Cathédrale Saint-Pierre de Saintes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cette cathédrale n’est pas la seule cathédrale Saint-Pierre.

Cathédrale Saint-Pierre de Saintes
Image illustrative de l’article Cathédrale Saint-Pierre de Saintes
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de La Rochelle et Saintes
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XVIIe siècle
Style dominant Gothique flamboyant
Protection Logo monument historique Classée MH (1862, Cathédrale)
Logo monument historique Classé MH (1937, Cloître)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Ville Saintes
Coordonnées 45° 44′ 40″ nord, 0° 37′ 55″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

(Voir situation sur carte : Charente-Maritime)
Cathédrale Saint-Pierre de Saintes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Pierre de Saintes

La cathédrale Saint-Pierre est l'un des principaux édifices religieux de Saintes, deuxième plus grande agglomération du département de la Charente-Maritime, en France.

La cathédrale est le siège du diocèse de Saintonge jusqu'en 1802, date à laquelle ce dernier est rattaché à celui d'Aunis, établi à La Rochelle. Déchue de son titre de cathédrale, celui-ci lui est rendu par un bref pontifical du pape Pie IX le 22 janvier 1852, lequel institue le diocèse de La Rochelle et Saintes[1].

La cathédrale Saint-Pierre est classée monument historique depuis 1862. Le cloître canonial qui lui est attenant est classé monument historique à son tour le 9 juin 1937[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La cathédrale St Pierre, depuis le jardin public.

La cathédrale actuelle succède à un sanctuaire paléochrétien érigé sous l'épiscopat de l'évêque Palladius au VIe siècle. Au XIe siècle, ce dernier est ravagé par un incendie. Quelques années plus tard, l'évêque Pierre de Confolens (1112-1127) fait dresser les plans d'un nouvel édifice dont seul témoigne le croisillon sud, doté d'une coupole sur pendentifs et de murs doublés d'arcades en plein cintre à l'extérieur. Au XIIIe siècle, on adjoint à la cathédrale un cloître canonial et le logis des chanoines.

À l'aube du XVe siècle, la cathédrale romane est cependant dans un profond état de délabrement. En 1420, l'effondrement partiel de ses voûtes cause la mort d'un homme, ce qui détermine les autorités religieuses à envisager la reconstruction totale de l'édifice. Les travaux débutent peu après, durant l'épiscopat de l'évêque Guy II de Rochechouart.

Au sanctuaire roman succède un édifice de style gothique flamboyant, toujours en chantier lors de la visite du roi Louis XI en 1472. La nouvelle cathédrale s'élève alors sur trois niveaux, un triforium marquant la limite entre les arcades et les fenêtres hautes. La trace d'un toiture à comble haut est toujours visible de nos jours à l'arrière de la tour. Atteignant presque l'horloge, son faîte atteignait les 39 mètres de hauteur.

Exception faite du clocher, l'édifice est presque achevé lorsque éclatent les guerres de religion. En 1568, les troupes huguenotes conduites par François de Coligny d'Andelot saccagent la cathédrale, martelant le portail et brisant en deux la statue de Charlemagne située à droite de celui-ci. De même, une partie des chapelles rayonnantes du chœur sont détruites ou mutilées et le mobilier est pillé. Après quoi, ordre est donné de saper les piliers de la nef, provoquant son effondrement.

La reconstruction de la nef intervient dès 1585. Cependant, faute de moyens, celle-ci n'est reconstruite qu'aux deux tiers de sa hauteur initiale, ce qui explique la présence d'arcs-boutants donnant sur le vide. Les voûtes à croisée d'ogives ne sont pas remontées, mais remplacées par une voûte d'arêtes en brique (ôtée en 1926). Seuls les collatéraux sont de nouveau dotés de voûtes à croisée d'ogives. Une seconde campagne de reconstruction intervient sous l'épiscopat de Louis II de Bassompierre (1648-1676) et de son successeur Guillaume V Du Plessis de Gesté (1677-1702). Le chœur est ainsi reconstruit à partir de 1660 et doté d'une voûte lambrissée évoquant une coque de navire renversée. Recouverte d'un enduit en plâtre, elle est dégagée au cours d'une campagne de restauration menée dans les années 1970.

