Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lorette.
Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette
Notre-Dame-de-Lorette - IMG 2693.jpg
La nécropole, la basilique et la tour-lanterne.
Pays
Région
Commune
Superficie
25 hectares
Tombes
20 000
Personnes
44 833
Mise en service
1925
Statut patrimonial
Coordonnées
Localisation sur la carte du Pas-de-Calais
voir sur la carte du Pas-de-Calais
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette est un cimetière militaire et mémorial français situé sur la colline éponyme, à 165 mètres d’altitude, sur le territoire de la commune d'Ablain-Saint-Nazaire près de Lens, dans le département du Pas-de-Calais.

Inaugurée en 1925, elle commémore les milliers de combattants morts sur un des champs de bataille les plus disputés de la Première Guerre mondiale entre et . Environ 45 000 combattants y reposent, dont la moitié dans des tombes individuelles. Le site, comprenant le cimetière, la basilique, la tour-lanterne et le musée, a une superficie de plus de 25 hectares. C'est la plus grande nécropole militaire française.

À l'occasion du centenaire de la Grande Guerre, le , est inauguré un mémorial international comportant les noms de 600 000 soldats tombés sur le sol du Nord et du Pas-de-Calais entre 1914 et 1918. Il est dénommé Anneau de la Mémoire et situé sur les bords de la colline de Notre-Dame-de-Lorette.

Depuis le , Lens' 14 - 18 Centre d'Histoire Guerre et Paix retrace chronologiquement et thématiquement les événements de la Grande Guerre dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais. Ce centre d'interprétation propose une vue complète et synthétique des batailles dans les Flandres françaises et l'Artois. La bataille de Notre-Dame de Lorette et les combats sur le verrou de Souchez sont particulièrement mis en avant.

Histoire du site[modifier | modifier le code]

La colline de Notre-Dame-de-Lorette vue depuis les hauteurs de Souchez.3024

Le site avant la Grande Guerre[modifier | modifier le code]

Construction d'un sanctuaire[modifier | modifier le code]

La colline de Notre-Dame-de-Lorette doit son nom à un oratoire édifié au XVIIIe siècle. Sur le mont Coquaine, fut édifiée, en 1727, une petite chapelle dédiée à Notre-Dame de Lorette. Ce fut à l'initiative du peintre Florent Guilbert, originaire d'Ablain-Saint-Nazaire qu'il fut construit, en remerciement de sa guérison lors d'un pèlerinage à Loreto, en Italie, dans la région des Marches. L'oratoire devint un lieu de pèlerinage fréquenté par les habitants des environs et au nom originel se substitua celui de Notre-Dame de Lorette[1].

Destruction et reconstruction au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'oratoire fut détruit en 1794 pendant la Révolution française, mais les fidèles continuèrent à se recueillir sous un tilleul situé à proximité.

En 1815, le curé d'Ablain-Saint-Nazaire obtint du préfet du Pas-de-Calais et de l'évêque d'Arras l'autorisation de reconstruire une chapelle qui fut ouverte au culte, le 8 septembre 1819. Le succès fut au rendez-vous, les pèlerins affluèrent et la chapelle fut agrandie.

En mai 1915, au cours de la Première Guerre mondiale, la chapelle fut détruite[2].

La bataille de Notre-Dame-de-Lorette[modifier | modifier le code]

Début du feu roulant lancé par les Allemands sur la colline de Lorette en 1915

D' à , la colline de Lorette, située sur le territoire d'Ablain-Saint-Nazaire, est l'objet de luttes farouches entre l'armée française et l'armée allemande.

Cette position dominante, qui ne s'élève qu'à 165 m au-dessus du niveau de la mer, offre un observatoire exceptionnel sur le bassin minier au nord, et la plaine d'Arras au sud.

En une année, 188 000 soldats, dont 100 000 français, sont morts pour défendre ou prendre « l'éperon de Notre-Dame-de-Lorette »[3].

