère de moniales appartenant à l'ordre des chartreux sur la commune de Gosnay, dans le département actuel du Pas-de-Calais et la région Hauts-de-France [2]. La chartreuse du Mont-Sainte-Marie est la première chartreuse féminine fondée en dehors du cadre originel de la Grande Chartreuse, du Sud de la France.

Historique[modifier | modifier le code]

La chartreuse de moniales de Mont-Sainte-Marie à Gosnay est fondée en 1329 par les mêmes fondateurs que la chartreuse de Val-Saint-Esprit voisine, Thierry d’Hérisson et Mahaut d'Artois. Les moniales viennent de Notre-Dame de Salettes. L’église est consacrée en 1341 ou 1342[note 1]. La construction de la chartreuse du Mont-Sainte-Marie semble donc répondre à une double logique géopolitique. Elle permet à la fois de sceller l’alliance de la royauté avec le Dauphiné, et également de montrer la puissance de la comtesse d’Artois. La fille de Mahaut, Jeanne de France, puis sa petite fille, Marguerite de Flandre, en 1362, assurent la pérennité de la fondation dans les premières années d’existence[3].

En 1346, six moniales de Gosnay, originaires de Bruges, vont fonder la nouvelle communauté chartreusine de Sainte-Anne au Désert à Bruges.

Saccagée à plusieurs reprises au XVe siècle, le monastère est reconstruit en majeure partie au XVIe siècle. Il est agrandi et embelli après les guerres de religion ; mais à partir de 1636, son existence est très précaire du fait des opérations militaires continuelles. Avec l'arrivée de la guerre de Trente ans, les moniales trouvent l’asile durant sept ans, entre 1639 et 1646 dans un refuge qu'elles possèdent dans la ville de Béthune. Le couvent reste occupé par les données[Quoi ?], les moniales de chœur étant réfugiées à Béthune jusqu'en 1645. Le système de Law ruine presque financièrement la maison, à laquelle on imposa un numerus clausus beaucoup plus faible.

Le , l'assemblée constituante prononce l'abolition des vœux monastiques et la suppression des congrégations religieuses. La communauté opte pour la vie commune, mais doit se disperser au terme légal d’octobre 1792.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'ensemble des ruines de l'église et des boiseries subsistantes font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1]. Il en va de même pour les façades et toitures du bâtiment de la porterie, des bâtiments adjacents à l'église, de la maison du jardinier, des bâtiments situés en équerre au nord-ouest de la parcelle, ainsi que les anciens murs de clôture avec la tourelle au sud, et du sol à l'intérieur de l'enceinte.

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, le site fait l'objet de fouilles archéologiques programmées menées par l'Université d'Artois avec la participation d'Artois Comm. Elles ont permis de mettre au jour de nombreux vestiges et objets. Ils ont contribué à une meilleure compréhension de l'organisation spatiale de l'établissement monastique ainsi que la vie de la chartreuse.

Dans le cadre de ces fouilles, a été retrouvée en 2009 une sculpture représentant un Christ du XVe siècle, dit « Christ aux liens », iconographie typique de l'époque représentant le Christ souffrant, les mains liées. On estime qu'il fut probablement cassé lors de la Révolution française et jeté dans les anciennes latrines en 1793 ou 1794, lorsque l'église a été détruite. En 2005 ont été découverts des pieds de verre sculptés des XVIe et XVIIe siècles, fabriqués sur l'île de Murano au nord de Venise. En 2008 ont été mis au jour les vestiges d'un double aqueduc permettant d'alimenter le couvent en eau, installation très rare à l'époque[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Duriez, Mathilde, Clôture monastique et organisation spatiale des maisons de moniales cartusiennes (XIIe - XVIIIe siècle) : études archéologiques de plusieurs chartreuses féminines. (Thèses en préparation, École doctorale Sciences sociales), Lyon (présentation en ligne, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Thomas (Op. cit.) indique que l’église est en place dès l’arrivée des moniales en 1329.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA00108292, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Artoisscope, « bimestriel n°128 septembre / octobre 2010 » (consulté le 23 octobre 2010)
  3. Thomas 2014.
  4. La Voix du Nord, du mercredi 5 août 2009, page 3