Collégiale Saint-Amé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Amé.

Collégiale Saint-Amé
La collégiale Saint-Amé de Douai,plan-relief de 1710, Douai, musée de la Chartreuse.
La collégiale Saint-Amé de Douai,
plan-relief de 1710, Douai, musée de la Chartreuse.
Présentation
Nom local Collégiale Saint-Amé de Douai - Plan relief de Douai en 1710 au Musée de la Chartreuse de Douai
Culte Catholique romain
Type Collégiale
Géographie
Pays France
Région Nord-Pas-de-Calais
Département Nord
Ville Douai
Coordonnées 50° 22′ 08″ nord, 3° 04′ 31″ est

L'ancienne collégiale Saint-Amé est le premier lieu de culte référencé dans les annales de Douai, érigée vers 950 sur ordre du comte Arnoul Ier de Flandre. Son expansion lui permet de soutenir la création de l'université de Douai au XVIe siècle.

Localisation[modifier | modifier le code]

La place Saint-Amé à Douai.

La collégiale a été complètement rasée, seuls subsistent des vestiges archéologiques sous la place Saint-Amé à Douai. Le projet de réaménagement de la place Saint-Amé a entrainé l'organisation de fouilles préventives confiées à la Direction de l’Archéologie Préventive de la communauté d'agglomération du Douaisis (DAPCAD).

Entre juin 2004 et novembre 2005 près de 2 500 m2 ont été explorés. Les vestiges des églises ont été reconnus et plus d’un millier de sépultures ont été mises au jour renseignant les modes d’inhumation, la hiérarchie sociale et l’état de santé des douaisiens depuis le Xe jusqu’au XVIIIe siècle[1].

Origines vers 950[modifier | modifier le code]

Arnoul Ier de Flandre récupère à Soissons le corps de saint Amé et l’installe à Douai avec une communauté de chanoines, chassée de Bruille par des Normands. En 1076, Philippe Ier de France confirme la fondation de la collégiale et ses privilèges, garantis par Grégoire II, évêque de Cambrai et d'Arras en 1081.


Miracle de l'hostie[modifier | modifier le code]

Thomas de Cantimpré, abbé de l'Abbaye de Cantimpré à Cambrai vient vers 1230 à la collégiale Saint-Amé de Douai constater un miracle d'apparition du Christ portant une couronne d'épines et deux gouttes de sang. Ce miracle est apparu après qu'une hostie soit tombée au sol[2].

Siège de Douai[modifier | modifier le code]

Après le Siège de Douai de 1677 le 8 juillet 1667,Louis XIV se présenta par la Porte de Valenciennes pour se rendre Place Saint-Amé, lieu des origines de la ville et reçu la clé d'or des mains du corps municipal. Il se rendit à Saint-Amé où les hommages lui furent rendus par les ecclésiastiques et civils dans la chapelle du Saint-Sacrement. Il reparti le lendemain avec 2000 chevaux vers Compiègne[3].

Chanoines notables de Saint-Amé[modifier | modifier le code]

Œuvres d'art[modifier | modifier le code]

Peintures de saint Alexis[modifier | modifier le code]

Les peintures de saint Alexis sont désormais propriété de la commune d’Auberchicourt et conservés dans l’église. Il s'agit trois tableaux d'école flamande XVIIe siècle (toile et peinture à l'huile) provenant de la collégiale Saint-Amé sur le retour le mariage et la mort de saint Alexis, attribuées à Alexis l'Homme de Dieu.

Sculpture de saint Maurand[modifier | modifier le code]

Une sculpture en pierre peinte et dorée du XVIIe siècle (hauteur 116 cm) de saint Maurant, ou saint Maurand, est conservée à l'église Saint-Jacques de Douai. Il est représenté assis les pieds sur un socle, couronné avec dans sa main droite un sceptre et dans sa main gauche une maquette de la collégiale Saint-Amé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis (E.) Archéologia n° 431 Page : 40-50 mars 2006 (ISSN 0570-6270)
  2. Frederick William Faber, Bernhardt, Le Saint Sacrement ou les Œuvres et les voies de Dieu, PARIS, Ambroise Bray, , 729 p. (lire en ligne), p. 363 :

    « Le peuple se pressa en foule pour contempler ce miracle et tous en furent témoins Cantipratensis ayant entendu parler de ce prodige vint à Douai et comme il connaissait le doyen de l église il le pria de lui montrer le miracle Le doyen ouvrit le tabernacle et la foule s'approchant s'écria "Ah regardez regardez. Notre Seigneur je le vois Cantipratensis lui… »

  3. Pierre-Antoine-Samuel-Joseph Plouvain, Souvenirs à l'usage des habitans de Douai, ou Notes pour servir à l'histoire de cette ville, jusques et inclus l'année 1821, Deregnaucourt (Douai), (lire en ligne).
  4. Eugène Alexis Escallier, l'Abbaye d'Anchin 1079-1792, Lille, L. Lefort, 1852, chap.VI, p.64.

Article connexe[modifier | modifier le code]