La cathédrale ne souffre pas de la période révolutionnaire. Il n'en est pas de même pour le prélat qui est à sa tête depuis 1781. En 1791, l'évêque Pierre-Louis de la Rochefoucauld est arrêté pour avoir refusé de prêter le serment constitutionnel. Emprisonné à la prison des Carmes avec plus d'une centaine d'autres ecclésiastiques, il est l'une des victimes des massacres de Septembre, le 2 septembre 1792[3].

En 1802, le diocèse de Saintes est supprimé et rattaché à celui de La Rochelle. Par un bref pontifical du pape Pie IX en 1852, le diocèse est rebaptisé diocèse de La Rochelle et Saintes et le titre de cathédrale est rendu à l'édifice. En 1871, elle obtient en outre le titre de basilique mineure.

Le 2 août 1965 , le dôme a été détruit par un incendie lors de travaux de rénovation ( journal sud ouest du 3 août 1965 )

Description générale[modifier | modifier le code]

Cathédrale Saint-Pierre la nuit
Cathédrale St Pierre de Saintes, vue depuis le jardin public.
Tambour de la Cathédrale St Pierre de Saintes
L'intérieur actuel de la cathédrale se caractérise par la sobriété de ses lignes.
Chapelle des Tourette.
Chapelle des Saints Sacrements.

Le clocher[modifier | modifier le code]

L'un des éléments les plus remarquables de la cathédrale Saint-Pierre est son clocher-porche, lequel domine le paysage urbain de l'ancienne capitale saintongeaise. Dominant les toits de la ville de près de 58 mètres, il devait à l'origine supporter une flèche en pierre qui l'aurait fait culminer à 96 mètres. Demeuré inachevé à la suite des guerres de religion, il est couvert d'un dôme en cuivre lui conférant une silhouette atypique. Un escalier à vis torte datant du XVe siècle permet de rejoindre la plate forme sommitale.

Le portail[modifier | modifier le code]

Le portail occidental est formé d'une ogive en arc brisé à quatre voussures sur lesquelles se déploient des représentations d'anges, d'apôtres et de figures de l'ancien testament. Ces sculptures se répartissent en quatre anges de chaque côté, puis cinq personnalités (évêques, bâtisseurs...), puis six personnalités (chevaliers, évêques...) et enfin sept apôtres.

La nef[modifier | modifier le code]

La nef de quatre travées a été sévèrement endommagée durant les guerres de religion. Reconstruite aux deux tiers de sa hauteur initiale dans la dernière partie du XVIe siècle, elle a perdu son triforium et ses voûtes à croisée d'ogives. Une charpente laissée apparente couvre l'ensemble depuis 1926. La nef est bordée de bas-côtés eux-mêmes cantonnés de chapelles latérales couvertes d'une voûte sexpartite. De larges baies à remplage flamboyant rappellent l'édifice du XVe siècle.

Les orgues[modifier | modifier le code]

Installé sur une tribune dominant la nef, les grandes-orgues ont été placées dans la cathédrale en 1626[4]. Œuvre de l'organier Jehan Ourry, elles ont été reprises au XVIIIe siècle. Les dimensions du buffet sont de 3,34 mètres de hauteur sur 6,24 mètres de largeur et 1,57 mètre de profondeur. Il se caractérise par un décor rocaille comprenant une statue du roi David jouant de la harpe.

Le buffet est classé monument historique depuis 1943[5], l'orgue en lui-même l'est depuis 1973.

