39e législature du Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
38e législature 39e législature 40e législature
Gouvernement Charest Gouvernement Marois
2008 2009 2010 2011 2012 2013

La 39e législature du Québec a été élue lors de l'élection générale québécoise de 2008 tenue le 8 décembre 2008. Elle a permis la reconduction du gouvernement libéral de Jean Charest, mais cette fois avec une majorité des sièges à l'Assemblée nationale.

Elle a été dissoute par le lieutenant-gouverneur, sur demande du premier ministre, le 1er août 2012.

Bilan[modifier | modifier le code]

Élu avec une courte majorité de 66 députés sur 125 lors de l'élection générale québécoise de 2008, le gouvernement libéral de Jean Charest doit défendre son intégrité dans plusieurs dossiers au cours de son troisième mandat.

Le gouvernement a eu maille à partir avec l'opposition péquiste en matière d'intégrité dès 2009. Le critique du Parti québécois en matière de famille, Nicolas Girard, remet en question l'attribution de permis de garderies à des personnes proches du parti au pouvoir. Cette remise en cause du programme des Centres de la petite enfance éclabousse le ministre responsable du dossier, Tony Tomassi, qui doit démissionner le 6 mai 2010 et faire face à des accusations criminelles.

Les allégations de l'ancien procureur général, Marc Bellemare liant le financement du Parti libéral et la nomination des juges forcent la tenue d'une commission d'enquête présidée par l'ex-juge de la Cour suprême du Canada, Michel Bastarache, qui conclut en janvier 2011 que Me Bellemare n'a pas subi de « pressions colossales » pour la nomination de juges, comme il l'avait soutenu. Toutefois, le rapport note que le processus de nomination des juges est « perméable » à des influences de toutes sortes et formule 46 recommandations.

Cependant, le dossier qui a occupé le plus de place dans les débats publics sont liés à l'attribution des contrats publics dans le domaine de la construction. Dès 2009, les reportages de l'émission Enquête et d'autres médias mettent à jour des scandales de collusion et de corruption liant des entrepreneurs en construction, des firmes de génie-conseil, un grand syndicat de la construction et des organisateurs politiques, sur la scène municipale et provinciale.

Le gouvernement Charest s'est opposé pendant deux ans aux demandes des partis d'opposition qui exigeaient une commission d'enquête, proposant plutôt des mesures législatives comme la création d'une unité permanente anti-corruption et une réforme du placement syndical. Il doit cependant faire volte-face après la fuite d'un rapport de l'ancien chef de police de Montréal, Jacques Duchesneau qui note de nombreux problèmes au ministère des Transports et met en place la commission Charbonneau en octobre 2011.

Les premiers mois de 2012 sont marqués par la plus longue grève étudiante de l'histoire du Québec. Au plus fort du conflit, plus de 300 000 étudiants abandonnent les salles de cours des cégeps et universités. Le 18 mai, le gouvernement reçoit l'appui de la Coalition avenir Québec pour adopter le projet de loi 78, qui force le retour en classe et limite le droit de manifester sous peine de lourdes amendes. La loi suscite des réactions négatives au Québec et à l'étranger.

Projets de loi marquants[modifier | modifier le code]

La 39e législature s'est déroulé sur deux sessions parlementaires.

1re session[modifier | modifier le code]

La 1re session parlementaire de la législature s'est déroulé du 13 janvier 2009 au 22 février 2011[1]. Les projets de lois marquants sont les suivants :

Article détaillé : Loi 115.

2e session[modifier | modifier le code]

La 2e session parlementaire de la législature s'est déroulé du 23 février 2011 au 1er août 2012. Les projets de loi marquants sont les suivants :

Article détaillé : Loi 78 (Québec).

Chronologie[modifier | modifier le code]

Événements généraux[modifier | modifier le code]

2008
2009
2010
  • 6 mai : Le premier ministre, Jean Charest, démet de ses fonctions le ministre de la Famille Tony Tomassi. Celui-ci est aussi exclu du caucus libéral.
  • 9 décembre : L'Assemblée nationale adopte à l'unanimité la motion nommant Jacques Drouin comme directeur général des élections. Celui-ci est assermenté le 6 janvier 2012.
2011
2012

Élections partielles et démissions[modifier | modifier le code]

2009
2010
2011
2012

Conseil des ministres[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gouvernement Jean Charest.

Tel qu'il l'avait fait lors de la 38e législature du Québec, le premier ministre Jean Charest a décidé de former un gouvernement composé à part égale entre les hommes et les femmes. Cet engagement n'a toutefois pas été tenu de façon uniforme au cours de la législature[11].

Le premier ministre a procédé à quelques remaniement ministériels en raison de démission (Monique Jérôme-Forget, Jacques P. Dupuis), de décès (Claude Béchard) ou d'expulsion (Tony Tomassi, David Whissell).

Nathalie Normandeau, Line Beauchamp et Michelle Courchesne ont occupé successivement le poste de vice-première ministre.

Évolution des députés par parti[modifier | modifier le code]

Évolution du nombre de députés par parti
Logo du Parti libéral du Québec Logo du Parti québécois Logo de l'Action démocratique du Québec Logo de Québec solidaire Logo d'Option nationale Logo de la Coalition Avenir Québec
Période Libéral Parti québécois Action démocratique Québec solidaire Indépendant Option nationale Coalition Avenir
décembre 2008 à mars 2009 66 51 7 1 0
mars 2009 à avril 2009 66 51 6 1 0
avril 2009 à juin 2009 65 51 6 1 0
juin 2009 à septembre 2009 67 50 6 1 0
septembre 2009 à novembre 2009 67 51 6 1 0
novembre 2009 à décembre 2009 67 51 4 1 2
décembre 2009 à mai 2010 67 50 4 1 2
mai 2010 à juillet 2010 66 50 4 1 3
juillet 2010 à août 2010 66 51 4 1 3
août 2010 à novembre 2010 65 51 4 1 3
novembre 2010 à juin 2011 65 52 4 1 3
juin 2011 à septembre 2011 65 46 4 1 9
6 septembre 2011 au 31 octobre 2011 64 46 4 1 9
31 octobre 2011 au 24 novembre 2011 64 46 4 1 8 1
24 novembre 2011 au 5 décembre 2011 64 45 4 1 9 1
5 décembre 2011 au 16 décembre 2011 65 45 4 1 9 1
16 décembre 2011 au 9 janvier 2012 64 45 4 1 9 1
9 janvier 2012 au 14 février 2012 64 44 4 1 10 1
14 février 2012 à avril 2012 64 44 1 5 1 9
avril 2012 à mai 2012 64 46 1 3 1 9
mai 2012 au 14 mai 2012 64 46 1 2 1 9
14 mai 2012 au 11 juin 2012 63 46 1 2 1 9
11 juin 2012 à la dissolution 64 47 1 2 1 9

Sondages[modifier | modifier le code]

Liste des députés[modifier | modifier le code]

