Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption d'Entrevaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption
d'Entrevaux
Vue de la façade.
Vue de la façade.
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Ancienne cathédrale (jusqu'en 1790)
Rattachement Diocèse de Digne
Début de la construction 1609
Fin des travaux 1630 pour la cathédrale 1660 pour le clocher
Style dominant Classique
Protection Logo monument historique Classée MH (1996)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Ville Entrevaux
Coordonnées 43° 57′ 01″ nord, 6° 48′ 40″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption d'Entrevaux

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

(Voir situation sur carte : Alpes-de-Haute-Provence)
Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption d'Entrevaux

La cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption d'Entrevaux est une église catholique, autrefois cathédrale de l'évêque de Glandèves, qui avait déménagé sa résidence principale à Entrevaux au début du XVIIe siècle. Elle est cathédrale de 1624 à 1790 (et appelée « cathédrale de Glandèves »).

Construction[modifier | modifier le code]

Le site de Glandèves, où avait été établi le siège de l'évêché à la fin de l'Empire romain, était peu sûr, et la ville se vida petit à petit au profit d'Entrevaux, plus facile à défendre[1]. Le chapitre cathédral suivit en 1603.

La décision est prise de construire une cathédrale en 1604[1] par l’évêque Octave Isnard. Les travaux durent de 1609 à 1630[2], la décoration étant achevée dans les années 1650, et le clocher dans les années 1660[3]. La cathédrale est probablement consacrée en 1627. Elle est classée monument historique le [4].

Description[modifier | modifier le code]

À cause du site exigu et des nécessités de la défense de la ville, la cathédrale est orientée vers le nord-est. Ses dimensions sont de 40 m de long par 10 m de large, avec une hauteur sous voûte de 14 m[5].

Elle ne possède qu’une seule nef, de trois travées, sans chapelle latérale[6]. Seuls trois vitraux ornent sa façade sud, le mur nord étant aveugle.

Vue d’Entrevaux, avec la cathédrale au premier plan.

La cathédrale est intégrée aux fortifications de la ville en 1692 : son clocher est crénelé et sert de tour de défense.

Le chœur est richement orné[6].

Mobilier[modifier | modifier le code]

Le mobilier classé monument historique au titre objet de la cathédrale comprend :

  • l’ensemble de l’autel, du retable et du tableau représentant le baptême du Christ, du XVIIIe siècle[7] ;
  • l’ensemble du retable (1716) et le tableau de François Mimault représentant la Donation du rosaire (1631)[7] ;
  • le calice en or et la patène en argent, du début du XIXe siècle, le calice étant poinçonné d’une tête de vieillard[8] ;
  • les 53 stalles de noyer, du XVIIe siècle[7], et la chaire, de la fin du siècle ou du début du siècle suivant, ornée des bas-reliefs des quatre Évangélistes[9],[8] ;
  • deux plats de quête en cuivre repoussé, et deux plats de quête en cuivre nu, tous datés du XVIe siècle[8],[10],[10] ;
  • une série de tableaux :
Le chœur de la cathédrale.
  • une statuette de saint Jean en argent, datée de 1807[13] ;
  • un buste-reliquaire de saint Jean-Baptiste, en cuivre argenté, daté du XVIIIe siècle, et qui sert aux processions du mois d’août[10] ;
  • le buste-reliquaire de saint Pierre, en bois doré, du XVIIIe siècle[7] ;
  • la porte d’accès au clocher, en noyer, date du XVIIe ou du XVIIIe siècle[13].

Les orgues sont datées de 1717, et ont été restaurées en 1864, puis en 1948. Leur partie instrumentale est réalisée par le marseillais Jean Eustache. Elles sont classées[14].

Le mobilier comprend également un portrait de l’évêque de Belloy[15] ; la porte de la cathédrale est ornée des insignes sacerdotaux et épiscopaux, et de l’agneau pascal[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Viré 1992, p. 33
  2. Viré 1992, p. 34-38
  3. Viré 1992, p. 39
  4. Arrêté préfectoral, notice de la Base Mérimée, consultée le 8 novembre 2008
  5. Viré 1992, p. 49
  6. a et b Collier 1986, p. 184
  7. a b c et d Arrêté du 14 novembre 1991, notice de la Base Palissy, consultée le 8 novembre 2008
  8. a b et c Arrêté du 20 décembre 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 8 novembre 2008
  9. Collier 1986, p. 517
  10. a b et c Arrêté du 15 juin 1944, notice de la Base Palissy, consultée le 8 novembre 2008
  11. Arrêté du 25 juillet 1978, notice de la Base Palissy, consultée le 8 novembre 2008
  12. a et b Arrêté du 25 juillet 1978, notice de la Base Palissy, consultée le 8 novembre 2008
  13. a et b Arrêté du 13 octobre 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 8 novembre 2008
  14. Arrêté du 27 juin 1977, notice de la Base Palissy, consultée le 8 novembre 2008
  15. Collier 1986, p. 482
  16. Collier 1986, p. 519

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maïna Masson-Lautier, Églises d'Entrevaux. Balades dans l'ancien évêché de Glandèves, éditions Lieux-Dits, Lyon, 2016, (ISBN 978-2-36219-136-7) ; 88p.
  • Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean, , 559 p.
  • Marie-Madeleine Viré, « La cathédrale à Entrevaux », Annales de Haute-Provence, Société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, t. I « Les cathédrales », no 315,‎
  • Région Provence-Alpes-Côte d'Azur - Inventaire général - Papin-Drastik Ivonne - Masson-Lautier Maïna. Cathédrale puis église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]