Cathédrale Saint-Antonin de Pamiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cathédrale Saint-Antonin
Image illustrative de l’article Cathédrale Saint-Antonin de Pamiers
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix (siège)
Début de la construction XIIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Style dominant Gothique méridional
Protection Logo monument historique Classée MH (1906)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Ville Pamiers
Coordonnées 43° 06′ 51″ nord, 1° 36′ 32″ est

Géolocalisation sur la carte : Ariège

(Voir situation sur carte : Ariège)
Cathédrale Saint-Antonin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Antonin

La cathédrale Saint-Antonin de Pamiers est une cathédrale catholique romaine située à Pamiers, en Ariège. Elle est le siège du diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix.

Originellement dédiée à saint Jean Baptiste et saint Jean l'évangéliste, l'église fut appelée Sainte-Marie du Mercadal (c'est-à-dire « du marché ») en 1384, avant d'être élevée au rang de cathédrale en 1499. L'édifice est aujourd'hui dédié à saint Antonin.

Ce monument fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

L'édifice[modifier | modifier le code]

Architecture générale[modifier | modifier le code]

L'édifice est en brique toulousaine, matériau typique de la région.

L'église d'origine, remontant au XIIe siècle, ne subsiste que par une partie du portail. En effet les guerres de religion, durant le XVIe siècle, causèrent de lourds dégâts dans la ville, ne laissant debout que le clocher qui pouvait être utilisé comme tour de guet. La nef, reconstruite, ne fut totalement achevée qu'en 1689. Il est de tradition d'attribuer le plan de cette nouvelle église à François Mansart, ce qui est plausible compte tenu du style très sobre de l'ensemble. D'autres l'attribuent au neveu de cet architecte, Jules Hardouin-Mansart (1645-1708), dont on sait qu'il travailla sous la direction de son oncle.

Cette cathédrale est à nef unique de quatre travées[2], les chapelles venant s'insérer entre les contreforts.

Le portail[modifier | modifier le code]

le portail du XIIe siècle est couvert par la partie du XIVe siècle, gothique

Seul vestige de l'église d'origine, une partie du portail datant du XIIe siècle est de style roman. On peut y voir des chapiteaux historiés de la même époque. Bien qu'aujourd'hui endommagés par le temps, ces chapiteaux laissent deviner, de gauche à droite :

Sous la croix du portail, on peut voir une pierre sculptée du XIIe représentant le martyre de saint Jean.

Le reste du portail, de style gothique, date du XIVe siècle

Le clocher[modifier | modifier le code]

Clocher

Le clocher de style gothique toulousain s'inspire fortement de celui des Jacobins de Toulouse : imposante et briquetée, la tour octogonale est éclairée à chaque étage de fenêtres géminées terminées par un arc en mitre. Elle remonte au XIVe siècle. On pourra remarquer les créneaux et les meurtrières, témoignant du passé houleux de la ville.

Ce clocher a été couronné au XIXe siècle par une galerie identique à celle des Jacobins. Œuvre de l'architecte diocésain Ferdinand De Coma (1814-1883), elle permet d'alléger cette tour qui pouvait paraître un peu massive.

Inventaire du mobilier[modifier | modifier le code]

La majeure partie du mobilier d'origine a disparu lors de la Révolution française.

En entrant[modifier | modifier le code]

Chapelles[modifier | modifier le code]

(La liste des chapelles est donnée de gauche à droite)

Vue du chevet

Chapelle Saint-Joseph[modifier | modifier le code]

  • Peintures par Baduel : La Sainte Famille et la mort de Joseph (1886)

Chapelle de la Sainte-Épine[modifier | modifier le code]

  • Peinture de Lazerges : Ecce Homo (1833)

Chapelle Saint-Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

  • Un bas relief en bois doré et polychrome datant du XVIIIe siècle représentant le martyre de saint André.
  • Deux peintures : Fiançailles de Marie et Joseph et Résurrection fille de Jaïre

Chapelle du Sacré-Cœur[modifier | modifier le code]

Chapelle de la Sainte-Vierge[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

Transept[modifier | modifier le code]

Les boiseries du transept datent de 1753

Transept nord[modifier | modifier le code]

(à gauche en entrant)

  • Peinture de Marzocchi : saint Lizier (1851)
  • Deux toiles de André Jean (dit Frère André) datant du début du XVIIIe siècle : Adoration des mages, actuellement en restauration[3] et Jésus chasse les vendeurs du Temple
  • Grilles en fer forgé de 1835

Transept sud[modifier | modifier le code]

(À droite en entrant)

  • Peinture de Lazerges : saint Antonin (1847). On notera la représentation de la ville de Pamiers en arrière-plan.
  • Deux peintures de frère André (début XVIIIe siècle) : Nativité de Jésus et saint Louis reçoit la couronne d'épines du Christ.

Chœur[modifier | modifier le code]

  • Abside pentagonale
  • Maître-autel en marbre datant de 1844
  • Cinq tableaux marouflés de Bénazet sur la vie de saint Antonin, datant de 1885.
  • Le dallage de marbre date de 1857
  • Les vitraux historiés remontent à 1862

L'orgue[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Plein Jeu de François Couperin
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Des difficultés à utiliser ces médias ?
Orgue de la cathédrale de Pamiers

La cathédrale abrite un orgue, dont le buffet date du XVIIIe siècle, provenant de la Basilique de la Daurade de Toulouse. La partie instrumentale a été construite par les facteurs Robert Chauvin et Claude Armand (l'orgue précédent, aujourd'hui disparu, était dû au facteur belge Annesseens) dans l'esprit d'un instrument français du XVIIIe siècle, tout en permettant de jouer les auteurs allemands de la même période. Cet orgue fut inauguré le 22 novembre 1992.

Sous l'orgue, deux toiles de Raynold évoquant la Première Guerre mondiale.

Le carillon[modifier | modifier le code]

En 1863, la cathédrale se dote d'un carillon, composé de l'ancien bourdon de 1849 (en fait une refonte d'un bourdon de 1683), de trois cloches Louison de 1841, 1842 et 1845, et d'une série de cloches du même fondeur datant de 1863. En 1899, douze cloches Bollée d'Orléans prennent place avec les autres, formant ainsi un carillon de vingt-deux cloches.

On installe en 1989 un nouveau carillon de vingt-six cloches du fondeur Paccard et on installe quelques-unes des anciennes cloches en l'église Notre-Dame du Camp.

Depuis 1995, après l'arrivée de vingt-trois autres cloches du même fondeur, le carillon se compose de quarante-neuf cloches, avec un poids total de 4 150 kg.

C'est ainsi que par son importance, et surtout par sa justesse, cet ensemble peut être classé parmi les plus beaux carillons des pays d'Oc.

Liste des évêques enterrés en la cathédrale[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les évêques sont enterrés sous le chœur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00093896, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Barrenechea, Laurent, Occitanie, terre de cathédrales (ISBN 9782111397026, OCLC 1007716916, lire en ligne), p. 82
  3. vidéo sur la restauration en cours : http://www.ariegenews.com/news/news-5442.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]