Sorbey (Moselle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sorbey.
Sorbey
Église Saint-Alban.
Église Saint-Alban.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Moselle
Arrondissement Metz-Campagne
Canton Pange
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Pange
Maire
Mandat
Philippe Piot
2014-2020
Code postal 57580
Code commune 57656
Démographie
Population
municipale
321 hab. (2011)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 02′ 42″ N 6° 19′ 03″ E / 49.045, 6.3175 ()49° 02′ 42″ Nord 6° 19′ 03″ Est / 49.045, 6.3175 ()  
Altitude Min. 215 m – Max. 280 m
Superficie 5,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de Moselle
City locator 14.svg
Sorbey

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de Moselle
City locator 14.svg
Sorbey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sorbey

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sorbey

Sorbey est une commune française située dans le département de la Moselle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sorbey est situé au sud-est de Metz. Le village est sur la route de Metz (D999) après Courcelles-sur-Nied. L’écart de Poncillon au sud du ban communal.

Carte de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le village est traversé par le ruisseau de Woivre et le nord du ban

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est à 15 min de l’aéroport Metz-Nancy, de la gare de Metz-Ville et de la gare Lorraine TGV.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Sorbey vient du latin sorbus (sorbier)[1].

  • Sorbeiacum (1178); Sorbeirs (1181); Sorbers (1192); Sorbeium (1192); Sorbeis (1250); Sorboy (XVe siècle); Sorbay (1444); Xorbey (1501); Sorbei (1518); Xorboy (1537); Sorbé (1680 & 1793); Sorbey (1801).
  • Sorbey (1871-1915); Sorbach (1915-1918); Sorbach (1940-1944).
  • En Lorrain: Sorbeu.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2006, la commune est labellisé une fleur au concours des villes et villages fleuris. Elle reçoit une deuxième fleur en 2008[1].

Un nouveau lotissement Le Haut Jardin accueillera[Quand ?] 26 habitations.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Mi-parti de gueules à la fleur de lys d’argent d’où naissent deux palmes de sinople, et d’argent au sorbier arraché de sinople fruité de gueules.

À droite ce sont les armes de l’abbaye Saint-Vincent de Metz et à gauche des armes parlantes[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
an VIII an XIV Jean Rémy    
an XIV 1806 Charles Toussaint    
1806   François Rémy    
1947 1953 François Rouyer    
1953 1959 Victor Grosse    
1959 1971 Alphonse Boutter    
1971 1977 Gaston Seignert    
1977 1995 René Grosse    
mars 1995 1999 Christine Laurillard    
1999 2014 Lucienne Schmitt    
2014 en cours Philippe Piot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 321 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
276 302 323 294 287 287 292 303 278
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
283 270 256 253 216 220 220 224 202
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
217 209 194 176 187 202 186 179 267
1990 1999 2004 2006 2009 2011 - - -
375 364 338 327 328 321 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie assiocative[modifier | modifier le code]

L’association Sorbey loisirs propose des mercredis récréatifs, de la pétanque, des jeux et des chants. Elle organise également des expositions de peinture, des vide-greniers, des sorties[1].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges gallo-romains : villa, tuiles, monnaies.
  • Maison forte.
  • Salle socioculturelle.
  • École primaire, à proximité de la mairie : elle accueille la classe de CE1 des élèves de Sorbey, Bazoncourt et Sanry-sur-Nied dans le cadre du regroupement scolaire Les bords de Nied[1].
  • Deux gites ruraux.
  • Citystade.

Édifice religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Alban, 1896 : de style néo-roman rhénan en forme de croix grecque ; deux clochers dont le plus ancien, un clocher roman du XIe siècle a été conservé ; narthex.
  • Ancien clocher roman du XIe siècle jouxte le nouveau.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Communauté de communes du Pays de Pange, Vies communes, no 12, juin 2012, p. 4.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011