Élection générale québécoise de 1944

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Précédent 1939 Drapeau du Québec 1948 Suivant
Élection générale
québécoise de 1944
Postes à élire  91 députés
Maurice Duplessis, 1938.png
UN - Maurice Duplessis
  
38,02 %
Sièges obtenus 48
Adelard Godbout.jpg
PLQ - Adélard Godbout
  
39,35 %
Sièges obtenus 37
André Laurendeau.jpg
BPC - André Laurendeau
  
14,4 %
Sièges obtenus 4
No flag.svg
FCC - Romuald-Joseph Lamoureux
  
2,56 %
Sièges obtenus 1
René Chaloult.png
IND - René Chaloult
  
1,46 %
Sièges obtenus 1
Gouvernement
Diagramme
Premier ministre
Sortant
Élu

L'élection générale québécoise de 1944 s'est déroulé le afin d'élire les députés de la 22e législature à l'Assemblée législative du Québec (Canada). Il s'agit de la 22e élection générale depuis la confédération canadienne de 1867. L'Union nationale, dirigée par Maurice Duplessis, est porté au pouvoir en défaisant le gouvernement libéral sortant du premier ministre Adélard Godbout et forme un gouvernement majoritaire.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le Parti libéral avait remporté l'élection générale précédente en grande partie grâce à l'aide des libéraux fédéraux qui avaient unis leurs forces pour défaire le gouvernement de Maurice Duplessis. Ce dernier, opposé à la participation canadienne à la Seconde Guerre mondiale, avait déclenché l'élection en promettant de s'opposer à l'effort de guerre du Canada. Le premier ministre du Canada, William Lyon Mackenzie King, promet que la conscription ne sera jamais imposée.

Toutefois, le 27 avril 1942, King tient un plébiscite national demandant aux Canadiens de lui permettre de revenir sur sa promesse et d'imposer la conscription si nécessaire. Le plébiscite donne un résultat favorable à 63,7 % dans l'ensemble du Canada, mais défavorable à 71,2 % au Québec. La conscription ne sera appliquée qu'à partir de 1944, ce qui déclenche une crise de la conscription.

Un nouveau parti fait son apparition sur les scènes fédérale et provinciale : le Bloc populaire canadien, nationaliste et anti-conscriptionniste. Il remporte 4 sièges lors de ce scrutin, et fera également élire 2 députés à la Chambre des communes lors de l'élection fédérale l'année suivante.

Mais le sentiment anti-conscriptionniste joue surtout en faveur de Duplessis, qui réussit à faire passer Godbout pour un pantin du gouvernement libéral fédéral. Bien que le Parti libéral ait reçu plus de votes, l'Union nationale revient au pouvoir. Duplessis demeurera ensuite au pouvoir jusqu'à sa mort en 1959, remportant facilement la victoire lors des trois élections générales suivantes.

En , le nombre de sièges passa de 86 à 91 après un long débat.

David Côté, un candidat de la Fédération du commonwealth coopératif, socialiste, réussit à se faire élire dans Rouyn-Noranda dans une lutte à six candidats ; toutefois, il quitte le parti pour siéger en tant que député indépendant à partir de juillet 1945. L'indépendant René Chaloult est également élu.

Cette élection est la première élection générale provinciale au Québec où les femmes ont le droit de vote. Le gouvernement d'Adélard Godbout avait voté cette loi en avril 1940, en dépit de l'opposition de l'Union nationale et de l'archevêque de Québec, Mgr Villeneuve. Le Québec était la dernière province canadienne à accorder ce droit.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

Résultats[modifier | modifier le code]

Union nationale Libéral Bloc pop. FCC Ind.
48 sièges 37 sièges 4 sièges 1 siège 1 siège
^
majorité

Résultats par parti politique[modifier | modifier le code]