Il manque l'explication, détaillée, de l'orgue du Facteur Jehan Ourry, ainsi, que, le nombre de claviers, de notes aux claviers, le modèle, de pédalier, le nombre, de notes au pédalier, le nombre, de registres au tableau, de la registration, de l'orgue et surtout, l'histoire, détaillée, de l'orgue ; son classement ou pas aux Monuments historiques.

Les deux bras du transept sont couverts de coupoles sur pendentifs. Si le croisillon nord a été en grande partie reconstruit au XIVe siècle, puis au XVIe siècle, le croisillon sud date essentiellement du XIIe siècle. Il s'agit de l'unique vestige de la cathédrale romane érigée par Pierre de Confolens. Un enfeu du XIIIe siècle est établi dans le mur sud.

Tandis que l'absidiole du croisillon sud a été conservée, accueillant un retable du XVIIIe siècle, celle du croisillon nord a été abattue durant le saccage de la cathédrale par les armées réformées.

Trésor et cœur[modifier | modifier le code]

Le croisillon sud permet l'accès au cloître canonial, l'un des rares de ce type à être conservé en France. Seules subsistent de nos jours les galeries sud et ouest, lesquelles accueillent quelques pierres tombales de chanoines.

Un bâtiment annexe permet également d'accéder au trésor de la cathédrale, l'un des plus importants de la région Poitou-Charentes[6]. Parmi les pièces exposées se trouvent un calice en argent ciselé du XVIIIe siècle, réalisation de l'orfèvre François-Daniel Imlin, un tableau du XVIIIe siècle représentant la conversion de Sainte Eustelle, un crucifix en argent présentant un décor rocaille daté de 1776, ou encore des burettes en porcelaine du XVIIIe siècle[7].

Le chœur de la cathédrale est couvert d'une voûte lambrissée en forme de coque de navire renversée. Bordé d'un déambulatoire, il ne conserve que quatre des quinze chapelles rayonnantes d'origine, les autres ayant été démolies par les huguenots. Parmi les chapelles subsistantes, la chapelle axiale - dite chapelle de la Psalette - intègre des éléments du gothique tardif et des motifs préfigurant la Renaissance. Réalisée entre 1515 et 1520, elle abrite les tombeaux de deux doyens du chapitre[8].

L'élément central du chœur est le ciborium, réalisé au XIXe siècle à partir de matériaux récupérés du mobilier de l'abbaye aux dames. Il se compose de quatre colonnes de marbre rouge supportant un entablement en forme d'hémicycle. Offertes à la cathédrale par Napoléon Bonaparte, alors premier consul, elles ne sont assemblées de manière à former un maître-autel à baldaquin qu'en 1822 du fait de la précarité des finances de l'église à cette époque. Réalisé par le marbrier Penaud, le maçon Morisson, l’ébéniste Fragnaud et le peintre doreur Riche, l'œuvre est achevée en 1826[9].

Les chapelles[modifier | modifier le code]

  • La chapelle des âmes du purgatoire, outre son autel elle abrite un monument aux morts de la Première Guerre mondiale et deux tableaux classés : 'un moine en prière du XVIIIe siècle et la Vierge intercédant pour les âmes du purgatoire.
  • La chapelle des confessions qui en plus de deux tableaux de st-Pierre, classés, a un autel.
  • La chapelle axiale chapelle de la Psalette, dite des Tourette famille qui a participé à sa construction en style gothique tardif et des motifs préfigurant la Renaissance. Réalisée entre 1515 et 1520, elle abrite les tombeaux de deux doyens du chapitre[8].
  • La chapelle des fonts baptismaux qui a aussi un tableau de Jean baptisant et un ciborium.
  • La chapelle Harpain, pour Marie Eustelle, jeune fille qui figure sur le vitrail.
  • La chapelle de Marie-Madeleine, elle a un tableau d'Antoine Reissener, la naissance de la Vierge du XIXe siècle.
  • La chapelle de Notre-dame du Miracle qui en plus de son autel a une peinture d'un moine en prière.
  • La chapelle de la Rochefoucauld dédiée à Pierre Louis de la Rochefoucauld-Bayers.
  • La chapelle du Saint-Sacrement avec son autel, son lavabo, son tabernacle, sa crédence et son retable du XIXe siècle qui sont classés ainsi que son vitrail des patriarches.
  • La chapelle de l'enfant Jésus.
  • La chapelle du St-Esprit et de Lourdes.
  • La chapelle St-Michel, en réfection qui abrite une dédicace du XVIe siècle à Charles Guitard et qui est classée.
  • La chapelle de Vivonne, dédiée à Jean de Vivonne et possède un tableau Eutrope et Estelle qui est classé.

