Hydro One

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hydro One

Description de l'image  Hydro One.jpg.
Création 1er avril 1999
Forme juridique société de la Couronne
Slogan Partners in Powerful Communities
Siège social Drapeau du Canada Toronto, Ontario (Canada)
Direction Laura Formusa - PDG
Actionnaires Gouvernement de l'Ontario
Activité Transport et distribution d'électricité
Produits Électricité
Sociétés sœurs Ontario Power Generation, Independent Electricity System Operator
Filiales Hydro One Network,
Hydro One Brampton Networks,
Hydro One Telecom,
Hydro One Remote Communities.
Effectif 6 912
Site web www.hydroone.com
Chiffre d’affaires 4 597 M CAD (2008)
Résultat net 498 M CAD (2008)

Hydro One est une société de la Couronne de la province canadienne de l'Ontario. Fondée en 1999, elle est responsable du transport de l'électricité en plus d'exploiter des réseaux de distribution dans plusieurs régions de la province.

La société a été créée à la suite du démantèlement d'Ontario Hydro en cinq entités par le gouvernement conservateur du premier ministre Mike Harris. Hydro One devait être privatisée dans le cadre de la libéralisation du marché de l'électricité envisagée par le gouvernement, mais elle est finalement demeurée publique, en raison de l'opposition des citoyens.

Hydro One exploite un réseau de lignes à haute tension de 500, 230 et 115 kV à travers la province et distribue l'électricité à 1,3 million de clients à travers l'Ontario.

Historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ontario Hydro.

Hydro One a été créée en vertu de la réforme du secteur électrique ontarien initiée par le gouvernement conservateur de Mike Harris en 1998. Le Energy Competition Act dissout la société Ontario Hydro pour créer 5 entités distinctes : Ontario Power Generation, l'Independent Market Operator, l'Electric Safety Authority, l'Ontario Electricity Financial Corporation et Ontario Hydro Services Company, qui a plus tard été renommée Hydro One.

Lors de sa création, Ontario Hydro Services Company obtenait les actifs de transport et de distribution d'Ontario Hydro. L'entreprise était renommée Hydro One Incorporated le 1er mai 2000 en plus d'être réorganisée en société de portefeuille, avec quatre filiales[1] :

  • Hydro One Networks Inc.
  • Hydro One Remote Communities Inc.
  • Hydro One Telecom Inc.
  • Hydro One Brampton.

Entre 1998 et 2000, Hydro One avait acquis 88 réseaux locaux de distribution d'électricité.

En décembre 2001, le gouvernement provincial annonce son intention de vendre Hydro One pour 5,5 milliards de dollars, dans le cadre d'une introduction en bourse[2]. La privatisation est stoppée en avril 2002 par la Cour supérieure de l'Ontario, en réponse à une coalition de syndicats[3].

L'année 2002 marque aussi l'introduction d'un marché libéralisé de l'électricité en Ontario. Un été anormalement chaud provoque des hausses de prix substantielles pour certains groupes de consommateurs[4] et remet en question la justesse des prédictions du gouvernement à l'effet que la déréglementation réduirait les tarifs d'électricité. En raison de la colère dans l'opinion publique, le ministre de l'Énergie dans le gouvernement d'Ernie Eves, John Baird, fait adopter par l'Assemblée législative le projet de loi 210 qui gèle les tarifs des résidences et petits commerces[5].

Le court mandat du gouvernement Eves sera marqué par une seconde urgence énergétique. Le 14 août 2003, la province sera plongée dans le noir au cours de la panne de courant nord-américaine de 2003[6]. Le premier ministre Eves est battu aux élections législatives ontariennes de 2003. Le nouveau premier ministre, le libéral Dalton McGuinty, écarte la possibilité de privatisation, mais lève le gel des prix à compter d'avril 2004.

Activités[modifier | modifier le code]

Une ligne à haute tension de 500 kV (au centre) entourée de deux lignes à 230 kV dans la région métropolitaine de Toronto.

Hydro One Networks est la plus grande des quatre filiales. Elle regroupe l'ensemble des activités de conception, de construction, d'exploitation et de maintenance des réseaux de transport et de distribution de l'entreprise. Son réseau de distribution, d'une longueur de 123 260 km, dessert 1,3 million de clients, principalement dans les régions rurales de la province[1]. Cette filiale possède 97 % du réseau de transport de la province, soit 29 039 km de lignes à 500, 230 et 115 kV et est relié aux réseaux de TransÉnergie, Manitoba Hydro, Minnesota Power, Detroit Edison/ITC, Niagara Mohawk Power et New York Power Authority.

Hydro One Brampton est le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité dans la ville de Brampton, où elle dessert 127 000 clients[7].

Hydro One Telecom commercialise la fibre optique excédentaire du réseau de transport de l'électricité d'Hydro One[1].

Hydro One Remote Communities produit et distribue l'électricité à 3310 clients répartis dans 20 communautés isolées du Nord de l'Ontario qui ne sont pas reliés au réseau électrique. L'électricité distribuée dans ces communautés provient de centrales au diesel opérées localement et les tarifs domestiques et commerciaux sont subventionnés au moyen d'un prélèvement de 0,13¢/kWh facturé à l'ensemble des consommateurs ontariens[8].

Performance financière[modifier | modifier le code]

Au cours de l'année 2008, Hydro One a réalisé un bénéfice net de 498 millions sur un chiffre d'affaires de 4 597 millions de dollars, un bénéfice en hausse de 25 % sur l'année précédente. En pointe, son réseau a transmis une charge de 21 822 MW et l'entreprise a distribué 29,9 TWh à ses 1,3 million de clients[9].

Les titres à long terme d'Hydro One sont cotés Aa3 par Moody's et A+ par Standard & Poor's[10].

La situation financière du gouvernement de l'Ontario pourrait remettre en question la propriété publique de l'entreprise. En décembre 2009, le gouvernement de Dalton McGuinty a mandaté deux banques d'affaires, CIBC World Markets et Goldman Sachs, afin de proposer des scénarios de privatisation de plusieurs sociétés de la Couronnes ontariennes, dont Hydro One. Une décision à ce sujet pourrait être prise en 2010[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Hydro One, « Our Subsidiaries » (consulté le 26 décembre 2009)
  2. (en) Paul Viera, « Ontario selling Hydro for $5.5 billion », National Post, Toronto,‎ 13 décembre 2001 (lire en ligne)
  3. (en) Canadian Broadcasting Corporation, « Court rules Ontario government can't proceed with Hydro One privatization », sur CBC News,‎ 19 avril 2002 (consulté le 27 décembre 2009).
  4. (en) Steve Erwin, « Costly first summer of deregulation », Canadian Press,‎ 3 octobre 2002 (lire en ligne)
  5. Ontario, « Projet de loi 210, Loi de 2002 sur l'établissement du prix de l'électricité, la conservation de l'électricité et l'approvisionnement en électricité », sur Assemblée législative de l'Ontario,‎ 9 décembre 2002 (consulté le 27 décembre 2009)
  6. (en) Canadian Broadcasting Corporation, « In Depth: Power Outage », sur CBC News,‎ 19 novembre 2009 (consulté le 27 décembre 2009).
  7. (en) Hydro One Brampton, « Welcome Message From The President » (consulté le 27 décembre 2009)
  8. (en) Hydro One Remote Communities, « EB-2009-0230 – Hydro One Remote Communities' 3GIRM 2010 Distribution Rate Application » [PDF], Toronto,‎ 4 novembre 2009 (consulté le 27 décembre 2009)
  9. (en) Hydro One Inc., Hydro One Annual Report 2008 : Opportunity. Leadership. Innovation. A lot of good things come from electricity, Toronto,‎ 2009 (lire en ligne [PDF]), p. 1
  10. Hydro One (2009), op. cit., p. 28.
  11. (en) Andrew Willis et Karen Howlett, « Ontario eyes sale of asset pool », The Globe and Mail, Toronto,‎ 16 décembre 2009 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]