Centrale nucléaire de Gentilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gentilly (homonymie).
Centrale nucléaire de Gentilly
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Gentilly
Les centrales Gentilly-2 (gauche) et Gentilly-1 (droite)
Administration
Pays Canada
Province Québec
Région Centre-du-Québec
Municipalité Bécancour
Coordonnées 46° 23′ 42″ N 72° 21′ 21″ O / 46.395, -72.35583 ()46° 23′ 42″ Nord 72° 21′ 21″ Ouest / 46.395, -72.35583 ()  
Opérateur Hydro-Québec
Année de construction Novembre 1973
Date de mise en service 1er octobre 1983
Date de fermeture 28 décembre 2012
Statut Arrêt définitif[1]
Réacteurs
Fournisseurs EACL
Type CANDU-6
Réacteurs actifs Aucun
Puissance nominale Gentilly-2 : 635 MW[1]
Gentilly-1 : 250 MW[2]
Production d’électricité
Production annuelle d'électricité 3 911,6 GWh (2012)[1]
Production totale Gentilly-2 : 124 220 GWh[1]
Gentilly-1 : 840 GWh[2]
Divers
Source froide Fleuve Saint-Laurent
Coût 128 millions $ (Gentilly-1)[3]
1,4 milliard $ (Gentilly-2)[4]
Site web Centrale nucléaire de Gentilly-2

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Centrale nucléaire de Gentilly

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Centrale nucléaire de Gentilly

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Trois-Rivières

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Trois-Rivières)
Centrale nucléaire de Gentilly

La centrale nucléaire de Gentilly est une centrale nucléaire située à Bécancour au Québec. La centrale, située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent à la hauteur de Trois-Rivières, a été exploitée commercialement de 1983 à 2012. Gentilly-2 avait une puissance brute de 675 MW (net 635 MW). Elle était la seule centrale nucléaire exploitée commercialement au Québec[5]. Un réacteur expérimental, Gentilly-1, a été exploité pendant quelques mois durant les années 1970.

Le propriétaire-exploitant de la centrale, la société d'État Hydro-Québec, a annoncé la fermeture définitive de Gentilly-2 à compter du 28 décembre 2012, en vue de son déclassement. L'installation sera finalement démantelée au terme d'un processus qui devrait se conclure en 2062[6],[7].

Localisation[modifier | modifier le code]

La centrale est située à Saint-Édouard-de-Gentilly, un secteur de Bécancour, ville du Centre-du-Québec située sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, en face de l'agglomération de Trois-Rivières, dont le centre est situé à 15 km à l'ouest. La propriété de 199 hectares[8] est situé immédiatement à l'est du Parc industriel et portuaire de Bécancour, une immense zone industrielle qui est la propriété du gouvernement du Québec, qui voulait en faire « la vallée de la Ruhr du Québec » dans les années 1970. Cette zone industrielle est ceinturée par des terres agricoles, notamment des fermes laitières[9].

On accède au complexe par un chemin de deux kilomètres qui donne sur la route 132. Le terrain est bordé au nord par le Saint-Laurent, à l'ouest par le parc industriel et à l'est par des terrains industriels et agricoles acquis par Énergie atomique du Canada afin d'ériger l'usine d'eau lourde de La Prade[10], dont la construction n'a jamais été complétée. Toute construction dans un rayon d'un peu moins de 1 km de la centrale doit au préalable être approuvée par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN)[11].

Selon Hydro-Québec, 700 personnes —des résidents de Champlain, sur la rive nord du Saint-Laurent— habitent dans un rayon de 5 km de la centrale. S'ajoutent les 5 300 habitants de la zone située de 5,1 à 10 km, répartis dans ville de Bécancour et la réserve abénaquise de Wôlinak, sur la rive droite, et la municipalité de Champlain de même que le secteur de Sainte-Marthe-du-Cap de la ville de Trois-Rivières, sur la rive gauche[12].

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire d'Hydro-Québec.

Le développement d'une centrale nucléaire au Québec a fait l'objet d'un débat passionné dans les années 1960 et au début des années 1970 entre les partisans de cette forme d'énergie et ceux qui favorisaient la construction de grands projets hydroélectriques pour répondre à la très forte croissance des besoins[13],[14].

Au lendemain de la deuxième étape de la nationalisation de l'électricité en 1963, un lobby favorisant le développement de l'énergie nucléaire est actif à l'intérieur d'Hydro-Québec[14],[15],[16],[13]. En cela, ils rejoignent les objectifs du gouvernement du Canada, qui s'inquiète de la signification politique et symbolique de la prise de contrôle de l'électricité par la majorité francophone aux dépens du monde des affaires anglo-protestant[15]. Le gouvernement de Lester B. Pearson à Ottawa redouble d'efforts afin de « partager les avantages du Canada avec les citoyens francophones du pays »[15] et exerce de fortes pressions afin que le Québec s'engage dans un ambitieux programme de construction de réacteurs de technologie CANDU[17].

Ces partisans du nucléaire au sein de l'entreprise peuvent compter sur le soutien de Jean-Claude Lessard[16], ancien haut fonctionnaire fédéral et président d'Hydro-Québec de 1960 à 1969. M. Lessard est d'ailleurs nommé membre du conseil d'administration d'Énergie atomique du Canada (EACL), à compter de 1963 — et président de l'Association nucléaire canadienne à compter de 1965[18] —, ce qui marquait un changement de cap majeur pour Hydro-Québec, qui boycottait les projets nucléaires fédéraux depuis 1954[19]. La faction pro-nucléaire s'exprime au moment de la décision d'investir dans le projet de la chute Churchill, au Labrador[20], où les coûts prévus du développement nucléaire servaient d'étalon pour évaluer la faisabilité et la désirabilité de développer de nouveaux aménagements hydroélectriques. L'économiste et haut fonctionnaire Jacques Parizeau est l'un des principaux tenants de cet argument[19],[21].

Gentilly-1[modifier | modifier le code]

Hydro-Québec engage les discussions au cours de l'été 1964 et Énergie atomique du Canada Limitée (EACL) étudie la possibilité de construire un réacteur de 250 MW, version augmentée du réacteur expérimental de Douglas Point, en Ontario. La société fédérale pose comme condition à l'aide financière d'Ottawa que le réacteur soit d'un type expérimental. Le président d'EACL, Lorne Gray, propose alors à l'entreprise publique québécoise un réacteur à eau légère bouillante, qui offrait plusieurs avantages, notamment le fait que la vapeur produite par le réacteur peut être utilisée par les turbines[22].

Avant de s'engager plus avant, le gouvernement Lesage pose certaines conditions. Dans une lettre adressée au premier ministre Pearson le 6 avril 1965, Lesage propose un site à Saint-Édouard-de-Gentilly — aujourd'hui un secteur de Bécancour. Québec demande aussi à obtenir qu'Ottawa défraie une partie des coûts de construction de la centrale, comme ce fut le cas lors de la construction du réacteur de Douglas Point. Le cabinet québécois approuve le projet en février 1966, quelques mois avant de subir la défaite lors de l'élection générale[23].

Le nouveau gouvernement de Daniel Johnson poursuit la même politique à l'égard du développement nucléaire et les travaux de construction peuvent commencer sur le site à compter de l'automne 1966 sous la direction d'Hydro-Québec, qui agit comme entrepreneur général d'ÉACL[24]. Malgré une grève qui paralyse le chantier pendant cinq mois[25] en 1967, les travaux avancent rapidement grâce à certaines innovations comme la coulée continue dans des coffrages coulissants qui permet de bétonner l'enceinte du réacteur —une structure de 49 m de hauteur, de 36,6 m de diamètre intérieur et muni de parois de 1,22 m d'épaisseur — en 17 jours, alors que la technique conventionnelle aurait pris de cinq à six mois[24].

Après un peu plus de quatre ans de travaux, le réacteur CANDU-BLW de la centrale Gentilly-1 a produit sa première réaction en chaîne en novembre 1970. Sa construction a coûté 128 millions $[3]. Il atteint pour la première fois sa puissance nominale de 250 MW en mai 1972 et produit 650 GWh d'électricité au cours de ses six premiers mois d'opération[24].

Mais la centrale connaît sa part de problèmes. D'abord, une pénurie d'eau lourde force l'arrêt de la centrale, les approvisionnements étant destinés en priorité aux réacteurs de Pickering[26]. Entre novembre 1972 et août 1974, le réacteur est contraint à l'arrêt en raison du transfert de l'eau lourde en Ontario[3].

Par ailleurs, la centrale est affligée de plusieurs problèmes techniques[27], dont une défaillance des échangeurs de chaleur du circuit modérateur [3]. Contrairement aux autres réacteurs de la famille CANDU, le réacteur de Gentilly-1 utilise l'eau ordinaire comme caloporteur, qui est vaporisé dans le réacteur avant d'alimenter la turbine. La vapeur étant moins dense que l'eau, elle absorbe moins les neutrons, ce qui exige des ajustements constants de la réaction nucléaire et les vannes de la turbine afin d'éviter l'emballement et la mise en marche des systèmes de sécurité. Pour pallier ce problème, les ingénieurs conçoivent un nouveau système de contrôle qui est installé au début de 1976, mais la centrale ne peut être exploitée à plus des deux tiers de sa capacité nominale[28].

Les 21 et 22 mai 1977, 10 tonnes d'eau lourde contenant 31 000 curies de tritium sont relâchés par la centrale dans le fleuve Saint-Laurent[29] en raison d'un bris dans un échangeur de chaleur provoqué par la corrosion[28]. La centrale, qui demeure la propriété d'EACL, puisqu'Hydro-Québec refuse de s'en porter acquéreur, cesse de produire de l'électricité le 1er juin 1977[2]. Gentilly-1 ne produit de l'électricité que pendant deux brèves périodes, pour une production totale de 837,7 GWh[2], soit l'équivalent de 183 jours de production à pleine puissance[3].

En 1980, ÉACL décidait de placer la centrale en état de conservation, en vue de son démantèlement éventuel[3]. Après avoir évoqué la possibilité de transformer la centrale en laboratoire ou à la convertir en centrale thermique[30], ÉACL procède au démantèlement partiel des installations en 1985 et 1986. Le combustible irradié a été transféré dans des silos de stockage à sec construits dans l'édifice qui abritait la turbine[31]. La même année, Hydro-Québec fait l'acquisition de certains bâtiments de la centrale afin d'y aménager un centre de formation technique destiné au personnel de Gentilly-2. Le centre comprend notamment des salles de cours, des bureaux, des laboratoires et un simulateur de la centrale de Gentilly-2, qui sert à la formation des opérateurs[31],[32].

Usine d'eau lourde de La Prade[modifier | modifier le code]

Après les pénuries d'eau lourde de 1972 et de 1973, qui perturbent l'opération commerciale de la centrale Gentilly-1, le gouvernement fédéral s'engage dans un programme de construction d'usines de production d'eau lourde, composante essentielle à la bonne marche des réacteurs CANDU. ÉACL fait l'acquisition d'un terrain de 101 hectares immédiatement à l'est des terrains de la centrale (46° 23′ 43″ N 72° 19′ 32″ O / 46.39532, -72.32566 ()) [33] pour construire une usine qui produirait annuellement 800 mégagrammes d'eau lourde[34].

La construction de l'usine s'amorce en 1974, sans être autorisée au préalable par les services de protection de l'environnement[35]. Entre-temps, le projet est contesté ouvertement par le gouvernement de l'Ontario, dont les deux usines d'eau lourde construites par Ontario Hydro ont transformé la pénurie en surplus[34] en plus de soulever des craintes de sécurité en raison de l'utilisation de 1 760 tonnes de sulfure d'hydrogène dans le procédé de Girdler d'extraction de l'eau lourde[35].

En 1977, le gouvernement fédéral évoque la possibilité d'arrêter les travaux de l'usine de La Prade[36]. Inquiet de perdre un chantier qui procure de l'emploi à plus de 1 500 personnes, le premier ministre québécois René Lévesque conclut une entente avec son homologue fédéral, Pierre Elliott Trudeau. En vertu du contrat signé en janvier 1978, Ottawa s'engage à terminer la construction l'usine de La Prade en échange de quoi Hydro-Québec achètera assez d'eau lourde pour alimenter trois réacteurs, modifiera la conception de la centrale Gentilly-2 pour fournir de la vapeur à l'usine et construira un troisième réacteur CANDU, la centrale Gentilly-3, d'ici la fin des années 1980[37]. En août de la même année, Ottawa fait volte-face et se rend aux arguments du ministre de l'énergie de l'Ontario, Reuben Baetz[34]. Un moratoire sur la construction de l'usine, achevée à 35 %, est annoncé dans le cadre d'un programme d'austérité budgétaire[38], ce qui soulève l'ire du ministre québécois de l'Énergie, Guy Joron.

Après avoir menacé le gouvernement fédéral de le poursuivre pour bris de contrat, le gouvernement de René Lévesque accepte en compensation la création d'un fonds de diversification économique de 200 millions $, proposé par Joe Clark au cours de la campagne électorale fédérale de 1980[39] et annonce en 1981 qu'il renonce aux études d'avant-projet de Gentilly-3[40].

L'usine à moitié construite est longtemps laissée à l'abandon, dans l'espoir d'une hypothétique reprise de la demande d'eau lourde. Elle est vendue en 1995[33]. Le nouveau propriétaire, une entreprise de récupération de métaux, démolit les 10 cheminées du complexe à l'automme de 1998[41].

Gentilly-2[modifier | modifier le code]

Centrale Gentilly-2 en mai 2013
Sur le type de réacteur utilisé voir : « Réacteur Candu ».

Au début des années 1970, les nouveaux grands patrons d'Hydro-Québec — dont le président Roland Giroux et les commissaires Yvon De Guise et Robert A. Boyd[42] — sont solidement derrière le projet de développement du complexe hydroélectrique de la Baie-James, dans le Nord-du-Québec. Le financier Giroux soutient que les bailleurs de fonds internationaux « sont encore très méfiants vis-à-vis du nucléaire. Si on leur apporte un bon projet hydroélectrique, et celui de la Baie-James en est un, ils vont vite montrer où va leur préférence »[43]. L'ingénieur Boyd invoque l'incertitude qui plane déjà à cette époque sur l'énergie nucléaire, recommande de maintenir une certaine expertise dans ce domaine, mais soutient qu'il faut « repousser cette échéance le plus loin possible »[43]

Sceptiques par rapport à la stratégie de développement hydroélectrique intensif proposée par le premier ministre, plusieurs porte-paroles du Parti québécois, notamment le député Guy Joron et le conseiller économique du parti, Jacques Parizeau, n'hésitent pas à indiquer clairement leur préférence à l'égard de l'option nucléaire[44]. Dans une entrevue qu'il accorde au Devoir à l'époque, l'économiste, qui deviendra premier ministre du Québec dans les années 1990, se fait ironique. « Ce n'est pas parce qu'il y a une rivière canadienne-française et catholique qu'il faut absolument mettre un barrage dessus »[44].

Le gouvernement Bourassa choisit de construire la centrale nucléaire, sans pour autant délaisser l'aménagement de la Grande Rivière. Gentilly-2, un réacteur CANDU-6 de 675 mégawatts, sera construit sur le même site que Gentilly-I, à compter de 1973. Le Québec sera bénéficiaire d'un nouveau programme fédéral qui défraie 50 % des coûts d'une première centrale nucléaire, alors estimés à 300 millions $. Des difficultés de coopération et l'inflation ont tôt fait de gonfler les prix et de retarder les échéances. Une nouvelle estimation rendue publique en 1978 fait gonfler le coût de la centrale à 850 millions $. En plus du conflit entourant la mise au rancard de l'usine d'eau lourde de La Prade, Ottawa refuse de payer sa part des dépassements de coûts de Gentilly-2[45]. Selon Babin (1984), le conflit fédéral-provincial « a considérablement réduit l'attrait de l'énergie nucléaire pour le Québec et poussé à la restructuration de la politique énergétique québécoise »[46].

Élu en novembre 1976,le nouveau gouvernement du Parti québécois, dans lequel siègent MM. Parizeau, et Joron, publie un livre blanc sur l'énergie au printemps de 1978. Le document revoit à la baisse les estimations de croissance de la demande électrique, écarte la construction de Gentilly-3 avant 1990, tout en affirmant une préférence à l'égard de la poursuite du développement hydroélectrique[47]. La nouvelle politique du gouvernement québécois n'arrête toutefois pas la construction de la centrale de Gentilly-2[48].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Après 10 ans de construction[4], soit quatre ans de plus que prévu[49], la centrale est considérée officiellement en service par Hydro-Québec le 1er octobre 1983.

Ce réacteur est très semblable à celui de la centrale nucléaire de Point Lepreau, situé à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick, les deux centrales ayant été construites simultanément. La centrale néo-brunswickoise a toutefois été construite en deux ans de moins et est entrée en service 8 mois plus tôt. Après avoir été rodé au Canada, ce modèle de réacteur a été exporté en Corée du Sud, en Argentine, en Roumanie et en Chine.

Contrairement à Gentilly-1, Gentilly-2 offre un bon rendement depuis sa mise en service, affichant un facteur d'exploitation cumulatif de 79,2 %, selon les données de l'Agence internationale de l'énergie atomique[1]. Le réacteur de Gentilly a produit 3 911,56 gigawatt-heure d'énergie au cours de sa dernière année d'opération en 2012[1], soit environ 2 % de la production québécoise.

Sa situation géographique — à proximité des centres de consommation de Montréal et de Québec —, lui confère une importance particulière au sein du réseau électrique québécois, puisqu'elle permet de stabiliser la tension dans les lignes qui acheminent les grandes quantités d'énergie hydroélectrique produite dans les centrales du nord du Québec[50].

En 2005, un responsable de la division nucléaire d'Hydro-Québec affirmait que le coût de production à la centrale de Gentilly-2 s'élevait à 6 cents le kilowatt-heure[51].

Deux incidents survenus en juin[52] et en août 2011, ont forcé l'exploitant à procéder à la fermeture du réacteur pendant presque quatre mois[53].

Une fuite d'eau lourde est survenue le 26 avril 2012 sur le réacteur de Gentilly-2, contaminant deux employés du site[54].

Dans un rapport préparé en 2010, la Commission canadienne de sécurité nucléaire (CCSN) se disait préoccupée par la dégradation du béton de l'enceinte de confinement du réacteur provoquée par une réaction alcali-granulat. L'exploitant, qui admet que toutes ses structures, y compris ses barrages, souffrent de ce problème, mais qu'elle a développé une expertise pour remédier à ce problème[55].

Turbine à gaz[modifier | modifier le code]

En cas de panne du réseau électrique, les services auxiliaires de Gentilly-2 doivent être réalimentés en moins de 30 minutes afin de garantir la sûreté de la centrale et de protéger le matériel de production lors de pannes prolongées. Selon le protocole convenu avec les autorités fédérales, responsables de la sécurité nucléaire, la centrale Beaumont sur la rivière Saint-Maurice était chargée de rétablir le service dans une telle éventualité[56].

Cependant, les deux pannes générales du réseau électrique québécois survenues en 1988 ont démontré que ce scénario était irréaliste. L'alimentation par d'autres centrales hydroélectriques ou thermiques situées à proximité n'offrant pas le niveau de fiabilité requis[56], Hydro-Québec a construit une centrale thermique de 381 mégawatts[57] à 450 m du coeur de la centrale[58], sur un terrain qui a servi à l'entreposage lors de la construction de Gentilly 2[59]. La construction de la centrale de 311 millions $ a duré 2 ans. Elle a été inaugurée le 30 septembre 1993[60].

La centrale de Bécancour, qui est équipée de 4 turbines à gaz alimentées au diesel, peut démarrer en quelques minutes. Elle peut être mise en marche et contrôlée à partir de la salle de commande de Gentilly-2 par le personnel indispensable en cas d'évacuation du site[58]. Les turbines de la centrale de Bécancour, qui utilisent un combustible relativement cher, servent surtout lors des pointes, en hiver lorsque la demande est très élevée et que la production d'hydroélectricité ne suffit pas[61]. En 2009, la centrale a été sollicitée à 7 reprises. Chacune des quatre turbines a fonctionné pendant 20 heures en moyenne[62].

Avec la fermeture des centrales thermiques de Tracy[63], de La Citière[64] — et celle de Cadillac, en 2014[65] —, la centrale de Bécancour deviendra la seule centrale thermique sur le réseau principal d'Hydro-Québec[note 1].

Stockage des déchets[modifier | modifier le code]

En 2003, Hydro-Québec demande la la Commission canadienne de sûreté nucléaire et au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement d'agrandir ses différents sites de stockage des déchets nucléaires. Cette demande d'Hydro-Québec est généralement perçue comme le précurseur d'une réfection éventuelle du réacteur de Gentilly-2.

La demande consiste à construire 4 modules CANSTOR supplémentaires, afin de stocker à sec le combustible qui sera éventuellement irradié durant le deuxième cycle de vie de la centrale ainsi qu'une nouvelle installation de gestion des déchets radioactifs solides (IGDRS), rendue nécessaire par le retubage du réacteur et la nouvelle espérance de vie projetée de Gentilly-2[66].

Projet de réfection[modifier | modifier le code]

Au terme d'un processus débuté en 2000[67], le gouvernement de Jean Charest a annoncé, le 19 août 2008, la réfection de la centrale de Gentilly-2. L'opération de réfection prévoyait initialement la fermeture de la centrale entre le printemps de 2011 et l'automne de 2012. Le projet, d'un coût total estimé à l'origine à 1,9 milliard de dollars canadiens, aurait permis de prolonger la vie utile de la centrale jusqu'en 2040[68],[69]. Les opérations de rénovation comprennent la réfection du réacteur et du groupe turbo-alternateur et le remplacement des ordinateurs de contrôle. Le projet comprend aussi l'agrandissement des installations de gestion des déchets radioactifs solides, dont une première phase s’est terminée en 2008[70].