élection précédente • Résultats de l'élection générale de 1944 • élection suivante
Partis Chef Candidats Sièges Voix
1939 diss. Élus +/- Nb  % +/-
     Union nationale Maurice Duplessis 91 15
-
48 +33 505 661 38,02 %  %
     Libéral Adélard Godbout 90 70
-
37 -33 523 316 39,35 %  %
     Bloc populaire André Laurendeau 80
-
-
4 +4 191 564 14,4 %  %
     Commonwealth coopératif Romuald-Joseph Lamoureux 24
-
-
1 +1 33 986 2,56 %  %
     Union des électeurs 12
-
-
-
-
16 542 1,24 %
-
     Libéral indépendant 7
-
-
-
-
8 656 0,65 %
-
     Ouvrier indépendant 2
-
-
-
-
8 355 0,63 %
-
     Ouvrier progressiste 3
-
-
-
-
7 873 0,59 %
-
     Union nationale indépendant 3
-
-
-
-
6 775 0,51 %
-
     FCC indépendant 1
-
-
-
-
3 015 0,23 %
-
     Candidat du peuple 1
-
-
-
-
2 583 0,19 %
-
     Nationaliste indépendant[1] 1
-
-
-
-
2 124 0,16 %
-
     Bloc populaire indépendant 1
-
-
-
-
156 0,01 %
-
     Indépendant[2] 17 1
-
1
-
19 353 1,46 %
-
Total 333 86 91   1 329 959 100 %  
Le taux de participation lors de l'élection était de 72,13 % et 15 591 bulletins ont été rejetés.
Il y avait 1 865 396 personnes inscrites sur la liste électorale pour l'élection.

Résultats par circonscription[modifier | modifier le code]

