Hydro-Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hydro-Québec

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Hydro-Québec.

Création
Dates clés 1963 : nationalisation de 11 compagnies d'électricité ;
1979 : inauguration de la
centrale LG-2
Personnages clés René Lévesque
Robert Bourassa
Robert A. Boyd
Forme juridique Société d'État
Siège social Montréal, Drapeau : Québec Québec
Direction Thierry Vandal, président
Actionnaires Gouvernement du Québec
Activité Production d'électricité
Transport d'électricité
Distribution d'électricité
Produits Électricité
Sociétés sœurs Hydro-Québec Production
Hydro-Québec TransÉnergie
Hydro-Québec Distribution
Hydro-Québec Équipement
Filiales Société d'énergie de la Baie James
Effectif 21 596 (2012)[RA 1]
Site web www.hydroquebec.com
Chiffre d’affaires 12 228 M CAD (2012)[RA 1]
en stagnation (2012)
Résultat net 860 M CAD (2012)[RA 1]
en diminution 67 %(2012)

Hydro-Québec est une société d'État québécoise fondée en 1944. Son unique actionnaire est le gouvernement du Québec. La société, qui a son siège social à Montréal, est responsable de la production, du transport et de la distribution de l'électricité au Québec.

Avec ses 61 centrales hydroélectriques, Hydro-Québec constitue le principal producteur d'électricité au Canada et le plus grand producteur mondial d'hydroélectricité[1],[2],[3]. La puissance installée de ses installations s'établit à 35 829 mégawatts (MW) et elle compte 4,1 millions de clients en 2012[RA 1].

Les grands développements hydroélectriques menés sans interruption pendant un demi-siècle — les centrales de Bersimis, l'expansion de la centrale de Beauharnois, Carillon, Manic-Outardes, Churchill Falls et le gigantesque projet de la Baie-James — ont permis au Québec de réduire sa dépendance à l'égard des combustibles fossiles. En 2009, l'électricité constituait la principale source d'énergie primaire consommée au Québec et représentait 40,05 % du bilan énergétique québécois[4]. Cependant, la construction et l'exploitation de ces aménagements ont eu des conséquences sur l'environnement nordique. Elles ont aussi eu un impact sur les populations autochtones vivant dans le Nord-du-Québec, qui ont vigoureusement contesté les développements hydroélectriques de l'État québécois.

Depuis sa fondation, Hydro-Québec joue un rôle déterminant dans le développement économique du Québec, par la taille et la fréquence de ses investissements, par le développement d'une expertise reconnue, notamment dans le domaine du génie-conseil, de la gérance de grands projets d'infrastructures[5] et du transport de l'électricité, ainsi que par sa capacité à produire une grande quantité d'électricité à bas prix.

L'augmentation des coûts de l'énergie au cours des années 2000, les bas taux d'intérêt[6] et l'émergence d'un consensus international sur la question des changements climatiques[7] ont eu un impact positif sur les résultats financiers d'Hydro-Québec. Entre 2005 et 2009, l'entreprise a versé des dividendes de 10 milliards de dollars canadiens au gouvernement du Québec tout en garantissant aux Québécois des tarifs d'électricité stables et uniformes, qui figurent parmi les plus bas en Amérique du Nord[8].

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

Monteurs de ligne de la Montreal Light, Heat and Power.

À la suite de la Grande Dépression des années 1930, des voix s'élèvent au Québec en faveur d'une intervention du gouvernement dans le secteur de l'électricité. Les reproches se multiplient à l'endroit du « trust de l'électricité » : leurs tarifs sont considérés abusifs et leurs profits excessifs. Inspirés par la nationalisation de la production et la municipalisation de la distribution menée en Ontario par Sir Adam Beck au début du XXe siècle, des personnalités, comme Philippe Hamel et T.-D. Bouchard, proposent d'imiter la province voisine[9]. Porté au pouvoir en 1939, Adélard Godbout est favorable aux idées des partisans de la nationalisation. Il dénonce l'inefficacité du système, dominé par des intérêts anglophones, ainsi que la collusion entre les deux principaux acteurs, la Montreal Light, Heat and Power (MLH&P) et la Shawinigan Water and Power, qu'il qualifie de « dictature économique crapuleuse et vicieuse »[10].

Les deux nationalisations[modifier | modifier le code]

Premier logo (1944-1964) d'Hydro-Québec.
Hydro-Québec en 1959
Données financières
Revenus 91,38 M $
Bénéfice net 24,58 M $
Données d'exploitation
Puissance installée 2 906 MW
Ventes 13,7 TWh
Clients résidentiels 475 000
Employés permanents 3 439
Mises en service Beauharnois
(phase 2)
Bersimis 1
Bersimis-2

Source : Hydro-Québec, Rapport annuel 1959,‎ 1960 [détail de l’édition].

Premières années[modifier | modifier le code]

À l'automne 1943, le gouvernement Godbout annonce qu'il déposera un projet de loi afin de prendre le contrôle de la MLH&P, qui exerce un monopole dans la grande région de Montréal[10]. Le , l'Assemblée législative du Québec adopte une loi créant une entreprise commerciale de propriété publique, la Commission hydroélectrique de Québec, abrégée en Hydro-Québec[11]. L'article 22 de la loi confie à la nouvelle société le mandat de « fournir l'énergie [...] aux taux les plus bas compatibles avec une saine administration financière »[12], de restaurer le réseau électrique, vétuste, et de développer l'électrification des régions rurales, non desservies par les entreprises existantes[13].

La prise de contrôle de la MLH&P survient dès le lendemain, le et la défaite du parti libéral de Godbout, battu par l'Union nationale de Maurice Duplessis quelques mois plus tard, ne remet pas en cause cette décision[14] à l'exception du mandat d'électrification rurale confié à l'Office de l'électrification rurale (OER)[15]. Le ministre Daniel Johnson, qui deviendra Premier ministre entre 1966 et 1968, sera de ceux qui encourageront le développement d'Hydro-Québec.

La nouvelle direction doit accroître rapidement la production de l'entreprise si elle veut subvenir à l'augmentation rapide de la demande. Dès 1948, Hydro-Québec met en chantier la deuxième phase de la centrale de Beauharnois, qui sera complétée en 1953[14]. Une fois ce projet terminé, la société entreprend la construction de deux centrales sur la rivière Betsiamites sur la Côte-Nord, à 700 km de Montréal. Les centrales Bersimis-1 et Bersimis-2 sont construites entre 1953 et 1959. Elles constituent un banc d'essai technique et offrent un avant-goût du développement des prochaines décennies dans le Nord du Québec[16],[17].

Révolution tranquille[modifier | modifier le code]

La centrale de la Trenche a été acquise de la Shawinigan Water and Power Company. D'une puissance de 302 mégawatts, sa construction a été terminée en 1950.
Buste de René Lévesque devant le siège social d'Hydro-Québec, à Montréal.

La Révolution tranquille n'interrompt pas l'aménagement de nouveaux barrages. Au contraire, elle lui apporte une impulsion nouvelle sous la gouverne de René Lévesque, qui hérite du poste de ministre responsable d'Hydro-Québec après l'élection de « l'équipe du tonnerre » de Jean Lesage. Le ministre approuve la poursuite des projets en cours à Beauharnois, Carillon et sur la Cote-Nord et se prépare à nationaliser les 11 compagnies privées qui dominent la production et la distribution dans la plupart des régions du Québec.

Le 12 février 1962, Lévesque donne le coup d'envoi à sa campagne pour la nationalisation. Dans un discours prononcé devant les représentants de l'industrie, il dénonce la situation actuelle, « un tel fouillis, invraisemblable et coûteux ». Il ajoute que la réforme contribuera à « un aménagement rationnel de notre économie »[18]. Le ministre fait ensuite le tour du Québec pour rassurer le public et réfuter les arguments de la Shawinigan Water & Power, le principal opposant au projet[19]. Les 4 et 5 septembre, il parvient à convaincre ses collègues du gouvernement libéral d'appuyer la nationalisation pendant une réunion secrète du conseil des ministres, au camp de pêche du lac à l'Épaule. La question sera l'enjeu d'une élection générale anticipée. Le thème choisi est « Maîtres chez nous »[20].

Le gouvernement Lesage est réélu en novembre 1962 et René Lévesque va de l'avant : Hydro-Québec lance une offre publique d'achat et achète toutes les actions des 11 compagnies privées pour la somme de 604 millions de dollars. Presque toutes les coopératives électriques et une partie des réseaux municipaux acceptent aussi l'offre d'achat et sont fusionnés. Hydro-Québec devient ainsi le plus grand fournisseur d'électricité québécois le [21].

Pour financer les acquisitions, Hydro-Québec émet des obligations d'une valeur totale de 300 millions de dollars sur les marchés américains et ne reçoit aucun apport de capital du gouvernement. Compte tenu du montant de la transaction, qui constituait à l'époque la plus grosse opération financière réalisée par des étrangers sur la place de New York, l'emprunt est effectué en 15 émissions de 20 millions de dollars chacune. Les emprunts ont été complètement remboursés à leur terme, en 1984[22].

Les années 1960 et 1970[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la nationalisation de 1963, Hydro-Québec mène trois grands dossiers de front. En doublant de taille du jour au lendemain, elle doit d'abord se réorganiser afin d'intégrer les nouvelles filiales aux structures existantes, tout en imposant le français comme langue de travail au sein de l'entreprise[23]. En même temps, elle doit standardiser des réseaux hétéroclites, ce qui nécessite la conversion de milliers de clients de l'Abitibi de 25 hertz à la fréquence standard de 60 hertz. Tout cela en poursuivant la construction d'un autre grand complexe hydroélectrique sur la Côte-Nord, rendu nécessaire en raison du rythme de croissance de la consommation, qui double entre 1964 et 1973[24].

Manic-Outardes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projet Manic-Outardes.
La centrale Jean-Lesage, anciennement Manic-2, construite entre 1961 et 1965.
Hélicoptère de surveillance des lignes à haute tension (Hiver 1978).

Depuis 1959, la construction du projet Manic-Outardes bat son plein dans l'arrière-pays de Baie-Comeau. Des milliers d'ouvriers sont à l'œuvre afin de construire les sept centrales du complexe, dont le colossal barrage Daniel-Johnson est l'emblème. Large de 1 314 mètres, l'ouvrage en voûte et contreforts est le plus imposant au monde. Le barrage a été nommé en l'honneur du premier ministre, qui est mort sur les lieux le , quelques heures avant la cérémonie de parachèvement du barrage[25].

Le projet Manic-Outardes consiste en quatre centrales, d'une puissance de 3 675 MW, sur la rivière Manicouagan[26] et de trois centrales (1 842 MW) sur la rivière aux Outardes[25]. La construction du complexe se terminera en 1976 sur la rivière Manicouagan avec l'installation des derniers groupes à la centrale René-Lévesque et en 1978 sur la rivière aux Outardes, lors de la mise en service de la centrale Outardes-2[26].

Les coûts des infrastructures de transport de l'électricité produite par ces nouveaux barrages, situés à des centaines de kilomètres des grands centres urbains, posent un problème qui divise les ingénieurs d'Hydro-Québec. L'ingénieur Jean-Jacques Archambault propose de construire des lignes à 735 kilovolts (kV), une tension beaucoup plus élevée que celles qui sont généralement utilisées à cette époque. Archambault persiste et convainc ses collègues. Son projet inédit monopolise les efforts d'Hydro-Québec et de quelques-uns des plus grands fournisseurs internationaux de matériel à haute tension et la première ligne du réseau à 735 kV a été mise en service le [27],[28].

À cette époque, plusieurs considèrent qu'Hydro-Québec constitue un «État dans l'État», la société représentant à elle seule 6 % du PIB et 20 % de tous les investissements sur l'ensemble du Québec[29].

Chutes Churchill[modifier | modifier le code]

Article détaillé : centrale de Churchill Falls.
Hydro-Québec en 1969
Données financières
Revenus 398 M $
Bénéfice net 78 M $
Données d'exploitation
Puissance installée 9 809 MW
Ventes 46,8 TWh
Clients résidentiels 1 567 000
Employés permanents 11 890

Source : Hydro-Québec, Rapport annuel 1969,‎ 1970 [détail de l’édition].

En faisant l'acquisition de la Shawinigan Water & Power et de certaines de ses filiales en 1963, Hydro-Québec obtient une participation de 20 % au capital d'une société qui planifie la construction d'une centrale hydroélectrique aux chutes Hamilton, au Labrador[note 1], avec la British Newfoundland Development Corporation (en) (BRINCO), un consortium de financiers britanniques dirigés par Edmund de Rothschild, de NM Rothschild & Sons[30]. Après des années de négociations, les parties concluent une entente définitive le .

En vertu de l'entente[31], Hydro-Québec achète la quasi-totalité de l'électricité produite pendant 65 ans à un quart de cent le kilowattheure (kWh) — le taux exact a été fixé à 0,25425 cent le kilowattheure jusqu'en 2016 et 0,20 cent pour les dernières 25 années du contrat[32]. En échange, elle partage les risques d'intérêts et rachète une partie de la dette du projet pour une participation accrue à 34,2 % dans le capital de la société propriétaire de l'ouvrage, la Churchill Falls (Labrador) Corporation Limited[RA 2]. La centrale de Churchill Falls, d'une puissance installée de 5 428 mégawatts, effectue ses premières livraisons à Hydro-Québec le 6 décembre 1971[33] et la mise en service des 11 turbines sera complétée en 1974.

À Terre-Neuve, le gouvernement change en 1972 et le libéral Joey Smallwood est remplacé par le conservateur Frank Moores. Le nouveau gouvernement est scandalisé par les prix prévus au contrat, d'autant plus que les prix de l'énergie montent en flèche durant cette période, marquée par le premier choc pétrolier. Sous la menace d'une loi d'expropriation de Brinco, le gouvernement de Terre-Neuve rachète la participation du promoteur dans CF(L)Co. en juin 1974, pour la somme de 160 millions de dollars. Ce faisant, la province récupérait la concession hydraulique du cours inférieur du fleuve Churchill[34].

Le nouvel actionnaire majoritaire insiste ensuite pour renégocier le contrat de vente d'électricité avec Hydro-Québec. S'amorce alors une bataille judiciaire qui se terminera à deux reprises devant la Cour suprême du Canada. La cour tranche en faveur d'Hydro-Québec les deux fois, en 1984 et en 1988[35],[36].

La Baie James[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projet de la Baie-James.
Hydro-Québec en 1979
Données financières
Revenus 1 978 M $
Bénéfice net 746 M $
Données d'exploitation
Puissance installée 14 475 MW
Ventes 97,0 TWh
Clients résidentiels 2 108 000
Employés permanents 17 880

Source : Hydro-Québec, Rapport annuel 1979,‎ 1980 [détail de l’édition].
L'évacuateur de crues de la centrale Robert-Bourassa est capable d'absorber un débit deux fois supérieur à celui du fleuve Saint-Laurent[37]. La centrale, d'une puissance installée de 5 616 mégawatts, a été inaugurée en 1979. Elle est au cœur du réseau de huit centrales hydroélectriques connu sous le nom de projet de la Baie-James.

Un an après son élection en 1970, le nouveau Premier ministre Robert Bourassa lance « le projet du siècle » afin de tenter de réaliser sa promesse de 100 000 nouveaux emplois. Le , il annonce, devant des membres du Parti libéral du Québec, qu'Hydro-Québec construira un complexe hydroélectrique de 10 000 mégawatts dans la Jamésie, région de la baie James. Après avoir évalué les options disponibles, le gouvernement et Hydro-Québec optent l'année suivante pour la construction de trois centrales sur la Grande Rivière : LG-2, LG-3 et LG-4.

En plus des difficultés techniques et logistiques que posent un projet de cette envergure dans une région pratiquement vierge et éloignée, le président de la Société d'énergie de la Baie James, Robert A. Boyd, doit faire face à l'opposition des 5 000 résidents cris du territoire, qui craignent les conséquences qu'aura le projet sur leur mode de vie traditionnel. En novembre 1973, les Cris obtiennent une injonction qui arrête temporairement les travaux. L'opposition des autochtones forcera le gouvernement Bourassa à négocier un compromis avec les résidents[38].

