Cathédrale Saint-Jean-Baptiste d'Aire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cathédrale
Saint-Jean-Baptiste d'Aire
Image illustrative de l’article Cathédrale Saint-Jean-Baptiste d'Aire
Présentation
Culte Catholique romain
Dédicataire Saint Jean Baptiste
Type cocathédrale[1]
Rattachement Diocèse d'Aire et Dax
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XIVe siècle
Style dominant Roman
Gothique
Protection Logo monument historique Classée MH (1906)
Site web Paroisse Sainte Quitterie
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Ville Aire-sur-l'Adour
Coordonnées 43° 42′ 02″ nord, 0° 15′ 44″ ouest
Géolocalisation sur la carte : Landes
(Voir situation sur carte : Landes)
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste d'Aire
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste d'Aire

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste d'Aire se situe sur la commune d'Aire-sur-l'Adour, dans le département français des Landes. Construite à partir des XIe et XIIe siècles, elle a été classée aux Monuments historiques par arrêté du [2].

Présentation[modifier | modifier le code]

La cathédrale, dédiée à Saint Jean-Baptiste, se situe dans la basse ville, où résidaient les évêques de ce diocèse créé au VIe siècle, et qui a fonctionné jusqu'en 1802. Le diocèse fut rattaché à celui de Bayonne de 1802 à 1823, et il forme aujourd'hui, avec Dax, le diocèse d'Aire et Dax.

Historique[modifier | modifier le code]

La construction de la cathédrale a dû commencer à la fin du XIIe siècle, mais elle a été souvent remaniée jusqu'au XIXe siècle. Toutefois, les archives de l'évêché d'Aire ayant été détruites au cours des guerres de religion, l'histoire de la cathédrale est peu connue. Elle est évoquée pour la première fois dans une bulle de Clément V en 1309 : on y apprend que la cathédrale a été endommagée pendant les luttes entre la France et l'Angleterre[3].

Des travaux sont également menés à la fin du 16e siècle et au début du 17e siècle, les voûtes s'étant effondrées. Le chœur est pourvu d'une boiserie par l'évêque Jean-Louis de Fromentières (1673-1684). Des restaurations sont également menées au 18e siècle : l'abside est démolie et remplacée par le chevet actuel en rotonde. Au cours du même siècle, probablement, les bas-côtés sont construits et reliés à la nef par des arcades[4].

Entre 1860 et 1867, les chapelles absidiales sont transformées et un second collatéral, aujourd'hui fermé au public, est ajouté au nord de la nef. Un projet de façade à deux tours, trois portails et une rose est élaboré mais n'est pas exécuté. Les peintures intérieures datent de cette époque[4].

Architecture[modifier | modifier le code]

Dotée, avant l'époque moderne, d'une nef unique et d'un sanctuaire assez développé, la cathédrale d'Aire a un plan conforme à celui des églises romanes de Gascogne. Il peut être rattaché à des édifices cisterciens d'Aquitaine et d'Espagne[5].

L'abside et la grande rotonde du chevet ont été construits au XVIIIe siècle en réutilisant certains matériaux plus anciens[6].

La sévère façade du XIIIe siècle, surélevée d'une tour à toit d'ardoise, a pour portail une simple voussure en arc brisé. Elle ressemble à un simple mur fermant la nef, dépourvue d'ornement, peut-être par manque de moyens financiers[7].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La sacristie est une salle capitulaire du XIVe siècle, aux voûtes gothiques retombant sur des piliers centraux, de facture toulousaine évoquant les « palmiers » des Jacobins.

La nef est voûtée d'ogives au XIVe siècle. Les chapiteaux romans des piliers proches du transept sont ornées de figures de monstres avec peut-être une représentation de Daniel dans la fosse aux lions[8].

Le chœur est pourvu de boiseries du XVIIIe siècle. Le sanctuaire est entouré d'une balustrade en marbre datant de 1864 et le maître-autel en marbre polychrome a été réalisé par les frères Mazzetti vers 1770. À l'arrière, des stalles et boiseries de la fin du XVIIe siècle sont installées dans une absidiole reconstruite au XVIIIe siècle[9]. Sur le mur nord du chœur se trouvent des restes d'anciennes arcatures aveugles romanes[10].

Quatre chapelles absidiales donnent sur le transept. Elles sont consacrées, de gauche à droite, à Saint-Joseph, à la Sainte-Vierge (transept nord), au Très-Saint-Sacrement et aux Saintes-Reliques[10].

Les vitraux ont été posés dans les années 1860 par l'atelier Didron, de Paris. Les peintures de la nef, du transept et des collatéraux datent de la même période[10].

Dans le prolongement de l'abside vers le parc, l'orangerie de pierre, du XVIIe siècle, abrite des expositions temporaires.

La façade avec les étapes successives de construction (XIIIe, XIVe et XVIIIe siècles)

Les parties les plus anciennes sont construites en moyen appareil calcaire. On retrouve des marques de tâcherons dans les parties orientales. Les restaurations ont été effectuées en pierre de taille alternant avec quatre rangs de briques, notamment sur la façade, puis, après le XVIe siècle, en brique seule ; au XVIIIe siècle, on a utilisé un moyen appareil régulier ou des moellons[6].

Longueur 48 m, largeur de la nef 8 m, hauteur sous voûte 15 m.

L'orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue

L'orgue a été construit en 1757-1759 par des compagnons de Dom Bédos de Celles, facteur et expert en facture d'orgues.

Composition


Positif de dos
50 notes
Montre 8'
Bourdon 8'
Prestant 4'
Nasard 2' 2/3
Doublette 2'
Tierce 1' 3/5
Larigot 1' 1/3
Plein-jeu V
Cromorne 8'
Grand-Orgue
50 notes
Bourdon 16'
Montre 8'
Bourdon 8'
Prestant 4'
Nasard 2' 2/3
Doublette 2'
Tierce 1' 3/5
Cornet V
Plein-jeu VII
Trompette 8'
Voix humaine 8'
Clairon 4'
Récit
32 notes
Cornet V
Hautbois 8'
Écho
42 notes
Bourdon 8'
Prestant 4'
Cornet III
Cromorne 8'
Pédale
31 notes
Flûte 8'
Flûte 4'
Trompette 8'
Clairon 4'

Pèlerinage[modifier | modifier le code]

Coquillage et bâton de pélerins sur la façade de la cathédrale

La cathédrale Saint-Jean-Baptiste marque une étape sur la Via Podiensis, un des chemins du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui va du Puy-en-Velay jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle en passant par le col de Roncevaux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Co-cathédrale Saint-Jean-Baptiste (Aire-sur-l'Adour) » [html], sur GCatholic, mis à jour le 20 juin 2015 (consulté le )
  2. « Classement de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste d'Aire », notice no PA00083917, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 22 août 2009
  3. Sieffert 1952, p. 185.
  4. a et b Sieffert 1952, p. 187.
  5. Sieffert 1952, p. 189 et 197.
  6. a et b Sieffert 1952, p. 189.
  7. Sieffert 1952, p. 192.
  8. Sieffert 1952, p. 193.
  9. « Cathédrale Saint-Jean-Baptiste », sur aire-sur-adour.fr (consulté le ).
  10. a b et c « Guide de visite » [PDF] (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Germain Sieffert, « La cathédrale d'Aire-sur-l'Adour », Annales du Midi : revue archéologique, historique et philologique de la France méridionale, t. 64, no 19,‎ , p. 185-198 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]