Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cathédrale Notre-Dame et Notre-Dame.
Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes
Image illustrative de l'article Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Nîmes, Uzès et Alès (siège)
Début de la construction XVIIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Style dominant Classicisme
Néogothique
Protection Logo monument historique Classée MH (1906)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Ville Nîmes
Coordonnées 43° 50′ 18″ nord, 4° 21′ 38″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes

Géolocalisation sur la carte : Gard

(Voir situation sur carte : Gard)
Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes

Géolocalisation sur la carte : Nîmes

(Voir situation sur carte : Nîmes)
Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes

La cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor est une cathédrale catholique romaine située à Nîmes, dans le département français du Gard en région Occitanie.

Consacrée à Castor d'Apt, elle est le siège épiscopal du diocèse de Nîmes, Uzès et Alès.

Historique[modifier | modifier le code]

La cathédrale a connu trois états successifs.

Une cathédrale romane, construite à l’emplacement d’édifices plus anciens (notamment de la période romaine), fut consacrée en 1096 par le pape Urbain II, même si les travaux empiétèrent certainement sur le XIIe siècle. De cette époque, il subsiste quelques pans de façades : un mur-pignon surmonté d'un ancien clocher-mur adossé au clocher actuel ayant abrité les premières cloches. La façade est rythmée, en partie, par des arcatures lombardes, et un fronton triangulaire « à l’antique » typique de l’art roman provençal, abritant dans la partie gauche une suite en bas-relief de l’Ancien Testament. Au cours des guerres de religion, Notre-Dame-et-Saint-Castor fut endommagée sérieusement à deux reprises par les Réformés, en 1567 et 1621. L’un des deux clochers de sa façade dite « tour du Trésor », au sud, comparable à la tour Fenestrelle d'Uzès, fut d’ailleurs détruite à ceci près qu'elle était de plan carré et plus haute que la seconde d'après les plans de Poldo D'Albenas au XVIe siècle et possédait des arcatures géminées (comme à Uzès). Ce sont les protestants qui participèrent financièrement à la reconstruction de la nef. Seule la tour nord-ouest échappa à la destruction, servant de poste d'observation.

Une seconde cathédrale fut bâtie au XVIIe siècle sous l’impulsion de l’évêque Cohon dans le style alors classique. La structure de l’édifice actuel date de cette époque : un vaisseau unique à chapelles latérales, voûté d’ogives. De cette époque date la remarquable chapelle baroque du Rosaire dans le prolongement du chœur, donnant sur le déambulatoire à la pointe est de l'édifice ; elle est couronnée par un lanternon et a été restaurée il y a environ 10 ans.

En 1822, le portail d'origine roman, relativement petit, fut démoli ainsi que des sculptures adjacentes de la même époque afin de réaliser la porte actuelle néoclasique à fronton triangulaire en l'honneur de la visite de la duchesse d'Angoulême pour permettre le passage de son dais.

Enfin, entre 1877 et 1882, l’architecte Henri Antoine Révoil, architecte des Monuments Historiques dans la région méditerranéenne, habilla l’intérieur de la cathédrale classique en style romano-byzantin. La troisième chapelle du côté sud abrite un panneau de sarcophage paléochrétien, ainsi que le tombeau du cardinal de Bernis. La cathédrale a été consacrée basilique mineure le 27 octobre 1882 et a été classée au titre des monuments historiques en 1906[1]. Henri Antoine Révoil ne fut cependant pas autorisé à remanier la façade principale en style néo-roman[réf. nécessaire].

Description[modifier | modifier le code]

La tour nord, dont le dernier étage est de style gothique est terminée par un toit terrasse auquel on accède par une tourelle dotée d'un escalier en colimaçon, est haute d’environ 40 m. La hauteur sous voûtes de la nef est de 20 m. Il ne s'agit pas pour autant d'un grand édifice puisque la nef ne mesure que 55 mètres de longueur. L'édifice est surpassé en surface par l'église Saint-Baudile.

L'orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue

L'orgue de la cathédrale a été construit à partir de 1643 par Gaspard et André Eustache à la demande de l'évêque de Nîmes; de cette époque date le grand buffet dont les sculptures ont été réalisées par le marseillais Christophe Noiratte et l'avignonnais Michel Péru qui a sculpté les deux angelots flanquant la corniche de la grande tourelle centrale et les trois saints sommant le couronnement du grand-corps.

Pendant le XIXe siècle, l'instrument fut l'objet de nombreuses réparations en 1808, 1824 et 1834, la plus grosse restauration a été confiée à la maison Michel - Merklin de Lyon en 1896, le positif du XVIIe siècle fut supprimé.

En 1974, le facteur d'orgue Alfred Kern de Strasbourg fut chargé de la restauration de l'orgue de Michel - Merklin, parvenu à un degré de délabrement assez avancé. Le plan du nouvel orgue tint compte de tous les apports des siècles précédents et rendit au buffet son esthétique primitive en reconstituant le positif précédemment détruit. Une harmonisation plus que parfaite permet aux organistes de jouer une littérature très variée.

Le grand orgue de la cathédrale comporte actuellement 51 jeux, dont une trompette en chamade, quatre claviers manuels et un pédalier de 30 notes, inauguré en 1983.

Le buffet de l’instrument est classé Monument Historique en 1968.

Les cloches[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Nîmes est doté de 9 cloches. Huit d'entre elles sont situées dans la tour-clocher, la neuvième, hors service, est disposée dans un clocheton au-dessus du chœur.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire des églises de France, Belgique, Luxembourg, Suisse (Tome II-C), Robert Laffont, Paris (France) ; pp. 109–110.
  • Georges Costa, Pierre Levesville et la reconstruction de la cathédrale de Nîmes, Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, tome LVII, 1997 (Lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Les deux autres cathédrales du diocèse :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :