Abbaye de Crespin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Crespin
Présentation
Culte catholique romain
Type abbaye
Début de la construction 651
Protection  Inscrit MH (1990)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Nord (département)
Ville Crespin
Coordonnées 50° 24′ 51″ N 3° 37′ 20″ E / 50.414244, 3.62222450° 24′ 51″ Nord 3° 37′ 20″ Est / 50.414244, 3.622224

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Crespin

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Abbaye de Crespin

L'abbaye de Crespin ou Crispinium abbatia ou Crispiniensis abbatia est une ancienne abbaye bénédictine, aujourd'hui en ruine, située à Crespin, à proximité de l'Hon, dans le département du Nord[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été fondée vers 670 par saint Landelin, qui en a été le premier abbé, sous le patronage de Saint Pierre. En 882, les Normands - des Danois - pillent l'abbaye d'Aulne, le monastère de Wallers-en-Fagne et l'abbaye de Crespin, fondés par saint Landelin, et les détruisent à des degrés divers[2],[3].

L'abbé Alvise envoya à regrets vers 1120 le frère Gossuin d'Anchin à la demande de l'abbé de Saint-Crespin rétablir la règle de saint Benoît dans son monatère dont les mœurs étaient dissolus[4]

Dans cette abbaye se trouvaient les tombeaux de Saint Landelin et de ses deux disciples Domitien et Adelin. Le , Claude Louvel, abbé de Crespin (1612-1626) lit en chapitre la requête de Henri de Velpen, abbé d'Aulne, tendant à obtenir quelques reliques de saint Landelin, premier fondateur de l'abbaye d'Aulne. Il lui donne satisfaction[5].

Le portail d'entrée, cinq piliers, les vestiges déplacés de l'église sont inscrit par arrêté du 26 décembre 1990[6] Aujourd'hui, seule subsiste la maison abbatiale, transformée en logements.

Abbés[modifier | modifier le code]

Religieux et personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Migne, Troisième et dernière encyclopédie théologique, 1856, imprimerie J-P Migne rue d'Amboise à Paris, p. 229 - numérisé par Google Books
  2. Demoulin 1980, p. 41-43
  3. Vos Tome I 1865, p. XXV
  4. Eugène Alexis Escallier, L'Abbaye d'Anchin 1079-1792, Lille, L. Lefort, 1852, chap.VI, p.67.
  5. Demoulin 1980, p. 105
  6. « Notice no PA00107910 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Il serait mort en ermitte au lieu qui porte aujourd'hui son nom
  8. Abbé A. Sevestre, Jacques-Paul Migne, Encyclopédie Théologique : ou, Série de dictionnaires sur toutes les parties de la science religieuse, 1855

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Helvétius, L'abbaye de Crespin des origines au milieu du XIIIe siècle, U.L.B., Bruxelles, 1986
  • Anne-Marie Helvétius, « Les sainteurs de l'abbaye de Crespin, du Xe au XIIIe siècle » dans Revue belge de philologie et d'histoire, tome LXVI, 1988
  • Claude Demoulin, Aulne et son domaine, Landelies, Claude Demoulin,‎ , 430 p.
  • Joachim Vos, Lobbes. Son abbaye et son chapitre : Histoire complète du monastère de Saint-Pierre à Lobbes et du chapître de Saint-Ursmer à Lobbes et à Binche, t. I, Louvain, Ch.Peeters,‎ , 446 p.
  • Joachim Vos, Lobbes. Son abbaye et son chapitre : Histoire complète du monastère de Saint-Pierre à Lobbes et du chapître de Saint-Ursmer à Lobbes et à Binche, t. II, Louvain, Ch.Peeters,‎ , 611 p.
  • Émile Trelcat, Histoire de l'abbaye de Crespin, Ordre de Saint Benoît, Arthur Savaète, Paris, 1923 (OCLC 80818219)
  • Gilles Roussineau, Perceforest, Volume 1, librairie Droz, 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]