Intégration verticale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Intégration.

En microéconomie et en stratégie d'entreprise, l'expression « intégration verticale » décrit un mode de propriété et de contrôle regroupant sous une seule autorité les divers stades de production et distribution concernant un type de produits ou services donnés aux différents stades de la chaîne de valeur.

Principe[modifier | modifier le code]

Ainsi une entreprise Alpha peut réaliser une intégration verticale en amont, c'est-à-dire prendre possession d'entreprises Beta réalisant une activité précédant celle réalisée par l'entreprise Alpha, ou bien en aval, c'est-à-dire prendre possession d'entreprises Gamma réalisant une activité suivant celle réalisée par l'entreprise Alpha.

Exemple 

Une entreprise de création de meubles en bois qui prend possession d'une entreprise de planches ou de bois réalise une intégration verticale en amont. Si cette même entreprise rachète une entreprise de distribution de meubles elle réalise une intégration verticale en aval.

Les sociétés intégrées verticalement sont unies par l'intermédiaire d'une hiérarchie et ont un propriétaire commun. En général, chaque membre de cette hiérarchie élabore un produit ou un service différent, ces produits et services se combinant pour satisfaire un besoin final commun.

Ce concept peut entrer en contradiction avec celui d'intégration horizontale, où il s'agit de regrouper des entités qui fabriquent des produits similaires (au même niveau de production) afin d'obtenir des économies d'échelle et d'avoir une position de force par rapport à l'amont (fournisseurs) et l'aval (distributeurs, consommateurs).

L'intégration verticale permet de contrôler davantage la chaîne de production d'un produit, en possédant par exemple les fournisseurs et distributeurs. Elle permet en outre une sécurité de l'approvisionnement et/ou des économies liées à l'achat de produits intermédiaires[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Yves Capul et Olivier Garnier, Dictionnaire d'économie et de sciences sociales, 2011, Hatier, page 187.

Voir aussi[modifier | modifier le code]