Cathédrale Saint-Louis-et-Saint-Nicolas de Choisy-le-Roi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cathédrale Saint-Louis-et-Saint-Nicolas de Choisy-le-Roi
La façade de l'édifice.
La façade de l'édifice.
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Ancienne cathédrale (de 1966 à 1987)
Rattachement Diocèse de Créteil
Début de la construction 1748
Fin des travaux 1760
Architecte Ange-Jacques Gabriel
Style dominant Architecture classique
Protection Logo monument historique Classée MH (1975)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-de-Marne
Ville Choisy-le-Roi
Coordonnées 48° 45′ 57″ nord, 2° 24′ 27″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Louis-et-Saint-Nicolas de Choisy-le-Roi
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Cathédrale Saint-Louis-et-Saint-Nicolas de Choisy-le-Roi
Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne
(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
Cathédrale Saint-Louis-et-Saint-Nicolas de Choisy-le-Roi

La cathédrale Saint-Louis-et-Saint-Nicolas de Choisy-le-Roi est une église construite à Choisy-le-Roi par Ange-Jacques Gabriel sur ordre de Louis XV pour remplacer l'ancienne église, trop petite et trop proche de la Seine. Elle dépend du diocèse de Créteil et elle est dédiée à saint Louis et à saint Nicolas. Elle est classée aux monuments historiques le .

Histoire[modifier | modifier le code]

La nouvelle église devait être au cœur du nouveau village projeté dès 1746. En 1748[1], Gabriel donne deux projets : le premier avec un ordre toscan à l'intérieur et à l'extérieur, le second, qui fut réalisé, sans cet ordre. L'absence d'ordre fait l'originalité de cette église, où la monumentalité sobre est atteinte par le travail des surfaces. Louis XV pose la première pierre le [2]. La tour clocher est détachée à droite de la nef et ne comporte que deux niveaux (alors que le premier projet en avait prévu trois). De ce fait, les cloches, très basses, ne portent pas très loin, ce dont les villageois se plaignirent au XVIIIe siècle. L'anecdote selon laquelle Louis XV aurait interdit l'usage des cloches est sans fondement (seul le glas était prohibé lors des séjours royaux). L'église est consacrée le [3] par Mgr de Beaumont, en présence de douze évêques (représentant les douze apôtres), du roi et de la cour, ainsi que des villageois[2]. L'intérieur de l'église abrite deux statues de Jacques Bousseau représentant Saint Louis et Saint Maurice (1729). À la révolution, l'église est désacralisée, elle est tout à tour salle des gardes, tribunal révolutionnaire, mairie, justice de paix, commissariat de police et même bibliothèque. Elle est restaurée au début du XIXe siècle.

Le cul-de-four et les chapelles latérales sont décorées de peintures de Jacques Pauthe (1878).

Lorsque le nouveau diocèse de Créteil est érigé en 1966, l'église devint l'église cathédrale du diocèse et le demeura jusqu'en 1987, date à laquelle Notre-Dame de Créteil, nouvellement construite, devint la nouvelle cathédrale[4]. Depuis lors, elle garde le titre de cathédrale à titre honorifique, sans plus en avoir la fonction. L'église est restaurée en 2007[2].

Architecture[modifier | modifier le code]

Chevet de l'église.

L'église de style classique possède une nef à trois vaisseaux. Son chevet, recouvert d'un toit à la Mansart, est à pan coupés avec un petit fronton encastré dans un petit pavillon donnant sur les jardins du château pour permettre à Louis XV de rejoindre directement l'église. Le chevet possède du côté droit une tour-clocher quadrangulaire. Un lanternon décore la toiture de la nef. La toiture est en croupe sur le vaisseau central[3].

La façade antérieure est à refends et à volutes, avec en son milieu un portail en plein cintre. Elle est couronnée d'un fronton et percée de niches sur les collatéraux. L'abside est semi-circulaire avec un cul-de-four[3].

Curés[modifier | modifier le code]

Curés de l'église paroissiale:

  • 1807 : Barraud, actif cette année là[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Flohic, op. cité
  2. a b et c Historique des amis de la cathédrale
  3. a b et c Patrimoine religieux
  4. Flohic, op.cité
  5. Abbé Paul Lieutier, Bourg-la-Reine, essai d'histoire locale, édition 1913, réédition 2003, p.252/306.p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic, Le Patrimoine des communes du Val-de-Marne, Flohic Éditions, 1994

Liens externes[modifier | modifier le code]