Liste des députés ayant siégé durant la 39e législature du Québec
Nom Parti Circonscription
     Pierre Corbeil Libéral Abitibi-Est
     François Gendron Parti québécois Abitibi-Ouest
     Christine St-Pierre Libéral Acadie
     Lise Thériault Libéral Anjou
     David Whissell (2008-2011) Libéral Argenteuil
     Roland Richer (2012) Parti québécois
     Claude Bachand Libéral Arthabaska
     Janvier Grondin Action démocratique (2008-2012)
Coalition Avenir (2012)[12]
Beauce-Nord
     Robert Dutil Libéral Beauce-Sud
     Guy Leclair Parti québécois Beauharnois
     Dominique Vien Libéral Bellechasse
     André Villeneuve Parti québécois Berthier
     Claude Cousineau Parti québécois Bertrand
     Daniel Ratthé Parti québécois (2008-2011)
Indépendant (2011-2012)[13]
Coalition Avenir (2012)
Blainville
     Nathalie Normandeau (2008-2011)[10] Libéral Bonaventure
     Damien Arsenault (2011-2012)[14] Libéral Bonaventure
     Pierre Curzi Parti québécois (2008-2011)
Indépendant (2011-2012)[4]
Borduas
     Line Beauchamp (2008-2012) Libéral Bourassa-Sauvé
     Maka Kotto Parti québécois Bourget
     Pierre Paradis Libéral Brome-Missisquoi
     Bertrand St-Arnaud Parti québécois Chambly
     Noëlla Champagne Parti québécois Champlain
     Marc Carrière Libéral Chapleau
     Michel Pigeon Libéral Charlesbourg
     Pauline Marois Parti québécois Charlevoix
     Pierre Moreau Libéral Châteauguay
     Gérard Deltell Action démocratique(2008-2012)
Coalition Avenir(2012)[12]
Chauveau
     Stéphane Bédard Parti québécois Chicoutimi
     Guy Ouellette Libéral Chomedey
     Marc Picard Action démocratique (2008-2009)
Indépendant (2009-2011)[15]
Coalition Avenir (2011-2012)
Chutes-de-la-Chaudière
     Lisette Lapointe Parti québécois (2008-2011)
Indépendant (2011-2012)[4]
Crémazie
     Lawrence Bergman Libéral D'Arcy-McGee
     Benoit Charette Parti québécois (2008-2011)
Indépendant (2011)[5]
Coalition Avenir (2012)
Deux-Montagnes
     Yves-François Blanchet Parti québécois Drummond
     Serge Simard Libéral Dubuc
     Lorraine Richard Parti québécois Duplessis
     Michelle Courchesne Libéral Fabre
     Laurent Lessard Libéral Frontenac
     Georges Mamelonet Libéral Gaspé
     Stéphanie Vallée Libéral Gatineau
     Nicolas Girard Parti québécois Gouin
     René Gauvreau Parti québécois (2008-2011)
Indépendant (2011-2012)[5]
Parti québécois (2012)[16]
Groulx
     Carole Poirier Parti québécois Hochelaga-Maisonneuve
     Maryse Gaudreault Libéral Hull
     Stéphane Billette Libéral Huntingdon
     Marie Bouillé Parti québécois Iberville
     Germain Chevarie Libéral Îles-de-la-Madeleine
     Geoffrey Kelley Libéral Jacques-Cartier
     André Drolet Libéral Jean-Lesage
     Yves Bolduc Libéral Jean-Talon
     Filomena Rotiroti Libéral Jeanne-Mance–Viger
     Étienne-Alexis Boucher Parti québécois Johnson
     Véronique Hivon Parti québécois Joliette
     Sylvain Gaudreault Parti québécois Jonquière
     Claude Béchard (2008-2010)[17] Libéral Kamouraska-Témiscouata
     André Simard (2010-2012)[18] Parti québécois Kamouraska-Témiscouata
     Scott McKay Parti québécois L'Assomption
     Éric Caire Action démocratique (2008-2009)
Indépendant (2009-2011)[15]
Coalition Avenir (2012)
La Peltrie
     Fatima Houda-Pepin Libéral La Pinière
     François Rebello Parti québécois (2008-2012)
Coalition Avenir (2012)
La Prairie
     Sylvain Pagé Parti québécois Labelle
     Alexandre Cloutier Parti québécois Lac-Saint-Jean
     Tony Tomassi (2008-2012) Libéral (2008-2010)
Indépendant (2010-2012)
LaFontaine
     Marc Tanguay (2012) Libéral
     Nicole Ménard Libéral Laporte
     Gerry Sklavounos Libéral Laurier-Dorion
     Alain Paquet Libéral Laval-des-Rapides
     Julie Boulet Libéral Laviolette
     Gilles Lehouillier Libéral Lévis
     Sylvie Roy Action démocratique (2008-2012)
Coalition Avenir (2012)[12]
Lotbinière
     Sam Hamad Libéral Louis-Hébert
     Monique Jérôme-Forget (2008-2009)[19] Libéral Marguerite-Bourgeoys
     Clément Gignac (2009-2012)[20] Libéral Marguerite-Bourgeoys
     Monique Richard Parti québécois Marguerite-D'Youville
     Bernard Drainville Parti québécois Marie-Victorin
     François Ouimet Libéral Marquette
     Jean-Paul Diamond Libéral Maskinongé
     Guillaume Tremblay Parti québécois Masson
     Pascal Bérubé Parti québécois Matane
     Danielle Doyer Parti québécois Matapédia
     Johanne Gonthier Libéral Mégantic-Compton
     Amir Khadir Québec solidaire Mercier
     Francine Charbonneau Libéral Mille-Îles
     Denise Beaudoin Parti québécois Mirabel
     Pierre Arcand Libéral Mont-Royal
     Norbert Morin Libéral Montmagny-L'Islet
     Raymond Bernier Libéral Montmorency
     Yolande James Libéral Nelligan
     Jean-Martin Aussant Parti québécois (2008-2011)
Indépendant (2011)[4]
Option nationale (2011-2012)
Nicolet-Yamaska
     Kathleen Weil Libéral Notre-Dame-de-Grâce
     Pierre Reid Libéral Orford
     Raymond Bachand Libéral Outremont
     Norman MacMillan Libéral Papineau
     Nicole Léger Parti québécois Pointe-aux-Trembles
     Charlotte L'Écuyer Libéral Pontiac
     Michel Matte Libéral Portneuf
     Gilles Robert Parti québécois Prévost
     Marjolain Dufour Parti québécois René-Lévesque
     Sylvain Simard Parti québécois Richelieu
     Yvon Vallières Libéral Richmond
     Irvin Pelletier Parti québécois Rimouski
     Mario Dumont (2008-2009)[21] Action démocratique Rivière-du-Loup
     Jean D'Amour (2009-2012)[22] Libéral Rivière-du-Loup
     Pierre Marsan Libéral Robert-Baldwin
     Denis Trottier Parti québécois Roberval
     Louise Beaudoin Parti québécois (2008-2011)
Indépendant (2011-2012)[4]
Parti québécois (2012)[23]
Rosemont
     François Legault (2008-2009)[24] Parti québécois Rousseau
     Nicolas Marceau (2009-2012)[25] Parti québécois Rousseau
     Daniel Bernard Libéral Rouyn-Noranda–Témiscamingue
     Monique Gagnon-Tremblay Libéral Saint-François
     Marguerite Blais Libéral Saint-Henri–Sainte-Anne
     Émilien Pelletier Parti québécois Saint-Hyacinthe
     Dave Turcotte Parti québécois Saint-Jean
     Jacques P. Dupuis (2008-2010)[26] Libéral Saint-Laurent
     Jean-Marc Fournier (2010-2012)[27] Libéral Saint-Laurent
     Claude Pinard Parti québécois Saint-Maurice
     Martin Lemay Parti québécois Sainte-Marie–Saint-Jacques
     François Bonnardel Action démocratique (2008-2012)
Coalition Avenir (2012)[12]
Shefford
     Jean Charest Libéral Sherbrooke
     Lucie Charlebois Libéral Soulanges
     Marie Malavoy Parti québécois Taillon
     Agnès Maltais Parti québécois Taschereau
     Mathieu Traversy Parti québécois Terrebonne
     Danielle St-Amand Libéral Trois-Rivières
     Luc Ferland Parti québécois Ungava
     Camil Bouchard (2008-2009)[28] Parti québécois Vachon
     Martine Ouellet (2009-2012)[29] Parti québécois Vachon
     Patrick Huot Libéral Vanier
     Yvon Marcoux Libéral Vaudreuil
     Stéphane Bergeron Parti québécois Verchères
     Henri-François Gautrin Libéral Verdun
     Emmanuel Dubourg Libéral Viau
     Vincent Auclair Libéral Vimont
     Jacques Chagnon Libéral Westmount–Saint-Louis

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Projets de loi présentés à l'Assemblée nationale », Assemblée nationale du Québec,‎ 2010 (consulté le 10 octobre 2010).
  2. Antoine Robitaille, « Sacrifices à l'horizon », Le Devoir,‎ 11 mars 2009, A1 (lire en ligne).
  3. Robert Dutrisac, « Jérôme-Forget peint l'avenir en rouge », Le Devoir,‎ 20 mars 2009 (lire en ligne).
  4. a, b, c, d, e et f Le 6 juin 2011, Louise Beaudoin, Pierre Curzi et Lisette Lapointe démissionnent du caucus du Parti québécois pour siéger comme indépendants en raison de l'appui de leur parti au projet de loi no 204 visant à immuniser le projet d'amphithéâtre de Québec des poursuites judiciaires (Antoine Robitaille, « Crise au PQ: trois députés quittent le parti », Le Devoir,‎ 7 juin 2010 (lire en ligne)). Jean-Martin Aussant fait de même, le lendemain (Marco Fortier, « Crise au PQ — Jean-Martin Aussant quitte et demande la démission de Marois », Rue Frontenac,‎ 7 juin 2011 (lire en ligne)).
  5. a, b, c et d Presse canadienne, « Un cinquième député péquiste quitte le navire », Le Devoir,‎ 21 juin 2011 (lire en ligne).
  6. Le rapport final de la Commission de la représentation électorale est disponible sur le site web de la Commission.
  7. « Exclu du caucus du PQ, Guy Leclair nie être une taupe », Radio-Canada,‎ 23 novembre 2011 (consulté le 24 novembre 2011).
  8. Antoine Robitaille, « Courtisé par la CAQ, Daniel Ratthé est expulsé du caucus péquiste », Le Devoir,‎ 24 novembre 2011 (lire en ligne).
  9. Fusion de partis politiques - La fusion entre l’Action démocratique du Québec et la Coalition avenir Québec sera effective le 14 février, Directeur général des élections, 13 février 2012. Consulté le 19 février 2012.
  10. a et b Nathalie Normandeau démissionne le 6 septembre 2011 afin de consacrer plus de temps à sa vie personnelle (Robert Dutrisac, « Nathalie Normandeau démissionne », Le Devoir,‎ 7 septembre 2011 (lire en ligne)).
  11. Entre juin 2009 et septembre 2010, il y avait davantage d'hommes que de femmes au Conseil des ministres. Il en était de même après février 2011.
  12. a, b, c et d À la suite de la fusion de l'Action démocratique du Québec et de la Coalition Avenir Québec, les députés du caucus de l'ADQ ont joint le caucus de la CAQ.
  13. Daniel Ratthé a été exclu du caucus du Parti québécois par la chef Pauline Marois le 24 novembre 2011 (Antoine Robitaille, « Courtisé par la CAQ, Daniel Ratthé est expulsé du caucus péquiste », Le Devoir,‎ 24 novembre 2011 (lire en ligne).).
  14. Damien Arsenault est élu au terme de l'élection partielle du 5 décembre 2011.
  15. a et b Marc Picard et Éric Caire ont démissionné du caucus de l'Action démocratique du Québec le 6 novembre 2009.
  16. La Presse canadienne, « Le député de Groulx revient au sein du PQ », Cyberpresse,‎ 5 avril 2012 (consulté le 6 avril 2012).
  17. Claude Béchard a démissionné de son poste de député le 7 septembre 2010 et est mort dans les heures suivantes.
  18. André Simard a été élu lors de l'élection partielle du 29 novembre 2010.
  19. Monique Jérôme-Forget a démissionné de son poste de députée le 8 avril 2009.
  20. Clément Gignac a été élu député lors de l'élection partielle du 22 juin 2009.
  21. Mario Dumont a démissionné de son poste de député le 6 mars 2009.
  22. Jean D'Amour a été élu député lors de l'élection partielle du 22 juin 2009.
  23. Presse canadienne, « Louise Beaudoin revient au PQ », Le Devoir,‎ 3 avril 2012 (lire en ligne).
  24. François Legault a démissionné de son poste de député le 25 juin 2009.
  25. Nicolas Marceau a été élu lors de l'élection partielle québécoise de septembre 2009.
  26. Jacques P. Dupuis a démissionné de son poste de député le 9 août 2010.
  27. Jean-Marc Fournier a été élu lors de l'élection partielle québécoise de septembre 2010.
  28. Camil Bouchard a démissionné de son poste de député le 14 décembre 2009.
  29. Martine Ouellet a été élue lors de l'élection partielle québécoise de juillet 2010.