Un lieu de mémoires[modifier | modifier le code]

Lieu de mémoire de la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le site de Notre-Dame de Lorette est devenu un lieu de mémoire et de recueillement durant l'entre-deux-guerres. Immédiatement après la guerre, le site de la colline de Notre-Dame-de-Lorette est choisi pour rassembler les dépouilles de soldats provenant de plus de 150 cimetières de l'Artois et des Flandres françaises[3]. La nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette a pour vocation la commémoration des batailles de la Première Guerre mondiale qui ont eu lieu en cet endroit et qui furent des plus disputées et des plus meurtrières du front occidental (Artois, Flandre française, Flandre belge), mais aussi pour la région Nord-Pas-de-Calais.

La chapelle fut reconstruite au sein de la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette et inaugurée le 2 août 1925 par le président du Conseil Paul Painlevé. De style romano-byzantin, elle est l'œuvre de l'architecte lillois, Louis-Marie Cordonnier. Elle est décorée, à l'intérieur, de fresques religieuses et de vitraux qui évoquent des événements de la Grande Guerre et l'histoire religieuse de la France. Les murs sont revêtus de plaques à la mémoire de soldats. Un triptyque dédié à Notre Dame de Częstochowa, patronne vénérée des Polonais a été déposé dans la chapelle[4].

La colline de Lorette est protégée au titre des sites naturels[5] : c'est un site classé par arrêtés du et du , confirmé par décret du [6], et un site inscrit par arrêté du .

Lieu de mémoire de la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dans la crypte de la chapelle, fut inhumé, le 16 juillet 1950, en présence de Guy Mollet et de Louis Jacquinot, ministre des anciens combattants, un Soldat inconnu de la Seconde Guerre mondiale. En 1955, la crypte recueillit les cendres de déportés disparus dans les camps nazis.

Lieu de mémoire de la Guerre d'Algérie[modifier | modifier le code]

Une tombe du Soldat inconnu de la guerre d'Algérie y a également été inaugurée le [7],[8].

En 1977, la dépouille du Soldat inconnu de la Guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie y fut inhumée.

Lieu de mémoire de la Guerre d'Indochine[modifier | modifier le code]

Le , ce fut le corps du Soldat inconnu de la Guerre d'Indochine qui y fut transféré[4].

Le cimetière militaire[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble des tombes.

Le cimetière est un vaste espace de recueillement de près de 13 ha (mesurant 645 m d'ouest en est, sur 200 m du sud au nord). C'est le plus grand cimetière militaire français : 40 058 corps y reposent dans des tombes individuelles et dans huit ossuaires.

C'est en 1925 que la nécropole est inaugurée avec son immense cimetière, sa place d'Armes, les ossuaires, la basilique et la tour-lanterne[3].

Les tombes individuelles[modifier | modifier le code]

Surmontées dans un premier temps de croix en bois, comme dans tous les cimetières militaires français, les tombes de Lorette ont été surmontées par une croix en ciment à partir de mars 1933, sous la direction de M. Aulery. Les croix de bois retirées ont été par la suite repeintes en noir et utilisées dans les cimetières allemands que la France entretenait alors[9].

Le carré musulman[modifier | modifier le code]

Le carré musulman de la nécropole, qui héberge les tombes de 576 soldats[10] musulmans de l'Armée française morts pour la France durant la Première Guerre mondiale, a été profané à trois reprises depuis 2007[11] :

  • dans la nuit du 18 au , 52 tombes musulmanes ont été profanées ;
  • dans la nuit du 5 au , 148 tombes ont été recouvertes d'inscriptions injurieuses anti-islam ;
  • dans la nuit du 7 au , plusieurs centaines de tombes musulmanes ont été profanées[12].

Les ossuaires[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
L'ossuaire no 3 bis.
L'ossuaire no 4 bis.

La nécropole comporte huit ossuaires :

  • l’ossuaire principal, situé sous la tour-lanterne, recueille des ossements ramassés sur la colline de Notre-Dame-de-Lorette elle-même ;
  • l'ossuaire no 3, situé à la bordure ouest de la nécropole, recueille des ossements provenant : de la Forestière, de Souchez (la Sucrerie), et de Wancourt (fosse commune) ;

La lanterne des morts[modifier | modifier le code]

La lanterne des morts est l'œuvre de l'architecte Louis Marie Cordonnier (à qui son fils Louis-Stanislas Cordonnier est associé depuis 1919) qui s'est inspiré de celle de Saint-Pierre-d'Oléron. Elle s'élève à 52 m de hauteur et repose sur une base carrée de 12 m de côté[1],[3]. Celle-ci, qui est éclairée la nuit, servirait à guider les âmes des morts vers l'au-delà, vers le paradis.

La première pierre de la tour-lanterne est posée le par le maréchal Pétain[3].

Son inauguration, présidée par le président du Conseil Paul Painlevé, a lieu le en présence de 50 000 personnes[13].

Le sommet de la tour contient une lanterne qui tourne à raison de cinq tours par minute et dont la lumière est visible à plusieurs kilomètres à la ronde. La tour abrite une crypte dans laquelle se trouve un ossuaire ainsi qu'une chapelle ardente[1],[3].

La chapelle[modifier | modifier le code]

La chapelle

La chapelle de Notre-Dame-de-Lorette qui est aussi l'œuvre de Louis Marie Cordonnier (à qui son fils Louis-Stanislas Cordonnier est associé depuis 1919), est un édifice de type romano-byzantin de 46 m de longueur et de 14 m de largeur. Elle est inaugurée le par le président du Conseil Paul Painlevé, puis bénie le par Mgr Julien, évêque d'Arras[3]. Elle a rang de basilique mineure.

Les vitraux sont l'œuvre du maître-verrier chartrain Charles Lorin d’après les dessins d'Henri Pinta. Six vitraux du transept de la chapelle, offerts par les Britanniques (par la commission impériale des sépultures militaires britanniques), ont été exécutés par l'artiste anglais Henry Payne (en). Les travaux des mosaïques de l'intérieur de la chapelle ont été réalisés par les ateliers de Félix Gaudin[14].

La citation en latin qui figure sur l'arc devant l'entrée principale est une citation biblique tirée de 2 Samuel 1.19 (II Reg 1.18 selon la version Vulgate Clémentine) : « Ta gloire, Israël, a donc péri sur les hauteurs ? Comment sont tombés les héros ? » (selon la traduction Pirot-Clamer/Liénart).

L'anneau de la Mémoire[modifier | modifier le code]

Anneau de la mémoire de Notre-Dame-de-Lorette.
Article détaillé : Anneau de la Mémoire.

Le , à l'occasion du centenaire de la Grande Guerre, est inauguré le Mémorial international de Notre-Dame de Lorette sur lequel sont gravés les noms de 600 000 soldats de toutes les nationalités morts en Flandre française et en Artois entre 1914 et 1918[15]. Ce monument devient un lieu de commémoration intergénérationnel et international. Il est complété par le contenu historique disponible au Centre d'interprétation de Souchez situé à 1 500 m en contrebas de la colline de Notre-Dame de Lorette.

Le mémorial, dessiné par l'architecte Philippe Prost, consiste en un anneau d'un périmètre de 345 m, sur lequel sont inscrits les noms des soldats par ordre alphabétique, sans distinction de nationalité, de grade ou de religion[16].

Le mémorial est établi sur la colline, au sud-est de la nécropole, sur un terrain de 2,2 ha cédé à la région Nord-Pas-de-Calais par le ministère de la Défense, dans le cadre d’une convention signée le 13 avril 2011[17],[18].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri René, Lorette, une bataille de douze mois : octobre 1914-octobre 1915, Paris, Perrin et Cie, , 264 p.
  • Auguste Leclercq, Notre-Dame de Lorette en France, en Artois : octobre 1914-octobre 1915, Paris, Arras : Nouvelle Société anonyme du Pas-de-Calais, , 60 p.
  • Association du Monument de Notre-Dame de Lorette, Ce qu'il faut savoir de Notre-Dame de Lorette : Aide-mémoire à l'usage des pèlerins et visiteurs, Paris, Edia, , 20 p.
  • Association du Monument de Notre-Dame de Lorette, Ce qu'il faut savoir de Notre-Dame de Lorette : Aide-Mémoire à l'usage des gardes d'honneur de Notre-Dame de Lorette des pèlerins et des visiteurs, Arras, Nouvelle Société anonyme du Pas-de-Calais, , 40 p.
  • Aux glorieux morts de Lorette (1921-1929), Arras, Nouvelle Société anonyme du Pas-de-Calais, , 100 p.
  • Joseph Joubert (capitaine) (préf. général Émile Laure), Les combats de Notre-Dame de Lorette, Paris, Payot, , 229 p.
  • Yves Buffetaut, Notre-Dame de Lorette, 18 décembre 1914, Ysec, , 80 p. (ISBN 2846730199)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Notre-Dame-de-Lorette », sur des Chemins de mémoire (consulté le 25 octobre 2013).
  2. http://association-du-monument-de-notre-dame-de-lorette.e-monsite.com/pages/la-basilique-notre-dame-de-lorette.html
  3. a b c d e f et g Les champs de bataille : Flandres, Artois, Michelin, (ISBN 2067186248), p. 215.
  4. a et b http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/notre-dame-de-lorette-0
  5. « Inventaire des sites classés et inscrits du Nord-Pas-de-Calais », DREAL du Nord-Pas-de-Calais, fiches 62-SC 18, p. 149–150, et 62 SI-02, p. 197–198.
  6. Décret du 1er janvier 1938, JORF no 21 du 26 janvier 1938, p. 1139.
  7. Claude Carlier, « Un lieu de mémoire : La nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette », Historiens et Géographes, vol. 89, no 364 « Le monde à la fin de la Grande Guerre »,‎ octobre-novembre 1998, p. 140–144.
  8. François Rochebloine, « Réunion du 2 novembre 2009 à 15h00 — Projet de loi de finances pour 2010, Anciens combattants mémoire et liens avec la nation », sur 2007-2012.nosdeputes.fr Observatoire citoyen de l'activité parlementaire, 14e législature (2007-2012) (consulté le 10 octobre 2017)
  9. « Adieu les Croix de bois », Grand Écho du Nord,‎ .
  10. Marie-Christine Tabet, « 148 tombes musulmanes profanées près d'Arras », sur lefigaro.fr, (consulté le 24 juillet 2016).
  11. « De nouvelles tombes musulmanes profanées dans la région d'Arras », sur nouvelobs.com, (consulté le 29 octobre 2015).
  12. « Nouvelle profanation de tombes musulmanes du cimetière militaire Notre-Dame-de-Lorette », sur lemonde.fr, (consulté le 29 octobre 2015).
  13. Philippe Rivé, Monuments de mémoire : les monuments aux morts de la première guerre mondiale, La Mission, , p. 108
  14. La Grande Guerre, Encyclopaedia Universalis, , p. 201
  15. Emmanuel Crépelle, « Notre-Dame de Lorette : La construction de l’anneau de la mémoire passe par le déminage du site », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  16. Sonia Leglise, « Mémorial Notre-Dame-de-Lorette », sur darchitectures.com, (consulté le 23 octobre 2013).
  17. [PDF]« Conférence de presse. Programme des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale mis en œuvre par le Conseil régional Nord-Pas-de-Calais », sur le site du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, (consulté le 23 octobre 2013)
  18. « Histoire : un mémorial international pour le centenaire de la guerre 14-18 », Le Parisien,‎ (lire en ligne).