Le recours judiciaire du Grand Conseil des Cris force le gouvernement du Québec à négocier une solution. Le , les parties signent la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. La convention accorde aux Cris et aux Inuit une compensation financière, un territoire défini, la gestion des services de santé et d'éducation en échange d'une reconnaissance territoriale réciproque et de l'arrêt des poursuites[39].

À la pointe des travaux, entre 1977 et 1981, entre 14 000 travailleurs et 18 000 travailleurs œuvrent sur les chantiers de la baie James[40]. Inaugurée le , la centrale souterraine LG-2, d'une puissance initiale de 5 328 mégawatts, est la plus puissante de son genre au monde. La centrale, le barrage et le réservoir seront renommés en l'honneur de Robert Bourassa quelques jours après sa mort, en 1996[41]. La construction de la première phase du projet est complétée par la mise en service de LG-3 en juin 1982 et de LG-4 en mai 1984[42]. Une seconde phase du projet, comprenant l'aménagement de cinq centrales supplémentaires — les centrales LG-1 (1 436 mégawatts), LG-2A (2 106 mégawatts), Laforge-1 (878 mégawatts), Laforge-2 (319 mégawatts) et Brisay (469 mégawatts) —, sera réalisée entre 1987 et 1996[43].

Les années 1980 et 1990[modifier | modifier le code]

Traversée sous-fluviale[modifier | modifier le code]

Un pylône haubané en V, caractéristique des lignes à 735 kV du réseau de la Baie James.

Après deux décennies de croissance soutenue, les années 1980 et 1990 seront difficiles pour Hydro-Québec, qui doit faire face à plusieurs controverses environnementales et à une certaine méfiance du public, en raison des controverses et des hausses de tarifs. Les répercussions du deuxième choc pétrolier et la sévère récession qui a suivi forcent aussi l'entreprise à modifier ses stratégies de développement pour recentrer ses priorités vers les besoins des consommateurs[44]. Ainsi, un nouveau projet d'aménagement hydroélectrique et la construction d'une ligne à haute tension destinée à l'exportation vers la Nouvelle-Angleterre se heurtent à l'opposition de groupes autochtones et environnementaux canadiens et américains, alors que les éléments provoquent deux pannes générales en moins d'un an.

Afin d'exporter l'électricité de la Baie-James vers la Nouvelle-Angleterre, Hydro-Québec se propose de construire une ligne de transport d'électricité à courant continu de 450 kV, le Réseau multiterminal à courant continu. La ligne, d'une capacité de 2 000 mégawatts et longue de 1 480 km[45], doit relier les centrales de la Baie-James, à la région de Boston au Massachusetts. La construction de la ligne se déroule généralement sans incident, sauf à l'endroit où les câbles à haute tension doivent traverser le fleuve Saint-Laurent, entre Grondines et Lotbinière[46].

En raison de l'opposition organisée des citoyens des deux rives, dont la tisserande réputée Micheline Beauchemin, Hydro-Québec doit construire un tunnel de 4 km sous le fleuve, au coût de 144 millions de dollars[47]. Cette ligne sous-fluviale a nécessité deux ans et demi de travail. Elle a été mise en service le 1er novembre 1992[48],[49].

Grande-Baleine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projet Grande-Baleine.
Hydro-Québec en 1989
Données financières
Revenus 5 559 M $
Bénéfice net 565 M $
Données d'exploitation
Puissance installée 25 126 MW
Ventes 137,6 TWh
Clients résidentiels 2 802 000
Employés permanents 19 437

Source : Hydro-Québec, Rapport annuel 1989,‎ 1990 [détail de l’édition].
Les Cris du Nord du Québec se sont farouchement opposés au projet Grande-Baleine.

Hydro-Québec et gouvernement Bourassa auront toutefois beaucoup plus de difficultés dans le Nord du Québec. Annoncé en 1986, le projet Grande-Baleine prévoit la construction de trois centrales hydroélectriques sur la Grande rivière de la Baleine. Ce projet de 12,6 milliards de dollars aurait eu une puissance installée de 3 160 mégawatts et devait produire 16,3 térawattheures d’énergie annuellement à sa mise en service, en 1998-1999[50].

Le projet suscite immédiatement la controverse. Comme en 1973, les Cris du Nord du Québec s'opposent au projet. Ils intentent des recours judiciaires contre Hydro-Québec, au Québec, au Canada et dans plusieurs États américains, afin d'arrêter la construction ou de stopper les exportations d'électricité québécoise vers les États-Unis[51],[52]. Les Cris obtiennent du gouvernement fédéral qu'il mène des processus d'évaluation environnementaux distincts, afin d'étudier la construction du complexe. Les dirigeants cris s'allient aussi à des groupes écologistes américains et lancent une campagne de relations publiques attaquant le projet Grande-Baleine, Hydro-Québec et le Québec en général. La campagne menée tambour battant aux États-Unis et en Europe quelques mois après l'échec de l'Accord du lac Meech et la crise d'Oka, exaspère les groupes écologistes québécois qui se sont dissociés de la campagne des cris[53],[54].

La campagne connaît cependant du succès dans l'État de New York et force la New York Power Authority à annuler un contrat de 5 milliards de dollars américains, signé avec Hydro-Québec en 1990[55]. Deux mois après son élection, en 1994, le nouveau Premier ministre Jacques Parizeau annonce la suspension du projet de Grande-Baleine, affirmant qu'il n'était pas nécessaire pour répondre aux besoins énergétiques du Québec[56].

La nature s'acharne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éruption solaire de 1989.
Une éruption solaire est à l'origine d'une panne générale, le 13 mars 1989.

Hydro-Québec doit aussi lutter sur un autre front. La nature s'acharne contre le réseau de transport de la société, qui subit trois grandes pannes en dix ans. Ces incidents mettent en relief le talon d'Achille du réseau électrique québécois : les grandes distances séparant ses installations de production des principaux centres de consommation[57].

Le à h 5, tout le Québec, une partie de la Nouvelle-Angleterre et du Nouveau-Brunswick, sont plongés dans le noir en raison d'un bris d'équipement dans un poste de transport sur la Côte-Nord, point de passage obligé de l'électricité qui transite des chutes Churchill, et Manicouagan[58]. La panne, qui a duré jusqu'à huit heures par endroits, a été causée par une accumulation de glace sur les équipements du poste Arnaud[59].

Moins d'un an plus tard, le à h 44, une importante éruption solaire entraîne de brusques variations du champ magnétique terrestre, qui provoquent le déclenchement des mécanismes de protection des lignes de transport d'électricité, isolant le réseau de la Baie-James et entraînant une panne d'électricité générale[60], qui dure plus de neuf heures[61]. Cette panne a forcé Hydro-Québec à prendre des mesures pour réduire les risques que posent les éruptions solaires[62].

Crise du verglas[modifier | modifier le code]

Hydro-Québec en 1999
Données financières
Revenus 9 608 M $
Bénéfice net 906 M $
Données d'exploitation
Puissance installée 31 505 MW
Ventes 171,7 TWh
Clients résidentiels 3 206 000
Employés permanents 17 277

Source : Hydro-Québec, Rapport annuel 1999,‎ 2000 [détail de l’édition].
Le verglas massif de janvier 1998 a affecté plus de 1,4 million d'abonnés d'Hydro-Québec. Certains clients de la Montérégie ont été privés d'électricité pendant cinq semaines.

En , cinq jours consécutifs de pluie verglaçante dans le sud du Québec provoquent la plus grave panne de courant de l'histoire d'Hydro-Québec. Le poids de la glace accumulé sur les lignes de transport et de distribution cause l'écroulement de 600 km de lignes de transport et de 3 000 km de lignes de distribution dans le sud du Québec et plonge 1,4 million d'abonnés dans le noir pour des périodes variant de quelques heures à près de quatre semaines[63].

Une partie de la Montérégie, surnommée le « triangle noir » par les médias et la population, est particulièrement affectée par la crise du verglas, en raison d'accumulations de glace dépassant les 100 mm[64]. Les abonnés de l'île de Montréal et de l'Outaouais souffrent aussi de l'interruption de service qui prend une importance particulière puisque la majorité des ménages québécois se chauffent à l'électricité. Immédiatement, Hydro-Québec mobilise plus de 10 000 travailleurs pour rebâtir le réseau[65]. Au plus fort de la crise, le , l'île de Montréal n'est plus alimentée que par une seule ligne à haute tension. Le gouvernement prend la décision de couper temporairement l'électricité au centre-ville de Montréal afin de maintenir l'approvisionnement en eau potable de la métropole[65].

Le service sera finalement rétabli pour l'ensemble des clients le , ce qui inspirera cette comparaison au rédacteur en chef du magazine L'actualité, Jean Paré, dans son éditorial du 1er mars 1998 : « Tout un pays gelé par la grande Zamboni céleste, paralysé comme un ordinateur bogué, des millions de gens transformés pendant plus de deux semaines en spectateurs obligés[66]. »

La tempête a entraîné des coûts directs de 725 millions de dollars pour Hydro-Québec au cours de l'année 1998[67] et plus d'un milliard de dollars ont été investis au cours des 10 années suivantes afin de renforcer le réseau contre des événements similaires[68]. Toutefois, une partie des travaux de l'opération de « bouclage » du réseau à 735 kV, autorisée sans évaluation environnementale préalable pendant la crise, s'est rapidement heurtée à l'opposition des citoyens du Val Saint-François, en Estrie, qui obtiennent l'annulation des décrets autorisant la construction[69]. Après l'adoption d'une loi[70] et la tenue d'audiences publiques sur le projet[69], la construction de la ligne Hertel-Des Cantons sera finalement autorisée en juillet 2002 et mise en service l'année suivante[71].

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Projet du Suroît[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Projet du Suroît.

Le moratoire de facto imposé aux nouveaux projets hydroélectriques dans le Nord-du-Québec après l'abandon du projet Grande-Baleine force la direction d'Hydro-Québec à envisager d'autres solutions pour combler l'augmentation de la demande. En septembre 2001, Hydro-Québec annonce qu'elle veut construire une centrale thermique au gaz naturel à cycle combiné, le projet du Suroît. Hydro-Québec fait valoir que cette nouvelle centrale est essentielle à la sécurité des approvisionnements québécois en raison des aléas de l'hydraulicité de ses réservoirs[72], qu'elle est rentable et qu'elle peut être construite en deux ans[73].

Cependant, le projet arrive au moment où s'engage le débat sur la ratification par le Canada du protocole de Kyōto. Avec des émissions prévues de 2,25 millions de tonnes de dioxyde de carbone par année, la centrale du Suroît aurait augmenté les émissions totales du Québec de près de 3 %[73]. Face à l'impopularité du projet — un sondage mené en janvier 2004 indique que 67 % des personnes interrogées s'y opposent[73] —, le gouvernement de Jean Charest abandonne le Suroît en novembre 2004[74].

Reprise des grands projets hydroélectriques[modifier | modifier le code]

La dérivation de la rivière Rupert détournera une partie du débit des eaux (en orange sur la carte) vers le réservoir Robert-Bourassa.
Article détaillé : Projet de la Romaine.

Après une pause dans les années 1990, Hydro-Québec a relancé ses activités de construction de nouvelles centrales au début du XXIe siècle, avec les projets SM-3 en 2004 (884 mégawatts) ; Toulnustouc en 2005 (526 mégawatts) ; Eastmain-1 en 2007 (480 mégawatts)[75] ; Péribonka (385 mégawatts)[76] et Mercier en 2008 (50,5 mégawatts) ; Rapides-des-Cœurs (76 mégawatts) et Chute-Allard (62 mégawatts) en 2009[77].

Le , le Premier ministre Bernard Landry et le chef du Grand Conseil des Cris, Ted Moses, signent une entente qui permet la construction de nouveaux aménagements hydroélectriques dans le Nord québécois. La « Paix des Braves »[78] précise les dispositions de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois et prévoit le versement d'une compensation de 4,5 milliards de dollars sur 50 ans à la nation crie, des régimes particuliers en matière de gestion de la faune et de la forêt, en plus de garantir que les entreprises et travailleurs cris pourront obtenir une partie des retombées économiques des projets à venir[79].

En échange, les Cris acceptent la relance des projets de construction dans la région. La centrale Eastmain-1 — autorisée par le gouvernement dès mars 1993[80] — et la dérivation partielle de la rivière Rupert vers le réservoir Robert-Bourassa peuvent donc être aménagées, sous réserve de certaines dispositions en matière de protection de l'environnement et du milieu social[81].

Les travaux de construction de la première centrale, d'une puissance de 480 mégawatts, ont débuté dès le printemps 2002 avec l'aménagement d'une route de 80 km reliant le chantier au poste de la Nemiscau. En plus de la centrale, construite sur la rive gauche de la rivière, le projet a nécessité l'érection d'un barrage de 890 m de longueur sur 70 m de hauteur, de 33 digues et d'un évacuateur de crues. Les trois groupes turbines-alternateurs de centrale Eastmain-1 ont été mis en service au printemps 2007. La centrale produit annuellement 2,7 térawattheures[82].

La mise en route de la centrale d'Eastmain-1 a été immédiatement suivie de deux autres centrales dans la même région. Les centrales Eastmain-1-A (768 mégawatts) et Sarcelle (150 mégawatts)[83], ainsi que la dérivation partielle de la rivière Rupert vers le réservoir Robert-Bourassa, sont en construction en 2009 et devraient entrer en service d'ici 2011[84].

Ces projets s'inscrivent dans la stratégie énergétique 2006-2015 du gouvernement du Québec. Le document prévoit lancer 4 500 mégawatts de nouveaux projets hydroélectriques, intégrer 4 000 mégawatts d'énergie éolienne, augmenter les exportations d'électricité et les cibles des programmes d'efficacité énergétique[85].

Vers la fin de juillet 2009, Hydro-Québec a indiqué qu'elle se retrouverait avec d'importants surplus d'énergie pour l'année 2010, surplus d'une valeur marchande estimée à un milliard de dollars. Ces surplus sont notamment causés par des baisses de productions, au Québec, dans les secteurs des pâtes et papiers, ainsi que de l'aluminium[86]. Son plan stratégique 2009-2013[87], prévoit des investissements de vingt-cinq milliards de dollars pendant cette période[88] et la participation d'Hydro-Québec à un éventuel Plan Nord.

Tentative d'expansion dans les provinces maritimes[modifier | modifier le code]

Hydro-Québec en 2009
Données financières
Revenus 12 334 M $
Bénéfice net 3 035 M $
Données d'exploitation
Puissance installée 36 810 MW
Ventes 188,7 TWh
Clients résidentiels 3 960 000
Employés permanents 19 536

Source : Hydro-Québec, Rapport annuel 2009,‎ 2010 [détail de l’édition].

Le , les premiers ministres du Nouveau-Brunswick, Shawn Graham, et du Québec, Jean Charest, signent un protocole d'entente prévoyant la vente de la plupart des actifs d'Énergie NB à une filiale d'Hydro-Québec contre la somme de 4,75 milliards de dollars[89]. L'entente prévoyait en outre une réduction moyenne de 30 % des tarifs industriels ainsi qu'un gel des tarifs de cinq ans pour les clients résidentiels et commerciaux du Nouveau-Brunswick[90].

Bien qu'accueillie avec enthousiasme par les éditorialistes et les milieux d'affaire, la transaction proposée est rejetée massivement par la population du Nouveau-Brunswick[91]. L'entente est amendée le 20 janvier 2010 afin de conserver les activités de transport et de distribution d'électricité sous contrôle néo-brunswickois[92],[93], sans toutefois diminuer la controverse.

Les deux gouvernements annoncent l'annulation de la transaction le , invoquant des problèmes découverts lors d'une « vérification diligente » des actifs[94]. Cette interprétation est toutefois contestée par les analystes, qui évoquent plutôt les problèmes politiques du gouvernement néo-brunswickois[95],[96],[97].

Controverses[modifier | modifier le code]

En 2009, Hydro-Québec essuie les critiques pour avoir fait de généreux dons à deux écoles privées de Montréal, le Collège Jean-de-Brébeuf et le Collège Notre-Dame. Rappelée à l'ordre par le gouvernement, Hydro-Québec affirme qu'elle ne fera plus de dons aux écoles privées[98]. Hydro-Québec est également mise dans l'embarras pour avoir subventionné l'Université d'Ottawa, en Ontario, à hauteur de 150 000 $[99]. Les journalistes mettent en lumière les liens passés ou actuels de dirigeants de la société d'État dans ces institutions.

La même année, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec décerne à Hydro-Québec le prix Noirceur, qui dénonce son manque de transparence[100].

Organisation et performance financière[modifier | modifier le code]

Séparation fonctionnelle[modifier | modifier le code]

Carte présentant les centrales et le réseau de transport à haute tension d'Hydro-Québec.

Comme la plupart des entreprises d’électricité intégrées en Amérique du Nord, l'organisation d'Hydro-Québec a été fortement affectée par la déréglementation des marchés de l'électricité initiée aux États-Unis dans le milieu des années 1990. La société s'est réorganisée en séparant ses fonctions de production, de transport et de la distribution électrique.

La division de transport d'électricité, TransÉnergie, a été la première à être restructurée dès 1997, en réponse à l'ordonnance 888 de la Federal Energy Regulatory Commission américaine[101]. La restructuration a été complétée en 2000, par l'adoption du projet de loi 116, loi modifiant la Loi sur la Régie de l'énergie et d'autres dispositions législatives[102], qui consacrait la division fonctionnelle entre les activités de production, de transport et de distribution.

Tarif patrimonial[modifier | modifier le code]

Cette séparation fonctionnelle et l'adoption d'un « tarif patrimonial » faisaient écho à une étude menée pour le compte du gouvernement Bouchard par la firme Merrill Lynch. L'étude, rendue publique en janvier 2000, avait pour objectif de « proposer des avenues de déréglementation de la production d'électricité », de manière compatible avec les tendances continentales, tout en respectant un « pacte social québécois », comprenant l'uniformité des tarifs sur l'ensemble du territoire, la stabilité des tarifs et le maintien « des bas tarifs d'électricité, notamment dans le secteur résidentiel »[103].

La nouvelle loi oblige Hydro-Québec Production (HQP) — la division qui exploite les centrales électriques — à fournir un volume maximal annuel de 165 térawattheures (TWh) d'énergie et les services accessoires, une provision pour pertes de 13,86 térawattheures, et une puissance de pointe garantie de 34 342 mégawatts[104] — à un prix fixe de 2,79 cents le kilowattheure, le tarif patrimonial. Le décret 1277-2001 du gouvernement du Québec répartit les quantités à être livrées pour chacune des 8 760 tranches horaires que compte une année de 365 jours et qui varient de 11 420 à 34 342 mégawatts[105].

Hydro-Québec Distribution (HQD) doit acheter l'électricité excédentaire, soit environ 8,2 térawattheures en 2007[106], auprès d'autres fournisseurs en se la procurant auprès des bourses d'énergie voisines, en signant des contrats de gré à gré avec des petits producteurs, par des appels d'offres privilégiant une source d'énergie particulière, comme la cogénération au gaz naturel et à la biomasse, l'éolien ou la petite hydraulique[107] ou par des campagnes d'efficacité énergétique[106]. Hydro-Québec Distribution a, par exemple, lancé deux appels d'offres pour acheter des blocs de 1 000 et 2 000 mégawatts d'électricité produite par des éoliennes, en 2003 et 2005. Le début des livraisons de l'énergie produite par les 23 parcs éoliens sous contrat a commencé en 2006 et s'étendra jusqu'en décembre 2015[108].

Réglementation[modifier | modifier le code]

Les divisions TransÉnergie et Distribution sont soumises à la Régie de l'énergie du Québec, un organisme de régulation économique qui établit le prix de détail de l'électricité et du gaz naturel ainsi que les tarifs de transport à haute tension selon une approche basée sur les coûts de service. La Régie dispose de pouvoirs supplémentaires ; en outre, elle approuve les budgets des distributeurs, leurs projets d'immobilisation, les conditions de service ainsi que les plans d'approvisionnement et contrats d'achat d'électricité à long terme. Elle accueille également les plaintes des clients et approuve les programmes d'efficacité énergétique et les règles de fiabilité et de sécurité du réseau électrique[109].

Le reste de l'entreprise, y compris la division responsable de la production, n'est pas soumise à la réglementation de la Régie de l'énergie[110]. Elle doit cependant soumettre des études d'impact environnemental détaillées pour tous les projets de construction de nouvelles centrales électriques et pour les projets de construction d'infrastructures de transport. Ces études sont suivies d'un processus d'audiences publiques, dirigé par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Le BAPE remet ses recommandations au gouvernement, qui émet les autorisations nécessaires.

Rendement financier[modifier | modifier le code]

Données financières 2003-2012 (au 31 décembre)
en millions de dollars canadiens[RA 3],[111],[112]
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003
Chiffre d'affaires[note 2] 12 228 12 245 12 269 11 997 12 304 12 326 11 162 10 887 10 341 10 197
Résultat net[note 2] 860 2 611 2 515 2 871 3 015 2 907 3 741 2 252 2 435 1 938
Dividendes déclarés 645 1 958 1 886 2 168 2 252 2 095 2 342 1 126 1 350 965
Actif total[note 2] 70 517 69 637 65 809 64 918 62 850 61 107 59 698 60 431 58 072 57 823
Dette à long terme 43 524 42 050 38 660 37 943 36 415 34 534 34 427 33 007 33 401 35 550
Capitaux propres[note 2] 18 982 18 834 18 566 18 419 18 250 17 206 15 264 17 376 16 220 15 128

Au cours de l'exercice financier terminé le 31 décembre 2011, Hydro-Québec a enregistré un bénéfice net de 2 611 millions de dollars, en hausse de 3,8 % par rapport à l'exercice précédent. L'entreprise a enregistré un rendement des capitaux propres de 14,0 % en 2011[RA 4].

Les produits étaient en légère baisse en 2011 et se chiffrent à 12 392 millions de dollars. Les charges se sont élevées à 7 284 millions de dollars, une baisse de 159 millions de dollars[RA 4], qui s'explique entre autres par une baisse de 166 millions de dollars des achats d'électricité et de combustible par rapport à 2010 ainsi que par l'abolition de la taxe sur le capital[RA 5].

L'entreprise gère des actifs de 69,637 milliards de dollars, dont 56,901 milliards d'actifs corporels[RA 1]. Sa dette à long terme s'établit à 38,660 milliards, pour un taux de capitalisation de 31,0 % en 2011[RA 1]. Les emprunts et obligations d'Hydro-Québec sont garantis par le gouvernement du Québec ; les titres à long terme d'Hydro-Québec sont cotés Aa2 stable par Moody's, AA- positif par Fitch Ratings et A+ par Standard & Poor's[RA 6].

En 2011, Hydro-Québec a versé un dividende de 1 958 millions de dollars à son seul actionnaire, le gouvernement du Québec. Au cours de la période 2007-2011, la somme des dividendes versés au gouvernement s'est élevée à 10,358 milliards de dollars[RA 4].

La conjoncture dans le secteur de l'énergie en Amérique du Nord annonce cependant des années plus difficiles pour l'entreprise. Après plusieurs années fastes, les prix de vente sur les marchés d'exportation ont fondu de presque 50 % depuis le début de la crise financière de 2008. Deux raisons expliquent ce recul : la chute de la demande et la concurrence accrue de l'électricité produite au gaz naturel, dont le prix a chuté avec l'émergence des gaz de schiste[113]. Par ailleurs, les températures hivernales plus douces que la normales réduisent la demande sur le marché domestique. Les ventes d'Hydro-Québec ont chuté de 2,5 térawattheures au cours du premier trimestre de 2012 par rapport la la même période l'année précédente[114].

Débat sur la privatisation[modifier | modifier le code]

Le siège social d'Hydro-Québec est un repère incontournable du paysage urbain montréalais[115],[116],[117].

En 1981, le gouvernement du Parti québécois redéfinit le rôle social d'Hydro-Québec en modifiant les termes du pacte social de 1944. Le gouvernement s'émet 43 741 090 actions ordinaires d'une valeur de 100 dollars chacune et la nouvelle loi habilitante prévoit qu'Hydro-Québec devra désormais verser la moitié de son bénéfice net en dividendes.

Ce changement dans la loi lancera un débat sur l'opportunité de privatiser totalement ou partiellement Hydro-Québec, une idée qui revient sporadiquement dans l'actualité québécoise depuis les années 1980. Depuis quelques années, l'économiste Marcel Boyer et l'homme d'affaires Claude Garcia — tous deux associés à l'Institut économique de Montréal (IEDM), un think tank d'obédience néolibérale —, s'en font les champions, invoquant ce qu'ils considèrent être un manque de rigueur de la gestion de la société et la possibilité pour le Québec de payer une partie de la dette publique avec les produits de la vente de l'entreprise d'électricité[118],[119].

Sans aller aussi loin que l'IEDM, Mario Dumont de l'Action démocratique du Québec a brièvement évoqué la vente d'une partie du capital-actions d'Hydro-Québec au public québécois, lors de la campagne électorale de 2008[120]. Un sondage de la firme Léger Marketing mené en novembre 2008 indique qu'une majorité de Québécois interrogés (53 %) s'opposaient à la proposition de vendre 7,5 % du capital de l'entreprise aux citoyens et aux entreprises du Québec, contre 38 % qui y étaient favorables[121].

Interrogé sur le sujet par Guy A. Lepage à l'émission de grande écoute Tout le monde en parle, le 16 novembre 2008, l'ancien Premier ministre péquiste Jacques Parizeau a soutenu qu'Hydro-Québec était perçue par les Québécois comme un symbole de réussite nationale et, conséquemment, que toute tentative de privatisation de la société d'État, même partielle, rencontrerait toujours une forte opposition dans la population[122]. Malgré tout, Parizeau évoque trois scénarios de privatisation de la société d'État dans son livre La souveraineté du Québec : hier, aujourd’hui et demain, publié en novembre 2009 : la vente d'une participation minoritaire, d'une participation majoritaire ou même de toutes les actions sauf une seule, dite Golden Share, « qui prédomine sur toutes les autres actions pour toutes les décisions prévues par la loi »[123]. Le gouvernement a rappelé à plusieurs reprises qu'il n'était pas question de privatiser la société d'État[124].

Comme plusieurs autres économistes[125],[126],[127], Jean-Pierre Aubry, du comité des politiques publiques de l'Association des économistes québécois, croit plutôt qu'une augmentation marquée des tarifs d'électricité accroîtrait le dividende versé annuellement au gouvernement sans qu'il soit nécessaire de privatiser l'entreprise[128].

D'autres, comme le chroniqueur Bertrand Tremblay du Quotidien de Saguenay, considèrent que la privatisation serait une dérive vers l'époque où les ressources naturelles du Québec étaient exportées en vrac à bas prix. « Cette exploitation de notre potentiel hydraulique et forestier a fait, longtemps, du Québec, une république de bananes. De puissants intérêts étrangers, avec la complicité de rapaces locaux, exportaient ainsi les emplois rattachés à la mise en valeur de nos ressources naturelles »[129].

Des universitaires de gauche comme Léo-Paul Lauzon et Gabriel Sainte-Marie de l'UQAM, prétendent, chiffres à l'appui, que la privatisation représenterait une perte nette pour les citoyens, qui paieraient des tarifs beaucoup plus élevés. Le gouvernement y perdrait aussi au change, en trahissant le pacte social qu'il a signé avec les Québécois lors de la nationalisation en plus de se priver d'un actif de premier choix contre une faible réduction de la dette publique[130],[131].

Activités[modifier | modifier le code]

Parc de production[modifier | modifier le code]

Le barrage Daniel-Johnson, sur la rivière Manicouagan.
Sources d'approvisionnement énergétique d'Hydro-Québec, en 2007.

Au 31 décembre 2012, le parc de centrales électriques d'Hydro-Québec Production comprenait 59 centrales hydroélectriques — dont 12 d'une puissance de plus de 1 000 mégawatts —, 664 barrages, 97 ouvrages régulateurs et 26 grands réservoirs d'une capacité de stockage de 175 térawatt-heures[RA 7]. Ces installations sont concentrées dans 13 des 430 bassins versants que compte le Québec[132], dont le fleuve Saint-Laurent et les rivières aux Outardes, Betsiamites, des Outaouais, La Grande, Manicouagan et Saint-Maurice[133]. Selon les données de 2010, 97,8 % de l'énergie produite par l'entreprise était renouvelable[134]. Cette proportion est en augmentation avec la fermeture de la centrale thermique de Tracy et de la centrale nucléaire Gentilly-2 en 2011 et 2012. Les unités de production hydroélectriques fournissent aujourd'hui l'essentiel de l'électricité produite par la société.

Une centrale nucléaire —la centrale nucléaire de Gentilly-2, fermée le 28 décembre 2012[135]— et deux turbines à gaz s'ajoutent au parc de centrales hydrauliques, pour une puissance installée totale de 35 829 mégawatts en 2012[RA 8]. Le coût moyen de production d'Hydro-Québec s'élevait à 2,09 cents par kilowatt-heure en 2012[RA 9].

La division Production achète également la majeure partie de la production de la centrale des Chutes Churchill au Labrador (5 428 mégawatts), en vertu d'un contrat à long terme qui arrivera à échéance en 2041[RA 10].

En 2009, Hydro-Québec s'est portée acquéreur de la participation de 60 % que détenait AbitibiBowater dans la centrale hydroélectrique McCormick (335 mégawatts), située à l'embouchure de la rivière Manicouagan, près de Baie-Comeau, pour la somme de 615 millions de dollars[136].

Principales centrales d'Hydro-Québec, en 2012[RA 8]
Centrale Rivière Puissance (MW)
Robert-Bourassa La Grande 5 616
La Grande-4 La Grande 2 779
La Grande-3 La Grande 2 417
La Grande-2-A La Grande 2 106
Beauharnois Fleuve Saint-Laurent 1 853
Manic-5 Manicouagan 1 596
La Grande-1 La Grande 1 436
René-Lévesque Manicouagan 1 244
Bersimis-1 Betsiamites 1 178
Jean-Lesage Manicouagan 1 145
Manic-5-PA Manicouagan 1 064
Outardes-3 aux Outardes 1 026

En 2008, les approvisionnements d'Hydro-Québec provenaient très largement de sources hydrauliques (95,8 %). Les émissions atmosphériques de dioxyde de carbone (7 263 tonnes/térawatt-heure) de dioxyde de soufre (19 tonnes/térawatt-heure) et d'oxyde d'azote (29 tonnes/térawatt-heure) étaient de 20 à 43 fois inférieures à la moyenne de l'industrie dans le nord-est de l'Amérique du Nord. L'énergie importée est responsable de la presque totalité de ces émissions[137].

Réseau de transport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : TransÉnergie.
Le poste électrique de Micoua, sur la Côte-Nord, convertit le courant à 315 kV arrivant de cinq centrales en courant 735 kV. Il est aussi un des points névralgiques du réseau de lignes à 735 kV, long de 11 422 km.
Un redresseur au poste des Outaouais, à L'Ange-Gardien. Cette interconnexion permet de synchroniser l'électricité produite au Québec au réseau d'Hydro One. Depuis 2009, ce poste HVDC dos à dos permet d'exporter ou d'importer jusqu'à 1 250 mégawatts en provenance de l'Ontario.
Série de pylônes tubulaires, ou « muguet », situés dans l'arrondissement Chicoutimi (près de la rivière Saguenay) de la ville de Saguenay.

Formée en 1997, Hydro-Québec TransÉnergie planifie, exploite et entretient le réseau de transport d’électricité du Québec. Son principal client est Hydro-Québec Distribution, principal distributeur d'électricité sur le territoire. qui comptait pour 84 % de ses revenus, qui s'élevaient à 3,1 milliards de dollars en 2011[RA 11].

Son réseau de lignes à haute tension, d'une longueur de 33 911 km, dont 11 422 km à 765 et 735 kV, compte 516 postes de transformation[RA 8]. Il est relié aux réseaux voisins du Canada et des États-Unis par 17 interconnexions, d'une capacité maximale de 10 850 mégawatts en importation[note 3] et de 7 994 mégawatts en exportation[138].

Reconnue comme un chef de file mondial en matière de construction et d'exploitation de réseaux électriques à très haute tension[139],[140],[141], TransÉnergie exploite le plus grand réseau de transport d'électricité en Amérique du Nord, surveille la fiabilité de l'interconnexion du Québec avec le réseau de la North American Electric Reliability Corporation (NERC) et participe aux travaux du Northeast Power Coordinating Council (NPCC). TransÉnergie gère les mouvements d'énergie sur le réseau et assure un accès non discriminatoire aux participants des marchés de gros[142],[note 4].

La politique d'accès non discriminatoire permet par exemple à Nalcor de vendre une partie de son bloc d'énergie de la centrale de Churchill Falls sur les marchés de l'État de New York depuis mars 2009, en utilisant les installations d'Hydro-Québec TransÉnergie, moyennant le paiement de frais de transport[143],[144].

De plus, la direction Contrôle des mouvements d'énergie (CMÉ) de TransÉnergie a reçu le mandat de coordonner la fiabilité de l'ensemble des réseaux électriques sur le territoire du Québec, en vertu d'une entente entre la Régie de l'énergie du Québec, le North American Electric Reliability Corporation et le Northeast Power Coordinating Council, organismes responsables des normes en vigueur dans le nord-est de l'Amérique du Nord[145].

Interconnexions[modifier | modifier le code]

Le réseau de transport d'électricité de TransÉnergie fonctionne de manière asynchrone avec ses voisins de l'interconnexion de l'Est. Même si le courant alternatif utilise la même fréquence au Québec que dans le reste de l'Amérique du Nord (60 hertz), il n'est pas en phase avec le reste du continent[146]. TransÉnergie utilise donc des convertisseurs de type dos à dos pour exporter ou importer de l'électricité.

Cette particularité du réseau québécois a permis à Hydro-Québec de maintenir le service – à l'exception de cinq centrales de l'Outaouais, qui étaient directement branchées sur le réseau ontarien – pendant la panne de courant nord-américaine du 14 août 2003 alors que 50 millions de personnes dans les réseaux voisins de l'Ontario et du nord-est des États-Unis étaient privées d'électricité[147].

Depuis 2009, une nouvelle interconnexion, dotée de convertisseurs de type dos à dos de 1 250 mégawatts, relie le réseau de TransÉnergie à celui d'Hydro One. Le poste des Outaouais à L'Ange-Gardien, près de la frontière de l'Ontario[148] et une nouvelle ligne de transport à 315 kV, construite dans le cadre du projet, ont requis des investissements de 700 millions de dollars[146].

Réseau[modifier | modifier le code]

Le réseau de transport de TransÉnergie se caractérise aussi par les longues distances qui séparent les centres de production des marchés de consommation. Par exemple, le poste Radisson achemine la production des centrales de la Baie-James vers Nicolet et la région de Montréal, à plus de 1 000 km au sud[149].

En 2010, TransÉnergie a investi la somme de 1 248 millions de dollars dans des projets d'immobilisations, dont 423 millions au seul titre de l'expansion de son réseau[RA 12]. En plus de l'interconnexion avec l'Ontario, l'entreprise désire aussi construire une seconde liaison à courant continu d'une capacité de 1 200 mégawatts entre le poste Des Cantons, en Estrie, et Franklin, au New Hampshire[150]. Le tronçon américain de cette ligne, d'un coût estimé de 1,1 milliards de dollars américains[151], sera construite par Northern Pass Transmission LLC, une coentreprise formée par deux distributeurs d'électricité américains, Northeast Utilities (75 %) et NStar (25 %)[152], mais doit d'abord recevoir l'autorisation des autorités réglementaires du Québec et des États-Unis. Elle pourrait entrer en service en 2015[153]. Selon un représentant de Northeast Utilities, cette ligne de transport permettrait à elle seule d'atteindre le tiers des objectifs de réduction des gaz à effet de serre de la Nouvelle-Angleterre dans le cadre du Regional Greenhouse Gas Initiative[154].

En 2010-2011 TransÉnergie poursuit ses investissements dans la modernisation de son réseau. Elle a amorcé la mise en œuvre de ses plans d'évolution de l'alimentation électrique dans la région de Québec[155],[156], sur la Rive-Sud[157], et dans l'est de l'île de Montréal[158]. La division procède également à la reconfiguration de ses réseaux à 315kV et 735kV entre Québec et Montréal[159] en plus de préparer la construction d'un nouveau poste aux Outardes à 735 kV à proximité du poste Micoua, 80 km au nord de Baie-Comeau[160].

Distribution[modifier | modifier le code]

Employé d'Hydro-Québec effectuant l'installation d'un transformateur souterrain à Montréal.

La division Distribution d'Hydro-Québec est responsable de la gestion des approvisionnements et de la vente au détail de l'électricité à la clientèle québécoise. Elle exploite un réseau de 114 649 km de lignes à moyenne et basse tension[RA 1] partout au Québec, à l'exception des territoires de neuf réseaux de distribution municipaux – Alma, Amos, Baie-Comeau, Coaticook, Joliette, Magog, Saguenay, Sherbrooke et Westmount – et d'une coopérative électrique, celle de Saint-Jean-Baptiste de Rouville[161].

Elle s'approvisionne principalement à partir du bloc d'électricité patrimoniale fourni par Hydro-Québec Production, les besoins excédentaires étant comblés par des contrats à long terme signés auprès de fournisseurs privés au terme de processus d'appel d'offres, des achats à court terme sur les marchés voisins. En dernier recours, Hydro-Québec Distribution peut recourir aux services d'Hydro-Québec Production en cas de besoins imprévus[162]. Les différents contrats d'approvisionnement doivent être soumis pour approbation à la Régie de l'énergie du Québec, qui en tient compte lors de la fixation des tarifs.

Jusqu'à présent, Hydro-Québec a signé un contrat de cogénération au gaz naturel (507 mégawatts en 2003), trois contrats de cogénération à la biomasse forestière (47,5 mégawatts en 2004-2005), 10 contrats de production éolienne (2 994 mégawatts en 2005 et 2008) ainsi qu'un contrat d'énergie cyclable et de base avec Hydro-Québec Production (600 mégawatts en 2002)[163].

Hydro-Québec Distribution est également responsable de produire l'électricité requise par les réseaux autonomes alimentant les communautés et villages nordiques qui ne sont pas reliés au réseau principal. Elle opère 24 centrales thermiques au diesel et une centrale hydroélectrique sur la Basse-Côte-Nord, aux Îles de la Madeleine, en Haute-Mauricie et dans le Nunavik.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

La division Hydro-Québec Équipement et services partagés agit comme maître d'œuvre des chantiers de construction majeurs d'Hydro-Québec, à l'exception des travaux réalisés sur le territoire couvert par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975, qui sont confiés à une autre filiale, la Société d'énergie de la Baie James.

Après une pause dans les années 1990, Hydro-Québec a relancé ses activités de construction de nouvelles centrales au début du XXIe siècle pour profiter du contexte favorable créé par la libéralisation des marchés nord-américains de l'électricité ainsi que pour répondre à l'augmentation de la demande québécoise. Le plan stratégique 2009-2013 de la société prévoit des investissements totaux de 10,4 milliards de dollars pour construire et rénover des installations de production d'électricité[87].

En plus du projet Eastmain-1A-Sarcelle-Rupert, qui devrait être complété en 2012, le plus important projet de construction en cours est un nouveau complexe de quatre aménagements hydroélectriques d'une puissance totale de 1 550 mégawatts sur la rivière Romaine, dont la construction a débuté le 13 mai 2009[164]. Le complexe de la Romaine, dont la construction nécessitera des investissements de 6,5 milliards de dollars, devrait être complété et mis en service graduellement entre 2014 et 2020[165].

Dans son discours inaugural de mars 2009, le Premier ministre du Québec, Jean Charest, a annoncé l'intention de son gouvernement de développer le potentiel hydroélectrique d'une autre rivière de la Côte-Nord, la Petit Mécatina[166]. D'autres projets sont également à l'étude, dont la construction d'une centrale sur la rivière Magpie, une autre, la centrale Tabaret, près du barrage de Kipawa, au Témiscamingue, ainsi que des ajouts de puissance aux centrales Jean-Lesage (120 mégawatts), René-Lévesque (210 mégawatts) et une turbine supplémentaire à la centrale SM-3 (440 mégawatts)[87].

Recherche et développement[modifier | modifier le code]

Depuis 1967, Hydro-Québec investit dans la recherche et le développement. En plus de financer la recherche universitaire, elle est la seule entreprise d'électricité en Amérique du Nord à s'être dotée de son propre centre de recherche, l'Institut de recherche d'Hydro-Québec (IREQ) de Varennes, sur la Rive-Sud de Montréal[167]. Ce centre, fondé par l'ingénieur Lionel Boulet, se spécialise dans les domaines de la haute tension, de la mécanique et de la thermomécanique, la simulation de réseaux et de l'étalonnage[168].

Les recherches des scientifiques et ingénieurs de l'IREQ ont notamment permis de prolonger la vie des barrages, d'améliorer la performance des équipements, d'automatiser la conduite du réseau et d'augmenter la capacité de transport de certaines lignes à haute tension[169].

Un autre centre de recherche, le Laboratoire des technologies de l'énergie (LTE), de Shawinigan en Mauricie, a été inauguré en 1988[170] afin d'adapter et de développer de nouveaux produits et procédés améliorant l'efficacité énergétique de sa clientèle[171].

Électrification des transports[modifier | modifier le code]

Depuis le printemps 2012, Hydro-Québec s'est associé avec plusieurs partenaires du secteur du commerce de détail afin de créer leCircuit électrique, un réseau de bornes de recharges publiques pour véhicules électriques.
Le moteur TM4 d'Hydro-Québec.
Une i-MiEV de Mitsubishi, en montre au Salon international de l'auto de Montréal en 2011. Hydro-Québec a introduit le modèle à Boucherville dans le cadre d'un projet pilote.

Certaines de ces inventions, dont le concept de moteur-roue électrique, ont frappé l'imaginaire des Québécois[172],[173]. Hydro-Québec a été critiquée pour ne pas avoir tiré profit du modèle présenté par l'ingénieur et physicien Pierre Couture en 1994[174],[175]. L'héritier du moteur-roue est commercialisé par une filiale, TM4, qui s'est associée au groupe Dassault et au manufacturier Heuliez dans le développement d'un véhicule électrique, la Cleanova. Des prototypes ont été construits en 2006[176].

La direction d'Hydro-Québec a annoncé en 2009 que son moteur avait été choisi par Tata Motors et la firme danoise Miljø pour équiper une version de démonstration de son modèle Indica Vista, qui sera testé en Norvège[177],[178]. L'entreprise a aussi signé un protocole d'entente en juin 2009 afin de réaliser un programme d'essai de la version hybride rechargeable du Ford Escape, un véhicule utilitaire sport[179].

En janvier 2010, Hydro-Québec s'est associée au lancement d'un autre programme-pilote d'implantation de véhicules électriques. Le programme, qui a débuté à l'automne 2010, est réalisé en collaboration avec la ville de Boucherville, entreprises locales ainsi que le manufacturier Mitsubishi Motors. Il permettra d'évaluer la performance d'une cinquantaine de voitures i-MiEV dans des situations d'utilisation réelles, notamment en conduite hivernale[180].

Les chercheurs de l'IREQ travaillent également sur le développement de nouvelles technologies dans le domaine des batteries pour la voiture électrique. Les recherches sont orientées vers des technologies qui accroîtraient l'autonomie des véhicules, amélioreraient les performances par temps froid et réduiraient le temps de charge[181].

Depuis le printemps 2012, Hydro-Québec s'est associée avec des partenaires du secteur du commerce de détail, l'Agence métropolitaine de transport ainsi que des hôteliers afin de mettre en place Le Circuit électrique[182], un réseau de bornes de recharges publiques de véhicules électriques. Les premières bornes ont été installées dans les régions de Montréal et de Québec et le déploiement devrait se poursuivre dans d'autres régions du Québec au cours de l'année 2012[183].

Projets internationaux[modifier | modifier le code]

Hydro-Québec prend le tournant international en 1978. Avant cette date, l'entreprise avait pour seules missions le développement énergétique et le soutien du développement économique au Québec. Une nouvelle filiale, Hydro-Québec International, est créée avec le mandat d'offrir le savoir-faire de l'entreprise à l'étranger dans ses domaines de compétence — la distribution, la production et le transport de l'électricité. La nouvelle entité s'appuie sur l'expertise de la maison-mère, qu'elle soit technique, financière ou humaine.

Au cours des 25 années qui ont suivi, Hydro-Québec a été particulièrement active à l'extérieur de ses frontières avec des participations dans des réseaux de transport d'électricité et des centrales électriques : Transelec au Chili[184], Cross Sound Cable aux États-Unis[141], le réseau Consorcio Transmantaro au Pérou, Hidroelectrica Rio Lajas au Costa Rica, Murraylink en Australie et la centrale de Fortuna au Panama[185].

La société d'État québécoise a brièvement détenu une participation de 17 % dans le capital de la SENELEC, lorsque l'État sénégalais a décidé de la vendre à un consortium dirigé par la société française Elyo, filiale du Groupe Suez Lyonnaise des Eaux, en 1999[186]. La transaction a été annulée l'année suivante[187].

La même année la filiale internationale d'Hydro-Québec faisait l’acquisition d’une participation de 20 % dans la Meiya Power Company en Chine pour la somme de 83 millions de dollars[67], une participation qu'elle a détenue jusqu'en juillet 2004[188]. Hydro-Québec a aussi participé à titre de consultant dans plusieurs développements hydroélectriques à travers le monde. Des représentants de la société ont été impliqués indirectement dans la construction du barrage des Trois-Gorges, offrant de la formation aux ingénieurs chinois dans les domaines de la gestion, les finances et l'hydraulicité des barrages[189].

Hydro-Québec s'est graduellement retirée du marché international entre 2003 et 2006 et a revendu à profit ses participations dans des entreprises étrangères. Les profits nets de ces transactions ont été versés au Fonds des générations[190].

Environnement[modifier | modifier le code]

Le grand brochet (Esox lucius) est plus abondant dans le réservoir Robert-Bourassa qu'avant le remplissage du réservoir. Sa progression a été accompagnée d'une diminution du doré jaune (Stizostedion vitreum)[191].

La construction d'installations de production, de transport et de distribution d'électricité a des impacts sur l'environnement. Ainsi, les activités d'Hydro-Québec ont des impacts sur les milieux naturels où sont construites ses installations ainsi que sur les habitants de ces régions. En outre, la création de nouveaux réservoirs transforme le mercure présent dans les plantes en méthylmercure, qui remonte la chaîne alimentaire[192], augmente temporairement les émissions de gaz à effet de serre des étendues d'eau transformées en réservoirs[193] et provoque l'érosion des berges.

De plus, la construction d'aménagements hydroélectrique a des conséquences sur le milieu humain dans lequel il est implanté, qu'il s'agisse des obstacles à la navigation, de la teneur en mercure de certaines espèces de poisson pêchées dans les réservoirs, de la perte potentielle d'artéfacts permettant de retracer la présence humaine sur le territoire ou des conséquences sociales et culturelles du désenclavement des populations autochtones vivant près des installations.

La prise en compte graduelle des externalités environnementales a débuté à Hydro-Québec dès le début des années 1970. L'adoption de la Loi québécoise sur la qualité de l'environnement, en 1972, l'abandon du Projet Champigny, qui prévoyait la construction d'une centrale à réserve pompée dans la vallée de la Jacques-Cartier, en 1973 et le processus de négociation entre les gouvernements, Hydro-Québec et les populations cries qui a conduit à la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois en 1975, forcent l'entreprise à revoir ses façons de faire[194].

Afin de répondre aux préoccupations environnementales, Hydro-Québec se dote d'un comité de protection de l'environnement en 1970 et d'une Direction environnement le 1er septembre 1973. Elle a pour mandat d'étudier et de mesurer les impacts environnementaux des activités de l'entreprise, de préparer des études d'impact, de proposer des mesures d'atténuation sur les nouveaux projets et les aménagements existants ainsi que de mener des recherches dans ces domaines, en collaboration avec des chercheurs universitaires[194].

Impacts sur les milieux naturels[modifier | modifier le code]

La population de caribous près des grands réservoirs du Nord québécois a augmenté entre 1970 et 1990[195].

L'entreprise a mis en place un réseau de surveillance et de suivi environnemental des impacts du complexe La Grande[194] qui, depuis 1978, fournit une multitude de données sur les milieux nordiques. Les 30 premières années de recherche dans la région de la Baie James ont permis de confirmer que la teneur en mercure dans la chair des poissons augmente de 3 à 6 fois pendant de 5 à 10 ans qui ont suivi la mise en eau des réservoirs, et qu'il redescend à un niveau normal après 20 à 30 ans. Ces résultats confirment des études similaires menées au Canada, aux États-Unis et en Finlande[196]. Par ailleurs, il est possible de réduire l'exposition au mercure des populations qui consomment une alimentation riche en poissons par des programmes d'information sans pour autant changer radicalement leur régime alimentaire, mais en évitant certaines espèces[196].

Par ailleurs, les installations étudiées par Hydro-Québec indiquent que le milieu terrestre environnant n'a pas subi d'effet négatif, à l'exception de certaines espèces sédentaires noyées lors de la mise en eau. Les populations d'espèces migratrices ont profité du milieu stable qu'offrent les réservoirs, « au point qu’il a fallu accroître la chasse, notamment celle au caribou »[197].

Impacts sur le milieu humain[modifier | modifier le code]

De toutes les communautés cries, Chisasibi a été la plus touchée par les inondations provoquées par le développement du potentiel électrique de La Grande Rivière[198].

L'autre grand sujet de préoccupation environnementale concerne les résidents historiques des régions affectées par les développements hydroélectriques, les Innus de la Côte-Nord, et les Cris et Inuits dans le Nord-du-Québec. Les développements hydroélectriques des années 1972 à 1995 ont accéléré un mouvement de sédentarisation de la population autochtone qui était déjà amorcé. Les nouveaux services sociaux et d'éducation gérés par les communautés en vertu de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois et le remplissage initial des réservoirs, qui a inondé certains territoires traditionnels de trappage ou de pêche, figurent parmi les principales raisons de l'accélération de cette sédentarité[197].

Le changement a été tellement rapide que les communautés autochtones, en particulier les Cris, « ont fini par s'apparenter de plus en plus à la société industrialisée du sud ». Un phénomène semblable a été observé après la construction de routes ou de centrales hydroélectriques près de communautés isolées du Canada et de la Scandinavie. On note cependant une certaine aggravation des problèmes sociaux entraînés par l'augmentation du chômage, consécutif à la fin des travaux de construction, dans les années 1990[197].

Après le fort mouvement d'opposition populaire au projet de construction de la centrale thermique du Suroît et l'abandon définitif du projet en novembre 2004, Hydro-Québec, sous la gouverne de son nouveau PDG, Thierry Vandal a réaffirmé l'engagement de l'entreprise en faveur de l'efficacité énergétique, de l'hydroélectricité et du développement de nouvelles technologies électriques, dès son entrée en fonction en 2005[199]. Depuis cette époque, Hydro-Québec communique régulièrement ses trois critères de décision pour ses nouveaux développements hydroélectriques : la rentabilité, l'acceptabilité environnementale et l'accueil favorable des collectivités concernées[162].

Enfin, Hydro-Québec adhère à différentes initiatives de développement durable depuis la fin des années 1980. Son approche dans ce domaine repose sur trois principes : le développement économique, le développement social et la protection de l'environnement[200]. Depuis 2007, elle participe au système Global Reporting Initiative[201], qui encadre la diffusion de la performance en matière de développement durable au niveau international. L'entreprise emploie 250 spécialistes et gestionnaires dans le domaine de l'environnement et elle a mis en place un système de gestion environnemental répondant à la norme ISO 14001[202].

Émissions de gaz à effet de serre[modifier | modifier le code]

Un Dash 8 permettant le transport du personnel et de ses marchandises en provenance et vers les sites hydro-électriques

Compte tenu de la prédominance des centrales hydroélectriques dans son parc de production, les activités d'Hydro-Québec contribuent au bilan positif du Québec dans la lutte aux changements climatiques, puisque la production d'électricité et de chaleur ne représente que pour 0,5 % du bilan global[203]. Ainsi, les émissions atmosphériques générées par la production et les achats d’électricité d'Hydro-Québec sont nettement inférieures à la moyenne des voisins du Québec dans le nord-est de l'Amérique du Nord. En 2011, elles se chiffraient à 6 501 t CO2/TWh (66 fois moins), à 16 t SO2/TWh (57 fois moins) et à 19 t NOx/TWh (38 fois moins)[204].

Dans son Rapport sur le développement durable 2011, la société indique que ses activités ont entraîné des émissions directes de 325 606 tonnes d'équivalent CO2. Les deux tiers de ces émissions ont été produites par l'exploitation des centrales au diesel exploitées dans les réseaux autonomes[205], qui ne représentaient que 0,2 % de la demande totale d'électricité de l'entreprise[206].

La flotte de 5 344 véhicules d'Hydro-Québec représentent la deuxième source d'émissions de l'entreprise avec 56 005 tonnes[207]. Les fuites de CF4 et de SF6, deux gaz utilisés comme isolants dans les équipements, ont également constitué une importante source d'émissions avec des rejets de 31 309 tonnes d'équivalent CO2 en 2011[205].

Par ailleurs, une étude de 7 ans menée par plus de 80 scientifiques de l'Université McGill, de l'Université du Québec à Montréal et de la firme Environnement Illimité a mesuré les émissions de gaz à effet de serre du réservoir de la centrale Eastmain-1, en service depuis 2006[208]. Selon les conclusions du rapport de recherche, publié en 2010[209], des émissions de gaz à effet de serre importantes ont été notées au cours des premières années d'opération du réservoir, mais le niveau des émissions redescend rapidement à des valeurs semblables à celles des lacs naturels du même territoire après cinq ans. Les émissions nettes provenant des réservoirs étaient évaluées à environ 130 000 tonnes d'équivalent CO2 et devraient redescendre à un niveau de 100 000 tonnes en 2011 ou 2012[210].

Émissions de GES liées aux activités d’Hydro-Québec en tonnes d'équivalent CO2[211],[205]
Activités 2007 2008 2009 2010 2011
Production d'électricité 238 122 228 005 369 196 212 038 215 263
   Réseaux autonomes 196 396 196 295 198 598 200 592 209 164
   Réseau principal 41 727 31 710 170 598 11 445 6 079
Autres activités
Parc de véhicules 55 158 55 435 56 029 55 412 56 005
Flotte d'avions nd nd nd 11 959 12 304
Utilitaires (motoneiges, tracteurs, souffleuses...) nd nd nd nd 801
Chariots élévateurs au propane nd nd nd 108 106
Génératrices pour entretien du réseau nd nd nd 7 385 6 272
Génératrices d'urgences et de chantier nd nd nd 5 037 2 097
Chauffage des locaux (réseaux autonomes et télécom) nd nd nd 460 868
Fuites de C F4 et de S F6 nd nd nd 38 518 31 309
Utilisation d'aérosols nd nd nd 561 581
Total des émissions directes nd nd nd 331 478 325 606

Tarifs et clientèle[modifier | modifier le code]

Le marché québécois[modifier | modifier le code]

Données d'exploitation au 31 décembre 2012[RA 13]
Nombre d'abonnés Ventes au Québec (GWh) Produits (M CAD) Consommation moyenne (kWh)
2012 2011 2012 2011 2012 2011 2012 2011
Résidentiel et agricole 3 792 170 3 746 397 62 329 62 748 4 481 4 536 16 536 16 857
Général et institutionnel 293 473 291 212 33 983 33 569 2 624 2 599 116 244 113 529
Industriel 17 784 18 573 65 916 67 621 3 010 3 262 3 626 042 4 802 287
Autres 3 999 4 013 6 173 6 028 327 323 1 540 939 1 529 755
Total 4 060 195 4 011 789 169 966 169 495 10 720 10 506    
Évolution des tarifs d'Hydro-Québec et de l'indice des prix à la consommation au Québec entre 1998 et 2011.

À la fin de l'année 2012, Hydro-Québec comptait 4 060 195 clients[RA 13] regroupés en trois grandes catégories : résidentiel et agricole (tarif D), commercial et institutionnel (tarif G) et industriel (tarifs M et L). La catégorie Autres regroupe notamment les systèmes d'éclairage public.

La dizaine de tarifs de distribution sont établis annuellement par la Régie de l'énergie après des audiences publiques. La tarification est basée sur les coûts de fourniture du service, qui incluent l'amortissement sur les immobilisations, une provision pour l'entretien des installations, la croissance de la clientèle et un profit économique.

Les tarifs sont uniformes sur l'ensemble du territoire québécois et sont établis en fonction du type de consommateur et du volume de consommation. Tous ces tarifs varient en bloc, afin de protéger l’interfinancement qui s’opère notamment entre les clients résidentiels, commerciaux et industriels.

Les tarifs figurent parmi les plus bas en Amérique du Nord[212]. Après une période de gel tarifaire du 1er mai 1998 au 1er janvier 2004[213], la Régie de l'énergie a autorisé 8 hausses successives des tarifs entre 2004 et 2010, pour une augmentation de 18,4 %[214], pour ensuite imposer deux baisses successives en 2011 (−0,4 %) et 2012 (−0,5 %). Toutefois, les tarifs augmenteront de plus de 4 % par année entre 2014 et 2018 en raison de la hausse de 1 cent par kilowatt-heure de l'électricité patrimoniale, annoncée par le gouvernement dans le budget du Québec de 2010[215] et des achats d'électricité à des producteurs privés, notamment celle des parcs éoliens dont la construction a été autorisée par le gouvernement du Québec[216].

La clientèle résidentielle[modifier | modifier le code]

Hydro-Québec estime que le chauffage électrique compte pour plus de 50 % de la consommation d'électricité de ses clients résidentiels au Québec.

La consommation moyenne des abonnés résidentiels et agricoles de la société, qui s'établit à 16 536 kilowattheures en 2012[RA 13], est relativement élevée en raison de l'utilisation de l'électricité pour le chauffage dans 68 % des résidences[217]. Hydro-Québec estime que le chauffage est responsable de plus de la moitié de la consommation électrique d'une résidence au Québec[218].

Cette préférence pour le chauffage électrique rend la demande d'électricité plus imprévisible, mais offre aussi certains avantages environnementaux. Malgré le climat très froid en hiver, les résidences québécoises ne sont responsables que de 5,5 % (4,65 Mt éq. CO2) des émissions de gaz à effet de serre au Québec en 2006. Durant la période allant de 1990 et 2006, les émissions du secteur résidentiel au Québec ont chuté de 30 %[219].

Un compteur électrique d'Hydro-Québec.

La consommation d'électricité des résidences fluctue d'une année à l'autre en fonction des aléas du climat. Toutefois, les pointes de consommation sur le réseau d'Hydro-Québec surviennent toujours l'hiver. Le record de consommation a été battu le à 7h26 avec une demande en puissance de 39 240 MW. Le record précédent était de 38 797 MW et avait été établi lors d'une autre vague de froid le [220].

Le tarif d'électricité résidentiel et agricole en vigueur le 1er avril 2010 comprend une redevance d'abonnement, fixée à 40,64 cents par jour, et deux niveaux de prix, en fonction de la consommation. Les 30 premiers kilowatts-heure quotidiens sont facturés à 5,45 cent/kilowattheure, tandis que le reste de la consommation est vendue à 7,51 cent/kilowattheure[221]. La facture moyenne d'un abonné résidentiel s'établissait à environ 100 dollars par mois en 2008[222].

Le relevé des compteurs électriques s'effectue généralement tous les deux mois et les factures sont bimensuelles. L'entreprise offre à ses clients résidentiels la possibilité de répartir le montant de la facture annuelle estimée d'électricité en 12 versements égaux. L'estimation se base sur la consommation passée du domicile du client[223].

La clientèle industrielle[modifier | modifier le code]

L'aluminerie de Rio Tinto Alcan de Laterrière, à Saguenay. La grande industrie, et en particulier le secteur de la fonte et de l'affinage et des pâtes et papiers, consomme 40,6 % de l'électricité vendue au Québec par Hydro-Québec.

Depuis un siècle, le développement industriel du Québec a été stimulé par l'abondance de ressources hydrauliques. L'énergie représente une part importante des dépenses des secteurs des pâtes et papiers et de l'aluminium, deux industries établies de longue date au Québec. En 2012, les clients industriels ont consommé 65,9 térawattheures, soit 39,1 % de toute l'électricité vendue au Québec par Hydro-Québec. Il s'agit d'une baisse de 1,7 térawattheures par rapport à l'année précédente[RA 13].

La grande industrie jouit d'un tarif plus bas que les clients domestiques et commerciaux en raison des coûts de distribution moindres. En 2008, les abonnés du tarif grande puissance, le tarif L, paient en moyenne 4,57 cent/kilowattheure.

Le gouvernement du Québec utilise les bas tarifs d'électricité afin d'attirer de nouvelles entreprises et de consolider les emplois existants. Depuis 1974, le gouvernement se réserve le droit d'accorder ou non de nouveaux blocs de grande puissance aux entreprises qui en font la demande. Le seuil, qui était fixé à 175 mégawatts de 1987 à 2006[224] a été ramené à 50 mégawatts dans la stratégie énergétique 2006-2015 du Québec[225].

Tarifs spéciaux[modifier | modifier le code]

En 1987, les producteurs d'aluminium Alcan et Alcoa ont conclu des ententes controversées avec Hydro-Québec et le gouvernement. Ces ententes confidentielles, dites « à partage de risques », faisaient varier le prix de l'électricité en fonction de différents facteurs, dont les prix mondiaux de l'aluminium et le cours du dollar canadien[226]. Ces ententes sont graduellement remplacées par des conventions basées sur le tarif de grande puissance.

Le 10 mai 2007, le gouvernement du Québec rendait publique une entente avec Alcan. Cet accord, qui est toujours en vigueur malgré la vente du groupe à Rio Tinto, prévoit le renouvellement des concessions hydrauliques sur les rivières Saguenay et Péribonka, le maintien des investissements, du siège social montréalais et des emplois au Québec[227].

Le 19 décembre 2008, Hydro-Québec et Alcoa ont signé une entente portant sur des contrats d'énergie. Cette entente, qui durera jusqu'en 2040, assure le maintien de la fourniture d'électricité aux trois alumineries d'Alcoa au Québec, situées à Baie-Comeau, à Bécancour et à Deschambault-Grondines. De plus, elle permet à Alcoa de procéder à la modernisation de son usine à Baie-Comeau et d'en augmenter sa capacité de production de 110 000 tonnes par année, pour atteindre 548 000 tonnes[228].

Critique des tarifs industriels[modifier | modifier le code]

Plusieurs économistes, comme Jean-Thomas Bernard et Gérard Bélanger de l'Université Laval, contestent la stratégie gouvernementale et soutiennent que les ventes aux grands consommateurs industriels d'électricité représentent un coût trop élevé pour l'économie québécoise. Dans un article publié en 2008, les chercheurs calculent qu'un emploi dans une nouvelle aluminerie ou dans un projet d'expansion coûte entre 255 357 et 729 653 dollars par année par rapport à l'alternative qui consisterait à vendre l'électricité excédentaire sur les marchés d'exportation[229].

Il s'agit cependant d'un calcul contesté par l'Association des consommateurs industriels d'électricité du Québec, qui réplique en affirmant que les données de 2000 à 2006 tendent à démontrer que les prix obtenus par Hydro-Québec pour l'électricité exportée sont plus bas lorsque les quantités augmentent, et inversement. « On constate que plus on exporte, moins c'est payant », ajoute le directeur général de l'organisme, Luc Boulanger, qui explique ce phénomène par la grande volatilité des prix d'une heure à l'autre sur les marchés voisins du Québec et par les limites physiques des infrastructures de transport qui réduit la quantité maximale pouvant être exportée lors des périodes où les prix sont le plus élevés[230].

Marchés d'exportation[modifier | modifier le code]

Activités d'exportation et de courtage d'énergie d'Hydro-Québec, Canada et États-Unis, 2003-2012[RA 13],[231],[note 5]
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003
Exportations (GWh) 35 298 26 763 23 270 23 357 21 299 19 624 14 458 15 342 14 392 15 786
Recettes (M CAD) 1 434 1 399 1 513 1 506 1 919 1 617 1 149 1 464 1 084 1 345
Revenu moyen (CAD/MWh) 40,62 52,27 65,02 63,93 90,10 82,40 79,47 95,42 75,32 85,20
Une partie de l'électricité consommée à Boston provient des lointains barrages de la Baie-James. Une ligne de 450 kV à courant continu alimente la métropole de la Nouvelle-Angleterre depuis 1991.

Hydro-Québec exporte une partie de ses surplus d'électricité vers les réseaux voisins, au Canada et aux États-Unis, en vertu de contrats à long terme et de transaction sur les marchés de l'électricité de la Nouvelle-Angleterre, de l'État de New York et de l'Ontario. Deux filiales spécialisées dans le courtage d'énergie, Marketing d'énergie HQ et HQ Energy Services (U.S.), sont responsables de cette activité pour le compte de la société. En 2008, le volume des exportations s'est chiffré à 21,1 térawattheures et elles ont rapporté des recettes de 1,9 milliard de dollars à la société publique québécoise[RA 14].

Marché spot[modifier | modifier le code]

La société dispose de plusieurs avantages dans ses transactions sur les marchés d'exportation. D'abord, son parc de centrales hydrauliques avec réservoirs permet une gestion des stocks sur une base pluriannuelle et ne requiert aucun combustible, dont les coûts fluctuent régulièrement. Hydro-Québec peut donc ajuster la production en fonction de la demande, ce qui permet de vendre l'électricité à prix plus élevés le jour et d'importer la nuit, lorsque les prix sont plus faibles[101]. Enfin, le réseau électrique québécois enregistre sa pointe annuelle en hiver à cause du chauffage, contrairement aux réseaux voisins de l'Ontario, de l'État de New York et de la Nouvelle-Angleterre, qui connaissent une hausse marquée de la consommation l'été, en raison des besoins de climatisation des résidences et des bureaux[232].

Engagements à long terme[modifier | modifier le code]

Bien que la plupart des ventes soient, en 2009, des transactions à court terme, Hydro-Québec honore toujours deux contrats à plus long terme. La première entente, signée en 1990 avec un groupe de 13 réseaux électriques de l'État du Vermont, porte sur la vente ferme de 328 mégawatts. Les exportations d'Hydro-Québec constituent 28 % de la demande de cet état voisin du Québec[233].

Le 11 mars 2010, les deux plus importants distributeurs d'électricité du Vermont, Green Mountain Power et Central Vermont Public Service, ont conclu un protocole d'entente en vue de la vente d'une puissance maximale de 225 MW pour la période allant de 2012 à 2038. L'entente prévoit notamment un mécanisme d'ajustement des prix afin de réduire les risques reliés à la volatilité des marchés et engage le Vermont à désigner les grandes centrales hydroélectrique comme une source d'énergie renouvelable[234],[235]. La Loi sur l'énergie renouvelable, H.781[236], a été adoptée par les deux chambres de la législature et ratifiée par le gouverneur Jim Douglas, le 4 juin 2010[237].

Le second, avec le distributeur Cornwall Electric, une filiale de Fortis Inc. qui dessert 23 000 clients de la région de Cornwall en Ontario, sera en vigueur jusqu'à la fin de 2019[238].

L'élection, en 2008, de Barack Obama à la présidence américaine, laissait présager des ventes accrues d'hydroélectricité québécoises sur les marchés des États-Unis. En février 2009, le ministre responsable d'Hydro-Québec, Claude Béchard, demandait la préparation d'un nouveau plan stratégique ouvrant la porte à la ratification d'ententes fermes à long terme avec les États-Unis, comme c'était le cas lors de la mise en service du complexe de la Baie-James[239]. La volonté du gouvernement a trouvé écho dans le Plan stratégique publié par Hydro-Québec en juillet 2009[87].

Toutefois, la faiblesse des prix du gaz naturel sur les marchés nord-américains, conséquence de l'exploitation des gaz de schiste, constituent un obstacle aux exportations québécoises d'électricité renouvelable. Alors qu'Hydro-Québec obtenait 9¢/kWh pour son électricité en 2008, les prix obtenus au premier trimestre 2012 ont chuté à 5,4¢/kWh[240].

Hydro-Québec et la société québécoise[modifier | modifier le code]

Identité nationale et culture populaire[modifier | modifier le code]

Depuis une dizaine d'années, des chercheurs ont commencé à se pencher sur la place qu'Hydro-Québec occupe dans l'identité et la culture québécoise. Selon l'historien Stéphane Savard, Hydro-Québec est au cœur des préoccupations politiques, économiques, sociales et culturelles du Québec contemporain. « Davantage qu’une simple entreprise publique, elle devient un instrument privilégié de promotion de représentations symboliques du Québec francophone, représentations qui se retrouvent inévitablement aux fondements des références identitaires en constants changements »[241].

La géographe Caroline Desbiens établit que les appels à la nature lancés par Hydro-Québec gravitent autour de la notion d'essence. Ainsi, un message comme le slogan « l'électricité est dans notre nature » établit un lien entre la nature au caractère immuable — l'espace physique de la nation — et l'identité de base des Québécois dans une construction européenne de la nation[242].

Les travaux de Dominique Perron s'intéressent spécialement aux campagnes promotionnelles de la société d'État québécoise. Dans un ouvrage publié en 2006[243], Dominique Perron associe le développement de l'« homo hydroquebecensis » — l'hydro-Québécois des publicités télévisées des années 1970 —, à celui d'un sentiment identitaire centré sur le territoire du Québec[244].

Perron relie également les représentations véhiculées dans une télésérie comme Les Bâtisseurs d'eau, produite et financée par Hydro-Québec en 1997 et le soin de souder « les réalisations de l'entreprise à la mémoire de la Révolution tranquille et de son nationalisme centré sur le territoire du Québec »[244].

Mouvements sociaux[modifier | modifier le code]

Les mouvements sociaux et groupes d'intérêts québécois interviennent ponctuellement dans les médias et dans trois grands forums publics : les commissions parlementaires de l'Assemblée nationale, les rencontres publiques du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement et les différentes audiences impliquant Hydro-Québec devant la Régie de l'énergie du Québec.

Le monde des affaires observe généralement une attitude bienveillante à l'égard d'Hydro-Québec. Les groupes représentant les manufacturiers favorisent le maintien des prix bas et stables[245] et militent en faveur d'une augmentation de la production. Toutefois, certains groupes représentant les petites et moyennes entreprises revendiquent un interfinancement plus équitable envers les clients commerciaux et institutionnels[246].

Les syndicats, et en particulier la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ) — syndicat le plus actif dans le domaine de la construction —, sont largement favorables au développement de l'hydroélectricité, un secteur créateur d'emplois bien rémunérés. La FTQ s'est par ailleurs prononcée en faveur de la réfection de la centrale nucléaire de Gentilly, qui doit débuter en 2011[247].

Le mouvement environnemental a, de son côté, une relation complexe avec Hydro-Québec. Certains groupes affichent une neutralité pratiquement complète et acceptent le mécénat de la société d'État[248], d'autres interpellent de manière sélective, alors que quelques-uns ont fait leurs raisons d'être de l'arrêt du développement hydroélectrique[249] ou de la fin de la production nucléaire à Gentilly[250]. Pour les sociologues Perron, Vaillancourt et Durand, cette ambivalence du mouvement environnemental québécois s'explique notamment par la logique sociale-démocrate d'Hydro-Québec découlant de son statut d'entreprise nationalisée et de sa valeur de symbole de l'autonomie et du développement du Québec[251].

Présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents d'Hydro-Québec
Rang Nom Entrée en fonction
1er Télesphore-Damien Bouchard 15 avril 1944
2e L.-Eugène Potvin 29 juin 1944
3e J.-Arthur Savoie 1er juin 1955
4e Jean-Claude Lessard 7 septembre 1960
5e Roland Giroux 1er août 1969
6e Robert A. Boyd 9 août 1979
7e Guy Coulombe 15 janvier 1982
8e Claude Boivin 2 mai 1988
9e Armand Couture Septembre 1992
10e Benoît Michel 1er décembre 1995
11e André Caillé 1er octobre 1996
12e Thierry Vandal 6 avril 2005

De 1944 à 1978, la haute direction d'Hydro-Québec était composée de cinq commissaires, l'un d'entre eux agissait comme président.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les chutes ont été renommées chutes Churchill en l'honneur de l'ancien Premier ministre britannique, sir Winston Churchill, peu après son décès en 1965.
  2. a, b, c et d Données retraitées pour les années 2006 à 2010 en raison de modifications aux conventions comptables.
  3. Ce chiffre inclut 5 150 mégawatts pour l'acheminement de l'électricité de la centrale de Churchill Falls. Ces trois lignes ne permettent pas les transferts d'énergie vers le Labrador.
  4. Par « accès non discriminatoire », il faut entendre qu'un grossiste canadien (hors Québec) ou américain peut utiliser les lignes d'Hydro-Québec TransÉnergie pour faire passer de l'électricité en transit (wheeling) entre l'Ontario, la Nouvelle-Angleterre ou l'État de New York, via le Québec. Cet arrangement répond aux exigences minimales de non-discrimination des ordonnances 888 et suivantes de la FERC américaine.
  5. Les chiffres indiqués incluent le courtage d'énergie sur les marchés. Cette énergie n'a pas nécessairement été produite par les installations d'Hydro-Québec.

Références[modifier | modifier le code]

