Cathédrale Saint-Jérôme de Digne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cathédrale Saint-Jérôme de Digne
Façade principale de la cathédrale.
Façade principale de la cathédrale.
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Digne
Début de la construction 1490-1500 (corps de l'édifice).
Fin des travaux 1846-1862 (façade principale et 1re travée des nefs).
Architecte Antoine Brollion (partie XVe)
Antoine-Nicolas Bailly (agrandissement).
Style dominant Gothique et néogothique
Protection Logo monument historique Classée MH (1906)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Ville Digne-les-Bains
Coordonnées 44° 05′ 31″ N 6° 14′ 09″ E / 44.09194, 6.2358344° 05′ 31″ Nord 6° 14′ 09″ Est / 44.09194, 6.23583  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Jérôme de Digne

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

(Voir situation sur carte : Alpes-de-Haute-Provence)
Cathédrale Saint-Jérôme de Digne

La cathédrale Saint-Jérôme est l'une des deux cathédrales que compte la ville de Digne-les-Bains. Située au cœur de la cité, sur la colline du Rochas, elle s'est substituée à partir du XVIe siècle au siège épiscopal originel sis à Notre-Dame-du-Bourg.

Historique[modifier | modifier le code]

Antoine de Guiramand, évêque de Digne à compter de 1479, fut à l'origine de la construction de la cathédrale Saint-Jérôme. L'édifice, érigé de 1490 à 1500, est l'œuvre d'Antoine Brollion, maître-maçon à Barcelonnette. Originellement, il comptait une nef centrale de quatre travées accostée de collatéraux sur lesquels vinrent se greffer des chapelles au cours du XVIIe siècle. De 1846 à 1862, l'architecte diocésain Antoine-Nicolas Bailly lui adjoint une travée supplémentaire et dota la cathédrale d'une façade inspirée du gothique du XIIIe siècle. En 1853, le ferronnier d'art Pierre Boulanger réalise toutes les ferroneries et pentures des portes de la façade[1],[2].

L'édifice, classé au titre des monuments historiques par arrêté du 30 octobre 1906[3], a été érigé en co-cathédrale le 31 juillet 1962.

Saint-Jérôme conserve un orgue de tribune construit par Cavaillé-Coll en 1865. Placé au revers de la façade dans un buffet néogothique, il est classé pour sa partie instrumentale depuis le 20 octobre 1976[4]. Il compte 21 jeux répartis sur deux claviers et un pédalier.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :