Abbaye du repos de Notre-Dame de Marquette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye du repos de Notre-Dame de Marquette
image de l'abbaye
Vue générale de l'édifice

Nom local Bonrepos
Diocèse Lille
Fondation 1226
Début construction octobre 1226
Fin construction 1236
Dissolution 1791
Abbaye-mère ?
Lignée de Abbaye de Clairvaux
Abbayes-filles Aucune
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style
Protection  Inscrit MH (2005)[1]

Coordonnées 50° 40′ 14″ nord, 3° 03′ 36″ est
Pays Drapeau de la France France
Province Comté de Flandre
Région Hauts-de-France
Département Nord
Commune Marquette-lez-Lille

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye du repos de Notre-Dame de Marquette

Géolocalisation sur la carte : Nord-Pas-de-Calais

(Voir situation sur carte : Nord-Pas-de-Calais)
Abbaye du repos de Notre-Dame de Marquette

Géolocalisation sur la carte : Métropole européenne de Lille

(Voir situation sur carte : Métropole européenne de Lille)
Abbaye du repos de Notre-Dame de Marquette

L’abbaye du repos Notre-Dame ou Reclinatorium B. Virginis ou Bona requies B. M.[2] est une abbaye de l'Ordre de Cîteaux fondée en 1226 par Jeanne de Constantinople et son mari Ferrand de Flandre près du pont de Marque [3]. Au décès de Ferrand de Flandre en 1233, Jeanne lui fit construire un mausolée avant de l'y rejoindre à sa mort[4].

Autrefois l'abbaye était dans le diocèse de Tournai, et de la dépendance de Clairvaux.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Antérieurement à Marcq, l'abbaye est transférée à Marquette en 1227 par un échange avec les moines de Laon. Le transfert des religieuses s'effectue en 1236 à l'achèvement des bâtiments. En 1243, l'abbaye possède à Assenede 1 600 mesures de marais et de terres incultes[5]. En 1244, Jeanne de Constantinople se retire dans l'abbaye comme novice[6].

Le 31 octobre 1292, les échevins de la ville de Lille accordent à l'abbaye une exemption de tous droits de chaussée et d'écluse pour toutes les choses appartenant à l'abbaye, moyennant cession de quelques rentes[7]. En 25 juin 1297 l'abbaye est pillée par les troupes de Philippe le bel[8].

En 1340 lors de la guerre de Cent Ans les Anglais qui avaient pris Armentières en préparation du siège de Tournai (1340) passèrent par Marquette pour se rendre à Estevelde. Ils furent attaqués avec succès à l'emplacement de l'Abbaye par le Seigneur de Roubaix. Les comtes de Salisbury, de Suffolk et Guillaume de Montaigu demeurèrent emprisonnés en l'abbaye[9].

Le 5 novembre 1382, Charles VI de France conduisit son armée contre les Flamands et logea en l'Abbaye avant sa victoire lors de la Bataille de Roosebeke.

En 1404, une Sentence des échevins de Maldegem est dictée, par laquelle l'abbaye du repos de Notre-Dame de Marquette est condamnée à payer au prieuré de Papingloo, une redevance de 5liv. 15esc. Pour ses terres situées à Maldegem[10].

En 1482, avant la paix signée par le Traité d'Arras, l'abbaye est dévastée ainsi que neuf à dix gros villages. Le Traité d'Arras est signé le entre Louis XI, roi de France et Maximilien Ier de Habsbourg, empereur romain germanique et époux de Marie de Bourgogne, morte le . Il concerne le partage des terres du père de Marie de Bourgogne, Charles le Téméraire[11],

En 1566, l'abbaye est marquée par la fureur iconoclaste et pillage par les « Hérétiques ».

En 1618 à proximité de l'abbaye est érigée près du pont une chapelle dans laquelle se trouve l'image miraculeuse de la Vierge Notre-Dame de la Barrière.

Le 24 mai 1670, Marie-Thérèse d'Autriche (1638-1683) épouse de Louis XIV vient visiter l'abbaye vers quatre heures[12].

Vis-à-vis de l'abbaye un pont dormant obligeait les bateaux de paille à décharger en partie pour passer. Il fut remplacé par un pont-levis en août 1691.

Le 12 août 1708, pendant la guerre de Succession d'Espagne, en préparation du siège de Lille (1708), le prince de Nassau-Frise avance trois bataillons et trois escadrons près de l’abbaye. Le lendemain le poste français qui s’y trouve fut culbuté à la baïonnette par des grenadiers qui avaient traversé la Deûle à la nage. Le Eugène de Savoie-Carignan arrive en l'abbaye le 13 août à deux heures du matin[13].

En 1792, un incendie ravage l'abbaye et les sépultures dont celle de Jeanne de Constantinople sont violées.

Les vestiges de l'abbaye ont été inscrits à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en mars 2005[1]. Une campagne de fouilles programmées sur l'ancien site industriel de 2005 à 2007 permirent de retrouver des chapiteaux à crochet mais aussi la lame funéraire de Jeanne de Constantinople[14]. À proximité fut également découvert un Vicus, un bâtiment sur solin calcaire et quatre puits, un cimetière mérovingien de 136 tombes, une obole à charron à l'effigie de Justin 1er, de l'armement scramasaxe, ambon.

Liste des abbesses[modifier | modifier le code]

  • 38 abbesses de B. Berthe de Marbais jusqu'à Pélagie Josèphe de Francqueville d'Abancourt (1767-1778)[15].
  • Margueritte III de Bachimont, fut la 28e abbesse. Elle administra pendant 27 ans l'abbaye du Repos de Notre-Dame à Marquette, elle dépensa des sommes considérables pour l'ornement de l'église, la splendeur des édifices et divers travaux. Mais presque tout fut dégradé ou emporté par les hérétiques en 1566. On peut imaginer la souffrance de Marguerite. Après cette attaque elle fit abandonner le monastère trop exposé par ces temps de querelles, certaines des religieuses gagnèrent le refuge de l'abbaye à Lille (aujourd'hui Place du Concert, dont il reste un bâtiment dans l'école N.-D. d'Annay, anciennement le Bon Pasteur) tandis que d'autres, déguisées et habillées en bourgeoises partirent à Arras chez M. de Bellevallée, parent de l'une d'elles, conseillé à la Chambre d'Artois. Mais en septembre suivant les religieuses revinrent peu à peu à l'abbaye sans éveiller trop l'attention car le pays restait belliqueux.
  • Cameracum christianum ou Histoire ecclésiastique du Diocèse de Cambrai, 1849, page 317 - éditeur L. Lefort à Lille - archive de l'université de Gand - Liste des abbesses : books.google.com

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

  • Anne Delavaux née à Lomme au XVIIe siècle admise dans l'armée espagnole en tant qu'homme, se signala par de nombreux exploits sous le nom de Antoine de Bonne Espérance. Elle prit pension de retraite en l'abbaye du repos Notre-Dame[16].
  • Michel Gousselaire (1629-1706) né à Mérignies décéda en l'abbaye écrivit des manuscrits sur les abbayes de Loos, de Marquette, Flines, & du verger. Prêtre, procureur et directeur de divers monastères[17].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abrégé de l'Histoire de la très illustre abbaye du repos de ND de l'Ordre des Cisteaux, à Marquette, et de l'image miraculeuse de la vierge, honorée dans la chapelle sous le nom de ND. de la Barrière, à la porte du dit monastère. Avec le récit des principaux miracles opérés au même lieux. -1743- archive de l'université de Gand - numérisé en accès libre et complet par Google Books.books.google.com
  • Particularités sur l'Abbaye de Marquette -1612 - [18]
  • Sommaire et répertoire des titres de l'abbaye de Notre-Dame-du-repos à Marquette - 1699 - de dom Michel Gousselaire. Dans cet ouvrage il est décrit notamment les inscriptions sur les pierres tombales et elles sont reprises dans l'ouvrage de Birago Diop - Mémoires de la société d'études de la province de Cambrai, volume 9 -éditer chez BiblioBazaar - 2008 - (ISBN 978-0-554-99202-0).
  • Benoît Chauvin et Guillaume Delepierre, « Le mausolée de la comtesse Jeanne à l'abbaye de Marquette, essai de restitution », Revue du Nord, Université Lille-3, vol. n° 368, no 5,‎ , p. 109-125 (ISSN 0035-2624, résumé, lire en ligne)
  • Laurent Gubellini, « L'abbaye de Marquette (Nord). Les sondages 2003-2004 », Revue du Nord, Université Lille-3, vol. n° 368, no 5,‎ , p. 79-107 (ISSN 0035-2624, résumé, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Abbaye de Marquette », notice no PA59000113, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Jacques-Paul Migne – troisième et dernière encyclopédie théologique – volume 16 – 1856 – archive de l’université d’Harvard – numérisé par Google Books
  3. Notice no PA5900011, base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. François Vinchant, Annales de la province et comté du Hainaut, , p. 324
    archive de l'université de GAND -numérisé par Google Books
  5. Antoine Guillame Bernard Schayes - Les Pays-Bas durant la domination romaine : ou tableau historique, géographique, physique, statistique et archéologique de la Belgique de la Hollande, depuis les premiers temps historiques jusqu'au VIe siècle - volume 2 page 117 - archive de l'université du Michigan - numérisé par Google Books
  6. Journal des demoiselles - 1846 - page 143 -- archive de l'université d'Harvard - numérisé par Google Books
  7. Jean Roisin et Elie Benjamin Joseph Brun-Lavainne, Franchises, lois et coutumes de la ville de Lille : ancien manuscrit à l'usage échevinal de cette ville, contenant un grand nombre de chartres et de titres historiques concernant la Flandre, Vanackére, , p. 326
    archive de l'université d'Harvard - numérisé pat Google Books
  8. Hippolyte-Romain-Joseph Duthillœul - petites histoires des pays de Flandre et d'Artois - 1835 - page 352 - Édité chez Foucart rue des écoles à Douai- archive de l'université de gand - numérisé par Google Books
  9. Jean Froissart, Auguste Scheler - Œuvres de Froissart : Chroniques, volume 1, Partie 2 page 487 - 1867 - éditeur V. Deveaux - archive de l'université d'Harvard - numérisé par Google Books
  10. Auguste van Lokeren - Histoire de l'Abbaye de Saint-Bavon et de la crypte de Saint-Jean à Gand - page 101 volume 1 - 1855 - éditeur : L. hebbelynck - archive de la New-York public library - numérisé par Google Books
  11. mémoires par la société impériale des sciences, de l'agriculture et des arts de lille. - 1868 - page 284 - archive de l'université d'Harvard - numérisé par Google Books
  12. Cameracum christianum ou Histoire ecclésiastique du Diocèse de Cambrai - 1849 - page 320 - éditeur L. Lefort à Lille - archive de l'Université de Gand -
  13. Elie Benjamain Joseph Brun, Elie Brun - Les sept sièges de Lille : contenant les relations de ces sièges, appuyées des chartres, traitées, capitulations, et de tous les documents historiques qui s'y rattachent, avec trois plans époque de 1667, 1707 et 1792 - éditeur Derache - page 304 - Archive de l'université d'Harvard - numérisé par Google Books
  14. La gazette du Nord Pas de Calais -édition du 5 mars 2010 -page 35
  15. Jacques-Paul Migne - Troisième et dernière Encyclopédie théologique, volume 16 - 1856 - page 497 - archive de l'université de Harvard - numérisé par Google Books
  16. Archives historiques du Nord de la France et du midi de la Belgique, 1841, page 532 -archives de l'université de Californie -numérisé par Google Livres
  17. Jean Nöel Paquot, Mémoires pour servir à l'Histoire littéraire des dis-sept provinces des Pays-Bas de la Principauté de Liège et de quelques contrées voisines, page 234, volume 1 - archive de la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lille - 1765 - numérisé par Google Livres
  18. Jacques-Joseph Champollion Figeac - documents historiques inédits - page 87 - 1843 - archive de l'université d'Oxford - numérisé par Google Books