Compteur électrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un compteur électrique est un organe électrotechnique servant à mesurer la quantité d'énergie électrique consommée dans un lieu : habitation, industrie… Il est utilisé par les fournisseurs d'électricité afin de facturer la consommation d'énergie au client. À l'origine ces appareils étaient de conception électromécanique, ils sont remplacés dorénavant par des modèles électroniques.

L'unité légale d'énergie est le joule, correspondant à une puissance d'un watt pendant une seconde. Cependant, l'unité d'énergie habituellement utilisée pour la consommation électrique est le kilowatt-heure (kWh). Un kWh est équivalent à 3,6×106 J.

Compteur électrique « électromécanique » utilisé en France, équipés d'un index à défilement mécanique, généralement à 5 chiffres, permettant de connaître le nombre de kilowattheures consommé depuis son installation. Certains compteurs ont 2 index, pour les heures pleines (HP) et creuses (HC). La vitesse de rotation du disque témoigne en temps réel de la quantité d'électricité consommée par l'habitation

Historique[modifier | modifier le code]

Les compteurs apparaissent dès la naissance de la distribution électrique dans les années 1880. Différentes technologies furent explorées[1].

Mesure en courant continu[modifier | modifier le code]

Thomas Edison, partisan de la distribution du courant continu, utilisa, dans un premier temps, un compteur électrolytique (Cu/CuS et, ensuite, Zn/ZnS), le dépôt métallique étant proportionnel au courant ayant parcouru le circuit[2] (une dérivation du circuit principal). Les électrodes étaient collectées et pesées dans les laboratoires de la société productrice (par exemple, la Pearl Street Station) une fois par mois. Lawrie-Hall[3] mirent au point une version modifiée utilisable avec du courant alternatif en 1887.

Mesure en courant alternatif[modifier | modifier le code]

Drehstromzaehler offen.jpg

Le premier spécimen de compteur d'énergie électrique pour le courant alternatif fut présenté à la foire de Francfort à l'automne 1889 par les Compagnies Ganz sur la base d'un brevet de l'ingénieur hongrois Ottó Bláthy. Il fut commercialisé à la fin de la même année et connu sous le nom de Bláthy-meters [4]

En 1894, Oliver Shallenberger de la compagnie Westinghouse Electric parvient à utiliser le principe de l'induction jusqu'alors seulement utilisé pour construire des ampèreheures-mètres pour produire un wattheures-mètre à l'aide d'un disque dont la vitesse de rotation est proportionnelle à l'énergie consommée.

Dans les compteurs électromécaniques du XXe siècle, le comptage de l'énergie s'effectue en comptant le nombre de rotations d'un disque animé par des courants de Foucault.

Comptage électrique en France[modifier | modifier le code]

Tableaux EdF de comptage et d'alimentation électrique dans un immeuble collectif ancien

En France, le comptage de l'électricité fait partie du domaine régulé. C'est une des missions du transporteur d'électricité et du distributeur d'électricité (par exemple ERDF), conformément à la loi du 10 février 2000 (articles 15 et 19). Le remplacement d'un compteur défectueux est gratuit.

Les compteurs résidentiels sont appelés « compteurs bleus », il s'agit en fait de la tarification. Un compteur électrique fonctionne toujours selon le même principe. Les tarifs « jaunes » et « verts » sont utilisés par les professionnels et par les industriels.

Les différents types de compteurs[modifier | modifier le code]

Compteur classiques électromécaniques[modifier | modifier le code]

Ce sont les plus anciens compteurs. On les reconnait à leur disque qui tourne proportionnellement à l'énergie consommée. Ils se fixent à l’aide de trois points d’attache. Son intérêt est sa grande robustesse et sa facilité d’installation. Les compteurs que l’on trouve principalement sur le marché sont des compteurs rénovés. Il s’agit de la première génération de compteurs installés par EDF.

Compteurs électroniques[modifier | modifier le code]

Le système de comptage est électronique et souvent moins encombrant que les compteurs classiques. Ils peuvent être à affichage mécanique ou LCD (numérique). Ces compteurs sont plus sensibles aux surintensités et surtensions, et tout particulièrement la foudre. Il s’agit de la deuxième génération de compteurs installés par EDF.

Compteurs modulaires[modifier | modifier le code]

Les compteurs électriques modulaires ont un système de mesure électronique. Ils ont l’intérêt d’être peu encombrants. Ils sont également faciles d’installation car se monte sur le rail DIN. L’affichage peut être mécanique ou LCD (numérique).

Compteurs centrale de mesure[modifier | modifier le code]

Une centrale de mesure est un compteur électrique donnant généralement plus d'informations qu'un simple compteur électrique. Il donne généralement la tension, l’intensité mais mesure également les harmoniques. Il a souvent de la mémoire pour enregistrer ces grandeur. Il est également doté de sortie (RS232, RS485, Ethernet…) qui lui permettent de communiquer.

Compteur de consommation d'appareillage[modifier | modifier le code]

Le dispositif de comptage d'énergie électrique s'intercale entre la prise et l'appareil dont on souhaite déterminer la consommation. Le système de comptage est électronique.

Apparition de compteurs intelligents[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Compteur intelligent et Smart grid.

L'Irlande va lancer d'ici 2012 (dès 2008 dans 25 000 foyers) des compteurs intelligents qui aideront le public à prendre conscience en temps réel de ses consommations, et qui permettront la comptabilité des flux de courant dans les deux sens pour les foyers équipés de modules photovoltaïques ou d'une autre installation de production électrique, ou de bâtiment à énergie positive. Ces compteurs informeront les producteurs en temps réel et permettront des factures plus détaillées pour les clients. L'Irlande espère aussi réduire la demande en électricité en incitant les ménages et entreprises à plus de sobriété électrique. Le surcoût induit par l'installation de ces compteurs est évalué à 300 millions d'euros.

Un tel compteur mixte électricité/ gaz a été conçu aux Pays-Bas en 2005 et pourrait être utilisé avant 2013, avec les mêmes objectifs de diminution de la consommation, par un usage optimisé de l'électricité par les foyers.

Les différents types d’affichage.[modifier | modifier le code]

Affichage mécanique[modifier | modifier le code]

L’affichage mécanique est le plus ancien des affichages mais présente l'avantage de pouvoir être lu y compris lors de coupures de courant. De plus, en cas de détérioration ou de vandalisme, la dernière valeur enregistrée reste affichée, ce qui rend sa lecture toujours possible.

Affichage LCD (Digital)[modifier | modifier le code]

Il présente l'avantage de pouvoir afficher différentes informations : tarifs du kWh, watt, tension , etc.. En France, il est installé sur toute nouvelle installation.

Exemples de fabricants[modifier | modifier le code]

  • POLIER : Société spécialisée dans l’économie d’énergie, en partenariat avec les leaders du domaine, il s'impose comme le spécialiste du compteur électrique et de la maitrise de l’énergie[5].
  • SAGEM : Leader européen du comptage d’énergie depuis plus de 20 ans, Sagemcom conçoit et fabrique une gamme complète de compteurs électroniques traditionnels et communicants pour des applications domestiques et industrielles[6].
  • LANDIS & GYR : Landis+Gyr est le principal fournisseur de solutions intégrées de gestion des énergies adaptées aux besoins des entreprises énergétiques. Leurs compteurs et solutions permettent aux distributeurs et aux clients finaux d'améliorer leur efficacité énergétique, de réduire leurs frais d'énergie et de contribuer à une utilisation durable des ressources.
  • JANITZA : Société spécialisés dans la maîtrise de l'énergie. Leader en Allemagne pour les centrales de mesure.

Le marché des compteurs[modifier | modifier le code]

  • Le marché ERDF : il s’agit du principal marché pour les compteurs électriques. ERDF installe et entretien les nouveaux compteurs. ERDF s’occupe également de relever et valoriser (analyse, correction d'erreur, suivi de fiabilité) les index.
  • Le sous comptage privé : le sous comptage privé sert à suivre la consommation. Il est également utilisé pour refacturer l’électricité par exemple dans les campings.
  • Le sous comptage dans l’industrie est utilisé pour suivre la consommation des différentes installations, des différentes chaines de production etc. Il a souvent pour but d’optimiser la consommation.
  • Le comptage provisoire est utilisé pour les chantiers, les foires, les marchés. Le compteur est installé par le client final, mais c’est ERDF qui fait le relevé et le plombage.

Normes, directives et conformité.[modifier | modifier le code]

  • Normes
    • CEI 62053-31:1998 : Équipement de comptage de l'électricité (c.a.) – Prescriptions particulières – Partie 31: Dispositifs de sortie d'impulsions pour compteurs électromécaniques et électroniques (seulement deux fils.
    • CEI 62052-11:2003 : Équipement de comptage de l'électricité (CA) – Prescriptions générales, essais et conditions d'essai – Partie 11 : Équipement de comptage
  • Directive : 2004/22/CE[7] : Seul les compteurs conformes à la directive MID peuvent être utilisés pour facturer de l’électricité.
    • Conformité  : Seuls les compteurs conformes EDF pourront être installés, raccordés et plombés par EDF.

Facturation de l’électricité[modifier | modifier le code]

Seuls les compteurs conformes à la directive MID peuvent être utilisés pour facturer de l’électricité. Cela assure que le compteur compte de façon précise. Normalement seul ERDF a le droit de facturer l’électricité. Malgré tout la sous-facturation est tolérée dans certains cas comme dans les campings. Cela dépend surtout de la durée de la sous-facturation.

L'aide financière pour la fourniture d’électricité[modifier | modifier le code]

Il existe des aides financières afin d'aider les particuliers ayant des problèmes à payer leurs factures d’électricité. Ce tarif social[8] est déterminé par des organismes comme la CMU (CPAM), ces derniers fournissent les documents nécessaires au fournisseur d’électricité qui fera alors le nécessaire auprès de l’abonné.

Les indications sur les compteurs[modifier | modifier le code]

Sur l’étiquetage des compteurs figurent les informations suivantes :

  • le type du compteur (monophasé ou triphasé) ;
  • l’unité de mesure qui est généralement le kilowattheure (kWh) ;
  • les intensités nominale et maximale du compteur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Graeme J. N. Gooday, The Morals of Measurement: Accuracy, Irony, and Trust in Late Victorian Electrical Practice, Cambridge University Press, 2011 (ISBN 978-0-5211-8756-5)
  2. C'est une des Lois de Faraday (électrochimie).
  3. William Lowrie et Charles James Hall [1]
  4. (en) Eugenii Katz, « Blathy » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), People.clarkson.edu. Consulté le 2009-08-04
  5. POLIER Sur le site compteur-electrique.eu
  6. SAGEM Sur le site sagemcom.com
  7. 2004/22/CE (MID)
  8. Le tarif social EDF : Montants, durée, conditions…

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]