Pèlerinage[modifier | modifier le code]

La cathédrale est le siège d'un pèlerinage à Notre-Dame-du-Miracle, dont la statue est située à la croisée du transept. Ce culte d'origine médiévale fait suite à une apparition présumée de la vierge dans la cathédrale. Demeuré vivace jusqu'à la révolution, le culte est solennellement réintroduit le 8 décembre 1954 par l'évêque coadjuteur du diocèse de La Rochelle et Saintes, Xavier Morilleau[6].

Bienfaiteurs et visiteurs célèbres[modifier | modifier le code]

Le pape Urbain II célèbre la messe de Pâques dans l'ancienne cathédrale en 1096.

Le Duc d'Anjou et Roi d'Espagne Philippe V, assiste à la messe de Noël en 1700.

Parmi les bienfaiteurs et visiteurs de l'ancienne cathédrale[6] :

Parmi les bienfaiteurs et visiteurs de la cathédrale actuelle :

Nuit des Cathédrales[modifier | modifier le code]

Le 12 mai 2012, la Cathédrale St Pierre de Saintes participe pour la première fois à l'évènement Européen [10] (organisé par l'Archidiocèse du Luxembourg), la Nuit des Cathédrales. L'évènement local fera l'objet d'une annonce à la télévision, sur le plan national. La chaîne France 3 consacrera un reportage au sein de l'émission Midi en France, le vendredi 11 mai 2012. Une vidéo du comité d'organisation, placé sous l'autorité du Diocèse de La Rochelle et Saintes, retrace la soirée sur Wat TV [11]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Un ouvrage sur la Cathédrale de Saintes est sorti et a été présenté le 12 mai 2012 [12], date de la Nuit des Cathédrales (voir plus haut). Le livre aux Éditions Picard est signé par huit auteurs, dont des chercheurs du CNRS

Fermeture pour travaux[modifier | modifier le code]

Depuis le 11 juin 2012, la cathédrale fait l'objet d'un arrêté municipal de fermeture totale pour travaux [13]. Cet arrêté fait aujourd'hui l'objet de contestations politiques, reprises au plan national [14]. Il est mis en avant une discordance entre le décret ministériel NOR/IOC/D/11/21246/C du 29 juillet 2011 et l’arrêté municipal de la ville de Saintes, dès lors que la partie jugée à risque ne concerne à peine un sixième de l’édifice et qu'aucun élément n’est tombé.

Galerie d'objets classés[modifier | modifier le code]

Ensemble de mobilier faisant l'objet d'un rescencement dans la base Palissy.

Réouverture[modifier | modifier le code]

La cathédrale est de nouveau ouverte au public le 5 octobre 2013, après 16 mois de fermeture. Pour l'occasion, de nombreux événements sont organisés les 5 et 6 octobre[15] , dont une messe solennelle présidée par Monseigneur Bernard Housset, évêque du diocèse de La Rochelle et Saintes.

Portrait du Pape François[modifier | modifier le code]

Le 5 octobre 2013, l'artiste Jean-Pierre Blanchard réalise un portrait géant du Pape François, devant le public. La toile reste exposée à la cathédrale[15],[16],[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sous la direction d'Yves Blomme, La Cathédrale de Saintes, éditions Picard, Paris, 2012 (ISBN 978-2-7084-0924-8) ; 224p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]