Rapport annuel d'Hydro-Québec 
  1. a, b, c, d, e, f et g Hydro-Québec 2013a, p. 2
  2. Hydro-Québec 2013a, p. 56
  3. Hydro-Québec 2013a, p. 98
  4. a, b et c p. 95
  5. p. 48
  6. p. 52
  7. Hydro-Québec 2013a, p. 8
  8. a, b et c Hydro-Québec 2013a, p. 120
  9. Hydro-Québec 2013a, p. 12
  10. p. 94
  11. p. 14
  12. p. 16
  13. a, b, c, d et e Hydro-Québec 2013a, p. 99
  14. p. 59
Autres références
  1. (en) Ed Crooks, « Using Russian hydro to power China », Financial Times,‎ 6 juillet 2009 (lire en ligne)
  2. (en) Robin Paxton, « Russia appoints Sechin ally to manage hydro giant », Reuters,‎ 23 novembre 2009 (lire en ligne)
  3. (en) Richard Foot, « N.S., N.L. wary as Quebec exerts new power in region », Canwest News Service,‎ 29 octobre 2009 (lire en ligne)
  4. Gouvernement du Québec, « Consommation d'énergie par forme », Ministère des Ressources naturelles et de la Faune (consulté le 9 mars 2012)
  5. Langford et Debresson 1992, p. 76-77
  6. La Presse canadienne, « Hydro-Québec : bond des profits », LesAffaires.com,‎ 26 août 2011 (lire en ligne)
  7. GIEC 2007.
  8. Hydro-Québec 2010.
  9. Gallichan 1995, p. 65-66.
  10. a et b Gallichan 1995, p. 67-68.
  11. Loi sur Hydro-Québec, L.R.Q., chap. H-5
  12. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 126.
  13. Gallichan 1995, p. 70.
  14. a et b Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 133.
  15. Fleury 2004, p. 90.
  16. Boyd 1995, p. 98.
  17. Productions Vic Pelletier, « Les barrages de la rivière Bersimis » (consulté le 15 mars 2009)
  18. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 156.
  19. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 166.
  20. Bélanger 1995, p. 89-95.
  21. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 178-181.
  22. Pierre Couture, « Un emprunt record pour l'époque », Le Soleil, Québec,‎ 3 mai 2003, B2
  23. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 181-182.
  24. Boyd 1995, p. 99.
  25. a et b Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 205.
  26. a et b Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 201.
  27. (en) Vijay K. Sood, « IEEE Milestone : 40th Anniversary of 735 kV Transmission System », IEEE Canadian Review,‎ Printemps 2006, p. 6-7 (lire en ligne [PDF])
  28. Trinôme Inc. Chantiers : La route des pylônes. Documentaire diffusé sur la chaîne Historia. 2006.
  29. Lanoue et Hafsi 2010, p. 61.
  30. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 227.
  31. (en) « Power Contract Between the Quebec Hydroelectric Commission and the Churchill Falls (Labrador) Corporation » [PDF], sur archive.org,‎ 1969 (consulté le 2 décembre 2009)
  32. Nalcor 2009, p. 76.
  33. (en) Peter Green, « The History of Churchill Falls », IEEE Canada (consulté le 16 mars 2009)
  34. Smith 1975, p. 372.
  35. Cour suprême du Canada, « Renvoi relatif à Upper Churchill Water Rights Reversion Act », [1984] 1 R.C.S. 297, 3 mai 1984 [lire en ligne (page consultée le 28 mars 2013)]
  36. Cour suprême du Canada, « Hydro-Québec c. Churchill Falls (Labrador) Corp. », [1988] 1 R.C.S. 1087, 9 juin 1988 [lire en ligne (page consultée le 28 mars 2013)]
  37. Turgeon 1992.
  38. Pierre Godin, « Robert Bourassa : les mégaprojets. À mille kilomètres de Montréal, arracher des milliards de kilowatts à une région nordique fabuleuse et hostile… », Le Devoir,‎ 12 mars 1994, E7
  39. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 278.
  40. Société d'énergie de la Baie James 1987, p. 416
  41. Québec, « Centrale Robert-Bourassa », sur Commission de toponymie du Québec,‎ 14 février 2013 (consulté le 28 mars 2013)
  42. Société d'énergie de la Baie James 1987, p. 469
  43. Société d'énergie de la Baie James 1996, p. 13-19
  44. Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 255.
  45. (en) ABB, « The HVDC Transmission Québec- New England » (consulté le 4 août 2010)
  46. Fleury 1999, p. 380-394.
  47. Pierre Gingras, « Sans être spectaculaire, la ligne de Grondines n'en est pas moins unique au monde », La Presse,‎ 1er décembre 1990, G2
  48. Presse canadienne, « Grondines : la ligne électrique sous-fluviale est terminée », La Presse,‎ 17 octobre 1992, H1
  49. Fleury 1999, p. 392.
  50. Bernard, Genest-Laplante et Laplante 1992, p. 153-167.
  51. Rollande Parent, « Ventes d'électricité : la contestation des Cris tourne court », La Presse,‎ 22 février 1990, D9
  52. Frédéric Tremblay, « Les Cris perdent la bataille du Vermont », Le Devoir,‎ 3 octobre 1992, A5
  53. Martin Pelchat, « Hydro et des écologistes québécois dénoncent une organisation américaine », La Presse,‎ 8 août 1992, A5
  54. Louis-Gilles Francoeur, « Écologistes québécois et américains ajustent leur tir sur Grande-Baleine », Le Devoir,‎ 9 octobre 1992, A3
  55. Presse canadienne, « NYPA annule un contrat important », Le Soleil,‎ 30 mars 1994, B8
  56. Louis-Gilles Francoeur, « Parizeau gèle le projet Grande-Baleine », Le Devoir,‎ 19 novembre 1994, A1
  57. Munich Re 2003, p. 6-7.
  58. Bruno Bisson, « Panne d'électricité majeure : le Québec dans le noir », La Presse,‎ 19 avril 1988, A1
  59. Georges Lamon, « Hydro-Québec : retour à la normale après la panne d'électricité qui aura duré jusqu'à huit heures », La Presse,‎ 20 avril 1988, A1
  60. Michel Morin, Gilles Sirois et Bernard Derome, « Le Québec dans le noir », Télévision de Radio-Canada,‎ 13 mars 1989 (consulté le 21 mars 2009)
  61. Hydro-Québec, « Le Québec a subi en mars 1989 une panne générale d'électricité causée par une tempête solaire » (consulté le 7 janvier 2010)
  62. Jean-Pierre Bonhomme, « La tempête géomagnétique n'a pas perturbé le réseau d'Hydro-Québec », La Presse,‎ 13 juin 1991, A18
  63. Hydro-Québec 1999, p. 5.
  64. Environnement Canada, « Les dix principaux événements météorologiques canadiens de 1998 »,‎ 23 décembre 2009 (consulté le 7 janvier 2010)
  65. a et b Kathleen Lévesque, « Autopsie d'un cauchemar de glace », Le Devoir,‎ 5 janvier 2008 (lire en ligne)
  66. Jean Paré, « Deux ou trois choses que nous avons apprises », L'actualité, Montréal, vol. 23, no 3,‎ 1er mars 1998, p. 14
  67. a et b Hydro-Québec 1999.
  68. Claude Turcotte, « L'après-crise aura coûté deux milliards », Le Devoir,‎ 5 janvier 2008 (lire en ligne)
  69. a et b Bureau d'audiences publiques sur l'environnement 2000.
  70. L.Q. 1999, c. 27
  71. Radio-Canada, « Non à la ligne Hertel Des Cantons », Archives de Radio-Canada, sur 23,‎ mai 1998 (consulté le 23 mars 2009)
  72. Hydro-Québec Production, « Réponses d'Hydro-Québec Production à la demande de renseignements N° 1 de la Régie au Producteur en date du 5 mars 2004 (HQP-3, document 1) » [PDF], Demande d'avis sur la sécurité énergétique des Québécois à l'égard des approvisionnements électriques et la contribution du projet du Suroît (R-3526-2004), sur Régie de l'énergie du Québec,‎ 19 mars 2004 (consulté le 29 mars 2009), p. 51
  73. a, b et c Boutin 2004, p. 554-557.
  74. « Centrale du Suroît : le gouvernement du Québec retire son autorisation de réaliser le projet », sur Ministère des Ressources naturelles et de la Faune,‎ 17 novembre 2004 (consulté le 7 janvier 2010)
  75. Hydro-Québec, « Aménagement hydroélectrique de l'Eastmain-1. Lire un résumé » (consulté le 14 mars 2009)
  76. Hydro-Québec, « Aménagement hydroélectrique de la Péribonka. En bref » (consulté le 14 mars 2009)
  77. Hydro-Québec, « Aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs. En bref » (consulté le 14 mars 2009)
  78. Gouvernement du Québec, « Entente concernant une nouvelle relation entre le gouvernement du Québec et les Cris du Québec » [PDF], sur Secrétariat aux affaires autochtones,‎ 7 février 2002 (consulté le 31 décembre 2009)
  79. Radio-Canada, « La paix des braves est signée »,‎ 7 février 2002 (consulté le 15 mars 2009)
  80. Hydro-Québec, « Aménagement hydroélectrique de l'Eastmain-1 - Voir l'échéancier » (consulté le 15 mars 2009)
  81. Hydro-Québec, « Un projet de développement durable: Acceptation sociale » (consulté le 7 janvier 2010)
  82. Hydro-Québec, « Aménagement hydroélectrique de l'Eastmain-1. Résumé » (consulté le 17 mars 2009)
  83. Hydro-Québec, « Comprendre les travaux et suivre leur évolution: Centrale de la Sarcelle », sur Hydro-Québec (consulté le 13 août 2010)
  84. Hydro-Québec, « Projet de l'Eastmain-1-A-Sarcelle-Rupert. Projet en bref » (consulté le 14 mars 2009)
  85. MRNF 2006, p. IX-XIV.
  86. Fabien Deglise, « Un milliard de coûts inutiles pour Hydro-Québec », Le Devoir,‎ 30 juillet 2009 (lire en ligne)
  87. a, b, c et d Hydro-Québec 2009.
  88. Claude Turcotte, « Hydro maintient le cap sur la croissance », Le Devoir,‎ 31 juillet 2009 (lire en ligne)
  89. « Le Nouveau-Brunswick et le Québec dévoilent un projet d’entente en matière d’énergie [communiqué de presse] », sur Hydro-Québec,‎ 29 octobre 2009 (consulté le 28 mars 2013)
  90. Radio-Canada, « Un colosse débarque au Nouveau-Brunswick »,‎ 29 octobre 2009 (consulté le 29 octobre 2009)
  91. (en) Canadian Broadcasting Corporation, « NB Power deal unpopular from start: documents », sur CBC News,‎ 25 juin 2010 (consulté le 25 juin 2010)
  92. Nouveau-Brunswick, « Entente en matière d'énergie : le Nouveau-Brunswick et le Québec concluent les négociations », sur Communications Nouveau-Brunswick,‎ 20 janvier 2010 (consulté le 20 janvier 2010)
  93. (en) Brett Bundale, « The new pact by the numbers », Telegraph-Journal,‎ 21 janvier 2010, A1 (lire en ligne)
  94. Denis Lessard, « Énergie NB et Hydro: transaction de 3,2 milliards annulée », La Presse, Montréal,‎ 24 mars 2010 (lire en ligne)
  95. Sophie Cousineau, « Une occasion manquée », La Presse, Montréal,‎ 25 mars 2010 (lire en ligne)
  96. Michel Corbeil, « Entente avortée entre Hydro-Québec et Énergie NB: un mauvais calcul politique », Le Soleil, Québec,‎ 25 mars 2010 (lire en ligne)
  97. François Desjardins, « Échec de l'achat d'Énergie NB - La stratégie d'Hydro reste indemne », Le Devoir, Montréal,‎ 25 mars 2010 (lire en ligne)
  98. André Noël, « Hydro-Québec: la fin des dons aux écoles privées », sur Cyberpresse,‎ 18 août 2009 (consulté le 11 avril 2010)
  99. « Les dons d'Hydro-Québec continuent de susciter la controverse », sur LCN,‎ 23 août 2009 (consulté le 11 avril 2010)
  100. « Hydro-Québec reçoit le prix Noirceur », sur Cyberpresse,‎ 14 novembre 2009 (consulté le 11 avril 2010)
  101. a et b Agence internationale de l'énergie 2004, p. 127.
  102. Assemblée nationale du Québec, « projet de loi n° 116 : Loi modifiant la Loi sur la Régie de l'énergie et d'autres dispositions législatives », sur Assemblée nationale du Québec,‎ 10 octobre 2012 (consulté le 12 janvier 2013)
  103. Trabandt 2000.
  104. Hydro-Québec Distribution, « Respect du critère de fiabilité en puissance - bilan du Distributeur pour l'année 2008-2009 » [PDF], sur Régie de l'énergie du Québec,‎ 16 décembre 2008 (consulté le 27 mars 2009), p. 12
  105. Québec. Décret no 1277-2001 concernant les caractéristiques de l’approvisionnement des marchés québécois en électricité patrimoniale, Gazette officielle du Québec, partie II, vol. 133, no 46, p. 7705-7025 [lire en ligne (page consultée le 12 janvier 2013)]
  106. a et b Hydro-Québec Distribution, « Approvisionnements — Demande R-3677-2008 à la Régie de l'énergie du Québec, document HQD-2, document 2 » [PDF],‎ 1er août 2008 (consulté le 19 mars 2009)
  107. Hydro-Québec Distribution, « Contrats d'approvisionnement en électricité par technologie » (consulté le 14 novembre 2009)
  108. Hydro-Québec Distribution, « Parcs éoliens sous contrat avec Hydro-Québec Distribution » (consulté le 14 novembre 2009)
  109. Régie de l'énergie du Québec 2008.
  110. Robert Dutrisac, « Le retour de l'arbitraire », Le Devoir, Montréal,‎ 3 octobre 2009 (lire en ligne)
  111. Hydro-Québec 2010, p. 96.
  112. Hydro-Québec 2008, p. 102.
  113. Pierre Couture, « Le gaz nuit aux exportations d'électricité », Le Soleil, Québec,‎ 15 mai 2012 (lire en ligne)
  114. Hélène Baril, « Hydro-Québec n'a plus les hivers d'antan », La Presse, Montréal,‎ 21 avril 2012 (lire en ligne)
  115. Daphné Cameron, « Hydro-Québec prêche par l'exemple et éteint son logo », La Presse,‎ 15 janvier 2009 (lire en ligne)
  116. Radio-Canada, « Hydro éteint son Q », Archives de Radio-Canada, sur 13,‎ janvier 1998 (consulté le 23 mars 2009)
  117. Sandra Sirois, « Foufounes Électriques », SoundbeatMag, Montréal,‎ 8 septembre 2008 (lire en ligne) :

    « La plus populaire serait celle où son fondateur, Normand Boileau en 1983, regardait par la fenêtre de son bureau à la recherche d’un nom innovateur pour son nouveau projet. Devant lui se présente le grand logo de l’édifice Hydro-Québec, cest-à-dire un Q immense avec une queue en éclair. Le gérant aurait trouvé cette idée assez marrante, « un cul électrique ». Le bar était baptisé. »