     Abitibi-Est : Henri Drouin (Parti libéral)
     Abitibi-Ouest : Émile Lesage (Union nationale)
     Argenteuil : Georges-Étienne Dansereau (Parti libéral)
     Arthabaska : Pierre-Horace Plourde (Parti libéral)
     Bagot : Cyrille Dumaine (Parti libéral)
     Beauce : Édouard Lacroix (Bloc populaire)
     Beauharnois : Albert Lemieux (Bloc populaire)
     Bellechasse : Valmore Bienvenue (Parti libéral)
     Berthier : Armand Sylvestre (Parti libéral)
     Bonaventure : Henri Jolicoeur (Union nationale)
     Brome : Jonathan Robinson (Union nationale)
     Chambly : Dowina-Évariste Joyal (Parti libéral)
     Champlain : Maurice Bellemare (Union nationale)
     Charlevoix-Saguenay : Arthur Leclerc (Union nationale)
     Châteauguay : Honoré Mercier III (Parti libéral)
     Chicoutimi : Antonio Talbot (Union nationale)
     Compton : William James Duffy (Parti libéral)
     Deux-Montagnes : Paul Sauvé (Union nationale)
     Dorchester : Joseph-Damase Bégin (Union nationale)
     Drummond : Robert Bernard (Union nationale)
     Frontenac : Patrice Tardif (Union nationale)
     Gaspé-Nord : Alphonse Pelletier (Union nationale)
     Gaspé-Sud : Camille-Eugène Pouliot (Union nationale)
     Gatineau : Célestin Nadon (Parti libéral)
     Hull : Alexandre Taché (Union nationale)
     Huntingdon : Dennis James O'Connor (Parti libéral)
     Iberville : Yvon Thuot (Union nationale)
     Iles-de-la-Madeleine : Hormisdas Langlais (Union nationale)
     Jacques Cartier : Charles-Aimé Kirkland (Parti libéral)
     Joliette : Antonio Barrette (Union nationale)
     Kamouraska : Louis-Philippe Lizotte (Parti libéral)
     Labelle : Albiny Paquette (Union nationale)
     Lac-Saint-Jean : Joseph-Ludger Filion (Parti libéral)
     L'Assomption : Victor-Stanislas Chartrand (Union nationale)
     Laval : François Leduc (Parti libéral)
     Laviolette : Charles-Romulus Ducharme (Union nationale)
     Lévis : Théophile Larochelle (Union nationale)
     L'Islet : Adélard Godbout (Parti libéral)
     Lotbinière : Guy Roberge (Parti libéral)
     Maisonneuve : François-Albert Gatien (Union nationale)
     Maskinongé : Germain Caron (Union nationale)
     Matane : Onésime Gagnon (Union nationale)
     Matapédia : Philippe Cossette (Union nationale)
     Mégantic : Tancrède Labbé (Union nationale)
     Missisquoi : Henri-A. Gosselin (Parti libéral)
     Montcalm : Maurice Tellier (Union nationale)
     Montréal—Jeanne-Mance : Joseph-Émile Dubreuil (Parti libéral)
     Montréal-Laurier : André Laurendeau (Bloc populaire)
     Montréal-Mercier : Joseph-Achille Francoeur (Parti libéral)
     Montréal—Notre-Dame-de-Grâce : James Arthur Mathewson (Parti libéral)
     Montréal-Outremont : Henri Groulx (Parti libéral)
     Montréal—Saint-Henri : Joseph-Hormisdas Delisle (Union nationale)
     Montréal—Saint-Jacques : Omer Côté (Union nationale)
     Montréal—Saint-Louis : Maurice Hartt (Parti libéral)
     Montréal—Sainte-Anne : Thomas Guérin (Parti libéral)
     Montréal—Sainte-Marie : Camille Côté (Union nationale)
     Montréal-Verdun : Lionel-Alfred Ross (Parti libéral)
     Montmagny : Fernand Choquette (Parti libéral)
     Montmorency : Jacques Dumoulin (Parti libéral)
     Napierville-La Prairie : Hercule Riendeau (Union nationale)
     Nicolet : Émery Fleury (Union nationale)
     Papineau : Roméo Lorrain (Union nationale)
     Pontiac : Edward Charles Lawn (Parti libéral)
     Portneuf : Bona Dusseault (Union nationale)
     Québec-Centre : Joseph William Morin (Parti libéral)
     Québec : René Chaloult (indépendant)
     Québec-Est : Henri-Paul Drouin (Parti libéral)
     Québec-Ouest : Wilfrid Samson (Parti libéral)
     Richelieu : Joseph-Willie Robidoux (Parti libéral)
     Richmond : Albert Goudreau (Union nationale)
     Rimouski : Alfred Dubé (Union nationale)
     Rivière-du-Loup : Léon Casgrain (Parti libéral)
     Roberval : Antoine Marcotte (Union nationale)
     Rouville : Laurent Barré (Union nationale)
     Rouyn-Noranda : David Côté (Commonwealth coopératif)
     Saint-Hyacinthe : Ernest-Joseph Chartier (Union nationale)
     Saint-Jean : Jean-Paul Beaulieu (Union nationale)
     Saint-Maurice : Marc Trudel (Union nationale)
     Saint-Sauveur : Wilfrid Hamel (Parti libéral)
     Shefford : Hector Choquette (Union nationale)
     Sherbrooke : John Samuel Bourque (Union nationale)
     Stanstead : Ovila Bergeron (Bloc populaire)
     Témiscamingue : Nil-Élie Larivière (Union nationale)
     Témiscouata : André Pelletier (Union nationale)
     Terrebonne : Joseph-Léonard Blanchard (Union nationale)
     Trois-Rivières : Maurice Duplessis (Union nationale)
     Vaudreuil-Soulanges : Alphide Sabourin (Parti libéral)
     Verchères : Arthur Dupré (Parti libéral)
     Westmount—Saint-Georges : George Carlyle Marler (Parti libéral)
     Wolfe : Henri Vachon (Union nationale)
     Yamaska : Antonio Élie (Union nationale)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce candidat est l'ancien chef de l'Action libérale nationale Paul Gouin.
  2. Ces résultats comprennent le candidat élu René Chaloult.

Sources[modifier | modifier le code]