Hydro-Québec soutenait que l'électricité produite à Gentilly-2 après la réfection aurait un prix de revient de 7,2 cent le kilowatt-heure et que ces coûts comprendraient les coûts de réfection, les frais d'exploitation durant 25 ans, le coût de démantèlement et le transfert des déchets radioactifs vers un dépôt permanent dans un lieu qui reste encore à déterminer[50]. La société d'État québécoise misait en outre sur l'expérience acquise pendant la réfection à Point Lepreau, une centrale presque identique située au Nouveau-Brunswick et gérée par Énergie NB, pour optimiser son programme de réfection[71].

Hydro-Québec a annoncé, le 16 août 2010, qu'elle reportait de 2011 à 2012 le début des travaux de réfection de la centrale. La décision de l'opérateur survient « dans le cadre de la révision des échéanciers des réfections en cours des centrales de type CANDU » au Nouveau-Brunswick et à la centrale de Wolsong, en Corée du Sud. Hydro-Québec précisait également qu'elle espère obtenir « les assurances nécessaires » au sujet de l'avenir d'Énergie atomique du Canada limitée (EACL)[72], que le gouvernement fédéral canadien voulait privatiser[73].

En mars 2011, le président directeur-général d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, évoque pour la première fois l'annulation possible du projet de réfection et la fermeture définitive de la centrale de Gentilly-2. Lors de la présentation des états financiers 2010 de la société, il s'engage à fournir « toutes les informations au gouvernement pour qu'une décision éclairée et réfléchie puisse être prise». L'évaluation devait faire le point sur la réfection des centrales similaires, la privatisation envisagée d'Énergie atomique du Canada limitée et l'accident à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, survenu moins de deux semaines plus tôt au Japon[74],[75]. En juin 2011, la Commission canadienne de sécurité nucléaire renouvelle le permis d'exploitation de la centrale jusqu'en 2016 et autorise sa réfection, mais précise que le réacteur doit être arrêté au plus tard le 31 décembre 2012[76].

Le gouvernement Charest et Hydro-Québec hésitent toutefois à s'engager dans le projet. À compter de janvier 2012, les bureaux temporaires du chantier de la réfection cessent peu à peu leur activité[77], après la mise à pied du tiers des effectifs d'Hydro-Québec au bureau de projet[78]. Quelques jours plus tard, le ministre libéral de l'Environnement, Pierre Arcand prononce un discours à Trois-Rivières où il déclare : « Il y a une chose qui est claire pour nous au Québec, c'est qu'on n'a pas l'intention de poursuivre dans le domaine du nucléaire. On pense, nous, que l'hydroélectricité, les éoliennes, c'est la solution de l'avenir »[79]. La ministre régionale Julie Boulet et le premier ministre Charest contredisent leur collègue et s'annoncent en faveur de la réfection[80],[81].

En mars 2012, des informations publiées par le quotidien La Presse laissent entendre que les coûts prévus du projet auraient augmenté d'un milliard pour se situer à 3 milliards de dollars. L'augmentation des coûts serait notamment liée à de nouvelles exigences sismiques. Malgré le «préjugé favorable» du gouvernement en faveur de la réfection, le ministre responsable du dossier, Clément Gignac, soutient qu'il attend toujours des rapports avant de décider de la suite à donner au projet[82].

Fermeture et déclassement[modifier | modifier le code]

Plusieurs groupes environnementalistes, l'opposition péquiste à l'Assemblée nationale, Québec solidaire, le chef d'Option nationale, Jean-Martin Aussant —qui représentait la circonscription de Nicolet-Yamaska— s'opposent au projet tant pour des raisons économiques que de sécurité. Ils soulignent notamment la vétusté des installations, illustrée par les nombreux incidents rapportés dans la presse.

En août 2012, l'économiste spécialisé en énergie Jean-Thomas Bernard, de l'Université d'Ottawa, suggère de son côté d'abandonner le projet de réfection, compte tenu des cours à la baisse du gaz naturel sur le marché américain et des prévisions d'un cours stable pour au moins une décennie. Selon l'économiste, qui a déjà été favorable à la réfection, le coût de revient de l'électricité produite par la centrale devrait atteindre 12 ¢/kWh, un prix nettement supérieur aux cours de gros sur les marchés d'exportation[83].

Le nouveau gouvernement du Parti québécois, porté au pouvoir à la suite de l'élection générale du 4 septembre 2012, affirme, dans les jours qui suivent son élection, son intention de fermer la centrale à l'expiration de son permis d'exploitation, le 31 décembre 2012[84]. La nouvelle première ministre du Québec, Pauline Marois, confirme la fermeture de Gentilly-2 au terme de la première réunion de son conseil des ministres, le 20 septembre 2012[85].

Bien qu'opposée par les milieux économiques régionaux[86] et par la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), qui représente les employés affectés par la fermeture[87], la décision du gouvernement est saluée par les éditorialistes qui soulignent les risques financiers d'un tel chantier après les dépassements de coûts enregistrés à la centrale sœur de Point Lepreau et la situation de surplus énergétiques d'Hydro-Québec[88],[89].

La décision du gouvernement est appuyée par une analyse d'Hydro-Québec[90]. Selon le document, le coût de réfection de la centrale s’élèverait à 4,3 milliards $, soit 2,4 milliards $ de plus que l'estimation de 2008. La centrale rénovée aurait produit de l'électricité à un coût différentiel de 9,7¢/kWh, qui dépasse nettement le coût prévu du projet hydroélectrique de la Romaine, en construction (6,2¢/kWh)[91]. La direction de l'entreprise considère qu'une fermeture à court terme produirait de meilleurs résultats financiers qu'une réfection, puisque la fermeture ferait augmenter le bénéfice net de 215 millions $ à chaque année à compter de 2017[90].

Après avoir comparé le coût de réfection avec celui du déclassement qui s'étalerait de 2013 à 2062, le rapport conclut qu'« il ressort de la comparaison de ces scénarios que la fermeture est préférable au niveau financier et donc recommandée par Hydro-Québec à son actionnaire le gouvernement »[91],[92].

La fermeture de la centrale entraîne aussi certains réaménagements du réseau de transport d'électricité. Sous réserve des autorisations réglementaires, TransÉnergie devra ajouter un compensateur statique dans la boucle 735 kV de Montréal, des batteries de condensateurs au poste Gentilly pour éviter les baisses de la tension en plus de rehausser les conducteurs des deux lignes de 735 kV qui relient les postes Nicolet et Lévis en raison de l'allongement des câbles provoqué par l'augmentation de transit en période estivale. Ces modifications au réseau de transport sont estimées à 250 millions $[93].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Hydro-Québec Distribution exploite une vingtaine de centrales thermiques dans des communautés éloignées qui disposent de réseaux autonomes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Agence internationale de l'énergie atomique, « Gentilly-2 », sur Power Reactor Information System,‎ 15 janvier 2013 (consulté le 15 janvier 2013)
  2. a, b, c et d (en) Agence internationale de l'énergie atomique, « Gentilly-1 », sur Power Reactor Information System,‎ 15 janvier 2013 (consulté le 15 janvier 2013)
  3. a, b, c, d, e et f Hydro-Québec 2002, p. 4
  4. a et b Hydro-Québec 2002, p. 2
  5. Louis-Gilles Francoeur, « Un dépotoir nucléaire à Blanc-Sablon ? », Le Devoir, Montréal,‎ 2 juin 2009 (lire en ligne)
  6. Mathieu Lamothe, « Le dernier clou dans le cercueil de Gentilly-2 », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 3 octobre 2012 (lire en ligne)
  7. Michel Corbeil, « L'aventure du nucléaire au Québec s'arrêtera le 28 décembre », Le Soleil,‎ 3 octobre 2012 (lire en ligne)
  8. Hydro-Québec Production 2006, p. 2-1
  9. (en) Victor Malarek, « Another decade, another promise : Hard-luck town ponders prosperity », The Globe and Mail, Toronto,‎ 6 août 1983, p. 12
  10. Hydro-Québec Production 2006, p. 3-33
  11. Hydro-Québec Production 2006, p. 2-2
  12. Hydro-Québec Production 2004, p. 33
  13. a et b Chanlat, Bolduc et Larouche 1984, p. 92
  14. a et b Bolduc 2000, p. 66
  15. a, b et c Bothwell 1988, p. 390-391
  16. a et b Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 217
  17. Faucher et Bergeron 1986, p. 59
  18. Bolduc 2000, p. 67
  19. a et b Bothwell 1988, p. 391
  20. Bolduc 2000, p. 66-76
  21. Bolduc 2000, p. 76
  22. Bothwell 1988, p. 393
  23. Bothwell 1988, p. 394-395
  24. a, b et c Bolduc, Hogue et Larouche 1989, p. 218
  25. Bothwell 1988, p. 397
  26. Bothwell 1988, p. 489
  27. Bothwell 1988, p. 513
  28. a et b Gilles Provost, « Gentilly-I, une centrale nucléaire "citron" », Le Devoir, Montréal,‎ 10 juin 1977, p. 15 (lire en ligne)
  29. (en) Thomas Claridge, « Gentilly: the reactor AECL wants to forget », The Globe and Mail, Toronto,‎ 11 juillet 1979, p. 9
  30. Barry Kliff, « What are they going to do with Gentilly-1? », The Gazette, Montréal,‎ 31 décembre 1982, B-4 (lire en ligne)
  31. a et b Hydro-Québec 2002, p. 5
  32. Balarko Gupta, « Mise en «phase statique» de la centrale canadienne Gentilly-1 », IAEA Bulletin,‎ Hiver 1985, p. 27-29 (lire en ligne)
  33. a et b Alan Freeman, « For sale: one heavy-water white elephant AECL hopes someone will have 'some idea' for the $643-million plant that never produced », The Globe and Mail, Toronto,‎ 19 août 1995, B1
  34. a, b et c (en) Thomas Claridge, « Plant's mothballing sought by Baetz », The Globe and Mail, Toronto,‎ 18 août 1978, p. 9
  35. a et b Gilles Provost, « Gentilly : Un Seveso mais en plus terrifiant », Le Devoir, Montréal,‎ 24 mars 1977, p. 1 (lire en ligne)
  36. Gouvernement du Québec 1978, p. 68
  37. (en) Jeff Carruthers, « Hydro-Quebec obtains option for La Prade », The Globe and Mail, Toronto,‎ 1er février 1978, B6
  38. (en) Mary Trueman, « $1.5 billion in cuts Ottawa's first step under PM's pledge », The Globe and Mail, Toronto,‎ 17 août 1978, p. 1
  39. (en) Wendie Kerr, « Quebec may sue Ottawa over La Prade plant halt », The Globe and Mail, Toronto,‎ 13 février 1980, B1
  40. Faucher et Bergeron 1986, p. 62
  41. Marcel Aubry, « Fin de la saga LaPrade : Les deux dernières tours tombent », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 6 octobre 1998, p. 1
  42. Robert Bourassa, L'énergie du Nord : La force du Québec, Montréal, Libre Expression,‎ 1985, 224 p. (ISBN 2-89037-252-9), p. 26.
  43. a et b Bolduc 2000, p. 113
  44. a et b Bolduc 2000, p. 119-120
  45. Babin 1984, p. 62
  46. Babin 1984, p. 63
  47. Bothwell 1988, p. 526
  48. Bothwell 1988, p. 527
  49. Vincent David, L'énergie au Québec, Rapport présenté au comité de l'énergie, Conseil de planification et développement du Québec,‎ 1975, p. 23-24.
  50. a et b Dominique Forget, « Rénovation extrême », Québec Science, vol. 47, no 6,‎ mars 2009, p. 22-25 (ISSN 0021-6127).
  51. Mathieu-Robert Sauvé, « Énergie : Le retour du nucléaire », L'actualité, Montréal, vol. 30, no 18,‎ 15 novembre 2005, p. 77
  52. Brigitte Trahan, « Fuite d'eau lourde à Gentilly-2 », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 24 août 2011 (lire en ligne)
  53. Marc Rochette, « Gentilly-2 va redémarrer d'ici dimanche », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 14 décembre 2011 (lire en ligne)
  54. TVA Nouvelles - 2 mai 2012 :Fuite à la centrale de Gentilly-2
  55. (en) Ian MacLeod, « Decaying concrete raising concerns at Canada's aging nuclear plants », Ottawa Citizen,‎ 9 juillet 2012 (lire en ligne)
  56. a et b Bureau d'audiences publiques sur l'environnement 1991, p. 9
  57. Hydro-Québec, « Centrales thermiques » (consulté le 18 septembre 2010)
  58. a et b Bureau d'audiences publiques sur l'environnement 1991, p. 13
  59. Bureau d'audiences publiques sur l'environnement 1991, p. 10
  60. La Presse Canadienne, « Hydro inaugure une centrale à Bécancour », Le Devoir, Montréal,‎ 1er octobre 1993, B4
  61. Hydro-Québec, « Comprendre l'électricité : combustibles fossiles » (consulté le 18 septembre 2010)
  62. Hydro-Québec 2010, p. 7
  63. Louise Grégoire-Racicot, « Sorel-Tracy: Hydro-Québec ferme la centrale thermique », Les 2 Rives et La Voix, Sorel-Tracy,‎ 4 novembre 2011 (lire en ligne)
  64. (en) North American Electric Reliability Corporation, 2012/2013 Reliability Assessment, Atlanta,‎ novembre 2012 (lire en ligne), p. 51
  65. Hydro-Québec TransÉnergie, Dossier R-3786-2012, HQT-1, Document 1 - Demande relative au projet d'installation de trois compensateurs synchrones au poste Cadillac, Régie de l'énergie du Québec,‎ 8 mars 2012 (lire en ligne), p. 7
  66. Hydro-Québec Production 2004, p. 6
  67. Marcel Aubry, « Visite des installations de Gentilly-2 : Le président André Caillé et son conseil d'administration étaient à Bécancour hier », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 9 septembre 2000, p. 14
  68. Gouvernement du Québec, « Réfection de la centrale nucléaire Gentilly-2 - Une contribution importante à la sécurité énergétique du Québec », sur Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec,‎ 19 août 2008 (consulté le 10 septembre 2010)
  69. Hydro-Québec, « Hydro-Québec procède à la réfection de la centrale de Gentilly-2 »,‎ 19 août 2008 (consulté le 10 septembre 2010)
  70. Hydro-Québec 2009, p. 31
  71. [PDF] Hydro-Québec Production, « Réfection de la centrale nucléaire de Gentilly-2 » (consulté le 18 mars 2009).
  72. Hydro-Québec, « Hydro-Québec reporte de 2011 à 2012 le début des travaux de réfection de la centrale de Gentilly-2 »,‎ 16 août 2010 (consulté le 10 septembre 2010)
  73. Pierre-Olivier Pineau, « Énergie atomique du Canada - «Vente de feu» dans le nucléaire canadien », Le Devoir, Montréall,‎ 2 juin 2009 (lire en ligne)
  74. Sylvain Larocque, « Hydro-Québec pourrait fermer Gentilly-2 », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 23 mars 2011 (lire en ligne)
  75. Radio-Canada, « Le PDG d'Hydro-Québec évoque la possible fermeture de Gentilly-2 », Radio-Canada Nouvelles,‎ 23 mars 2011 (lire en ligne)
  76. Charles Côté, « La réfection de Gentilly-2 est autorisée », La Presse,‎ 30 juin 2011 (lire en ligne)
  77. Hélène Baril, « Gentilly-2: une facture qui grimpe tous les jours », La Presse, Montréal,‎ 5 juillet 2012 (lire en ligne)
  78. Vincent Gauthier, « Réfection de Gentilly-2 : Suppression du tiers des effectifs », Le Nouvelliste,‎ 27 janvier 2012 (lire en ligne)
  79. Radio-Canada, « Québec n'a pas l'intention de poursuivre dans le domaine du nucléaire », Radio-Canada Nouvelles,‎ 31 janvier 2012 (lire en ligne)
  80. Paul Journet, « La ministre Boulet veut rénover Gentilly-2 », La Presse, Montréal,‎ 20 février 2012 (lire en ligne)
  81. Louise Plante, « Jean Charest assure qu'il a un préjugé favorable pour Gentilly-2 », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 24 février 2012 (lire en ligne)
  82. Paul Journet, « Réfection de Gentilly-2: les coûts grimpent d'un milliard », La Presse, Montréal,‎ 24 mars 2012 (lire en ligne)
  83. Pierre Couture, « Hydro-Québec devrait oublier la réfection de Gentilly-2, prévient un économiste », Le Soleil, Québec,‎ 2012 (lire en ligne)
  84. Vincent Gauthier, « Les jours de Gentilly-2 sont comptés », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 13 septembre 2012 (lire en ligne)
  85. Paul Journet, « Marois annule la hausse des droits de scolarité et ferme Gentilly-2 », La Presse, Québec,‎ 2012 (lire en ligne)
  86. Martin Lafrenière, « Gentilly-2: les appuis se multiplient », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 13 septembre 2012 (lire en ligne)
  87. Marc Rochette, « On s'est senti trahi au niveau régional », Le Nouvelliste, Trois-Rivières,‎ 28 décembre 2012 (lire en ligne)
  88. François Cardinal, « Fermons Gentilly », La Presse, Montréal,‎ 14 septembre 2012 (lire en ligne)
  89. Jean-Robert Sansfaçon, « La fin de Gentilly », Le Devoir, Montréal,‎ 14 septembre 2012 (lire en ligne)
  90. a et b Hydro-Québec, Centrale de Gentilly-2 : État de la situation, Hydro-Québec,‎ 2 octobre 2012, 49 p. (lire en ligne)
  91. a et b Robert Dutrisac, « Hydro recommande de fermer Gentilly-2 », Le Devoir, Montréal,‎ 29 septembre 2012 (lire en ligne)
  92. Hydro-Québec, « Hydro-Québec confirme la fermeture de la centrale de Gentilly-2 à la fin 2012 »,‎ 3 octobre 2012 (consulté le 28 décembre 2012)
  93. Hydro-Québec 2012b, p. A-7