  118. Marcel Boyer, Claude Garcia, « Privatisation d'Hydro-Québec : une idée à explorer » [PDF], Institut économique de Montréal,‎ août 2007 (consulté le 18 mars 2009)
  119. Claude Garcia, « Comment la privatisation d'Hydro-Québec permettrait-elle d'enrichir les Québécois ? » [PDF], Institut économique de Montréal,‎ février 2009 (consulté le 18 mars 2009)
  120. Radio-Canada, « Faut-il privatiser Hydro ? », sur Québec 2008,‎ 8 novembre 2008 (consulté le 18 mars 2009)
  121. Léger Marketing, « Sondage Léger Marketing / Journal de Montréal / TVA / The Gazette - Rapport d'analyse »,‎ 10 novembre 2008 (consulté le 23 novembre 2009)
  122. Guy A. Lepage, « Tout le monde en parle (entrevue) », sur www.radio-canada.ca, Télévision de Radio-Canada,‎ 16 novembre 2008 (consulté le 11 avril 2009)
  123. Taïeb Moalla, « Privatisation partielle d’Hydro-Québec : Parizeau voit trois scénarios », Le Journal de Québec, Québec,‎ 18 novembre 2009 (lire en ligne)
  124. Denis Lessard, « Privatisation d'Hydro : « pas dans les cartons du gouvernement » », La Presse,‎ 4 février 2009 (lire en ligne)
  125. Pierre Fortin, « Vive l'électricité plus chère ! », L'actualité,‎ 15 septembre 2008 (lire en ligne)
  126. Jean-Thomas Bernard, « Le marché québécois de l’électricité : à la croisée des chemins », sur Groupe de recherche en économie de l'énergie, de l'environnement et des ressources naturelles (GREEN), Université Laval,‎ avril 2005 (consulté le 11 avril 2009), p. 17
  127. Yvan Allaire, « Privatiser Hydro-Québec ? », Le Devoir,‎ 10 septembre 2007 (lire en ligne)
  128. Jean-Pierre Aubry, « Avant de proposer la privatisation d'Hydro-Québec », Association des économistes québécois,‎ 3 septembre 2007 (consulté le 11 mai 2009)
  129. Bertrand Tremblay, « Non à la privatisation », Le Quotidien,‎ 10 mars 2009 (lire en ligne)
  130. Léo Paul Lauzon, « Continuer à privatiser Hydro-Québec, ou consolider ses opérations » [PDF],‎ mars 1994 (consulté le 28 mars 2013)
  131. Gabriel Sainte-Marie, « Vendre Hydro ne règle rien », Le Soleil,‎ 27 février 2009 (lire en ligne)
  132. Québec 2002.
  133. Hydro-Québec, « Découvrez notre parc de production hydraulique » (consulté le 14 mars 2009)
  134. Hydro-Québec, « Nos principales réalisations en 2010 : Efficacité énergétique et énergies renouvelables »,‎ 2011 (consulté le 2 février 2013)
  135. Radio-Canada et Presse Canadienne, « Gentilly-2 cesse de produire de l'électricité aujourd'hui », Radio-Canada Nouvelles,‎ 28 décembre 2012 (lire en ligne)
  136. Claude Turcotte, « AbitibiBowater annonce un plan de recapitalisation - La forestière vend à Hydro-Québec la centrale Manicouagan », Le Devoir,‎ 14 mars 2009 (lire en ligne)
  137. Hydro-Québec, « Faits sur l’électricité d’Hydro-Québec : Approvisionnements énergétiques et émissions atmosphériques 2008 » [PDF],‎ 2009 (consulté le 28 décembre 2009)
  138. Hydro-Québec TransÉnergie, « Hydro-Québec TransÉnergie » (consulté le 29 mars 2012)
  139. (en) « Hydro-Quebec », Transmission & Distribution World,‎ décembre 2000 (lire en ligne)
  140. (en) Matthew L. Wald, « A New Valve for Controlling Flows of Electricity », sur Green Inc. Energy, the Environment and the Bottom Line, New York Times,‎ 11 mars 2009 (consulté le 21 mars 2009)
  141. a et b (en) Peter Fairley, « TransÉnergie : Playing Two Power Games », Technology Review,‎ avril 2005 (lire en ligne)
  142. Hydro-Québec TransÉnergie, « Profil » (consulté le 14 mars 2009)
  143. Robert Dutrisac, « Nouvelle entente avec Hydro-Québec - Terre-Neuve vendra son électricité directement aux Américains », Le Devoir,‎ 3 avril 2009 (lire en ligne)
  144. Denis Lessard, « Fragile entente avec Terre-Neuve sur Churchill Falls », La Presse,‎ 3 avril 2009 (lire en ligne)
  145. Hydro-Québec TransÉnergie, « Modèle de fiabilité en Amérique du Nord », sur Coordonnateur de la fiabilité au Québec (consulté le 8 août 2011)
  146. a et b Hydro-Québec, « Poste de l’Outaouais à 315-230 kV. Déroulement des travaux » [PDF],‎ juin 2007 (consulté le 20 mars 2009)
  147. U.S.-Canada Power System Outage Task Force 2004, p. 102.
  148. « Le gouvernement du Québec et Hydro-Québec inaugurent la nouvelle interconnexion de 1 250 mégawatts avec l’Ontario » (consulté le 25 septembre 2009)
  149. Hydro-Québec TransÉnergie, « Caractéristiques du réseau » (consulté le 14 mars 2009).
  150. (en) Northern Pass Transmission, « Route Information », sur Northern Pass Transmission LLC,‎ 2010 (consulté le 13 octobre 2010)
  151. (en) John Dillon, « New Transmission Line Reaches Milestone », Vermont Public Radio,‎ 8 octobre 2010 (lire en ligne)
  152. Kyle Alspach, « NStar to build hydro power line », Boston Business Journal,‎ 5 octobre 2010 (lire en ligne)
  153. (en) Kenny Constant, « Energy project unveiled; impact called 'staggering' », The Citizen of Laconia, Laconia, NH,‎ 13 octobre 2010 (lire en ligne)
  154. (en) Rebecca Penty, « U.S. calls power line a landmark investment », Telegraph-Journal, Saint-Jean, N.-B.,‎ 14 novembre 2009, C1 (lire en ligne).
  155. Québec, Régie de l'énergie, « Décision D-2008-129: Demande du Transporteur afin d’obtenir une autorisation pour acquérir et construire des immeubles et des actifs requis pour la construction du nouveau poste Anne-Hébert à 315-25 kV et d’une nouvelle ligne à 315 kV »,‎ 3 octobre 2008 (consulté le 8 août 2011)
  156. Québec, Régie de l'énergie, « Décision D-2010-132: Demande du Transporteur et du Distributeur relative au poste Limoilou »,‎ 29 septembre 2010 (consulté le 8 août 2011)
  157. Québec, Régie de l'énergie, « Décision D-2010-161: Demande du Transporteur et du Distributeur relative au poste de Saint-Bruno-de-Montarville »,‎ 22 décembre 2010 (consulté le 8 août 2011)
  158. Québec, Régie de l'énergie, « Décision D-2011-026: Demande du Transporteur et du Distributeur relative au poste Bélanger »,‎ 25 février 2011 (consulté le 8 août 2011)
  159. Québec, Régie de l'énergie, « Décision D-2011-066: Projet pour l'ouverture du réseau de transport à 315 KV sur le corridor Québec-Montréal »,‎ 11 mai 2011 (consulté le 8 août 2011)
  160. Hydro-Québec TransÉnergie 2010.
  161. Association des redistributeurs d'électricité du Québec, « Membres de l'AREQ » (consulté le 14 mars 2009)
  162. a et b Hydro-Québec 2008, p. 100-101.
  163. Hydro-Québec Distribution, « Contrats d'approvisionnement en électricité par technologie » (consulté le 15 mars 2009)
  164. Radio-Canada, « La Romaine : Coup d'envoi des travaux »,‎ 13 mai 2009 (consulté le 13 mai 2009)
  165. Hydro-Québec, « Projet du complexe de la Romaine. En bref » (consulté le 14 mars 2009)
  166. Louis-Gilles Francoeur, « Une autre rivière à harnacher dans la mire de Jean Charest », Le Devoir,‎ 11 mars 2009 (lire en ligne)
  167. Johanne Gauthier, « L’IREQ : leader de l’innovation technologique à Hydro-Québec », Choc, vol. 25, no 2,‎ octobre 2007, p. 26–29 (lire en ligne [PDF])
  168. Hydro-Québec Technologie, « Institut de recherche d'Hydro-Québec » (consulté le 18 mars 2009)
  169. Hydro-Québec Technologie, « Nos thèmes d'innovation » (consulté le 19 mars 2009)
  170. Danielle Ouellet et Alain Fortier, « Hydro-Québec et ses alliés en recherche et développement », Forces, no 104,‎ hiver 1993-1994, p. 26-30 (ISSN 0015-6957)
  171. Hydro-Québec Technologie, « Laboratoire des technologies de l'énergie (LTE) » (consulté le 18 mars 2009)
  172. Pierre Lavallée. « Pourrait-on construire une voiture électrique au Québec? », entrevue à l'émission 5 sur 5, Télévision de Radio-Canada, 15 avril 2003, 0 : 09 : 30 à 0 : 12 : 30.
  173. Gilles Provost et Marielle Choquette. « La Voiture électrique », Découverte, à la Télévision de Radio-Canada. 1995.
  174. Louis-Gilles Francoeur, « Volvo sur les traces d'Hydro », Le Devoir,‎ 15 janvier 2008 (lire en ligne)
  175. Gilles Provost et Pascal Gélinas, « La Voiture électrique d'Hydro », sur Découverte, Télévision de Radio-Canada,‎ 9 mars 1997 (consulté le 30 mars 2009)
  176. Radio-Canada, « Voiture électrique : `Moteur québécois, fabrication étrangère ? »,‎ 22 septembre 2006 (consulté le 18 mars 2009)
  177. Hydro-Québec, « Tata Motors et Miljø associent TM4 à leur programme de démonstration de véhicules électriques »,‎ 15 janvier 2009 (consulté le 18 mars 2009)
  178. Louis-Gilles Francoeur, « Hydro-Québec est en voiture », Le Devoir,‎ 16 janvier 2009 (lire en ligne)
  179. Hydro-Québec, « Hydro-Québec et Ford collaborent au développement des voitures électriques »,‎ 9 juin 2009 (consulté le 14 janvier 2010)
  180. Hydro-Québec, « Hydro-Québec et Mitsubishi lanceront le plus important essai de véhicules électriques au Canada : jusqu’à 50 voitures électriques Mitsubishi i‑MiEV seront testées à Boucherville »,‎ 14 janvier 2010 (consulté le 14 janvier 2010)
  181. François Cardinal, « Une batterie dans les cartons d'Hydro-Québec », La Presse,‎ 19 novembre 2008 (lire en ligne)
  182. Le Circuit électrique, « Le Circuit électrique » (consulté le 31 août 2012)
  183. Sébastien Templier, « Le Circuit électrique prend de l'ampleur », La Presse, Montréal,‎ 1er juin 2012 (lire en ligne)
  184. Hydro-Québec, « Transelec Chile : Hydro-Québec vend sa participation pour 1,7 milliard de dollars »,‎ 16 juin 2006 (consulté le 7 janvier 2010)
  185. (en) « Enel acquires joint stake in Fortuna », sur Business News America,‎ 4 août 2006 (consulté le 7 janvier 2010)
  186. Hydro-Québec 2000.
  187. Société nationale d'électricité du Sénégal, « Histoire » [PDF] (consulté le 14 mars 2009)
  188. Hydro-Québec, « Hydro-Québec International vend sa participation dans Meiya Power Company Limited de Chine pour un montant de 84,6 M$ US »,‎ 30 juillet 2004 (consulté le 7 janvier 2010)
  189. Presse canadienne, « Il y a un peu d'Hydro-Québec dans le barrage des Trois Gorges », Le Soleil, Québec,‎ 2006
  190. Robert Dutrisac, « Un milliard au Fonds des générations », Le Devoir,‎ 24 octobre 2006 (lire en ligne)
  191. Hydro-Québec, « 12- Les communautés de poisson » [PDF], Complexe hydroélectrique La Grande, Hydro-Québec,‎ 2001 (consulté le 23 mars 2009)
  192. Hydro-Québec, « La question du mercure pour Hydro-Québec » (consulté le 22 mars 2009)
  193. Hydro-Québec, « Les gaz à effet de serre et les réservoirs hydroélectriques » (consulté le 22 mars 2009)
  194. a, b et c Dubeau 1995, p. 241-242.
  195. Hayeur 2001, p. 60.
  196. a et b Hayeur 2001, p. 88.
  197. a, b et c Hayeur 2001, p. 89.
  198. Hayeur 2001, p. 73.
  199. Vandal 2005, p. 236-240.
  200. Hydro-Québec, « Notre approche intégrée : Définir le développement durable »,‎ s.d. (consulté le 23 mars 2009)
  201. Hydro-Québec, « Adhésion aux lignes directrices de la Global Reporting Initiative (GRI) »,‎ s.d. (consulté le 23 mars 2009)
  202. Hydro-Québec 2009.
  203. MDDEP 2010, p. 9.
  204. Hydro-Québec 2012c, p. 13.
  205. a, b et c Hydro-Québec 2012c, p. 12.
  206. Hydro-Québec Distribution 2010, p. 7-8.
  207. Hydro-Québec 2012c, p. 43.
  208. Hydro-Québec 2011, p. 16.
  209. Tremblay et al. 2010.
  210. Hydro-Québec 2011, p. 11.
  211. Hydro-Québec 2011, p. 20-22.
  212. (en) « Fitch Rates Hydro-Quebec's US$3B Medium-Term Note Program 'AA-'; Outlook Stable [communiqué de presse] », Fitch Ratings,‎ 31 janvier 2012 (consulté le 11 mars 2012)
  213. Hydro-Québec 2003.
  214. Olivier Bourque, « Pas de hausse de tarifs pour Hydro l'an prochain », Argent,‎ 2010 (lire en ligne)
  215. Hélène Baril, « La Régie rabroue Hydro-Québec », Cyberpresse,‎ 8 mars 2012 (lire en ligne)
  216. Pierre Couture, « Hydro-Québec: hausses de tarifs salées d'ici 2018 », Le Soleil, Québec,‎ 1er août 2012 (lire en ligne)
  217. Snider 2006, p. 17-21.
  218. Hydro-Québec, « Ce qui fait varier votre consommation » (consulté le 7 janvier 2010)
  219. Québec, « Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2006 et évolution depuis 1990 » [PDF], Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs du Québec,‎ novembre 2008 (consulté le 19 mars 2009)
  220. Pierre Couture, « Record de consommation mercredi matin chez Hydro-Québec », Le Soleil, Québec,‎ 22 janvier 2014 (lire en ligne)
  221. Hydro-Québec Distribution, « Les tarifs et frais de service »,‎ 1er avril 2009 (consulté le 1er avril 2009)
  222. Régie de l'énergie du Québec, « La Régie de l'énergie rend sa décision relative à la demande de modifier les tarifs d’Hydro-Québec dans ses activités de distribution, en appliquant une hausse tarifaire de 1,2 % à compter du 1er avril 2009 » [PDF],‎ 6 mars 2009 (consulté le 18 mars 2009)
  223. Hydro-Québec Distribution, « Mode de versements égaux et paiement autorisé » (consulté le 18 mars 2009)
  224. Régie de l'énergie du Québec 2005.
  225. MRNF 2006.
  226. Pierre Couture, « Les alumineries coûtent cher à Hydro-Québec : plus de 3 milliards $ », Le Soleil,‎ 28 août 2008 (lire en ligne)
  227. Gouvernement du Québec, « Le projet d'acquisition d'Alcan par Rio Tinto respecte les accords qui lient Alcan et le gouvernement du Québec », Ministère du Développement économique, de l'innovation et de l'Exportation,‎ 7 août 2007 (consulté le 19 mars 2009)
  228. Presse canadienne, « Alcoa et Hydro-Québec ont renouvelé des ententes jusqu'en 2040 », Le Devoir,‎ 20 décembre 2008 (lire en ligne)
  229. Bélanger et Bernard 2008, p. 56-58.
  230. Boulanger 2008, p. 59-62.
  231. Hydro-Québec 2008, p. 101.
  232. NERC 2008.
  233. Hélène Baril, « Hydro et le Vermont négocient un contrat », La Presse,‎ 25 avril 2007 (lire en ligne)
  234. Geneviève Lajoie, « Une porte sur les É.-U. », Le Journal de Québec, Québec,‎ 11 mars 2010 (lire en ligne)
  235. (en) John Curran, « Vt. utilities enter deal with Quebec », San Francisco Chronicle, San Francisco,‎ 11 mars 2010 (lire en ligne)
  236. (en) État du Vermont, « An Act Relating to Renewable Energy », sur Vermont Legislature,‎ 4 juin 2010 (consulté le 4 juillet 2010)
  237. (en) Daniel Barlow, « For the last time, Gov. Douglas signs a bill into law », Times-Argus, Montpellier, VT,‎ 5 juin 2010 (lire en ligne)
  238. (en) Bob Peters, « Cornwall Electric Rates Decreasing », sur Choose Cornwall,‎ 1er juillet 2008 (consulté le 28 mars 2013)
  239. Presse canadienne, « Exportations d'électricité - Retour des contrats à long terme avec les États-Unis », Le Devoir,‎ 4 février 2009 (lire en ligne)
  240. Pierre Couture, « Le gaz nuit aux exportations d'électricité », Le Soleil, Québec,‎ 15 mai 2012 (lire en ligne)
  241. Savard 2007, p. 47.
  242. Desbiens 2004, p. 110.
  243. Perron 2006.
  244. a et b Savard 2006, p. 225-227.
  245. Association québécoise des consommateurs industriels d'électricité, « Augmentation des tarifs d’électricité : La prudence s’impose! » [PDF],‎ 30 septembre 2009 (consulté le 31 décembre 2009)
  246. Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, « Les coûts de l’énergie et les PME: Une augmentation en moyenne de 12,9 % en 3 ans »,‎ 3 décembre 2009 (consulté le 29 décembre 2009)
  247. Fédération des travailleurs du Québec, « La restauration de Gentilly-2 doit aller de l’avant plus que jamais » -Michel Arsenault, président de la FTQ,‎ 12 décembre 2009 (consulté le 29 décembre 2009)
  248. Sara Champagne, « Maison développement durable: Équiterre fait rager les écolos purs et durs », La Presse, Montréal,‎ 23 février 2009 (lire en ligne)
  249. Louis-Gilles Francoeur, « Projet hydroélectrique de la rivière Romaine - Roy Dupuis reproche à Hydro-Québec d'avoir acheté l'appui des élus régionaux », Le Devoir,‎ 12 novembre 2008 (lire en ligne)
  250. Brigitte Trahan, « « On exige un débat public » », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 23 mai 2009 (lire en ligne)
  251. Perron, Vaillancourt et Durand 1999.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • Gérard Bélanger et Jean-Thomas Bernard, « Coût économique de l'électricité vendue aux nouvelles alumineries », Options politiques,‎ avril 2008, p. 56-58 (lire en ligne [PDF])
  • Jean-Thomas Bernard, Éric Genest-Laplante et Benoit Laplante, « Le coût d'abandonner le projet Grande-Baleine », Analyse de politiques, vol. 18, no 2,‎ 1992, p. 153-167 (lire en ligne)
  • André Boulanger, « Politique hydro-électrique et développement régional », Options politiques,‎ avril 2008, p. 59-62 (lire en ligne [PDF])
  • (en) Caroline Desbiens, « Producing North and South : a political geography of hydro development in Quebec », The Canadian Geographer/Le Géographe canadien, Association canadienne des géographes, vol. 48, no 2,‎ été 2004, p. 101-118 (DOI 10.1111/j.0008-3658.2004.00050.x)
  • (en) Martha Whitney Langford et Chris Debresson, « The Role of Hydro Quebec in the Rise of Consulting Engineering in Montreal 1944-1992: An essay in oral history and company genealogy », Scientia Canadensis : revue canadienne d'histoire des sciences, des techniques et de la médecine, vol. 16, no 1 (42),‎ 1992, p. 76-108 (lire en ligne)
  • Bertrand Perron, Jean-Guy Vaillancourt et Claire Durand, « Les leaders de groupes verts et leur rapport aux institutions », Recherches sociographiques, vol. 40, no 3,‎ 1999, p. 521-549 (lire en ligne)
  • Stéphane Savard, « Compte-rendu : PERRON, Dominique, Le nouveau roman de l’énergie nationale : analyse des discours promotionnels d’Hydro-Québec de 1964 à 1997 (Calgary, University of Calgary Press, 2006), 306 p. », Revue d'histoire de l'Amérique française, vol. 60, no 1-2,‎ été-automne 2006, p. 225-227 (DOI 10.7202/014606ar)
  • Stéphane Savard, « Lieu-de-mémoriser Hydro-Québec comme symbole des représentations de la nature et de la technologie : esquisse de réponse et pistes de réflexion », Conserveries mémorielles, vol. 2, no 4,‎ septembre 2007, p. 46-64 (lire en ligne)

Bradley Snider, « Le chauffage domiciliaire et l’environnement », Tendances sociales canadiennes,‎ printemps 2006, p. 17-21 (lire en ligne [PDF])

  • (en) Alain Tremblay, Julie Bastien, Marie-Claude Bonneville, Paul del Giorgio, Maud Demarty, Michelle Garneau, Jean-Francois Hélie, Luc Pelletier et Yves Prairie, « Net Greenhouse Gas Emissions at Eastmain 1 Reservoir, Quebec, Canada », Congrès mondial de l'énergie, Montréal,‎ 12–16 septembre 2010 (lire en ligne)

Documents d'Hydro-Québec[modifier | modifier le code]

Rapports annuels[modifier | modifier le code]
Autres publications[modifier | modifier le code]


Documents officiels[modifier | modifier le code]

  • Québec. Loi sur Hydro-Québec, L.R.Q., chap. H-5. (version en vigueur : 1er décembre 2012) [lire en ligne (page consultée le 12 janvier 2013)]
  • Québec. Loi sur la Régie de l'énergie, L.R.Q., chap. R-6.01. (version en vigueur : 1er décembre 2012) [lire en ligne (page consultée le 12 janvier 2013)]
  • Québec. Loi concernant la construction par Hydro-Québec d’infrastructures et d’équipements par suite de la tempête de verglas survenue du 5 au 9 janvier 1998, L.Q. 1999, chap. 27 [lire en ligne (page consultée le 28 mars 2013)]
  • Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, Rapport 144. Ligne à 735 kV Saint-Césaire–Hertel et poste de la Montérégie, Québec,‎ 2000, pdf, 111 p. (ISBN 2-550-36846-0, lire en ligne)
  • Gouvernement du Québec, L'énergie pour construire le Québec de demain, Québec, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune,‎ 2006, pdf, 119 p. (ISBN 2-550-46951-8, lire en ligne, présentation en ligne)
  • Québec, Rapport annuel 2007-2008, Montréal, Régie de l'énergie du Québec,‎ 2008 (ISBN 978-2-550-53008-4, lire en ligne), p. 4
  • Québec, L'eau. La vie. L'avenir. : Politique nationale de l'eau, Québec, Ministère de l'Environnement du Québec,‎ 2002, pdf (ISBN 2-550-40074-7, lire en ligne)
  • (en) U.S.-Canada Power System Outage Task Force, Final Report on the August 14, 2003 Blackout in the United States and Canada : Causes and Recommendations, Washington & Ottawa,‎ avril 2004, pdf (lire en ligne), « 6 »
  • Québec, Inventaire québécois des émissions de gaz à effet de serre en 2008 et leur évolution depuis 1990, Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs,‎ novembre 2010, PDF (ISBN 978-2-550-60619-2, lire en ligne)
  • Régie de l'énergie du Québec, Avis de la Régie de l'énergie sur la distribution d’électricité aux grands consommateurs industriels (A-2005-01), Montréal,‎ 30 mai 2005, pdf, 96 p. (lire en ligne, présentation en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 29 janvier 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.