Baie des Chaleurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baie des Chaleurs
Image satellite de la baie des Chaleurs.
Image satellite de la baie des Chaleurs.
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau du Canada Canada
Subdivisions
territoriales
Nouveau-Brunswick
Québec
Géographie physique
Type baie
Localisation golfe du Saint-Laurent
océan Atlantique
Coordonnées 48° N 65° O / 48, -6548° Nord 65° Ouest / 48, -65  

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Baie des Chaleurs

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

(Voir situation sur carte : Nouveau-Brunswick)
Baie des Chaleurs

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Baie des Chaleurs

La baie des Chaleurs (anglais: Bay of Chaleur ou Chaleur Bay, micmac: Maoi Pôgtapei) est un bras du golfe du Saint-Laurent séparant la péninsule gaspésienne au Québec du Nouveau-Brunswick. Ce nom a été donné par l’explorateur français Jacques Cartier en raison de la brume qui la recouvrait lorsqu'il l'a découverte, ce qui lui donna la fausse impression que l'eau était chaude. Les Micmacs appelaient la baie Mowebaktabaak, ce qui signifie grande baie[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Portrait fictif de Jacques Cartier.

C'est Jacques Cartier qui, le 9 juillet 1534, donne à la baie son nom moderne: « Nous nonmames ladite baye la baye de Chaleu »[2]. Il choisit ce nom parce qu'elle « est en challeur plus temperee que la terre d'Espaigne »[2]. Le pluriel baie des Chaleurs s'impose à partir du XVIIe siècle[2]. Les anglophones lui donnent les noms de Bay of Chaleur ou Chaleur Bay[2]. La traduction littérale Bay of Heat existe aussi[2]. Au XIXe siècle, les Micmacs nomment la baie Ecketaan Nemaachi, ce qui signifie « mer poissonneuse »[2]. Le nom micmac actuel est Maoi Pôgtapei, autrement dit « la baie par excellence »[2]. Historiquement, les noms de Bastille, baya de Ralegno; golfo de Calore, baie de Sainte-Catherine ainsi que Heat or Sterling Bay furent aussi utilisés[2].

C'est l'un des 81 noms d'intérêt pancanadien, c'est-à-dire que les versions anglaises et française du toponyme sont reconnues officiellement[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

La baie des Chaleurs a une longueur d'environ 100 kilomètres[2]. Elle est alimentée principalement par la rivière Ristigouche, à l'ouest[2]. La baie des Chaleurs se jette à l'est dans le golfe du Saint-Laurent, par un passage long de 40 kilomètres, délimité au nord par le cap d'Espoir et au sud par l'île Miscou[2]. La baie est subdivisée en deux bassins, celui de l'ouest, ou intérieur, et celui de l'est, ou extérieur[4]. La profondeur du bassin Ouest ne dépasse pas 50 mètres tandis que la profondeur moyenne du bassin Est se situe entre 70 et 90 mètres[4].

Club des plus belles baies du monde[modifier | modifier le code]

Elle est membre du club prestigieux des plus belles baies au monde et possède également la deuxième plus longue bande naturelle de sable au monde, celle de la rivière à l'Anguille, unique en ce qu'elle a un volume d'eau douce d'un côté et de l'eau salée de l'autre. Elle abrite également de nombreuses espèces d'oiseaux protégées, tels le faucon pèlerin, l'arlequin plongeur ou encore le pygargue à tête blanche.

Rivières se jetant dans la baie[modifier | modifier le code]

Les rivières suivantes se déversent dans la baie :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Toponymie amérindienne, française et contemporaine (1604-2002)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Baie des Chaleurs », sur Commission de toponymie du Québec (consulté le 29 novembre 2012).
  3. Gouvernement du Canada, « Services cartographiques: Noms d'intérêt pancanadien », sur Ressources naturelles Canada
  4. a et b P.C. Smith, « Baie des Chaleurs », sur L'encyclopédie canadienne (consulté le 29 novembre 2012).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]