Pro-cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Calvi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Calvi
Image illustrative de l’article Pro-cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Calvi
Présentation
Culte Catholique romain
Type Cathédrale en 1576
église paroissiale depuis 1802
Rattachement Diocèse d'Ajaccio
Début de la construction XIIIe siècle
Style dominant Architecture baroque
Protection Logo monument historique Classée MH (1920)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Ville Calvi
Coordonnées 42° 34′ 07″ nord, 8° 45′ 25″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Calvi

Géolocalisation sur la carte : Corse

(Voir situation sur carte : Corse)
Cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Calvi

La pro-cathédrale Saint-Jean-Baptiste est une ancienne cathédrale catholique romaine située à Calvi dans le département de Haute-Corse. Elle a été le siège du diocèse de Sagone entre 1576 et 1802, date de sa suppression et de son rattachement au diocèse d'Ajaccio.

Présentation[modifier | modifier le code]

Liste des évêques de Calvi.
Article détaillé : Liste des évêques de Sagone.

Située dans la citadelle et construite à l'origine, au XIIIe siècle, l'église a été reconstruite en 1570, après une destruction partielle, dans un style baroque classique. Elle devint pro-cathédrale en 1576 grâce au pape Grégoire XIII, quand les évêques de Sagone y établirent leur résidence.

C'est de la cathédrale Saint-Jean Baptiste que démarrent toutes les processions de la Semaine sainte calvaise. Le mercredi saint Notre Dame du Rosaire est revêtue de sa robe bleue et le vendredi saint, de sa robe noire. Le jour de Pâques, elle prend sa riche robe de brocart. Quant au Christ des Miracles, ce n'est qu'en cas de calamité qu'il est solennellement porté en procession.

L'édifice religieux fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Le lanternon de l'église Saint-Jean Baptiste

La cathédrale Saint-Jean Baptiste à Calvi, est de style « baroque corse »[Note 1]. Quelque peu transformée en fortin, l'église présente seulement sa partie sud-est et sa façade occidentale. Celle-ci n'est percée que d'un unique portail.

L'église est conçue sur la forme d'une croix grecque, la nef prolongée à l'est par le chœur où trône le maître-autel ; la nef principale, flanquée de deux bas-côtés, et le chœur sont séparés par une balustrade. Deux autels secondaires l'encadrent dans des chapelles latérales. La chapelle de droite est dédiée au Christ Noir des Miracles, et celle de gauche à Notre Dame du Rosaire.

Elle est dotée d'une coupole ronde, de base circulaire, surmontée d'un lanternon cylindrique renforcé par quatre volutes rampantes accolées, percé entre chaque volute de quatre petites fenêtres rectangulaires qui dispensent une douce clarté sur les décors intérieurs[Note 2]. La couverture de la coupole et de son lanternon de belle taille, est faite de tuiles en écaille vernissées.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Intérieur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste.
Chœur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste.
statue de procession Vierge à l'Enfant dite « Vierge du Rosaire ».

L'intérieur, tout de blanc, est richement décoré. Le maître-autel est en marbre polychrome, les autels des chapelles latérales sont en marbre. Dans chacune d'elles, se trouvent une niche vitrée dans laquelle est placée une statue de facture italienne, à droite du maître-autel, la statue du Christ Noir des Miracles, et à gauche, celle en bois de la Vierge. Cette dernière a été donnée au XVIe siècle par J-B Martire, un Calvais au service de l'Espagne et, qui, lui s'était enrichi au Pérou. L'église Saint-Jean Baptiste comporte de nombreuses œuvres d'art, toutes propriété de la commune et classées Monument historique :

  • la Crucifixion, l'Annonciation, grand triptyque sur bois dû au peintre génois Barbagelata (1498)[2],[Note 3] ;
  • fonts baptismaux (vasque baptismale) de 1443[3] ;
  • fonts baptismaux de 1568, en marbre blanc taillé[4] ;
  • croix (crucifix) Le Christ Noir (ou Christ des Miracles), avec la statue du Christ en ébène datant du XVe siècle. Conduite pour la première fois en procession en 1555, alors que la ville était assiégée ; à la fin des prières, les assaillants auraient miraculeusement levé le siège[5] ;
  • statue Vierge à l'Enfant dite Vierge du Rosaire ou de Notre-Dame du Rosaire (XVIe siècle), portée en procession durant la Semaine sainte[6] ;
  • chaire à prêcher en chêne sculpté, évoquant Jean le Baptiste et les évangélistes, du XVIIIe siècle[7] ;
  • maître-autel, gradins, tabernacle en marbre polychrome, du XVIIe siècle[8] ;
  • armoire aux saintes huiles du XVIe siècle[9] ;
  • tabernacle en bois taillé, du XVIIe siècle[10] ;
  • bénitier du XVIe siècle[11] ;
  • autel d'une chapelle latérale en marbre, du XVIIe siècle[12] ;
  • orgue de tribune[13] ;
  • partie instrumentale de l'orgue de tribune[14] ;
  • chemin de croix[15] ;
  • chasuble, étole et manipule en soie verte damassée avec des galons d'or[16] ;
  • chasuble, étole et manipule du XVIIIe siècle[17] ;
  • chasuble du XVIIe siècle[18] ;
  • chasuble du XVIIIe siècle, présentant les armes d'un évêque[19] ;
  • chasuble, 2 dalmatiques des XVIe et XVIIe siècles[20] ;
  • chasuble et étole des XVIIe et XVIIIe siècles[21] ;
  • chasuble présentant les armes de la communauté de Calvi, des XVIe et XVIIe siècles[22] ;
  • chape en soie brodée des XVIe et XVIIe siècles[23] ;
  • 2 dalmatiques présentant des armoiries sur soie rouge, du XVIIIe siècle[24] ;
  • antependium Saint Jean-Baptiste, toile peinte du début XVIIIe siècle[25] ;
  • antependium Vierge à l'Enfant, toile peinte du début XVIIIe siècle[26] ;
  • antependium Christ en croix, toile peinte du début XVIIIe siècle[27].
  • statuette de Saint François[28] ;
  • sculpture Christ en croix du XVe siècle (?)[29] ;
  • sculpture Christ en croix en bois peint du XVIIIe siècle[30] ;
  • tableau La Vierge à l'Enfant entourée de saint Antoine de Padoue, de saint Antoine ermite, de saint Michel, de saint François-Xavier du XVIIe siècle[31] ;
  • tableau La Misère de Job du XVIIe siècle[32] ;
  • tableau La Vierge au rosaire du XVIIe siècle[33] ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En fin du XVIe siècle, l'architecture religieuse de l'île en pleine reconstruction, est influencée par l'église du Gesù construite à Rome par Vignole. Les principes du « baroque italien » importés en Corse sont localement adaptés, singularisés en un art baroque corse plein d'orignalité
  2. Le lanternon de l'église Saint-Jean Baptiste à Calvi ressemble fort à celui de l'église Saint-François à Monticello
  3. Le triptyque (panneaux peints latéraux) : La Crucifixion, L'Annonciation, localisé à l'oratoire Saint-Antoine ou Trésor de la Balagne, est daté de 1677 sur la base Mérimée

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00099171, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Notice no PM2B000251, base Palissy, ministère français de la Culture
  3. Notice no PM2B000244, base Palissy, ministère français de la Culture
  4. Notice no PM2B000229, base Palissy, ministère français de la Culture
  5. Notice no PM2B000228, base Palissy, ministère français de la Culture
  6. Notice no PM2B000236, base Palissy, ministère français de la Culture
  7. Notice no PM2B000231, base Palissy, ministère français de la Culture
  8. Notice no PM2B000230, base Palissy, ministère français de la Culture
  9. Notice no PM2B000235, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. Notice no PM2B000233, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. Notice no PM2B000245, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. Notice no PM2B000232, base Palissy, ministère français de la Culture
  13. Notice no PM2B000801, base Palissy, ministère français de la Culture
  14. Notice no PM2B000248, base Palissy, ministère français de la Culture
  15. Notice no PM2B000700, base Palissy, ministère français de la Culture
  16. Notice no PM2B000246, base Palissy, ministère français de la Culture
  17. Notice no PM2B000239, base Palissy, ministère français de la Culture
  18. Notice no PM2B000243, base Palissy, ministère français de la Culture
  19. Notice no PM2B000237, base Palissy, ministère français de la Culture
  20. Notice no PM2B000242, base Palissy, ministère français de la Culture
  21. Notice no PM2B000234, base Palissy, ministère français de la Culture
  22. Notice no PM2B000238, base Palissy, ministère français de la Culture
  23. Notice no PM2B000241, base Palissy, ministère français de la Culture
  24. Notice no PM2B000240, base Palissy, ministère français de la Culture
  25. Notice no PM2B000568, base Palissy, ministère français de la Culture
  26. Notice no PM2B000567, base Palissy, ministère français de la Culture
  27. Notice no PM2B000566, base Palissy, ministère français de la Culture
  28. Notice no PM2B000247, base Palissy, ministère français de la Culture
  29. Notice no PM2B000573, base Palissy, ministère français de la Culture
  30. Notice no PM2B000569, base Palissy, ministère français de la Culture
  31. Notice no PM2B000572, base Palissy, ministère français de la Culture
  32. Notice no PM2B000571, base Palissy, ministère français de la Culture
  33. Notice no PM2B000570, base Palissy, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]