Nationalisme québécois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Célébration de la Fête nationale du Québec le au parc Maisonneuve à Montréal.

Le nationalisme québécois est le résultat de l'évolution du nationalisme bas-canadien puis du nationalisme canadien-français. Durant près d'un siècle, il sous-tend généralement les querelles entre « rouges » et « bleus » qui sont marquantes au XIXe siècle. Ayant évolué dans une Amérique anglaise, le nationalisme s'est fait d'un sentiment de différence vis-à-vis un autre peuple et d'attachement aux acquis français.

Histoire[modifier | modifier le code]

Nationalisme libéral, puis républicain[modifier | modifier le code]

L'émergence du nationalisme au Bas-Canada coïncide avec l'apparition des premiers États-nations de l'Époque moderne.

Entre 1783 et les années 1830, le monde voit naître plusieurs nouveaux états dit nationaux, dont la République fédérale des États-Unis d'Amérique, la République française, Haïti, le Paraguay, le Chili, le Mexique, le Brésil, le Pérou, la Colombie, la Belgique et la Grèce. Gagnées par la force des armes, ces indépendances nationales découlent de luttes politiques et idéologiques complexes opposant les métropoles européennes à leurs colonies, les monarchistes aux républicains. Si ces batailles ont réussi à créer des républiques indépendantes dans certaines régions du monde, elles ont échoué ailleurs, comme en Irlande, en Écosse, en Allemagne, dans le Haut-Canada et le Bas-Canada.

Il n'y a pas de consensus nous permettant d'établir le moment exact de la naissance d'une conscience nationale au Bas-Canada. Plusieurs historiens défendent la thèse de son apparition avant le 19e siècle, faisant valoir qu'une identité culturelle distincte existait déjà chez les Canadiens à l'époque de la Nouvelle-France. Les tensions culturelles sont en effet palpables entre le gouverneur-général de la Nouvelle-France, le Canadien Pierre de Vaudreuil et le général Louis-Joseph de Montcalm, un Français, durant la guerre de la Conquête. Ce qui est certain c'est que l'utilisation de l'expression « La nation canadienne » par la classe politique du Bas-Canada est attestée au début des années 1800. Durant la première moitié du 19e siècle, l'idée d'une nation canadienne émergente commence à être soutenue par la classe libérale ou professionnelle, composée d'avocats, de notaires, de libraires, de médecins, de journalistes, etc. opposés au gouvernement colonial britannique non élu.

Un mouvement politique pour l'indépendance politique du peuple bas-canadien prit forme après l'entrée en vigueur de l'Acte constitutionnel, voté par le Parlement britannique en 1791. La loi anglaise vint séparer la Province de Québec en deux provinces distinctes, à l'ouest le Haut-Canada et à l'est le Bas-Canada. Chacune des deux colonies se voit attribuer un parlement colonial, constitué d'une assemblée législative élue et de conseils législatifs et exécutifs nommés par le gouverneur, représentant la couronne britannique dans la colonie. La population bas-canadienne, majoritairement francophone et catholique, se retrouve vite en position avantageuse dans l'Assemblée législative, mais est peu ou pas du tout représentée dans les conseils législatifs et exécutifs. Les membres des conseils seront majoritairement issus de la classe dirigeante, composée de riches marchands, de juges et de militaires britanniques, qui se constituera en parti politique minoritaire dans la chambre élective.

De 1800 à 1837, l'Assemblée législative entrera en conflit avec l'établissement colonial sur pratiquement toutes les questions d'intérêt collectif. Le Parti canadien, parti majoritaire, se donne une politique visant à réformer les institutions politiques du Bas-Canada. La politique constitutionnelle du parti, résumée dans les 92 résolutions de 1834, réclame l'électivité du conseil législatif ainsi que le redressement des nombreux griefs passés.

Le mouvement réformiste obtient l'appui de la majorité des représentants francophones, mais également celui de plusieurs libéraux anglophones. Un nombre important de chefs réformistes et patriotes étaient d'origine britannique ou irlandaise, dont John Neilson, Wolfred Nelson, Robert Nelson, Edmund Bailey O'Callaghan, Daniel Tracey, Thomas Storrow Brown.

Deux courants existaient au sein des réformistes du Parti canadien, renommé Patriote. Le premier courant, jugé modéré, était composé de citoyens admirant les institutions britanniques et souhaitant que le Bas-Canada ait un gouvernement plus responsable envers les représentants du peuple. Le second courant, jugé plus radical, était composé de citoyens pour qui l'attachement aux institutions britanniques était plutôt conditionnel et ceux-ci admiraient secrètement ou ouvertement les institutions républicaines des États-Unis et de la France. Ce fut ce second courant qui devint dominant au sein du parti patriote à partir des années 1830. Comme l'ont montré Louis-Georges Harvey (Le Printemps de l'Amérique française) et Stéphane Kelly (La petite Loterie), le républicanisme des Patriotes avait puisé plusieurs de ses arguments et de ses thématiques dans le langage révolutionnaire américain et dans le discours du Country Party anglais, qui s'était opposé à l'influence corruptrice de la Couronne sur les parlementaires et la société à la suite de la Révolution anglaise du XVIIe siècle.

Nationalisme clérical[modifier | modifier le code]

Même s'il continue à être défendu et promu jusqu'au début de vingtième siècle, le nationalisme libéral et républicain issu des idées révolutionnaires américaines et françaises commence graduellement à décliner après 1841, c'est-à-dire après l'Union des Canadas qui place l'ancienne majorité franco-catholique du Bas-Canada en état d'infériorité dans un Canada-Uni, et se retrouve bientôt en position marginale face à un nationalisme libéral plus modéré qui s'accommode de l'impérialisme britannique et encore plus face à l'ultramontanisme du clergé catholique.

La monté en puissance d'un nationalisme catholique, qui dominait encore la société québécoise jusqu'aux années 1950, marqua profondément la pensée politique du Canada français pendant tout un siècle. Face à la crainte de l'assimilation par la majorité anglophone, les nationalistes renforcèrent le modèle des sociétés de type traditionnelle en rejetant l'idée que le peuple est souverain et que l'Église et l'État doivent être séparés. Ils acceptèrent l'autorité de la couronne britannique au Canada, défendirent sa légitimité et prêchèrent l'obéissance à la domination anglo-saxonne. Ils renforcèrent les valeurs conservatrices en censurant essentiellement toutes les idées et la littérature du siècle des Lumières et des communautés libérales et scientifiques de la France, des États-Unis et de la Grande-Bretagne. Cette censure affecta sévèrement ce qui est aujourd'hui considéré comme le développement social, économique et culturel normal de la province de Québec.

La survie du peuple se ferait donc par l'obéissance à l'État, le contrôle des institutions sociales par l'Église et la promotion des valeurs traditionnelles et familiales ayant pour but l'accroissement du nombre de Canadiens français catholiques. Cette idéologie de la survivance ne sera sérieusement ébranlée qu'après la Seconde Guerre mondiale.

Nationalisme contemporain[modifier | modifier le code]

Le chanteur Félix Leclerc

Depuis la Révolution tranquille, les Canadiens français du Québec se nomment «Québécois», afin de souligner leurs différences culturelles et historiques. Depuis cette Révolution tranquille l'identité culturelle du Nationalisme québécois a changé peu à peu, dans une manière réfléchissant le laïcisme et les autres traits de la Révolution elle-même.

La culture québécoise évolue, et on en voit la mesure avec des auteurs tels que Michel Tremblay et Jacques Ferron, ou certains chanteurs tels que Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois et les chanteuses Pauline Julien, Louise Forestier et Diane Dufresne. Une identité propre se développe au Québec.

Un sujet ayant occupé une place importante de la politique québécoise et canadienne depuis la conquête anglaise a été, et reste toujours, la possible indépendance du Québec par rapport au reste du Canada.

Néo-nationalisme (Québec)[modifier | modifier le code]

Dans les travaux des chercheurs, notamment chez Christophe Traisnel dans une thèse comparant Québec et Wallonie, il y a une distinction entre le nationalisme québécois classique et le néonationalisme ou nationalisme de contestation.

Reconnaissance de la nation québécoise[modifier | modifier le code]

Divers événements historiques ont amené de fait à la reconnaissance de la nation québécoise. Dans le Renvoi sur une opposition du Québec à une résolution pour modifier la Constitution[1], en 1982, la Cour suprême du Canada en énonce d'ailleurs certains qui ont amené à la reconnaissance implicite du Québec en tant que société distincte.

En 2003 et en 2006, l’Assemblée nationale du Québec ainsi que la Chambre des communes du Canada ont respectivement adopté une résolution reconnaissant la nation que forment les Québécois, quoique sous une formulation et en des circonstances différentes[2],[3].

Le , lors du Conseil général spécial de l’aile québécoise du Parti libéral du Canada, des militants libéraux fédéraux engagent un débat national en adoptant à plus de 80 % une résolution appelant le gouvernement du Canada à reconnaitre la nation québécoise au sein du Canada. Un mois plus tard, la dite résolution fut reprise au Parlement tout d’abord par le Bloc québécois, puis par le premier ministre du Canada, Stephen Harper[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17].

Le , le premier ministre canadien dépose une motion visant à reconnaître « que les Québécois forment une nation au sein d’un Canada uni »[18]. Elle fut acceptée par 266 voix contre 16 le [19]. Elle vient par ailleurs en réponse à une motion bloquiste rejetée par 233 voix contre 48[20].

Alors que la portée et le sens du vocable « Québécois » désigne en français toutes personnes résidant au Québec, la version anglaise de la motion adopta ce même terme, mais sous-entendant probablement, selon sa définition anglaise, une distinction entre le sens ethnique (Québécois) et étatique (Quebecker)[21]. Cependant, dans le contexte d'une version anglaise, cela crée une ambiguïté dans son interprétation.

« Son utilisation, au sein d’une phrase anglaise, peut très bien signifier qu’on a tout simplement voulu employer la langue commune des Québécois pour nommer la nation québécoise, [dans un sens étatique], plutôt que la langue maternelle d’une des minorités qui se trouvent au Québec. Et si le mot « Québécois » devait pouvoir receler un second sens dans le contexte de la version anglaise, il faudrait, selon les règles d’interprétation, retenir le sens non ambigu qu’il a dans la version française. Comme l’a bien dit M. Harper, [en son titre de premier ministre dont les discours sont subordonnés à la Constitution], il n’appartient pas au Parlement fédéral de définir la nation québécoise mais bien à l’Assemblée nationale. Or, pour cette dernière, sont Québécois toutes les personnes qui résident au Québec et qui se considèrent telles[22]. »

Alors que Stephen Harper rappelle à plusieurs reprises que cette résolution ne constitue pas un « amendement constitutionnel ni un texte juridique », la présentant comme « une déclaration de reconnaissance et un geste de réconciliation »[23],[24], Claude Morin publie une tribune dans Le Devoir dénonçant un calcul politique et une « astuce verbale » sans sens, les conditions pour une réelle reconnaissance n’étant pas réunies selon lui[25].

Suite à cette motion, bien qu'un sondage révèle que 70 % des Canadiens (77 % en excluant le Québec) rejettent l’idée selon laquelle les Québécois forment une nation, les députés de la Chambre des communes du Canada sont légalement des représentants de leur circonscription électorale et à ce titre, le partage des votes en chambre représente la volonté de la majorité canadienne. Pour leur part, les Québécois francophones sont majoritairement en accord avec la notion de nation québécoise, avec 71 % d’approbation[26],[27],[28],[29], soit près de 57 % de la population totale du Québec[30].

Pendant la campagne électorale de l’élection fédérale canadienne de 2008, le premier ministre Stephen Harper a déclaré, à Chicoutimi (Saguenay–Lac-Saint-Jean, Québec), qu’il était normal d’être nationaliste lorsque l’on fait partie d’une nation. Il a aussi précisé que les Canadiens anglais devaient respecter ce fait historique et a aussi tenu à rappeler qu’il évoquait la nation québécoise dans ses discours, tant au Québec qu’ailleurs au Canada[31].

Le , lors de la première allocution d'un président français en exercice à l'Assemblée nationale du Québec, Nicolas Sarkozy a utilisé l'expression « nation québécoise » pour désigner le Québec[32].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Renvoi sur l’opposition du Québec à une résolution pour modifier la Constitution, (1982) 2 R.C.S. 793, Cour suprême du Canada, 6 décembre 1982.
  2. « La Chambre reconnaît la nation québécoise », Radio-Canada,.
  3. Résolution de l’Assemblée nationale du Québec, [PDF]
  4. Garneau urges Liberals to deal with Quebec
  5. Le reflet authentique de la volonté des militants libéraux fédéraux du Québec
  6. La Chambre reconnaît la nation québécoise
  7. L'épée de Damoclès électorale hante la Chambre des communes
  8. Dion cherche le compromis
  9. Coucou, Stéphane Dion a de l'aide!
  10. Le PLC doit reconnaître le Québec comme nation - Les deux auteurs de la résolution parlent haut et fort
  11. Dion offers new wording for Quebec `nation' resolution
  12. Ottawa Citizen, « Grits plan to avoid a public debate on Quebec nation question »
  13. Rosemary Thompson, CTV News, « Grits pull Quebec debate off the convention table »
  14. Canadian Press, The Toronto Star, « Liberals scrap 'nation' debate plans »
  15. Don Macpherson, The Gazette, « Liberal Party prepared to rip itself apart over Quebec 'nationhood' »
  16. Campbell Clark, The Globe and Mail, Ottawa, « Charest at odds on meaning of 'Québécois' »
  17. Chantal Hébert, The Toronto Star, Liberals engaged in damaging debate over Quebec
  18. Canada. Chambre des communes du Canada () Feuilleton et feuilleton des avis, n° 87. Page consultée le 16 août 2007.
  19. Canada. Chambre des communes du Canada. Hansard révisé • Numéro 087. 39elégislature, 1re session, vote no 73 . Page consultée le 16 août 2007.
  20. Canada. Chambre des communes du Canada. Hansard révisé • Numéro 087. 39elégislature, 1re session, vote n° 74. Page consultée le 16 août 2007.
  21. Version anglaise de la motion sur la reconnaissance de la nation québécoise.
  22. La motion Harper : peu mais tout de même pas rien, Le Devoir, samedi 2 décembre 2006.
  23. « Le Québec reconnu comme « nation » », Reuters repris par L'Express, 28 novembre 2006
  24. « Les députés reconnaissent la « nation » québécoise », AFP, repris par Le Figaro, 28 novembre 2006
  25. Claude Morin, « Reconnaissance de la nation québécoise - De quoi s'agit-il? », Le Devoir, 24 octobre 2006
  26. Le pays rejette en bloc l’idée que le Québec est une nation », La Presse (Montréal),
  27. Hélène Buzzetti,« La nation divise le pays ! », Le Devoir, samedi 11 novembre 2006.
  28. Charles Taylor, Rapprocher les solitudes. Écrits sur le fédéralisme et le nationalisme au Canada, 141 p.
  29. Sondage Crop, 6 décembre 2006
  30. Rencensement de 2006 : la population québécoise est francophone à plus de 80 %.
  31. « Entrevue exclusive — Les conservateurs ouvrent la porte aux nationalistes », Cyberpresse, 20 septembre 2008.
  32. Assemblée nationale du Québec, Cérémonie protocolaire à l'occasion de la visite officielle du président de la République française, M. Nicolas Sarkozy. Consulté le 28 décembre 2008.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Périodiques, journaux[modifier | modifier le code]

Sites Web[modifier | modifier le code]

Anglais[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Journaux, périodiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]