Centrale Brisay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale Brisay
Image illustrative de l'article Centrale Brisay
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région administrative Nord-du-Québec
Municipalité Baie-James
Coordonnées 54° 27′ 16″ N 70° 31′ 09″ O / 54.45444, -70.51917 ()54° 27′ 16″ Nord 70° 31′ 09″ Ouest / 54.45444, -70.51917 ()  
Cours d'eau Réservoir de Caniapiscau
Détournement Caniapiscau-Laforge
Objectifs et impacts
Vocation production électrique
Propriétaire Hydro-Québec
Date du début des travaux 1989
Date de mise en service 1993
Barrage
Type Réservoir
Réservoir
Altitude du réservoir 535,5 m
Volume du réservoir 37 660 Mm3
Surface du réservoir 431 800 ha
Centrale hydroélectrique
Type de centrale Surface
Hauteur de chute 37,5 m
Débit d'équipement 1 130 m3/s
Nombre de turbines 2
Type de turbines Turbine Kaplan
Puissance installée 469 MW
Production annuelle 2 300 GWh/an
Facteur d'utilisation 70 %
Source SEBJ 1996, p. 17,387-405

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Centrale Brisay

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Centrale Brisay

La centrale Brisay est une centrale hydroélectrique érigée à l'exutoire du réservoir de Caniapiscau par la Société d'énergie de la Baie James pour le compte d'Hydro-Québec dans la région administrative du Nord-du-Québec, au Québec. Cette centrale, construite dans le cadre de la deuxième phase du projet de la Baie-James, a une puissance installée de 469 MW. Elle a été mise en service en 1993.

Description[modifier | modifier le code]

Carte générale de la région de l'aménagement Brisay.

La centrale Brisay est nommée en l'honneur de Jacques-René de Brisay, marquis de Denonville et gouverneur de la Nouvelle-France entre 1685 et 1689[1]. L'aménagement est accessible par la route Transtaïga, construite durant la première phase.

Bien que la construction de l'ouvrage régulateur fasse partie des travaux décrits dans le complexe La Grande (1975), au sens de la Convention de la Baie James et du Nord québécois (CBJNQ), l'aménagement d'une centrale à cet endroit a fait l'objet de deux ententes supplémentaires entre Hydro-Québec, la Société d'énergie de la Baie James (SEBJ) et l'Administration régionale crie.

La construction de la centrale est encadrée par deux ententes signées en 1986 : la Convention La Grande (1986), qui précise des mesures de correction et de compensation pour deux projets de transport d'électricité et trois centrales, dont celle de Brisay, et la Convention complémentaire n° 7, qui amende le texte de la CBJNQ[D 1]. Le préambule de la Convention complémentaire n° 7, signée le 6 novembre 1986, indique d'ailleurs que les deux parties ne s'entendaient pas sur la question de la nécessité légale du consentement des Cris aux projets du réseau multiterminal à courant continu et des centrales LG-2-A et Brisay, mais qu'il était nécessaire dans le cas de La Grande-1[2].

D'autre part, le projet a nécessité l'émission d'un certificat d'autorisation en vertu de la Loi sur la qualité de l'environnement par le ministère de l'Environnement et de la Faune du Québec. Le certificat fixe les caractéristiques du projet, rend obligatoire les engagements du promoteur en matière de mesures d'atténuation et précise des mesures de suivi. Dans le cas de la centrale Brisay, ces mesures ont porté sur l'évolution physico-chimique de l'eau, les populations de poisson et la bioaccumulation de mercure dans la chair des poissons[D 2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

L'ouvrage régulateur[modifier | modifier le code]

L'ouvrage régulateur, construit lors de la première phase sert maintenant d'évacuateur de crues pour la centrale.
Le détournement Caniapiscau-Laforge, en aval de la centrale Brisay.

La centrale remplace un ouvrage régulateur, construit entre 1979 et 1982 dans le cadre de la première phase du Projet de la Baie-James. Érigé sur la rive nord du lac Brisay, entre les digues KB-17 et KB-18[B 1],[D 3], il est situé à l'extrémité nord-ouest du réservoir de Caniapiscau, 300 km à l'est de la centrale La Grande-4[D 4]. Cette installation revêt une importance capitale pour l'ensemble du complexe hydroélectrique, puisqu'elle régule les débits vers l'aval du complexe. L'ouvrage de retenue permettait de transférer un débit maximum de1 130 m³/s vers le bassin Fontanges, le détournement Laforge et les centrales en aval[B 1].

Ouvrage régulateur Brisay
Limites au débit maximal en hiver
[B 1]
Niveau du
réservoir (m)
Débit maximal (m³/s)
535,5 1 130
526,2 1 130
525,5 1 040
522,6 650

Des études technico-économiques ont fixé des limites aux débits maximaux qui peuvent être soutirés en hiver par l'ouvrage régulateur Brisay. Ils atteignent régulièrement le débit d'équipement de l'ouvrage hydraulique.

Compte tenu de d'éloignement, de rigueur du climat et du fonctionnement continuel, les concepteurs ont mis en place une solution robuste et d'entretien facile. La conception hydraulique limite la vitesse d'écoulement à 18 m/s pour réduire l'érosion des surfaces bétonnées ; l'ouvrage est chauffé pour assurer le fonctionnement des équipements par temps très froid ; les équipements et pertuis sont faciles d'accès et les niveaux d'eau en aval sont inférieur aux seuils des vannes[B 1].

Une mini-centrale électrique temporaire de 2 000 kW a été aménagée dans une caverne attenante à la prise d'eau numéro 2 de la future centrale. Démantelée lors de la mise en service de la centrale permanente, elle comportait deux groupes, dotés chacun d'une turbine Kaplan, d'une vanne papillon, d'unalternateur de 1 305 kW et d'un frein à courant de Foucault refroidi à eau, qui absorbait la puissance excédentaire des groupes jusqu'à concurrence de 1 000 kW[B 2].

La centrale[modifier | modifier le code]

Hydro-Québec a construit un centre administratif et résidentiel à l'intention de son personnel en place dans ce poste isolé.

La hauteur de chute disponible sur le site, qui varie de 28 à 43 m selon le niveau du réservoir, ouvrait la possibilité de construire une centrale. La prise d'eau et les premiers 100 m de galeries d'amenée souterraines ont été construites au même moment que l'ouvrage régulateur[D 4].

La centrale hydroélectrique, d'une puissance de 469 MW[3], a été aménagée à cet endroit entre 1989 et 1993. Le calendrier de construction de la centrale a été devancé afin de répondre aux besoins énergétiques d'Hydro-Québec. La production annuelle moyenne de l'aménagement est estimée à 2,3 terawatts-heure[D 5]. La construction d'une centrale permanente a modifié la fonction de l'ouvrage régulateur, qui ne sert plus maintenant que d'évacuateur de crues depuis la mise en service des deux groupes turbo-alternateurs[D 5]. La centrale Brisay compte deux turbines Kaplan qui pèsent 300 tonnes chacune, soit environ l'équivalent de 50 éléphants d'Afrique [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d p. 334
  2. p. 338-339
  1. p. 45
  2. p. 48
  3. p. 346, figure 11.2
  4. a et b p. 331
  5. a et b p. 332-333
Autres références
  1. Gouvernement du Québec, « centrale Brisay », Commission de toponymie du Québec,‎ 14 juin 2012 (consulté le 23 juin 2012)
  2. CBJNQ 1998, p. 645
  3. Hydro-Québec 2011
  4. Hydro-Québec: Comprendre l'électricité. "[1]"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Convention de la Baie-James et du Nord québécois et conventions complémentaires (édition 1998), Sainte-Foy, Les Publications du Québec,‎ 1998, PDF, 754 p. (ISBN 2-551-17981-5, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]