Cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède de Saint-Lizier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède
Image illustrative de l’article Cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède de Saint-Lizier
Présentation
Culte Catholique romain
Dédicataire Notre-Dame
Type Ancienne cathédrale
Rattachement Diocèse de Pamiers, Couserans et Mirepoix
Début de la construction XIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Protection Logo des sites naturels français Site inscrit (1944)
Logo monument historique Classée MH (1994)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Ville Saint-Lizier
Coordonnées 43° 00′ 06″ nord, 1° 08′ 15″ est[1]
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
(Voir situation sur carte : Occitanie)
Cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède
Géolocalisation sur la carte : Ariège
(Voir situation sur carte : Ariège)
Cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède

La cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède est une cathédrale catholique romaine, située à Saint-Lizier en Ariège. Elle ne doit pas être confondue avec la cathédrale Saint-Lizier sise dans la même ville, et qui a également le titre de cathédrale.

Saint-Lizier, actuellement peu peuplée, fut du IVe au XIXe siècle le siège de l'évêché du Couserans. Le diocèse est aboli par le Concordat de 1801.

C'est aujourd'hui une ancienne cathédrale, n'accueillant plus de cérémonies religieuses et étant partie intégrante du musée départemental du Palais des évêques de Saint-Lizier.

Par arrêté du , la cathédrale est classée au titre des monuments historiques[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède a été bâtie sur les hauteurs de Saint-Lizier dès la fin du XIe siècle, dans un style roman très simple de nef unique. Son mur sud prend appui sur le rempart romain du Bas-Empire, ce qui vaut à l'édifice un plan "tordu".

Au XIIe siècle sont construits un cloître de tradition romane (aujourd'hui disparu mais certainement similaire au cloître de la cathédrale Saint-Lizier) et une salle capitulaire voûtée ouvrant sur le cloître.

Au XIVe siècle, la voûte de la cathédrale est rehaussée et atteint sa hauteur actuelle. Les trois chapelles latérales sont ajoutées également à cette époque-là.

Des décors muraux successifs ont été réalisés sur les murs et les voûtes de l'édifice depuis sa construction jusqu'au XIXe siècle.

Au début des années 1990, des traces de peintures anciennes sont découvertes dans la cathédrale lors de la restauration de boiseries. Deux campagnes de restauration successives (2003-2004 et 2009-2010) ont depuis permis de mettre au jour un ensemble monumental de peintures murales d'époque Renaissance. Ce décor avait été commandé par Jean d'Aule, évêque du Couserans de 1475 à 1515.

La cathédrale se visite aujourd'hui dans le cadre du Musée départemental de l'Ariège au Palais des Évêques de Saint-Lizier.

Description[modifier | modifier le code]

L'orgue, les peintures, les deux vantaux sont référencés dans la Base Palissy (voir les notices liées)[2].

Intérieur[modifier | modifier le code]

Sur les peintures de la voûte sont représentés les fils de Jacob et des Sibylle (12 hommes et 12 femmes) tenant des manuscrits où sont écrites des phrases en latin indiquant la venue du sauveur.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :