Abbaye de Crespin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une abbaye ou un monastère image illustrant le Nord-Pas-de-Calais
Cet article est une ébauche concernant une abbaye ou un monastère et le Nord-Pas-de-Calais.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Abbaye de Crespin
Présentation
Culte catholique romain
Type abbaye
Début de la construction 651
Protection  Inscrit MH (1990)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Nord (département)
Ville Crespin
Coordonnées 50° 24′ 51″ Nord 3° 37′ 20″ Est / 50.414244, 3.622224

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Crespin

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Abbaye de Crespin

L'abbaye de Crespin ou Crispinium abbatia ou Crispiniensis abbatia est une ancienne abbaye bénédictine, aujourd'hui en ruine, située à Crespin, à proximité de l'Hon, dans le département du Nord[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été fondée vers 670 par saint Landelin, qui en a été le premier abbé, sous le patronage de Saint Pierre. En 882, les Normands - des Danois - pillent l'abbaye d'Aulne, le monastère de Wallers-en-Fagne et l'abbaye de Crespin, fondés par saint Landelin, et les détruisent à des degrés divers[2],[3].

L'abbé Alvise envoya à regrets vers 1120 le frère Gossuin d'Anchin à la demande de l'abbé de Saint-Crespin rétablir la règle de saint Benoît dans son monatère dont les mœurs étaient dissolus[4]

Dans cette abbaye se trouvaient les tombeaux de Saint Landelin et de ses deux disciples Domitien et Adelin. Le , Claude Louvel, abbé de Crespin (1612-1626) lit en chapitre la requête de Henri de Velpen, abbé d'Aulne, tendant à obtenir quelques reliques de saint Landelin, premier fondateur de l'abbaye d'Aulne. Il lui donne satisfaction[5].

Le portail d'entrée, cinq piliers, les vestiges déplacés de l'église sont inscrits par arrêté du 26 décembre 1990[6] Aujourd'hui, seule subsiste la maison abbatiale, transformée en logements.

Abbés[modifier | modifier le code]

Religieux et personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Migne, Troisième et dernière encyclopédie théologique, 1856, imprimerie J-P Migne rue d'Amboise à Paris, p. 229 - numérisé par Google Books
  2. Demoulin 1980, p. 41-43
  3. Vos Tome I 1865, p. XXV
  4. Eugène Alexis Escallier, L'Abbaye d'Anchin 1079-1792, Lille, L. Lefort, 1852, chap.VI, p.67.
  5. Demoulin 1980, p. 105
  6. « Notice no PA00107910 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Il serait mort en ermitte au lieu qui porte aujourd'hui son nom
  8. Abbé A. Sevestre, Jacques-Paul Migne, Encyclopédie Théologique : ou, Série de dictionnaires sur toutes les parties de la science religieuse, 1855

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Helvétius, L'abbaye de Crespin des origines au milieu du XIIIe siècle, U.L.B., Bruxelles, 1986
  • Anne-Marie Helvétius, « Les sainteurs de l'abbaye de Crespin, du Xe au XIIIe siècle » dans Revue belge de philologie et d'histoire, tome LXVI, 1988
  • Claude Demoulin, Aulne et son domaine, Landelies, Claude Demoulin, , 430 p.
  • Joachim Vos, Lobbes. Son abbaye et son chapitre : Histoire complète du monastère de Saint-Pierre à Lobbes et du chapître de Saint-Ursmer à Lobbes et à Binche, t. I, Louvain, Ch.Peeters, , 446 p.
  • Joachim Vos, Lobbes. Son abbaye et son chapitre : Histoire complète du monastère de Saint-Pierre à Lobbes et du chapître de Saint-Ursmer à Lobbes et à Binche, t. II, Louvain, Ch.Peeters, , 611 p.
  • Émile Trelcat, Histoire de l'abbaye de Crespin, Ordre de Saint Benoît, Arthur Savaète, Paris, 1923 (OCLC 80818219)
  • Gilles Roussineau, Perceforest, Volume 1, librairie Droz, 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]