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ronald Babin, L'option nucléaire : développement et contestation de l'énergie nucléaire au Canada et au Québec, Montréal, Boréal Express,‎ 1984, 226 p. (ISBN 2-89052-089-7)
  • André Bolduc, Du génie au pouvoir : Robert A. Boyd, à la gouverne d'Hydro-Québec aux années glorieuses, Montréal, Libre expression,‎ 2000, 259 p. (ISBN 2-89111-829-4).
  • André Bolduc, Clarence Hogue et Daniel Larouche, Hydro-Québec, l'hértitage d'un siècle d'électricité, Montréal, Libre Expression / Forces,‎ 1989, 3e éd. (1re éd. 1979), 341 p. (ISBN 2-89111-388-8)
  • Robert Bothwell, Nucléus : l'histoire de l'Énergie atomique du Canada Limitée, Ottawa, Agence d'Arc,‎ 1988, 558 p. (ISBN 2-89022-132-6)
  • Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, Rapport d'enquête et d'audience publique. Construction d'une centrale à turbines à gaz à Bécancour, Québec, BAPE,‎ 1991 (ISBN 2-550-22403-5, lire en ligne)
  • Alain Chanlat, André Bolduc et Daniel Larouche, Gestion et culture d'entreprise : Le cheminement d'Hydro-Québec, Montréal, Québec/Amérique,‎ 1984, 250 p. (ISBN 2-89037-206-5)
  • Gouvernement du Québec, Assurer l'avenir : La politique québécoise de l'énergie, Québec, Direction générale de l'Énergie,‎ 1978, 95 p. (ISBN 0-7754-3112-5)
  • Philippe Faucher et Johanne Bergeron, Hydro-Québec : la société de l'heure de pointe, Montréal, Presses de l'Université de Montréal,‎ 1986, 221 p. (ISBN 2-7606-0748-8)
  • Hydro-Québec, Historique des centrales Gentilly-1 et Gentilly-2, Trois-Rivières,‎ 2002, 6 p. (ISBN 2-550-26819-9, lire en ligne [PDF])
  • Hydro-Québec Production, Modification des installations de stockage des déchets radioactifs et réfection de la centrale nucléaire de Gentilly-2 : Résumé de l’étude d’impact sur l’environnement, Montréal, Hydro-Québec,‎ septembre 2004, 47 p. (lire en ligne)
  • Hydro-Québec Production, Modification des installations de stockage des déchets radioactifs et réfection de la centrale nucléaire de Gentilly-2 : Étude d’impact sur l’environnement (Révision 2), vol. 1 Rapport (chapitres 1 à 4), Montréal, Hydro-Québec,‎ février 2006, 323 p. (lire en ligne)
  • Hydro-Québec, Rapport annuel 2008 : L'énergie de notre avenir, Montréal, Hydro-Québec,‎ 2009 (ISBN 978-2-550-55044-0, lire en ligne)
  • Hydro-Québec, Centrales de Gentilly-2 et de Bécancour : Rapport d'activité 2009 Direction – Production nucléaire, Montréal, Hydro-Québec,‎ 2010 (ISBN 978-2-550-58677-7, lire en ligne)
  • Hydro-Québec, Projet de réfection de la centrale Gentilly-2 : Annexes,‎ 2 octobre 2012, 25 p. (lire en ligne)
  • Julie Lemieux, Avez-vous peur du nucléaire? vous devriez peut-être..., Québec, Éditions MultiMondes,‎ 2009, 202 p. (ISBN 978-2-89544-162-5)
  • Pierre Sormany (dir.), Face au nucléaire, Montréal, Québec Science éditeur,‎ 1980, 2e éd. (ISBN 2-920073-05-2, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :