Sherbrooke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sherbrooke (homonymie).
Sherbrooke
Armoiries de Sherbrooke
Armoiries de Sherbrooke
Sherbrooke
Image illustrative de l'article Sherbrooke
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Estrie
Statut municipal Ville et territoire équivalent
Arrondissements Brompton
Fleurimont
Jacques-Cartier
Le Mont-Bellevue
Lennoxville
Rock Forest–Saint-Élie–Deauville
Maire
Mandat
Bernard Sévigny
2013 - 2016
Fondateur
Date de fondation
Gilbert Hyatt
1802
Constitution 1er janvier 2002
Démographie
Gentilé Sherbrookois, oise
Population 159 448 hab. (2014)
Densité 451 hab./km2
Population Aire urbaine 210 031 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 00″ N 71° 53′ 03″ O / 45.399896, -71.88423245° 24′ 00″ Nord 71° 53′ 03″ Ouest / 45.399896, -71.884232  
Altitude Min. (Pont Aylmer  centre-ville) 141 m – Max. 401 m
Superficie 35 371 ha = 353,71 km2
Divers
Langue(s) Français
Code géographique 43027
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Estrie

Voir sur la carte administrative d'Estrie
City locator 14.svg
Sherbrooke

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative de la zone Québec (conique)
City locator 14.svg
Sherbrooke

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Sherbrooke

Voir la carte administrative de la zone Sherbrooke
City locator 14.svg
Sherbrooke

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Sherbrooke

Voir la carte topographique de la zone Sherbrooke
City locator 14.svg
Sherbrooke
Liens
Site web Site officiel

Sherbrooke (API : /ʃɛʁbʁuk/) est une ville du Québec, au Canada, située au confluent des rivières Magog et Saint-François. Elle se trouve à environ 140 kilomètres à l'est de Montréal et à 50 kilomètres au nord de la frontière américaine. Sherbrooke est le principal centre économique, culturel et institutionnel de la région administrative de l'Estrie, d'où son surnom de « la Reine des Cantons-de-l'Est ». Elle est le siège d'un archevêché catholique. Sa population est estimée à 154 601 habitants en 2011[1] et elle constitue la 6e ville en importance au Québec. La Région Métropolitaine de Recensement de Sherbrooke (RMR) compte quant à elle 201 890 habitants[2] et constitue la 4e plus grande RMR au Québec et la 20e au Canada.

Sherbrooke est un pôle universitaire important avec huit institutions et 40 000 étudiants par année[3]. La proportion d'étudiants universitaires y est de 10,32 étudiants par tranche de 100 habitants, ce qui proportionnellement à sa population, en fait la plus importante concentration d'étudiants au Québec[4].

Depuis le XIXe siècle, la ville est aussi un important centre manufacturier, bien que ce domaine ait connu une transformation considérable au cours des dernières décennies via le déclin des secteurs manufacturiers traditionnels de la ville[d 1]. De nos jours, le secteur tertiaire occupe une place prépondérante dans l'économie de la ville[d 1], de même que l'économie du savoir, toujours croissante[5].

La région sherbrookoise est réputée pour son environnement au relief accidenté, baigné par de nombreux lacs et cours d'eau, ainsi que par son cadre architectural rappelant la Nouvelle-Angleterre. Ces caractéristiques en font un lieu touristique important. On trouve plusieurs domaines skiables à proximité et différentes attractions touristiques à saveur régionale.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Originellement connue sous le nom de Hyatt's Mill, elle fut nommée d'après Sir John Coape Sherbrooke (17641840), un militaire qui fut lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse (18121816), puis gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique (18161818).

Panorama du centre-ville de Sherbrooke et du quartier Est

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie et hydrographie de Sherbrooke

Localisation géographique et données statistiques[modifier | modifier le code]

  • Latitude : 45 degrés 24 minutes Nord
  • Longitude : 71 degrés 54 minutes Ouest
  • Différence d'heure avec Greenwich (GMT) : 4 heures 47 minutes 36 secondes
  • Différence de temps avec le méridien Central 75° Ouest : -12 minutes 24 secondes
  • Altitude au-dessus du niveau de la mer : au plus bas 141 mètres d'altitude au pont Aylmer et son point le plus élevé dans les collines Haskett à 401 mètres[6].
  • Rivières qui serpentent dans le paysage : rivière Magog, rivière Saint-François, rivière Massawippi et rivière aux Saumons
  • Nombre de ponts qui franchissent ces mêmes rivières : 15
  • Lacs sur le territoire : lac Magog, lac des Nations (artificiel)
  • Nombre de parcs et d'espaces verts : 108
  • Températures moyennes : −11,9 °C en janvier; 18,1 °C en juillet
  • Records de températures : −40,0 °C en février (record de froid); 33,7 °C en juillet (record de chaleur)

Topographie et repères naturels[modifier | modifier le code]

Le territoire sherbrookois est situé dans une région vallonnée, faisant partie de la chaîne des Appalaches. Ce territoire accidenté est mouillé par quatre rivières, soit la Saint-François, la Magog, la Massawippi, la rivière aux Saumons, ainsi que par une importante étendue d’eau; le lac Magog. La Saint-François et la Magog, les deux plus importantes rivières, sont le fil conducteur de deux vallées se rejoignant au centre-ville, à 141 mètres (463 pieds) d’altitude.

Le territoire est bordé au sud par les collines Haskett, dont le mont John-S.-Bourque, situé dans le parc du Mont-Bellevue, semble dominer le paysage sherbrookois du haut de ses 381 m (1 250 pi) d’altitude[7]. Dans les faits par contre, le plus haut sommet se trouve à quelques kilomètres au sud, à 401 m d'altitude[6]. Au nord de la ville se trouvent les premiers contreforts des collines de Stoke, où se situe d’ailleurs le sanctuaire de Beauvoir, à 320 m (1 050 pi) d’altitude. À l’ouest, à l’extérieur des limites municipales, se trouve le massif du Mont-Orford, qui culmine à 851 m (2 792 pi) d’altitude[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Sherbrooke bénéficie d'un climat continental humide. Selon la classification de Köppen, le climat de Sherbrooke est de type Dfc. Les contrastes saisonniers sont importants avec des minimales atteignant −17 °C au plus fort de l'hiver et des maximales atteignant 24 °C au plus fort de l'été. Les précipitations sont abondantes toute l'année, le mois le plus arrosé étant août avec des précipitations égales à 130,5 mm.

Relevé météorologique de Sherbrooke
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −18 −16,7 −9,9 −1,7 4 8,8 11,4 10,4 5,6 0,3 −4,7 −13,5 −2
Température moyenne (°C) −11,9 −10,4 −3,9 4,1 11,1 15,5 18,1 16,9 12 6,1 −0,2 −8,1 4,1
Température maximale moyenne (°C) −5,7 −3,9 2,1 9,9 18,1 22,1 24,7 23,3 18,3 11,9 4,4 −2,7 10,2
Record de froid (°C)
date du record
−38,3
1973
−40
1979
−33,4
1982
−21,1
1972
−6,7
1966
−2,2
1965
0,5
1982
−1,7
1965
−7,4
1980
−13,3
1972
−25,5
1978
−37,8
1980
−40
1979
Record de chaleur (°C)
date du record
12,8
1973
17,1
1981
23
1977
30
1976
31,6
1979
32,6
1988
33,7
1983
32,8
1975
31,1
1973
27,8
1970
22,2
1982
17,8
1964
33,7
1983
Ensoleillement (h) 86,1 110 138,1 156,3 210,1 235,4 262,1 231,6 163,2 115,9 72,7 68,3 1 849,8
Précipitations (mm) 78,8 61,7 78,8 79,8 96,8 110,8 117,8 130 104,7 92,8 98,5 93,8 1 114,1
dont pluie (mm) 19 16 32,2 57,7 96,5 110,8 117,8 130 104,7 90,2 65,4 33,8 873,9
dont neige (cm) 68,7 51,4 49,1 22,4 0,3 0 0 0 0 2,8 33,5 66 294,3
Nombre de jours avec précipitations 3,7 34 6,5 11,1 14,6 14,8 14,4 14,8 14,3 13,6 11 5,7 128
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 1,4 0,92 2,5 4,3 6,7 6,7 6,7 7,5 6,4 5,6 4,8 2,3 55,7
Source : Environnement Canada, « Normales climatiques au Canada 1971-2000 » (consulté le 25 octobre 2010).
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
−5,7
−18
78,8
 
 
 
−3,9
−16,7
61,7
 
 
 
2,1
−9,9
78,8
 
 
 
9,9
−1,7
79,8
 
 
 
18,1
4
96,8
 
 
 
22,1
8,8
110,8
 
 
 
24,7
11,4
117,8
 
 
 
23,3
10,4
130
 
 
 
18,3
5,6
104,7
 
 
 
11,9
0,3
92,8
 
 
 
4,4
−4,7
98,5
 
 
 
−2,7
−13,5
93,8
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Arrondissements et districts électoraux[modifier | modifier le code]

Arrondissements et districts électoraux de Sherbrooke

Depuis la fusion de 2002 avec la plupart des municipalités de banlieue du Grand Sherbrooke, soit Rock Forest, Saint-Élie-d'Orford, Deauville, Fleurimont, Bromptonville, Ascot et Lennoxville, six arrondissements ont été créés c'est-à-dire les arrondissements de Brompton, de Fleurimont, de Jacques-Cartier, de Lennoxville, du Mont-Bellevue, et de Rock Forest–Saint-Élie–Deauville. Chacun d'eux est subdivisé en districts électoraux, dont le nombre par arrondissement dépend de la densité de population. Par exemple, on en trouve seulement deux dans l'arrondissement de Brompton, qui ne compte que 6 314 habitants, alors qu'on en dénombre cinq dans l'arrondissement de Fleurimont, comptant 40 824 personnes. Il y a 21 districts à travers la ville dont la population moyenne est de 7 200 habitants.

Outre les divisions administratives, la ville de Sherbrooke compte quelques quartiers officieux, qui n'ayant aucune fonction administrative ou juridique, ont tout de même une place dans la trame historique et sociale de la ville. Par contre, ceux-ci se définissent difficilement, étant rarement cités. Parmi ces quartiers, figurent entre autres :

  • Le quartier universitaire
  • Le Vieux-Nord
  • Collinsville
  • Secteur Galvin
  • L'Est
  • Ascot
  • Mi-Vallon
  • du Pin-Solitaire
  • Le Petit Canada

Parcs et espaces verts[modifier | modifier le code]

Sherbrooke possède un environnement riche en parcs et en espaces verts. On en compte 108 sur le territoire de la municipalité[9]. Parmi ceux-ci, les parcs Jacques-Cartier, du Mont-Bellevue, du Bois-Beckett, Lucien-Blanchard, Central, Quintal, Victoria, ainsi que le Marais Réal-D.-Carbonneau sont probablement les plus connus et les plus fréquentés.

  • Parc Jacques-Cartier
    Le parc Jacques-Cartier, en amont du lac des Nations
Situé en amont du lac des Nations, celui-ci est à environ un kilomètre à l’ouest du centre-ville et lui est relié par la populaire promenade du lac des Nations. On y trouve quelques plateaux sportifs, notamment des terrains de soccer et de tennis. Le parc héberge également l’école de Ski nautique Jean-Perrault, qui utilise le lac à des fins d’entrainement. Le parc est aussi l’hôte de la populaire Fête du lac des Nations, du Carnaval de Sherbrooke, ainsi que de la Fête nationale du Québec et de la fête du Canada. C’est un grand espace vert très central dans l’agglomération sherbrookoise, ce qui contribue notamment à sa popularité.
  • Parc du Mont-Bellevue
    Les monts Bellevue (gauche) et John-S.-Bourque (droite)
En termes de superficie, c'est le plus grand parc de la ville avec 200 hectares[10]. Situé en partie sur les terrains de l'Université de Sherbrooke, celui-ci est géré par la ville et jouit d'une association de citoyens; le Regroupement du Mont-Bellevue, dont la mission est de sauvegarder et mettre en valeur le parc. Au sein du parc se trouvent les monts John-S.-Bourque et Bellevue. Sur ce dernier, la ville exploite un petit centre de ski de 45 hectares. Il est également possible d'y pratiquer différentes activités de plein air telles que le ski de fond, la raquette, le vélo de montagne et la marche au travers des sentiers pédestres aménagés par la ville. On y trouve aussi des terrains de tennis, un champ de pratique pour le tir à l'arc, de multiples écosystèmes et une importante biodiversité.
  • Parc du Bois-Beckett
Le parc occupe une ancienne érablière de plus de soixante-dix hectares ayant appartenu au Major Henry Beckett de 1834 à 1870[11]. Le secteur resta ensuite la propriété des héritiers de ce dernier jusqu’en 1963. De fait, l'ancienne érablière est reconnue depuis 2000 par le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec comme étant un écosystème forestier exceptionnel à titre de forêt ancienne[12]. On dit même que le plus vieil arbre atteindrait 270 ans[13]. Tel le parc du Mont-Bellevue, le parc du Bois-Beckett jouit aussi de la présence d'un regroupement de citoyens visant à le protéger et à le mettre en valeur. Plusieurs sentiers pédestres y ont été aménagés par la ville et il est également possible d'y faire de la raquette en hiver. Au sein du parc, subsistent quelques vestiges datant de la colonisation par le Major Beckett, tels des fondations, de même qu’un puits près de celle-ci et le fameux arbre à anneaux (une vieille roue de charrette à travers laquelle a poussé un arbre à deux embranchements)[14].
  • Parc Lucien-Blanchard
    Pavillon Armand-Nadeau, au parc Jacques-Cartier, près du lac des Nations
Situé à quelques kilomètres à l'ouest du centre-ville, sur les berges de la rivière Magog, le parc Lucien-Blanchard est un point de convergence où l'on peut pratiquer plusieurs activités de plein air tels la baignade en eaux libres ou le volleyball de plage[15]. On peut également y louer des bicyclettes, des canots, des kayaks et des bateaux-dragons. Au centre du parc, se trouve la Maison de l'Eau, qui contient une boutique et un petit centre d'interprétation sur les reptiles et les amphibiens de la région.
  • Parc Central
Logé au cœur de l'arrondissement Rock-Forest–Saint-Élie–Deauville, on y trouve plusieurs plateaux sportifs tels des terrains de soccer, de tennis, de balle, de volleyball de plage, ainsi qu'une piscine et des jeux pour les enfants.
  • Parc Quintal
Anciennement le Parc Central de Fleurimont, celui-ci, situé dans l'arrondissement de Fleurimont, est à l'image de son homologue de l'arrondissement de Rock-Forest-Saint-Élie-Deauville. Par ailleurs, le parc est l'hôte du Festival des Traditions du Monde.
  • Parc Victoria
Limitrophe à son voisin de l'autre côté de la rue Terrill, le plateau Sylvie-Daigle, ce parc est situé à quelques pas à l'est du centre-ville. C'est un grand espace vert au sein duquel on trouve quelques sentiers pédestres et des plateaux sportifs tels un terrain de baseball, des terrains de soccer et une piscine. Du côté du plateau Sylvie-Daigle se trouve le centre Multisport Rolland-Dussault dans lequel on peut pratiquer le soccer intérieur, le hockey, le baseball, le football, le frisbee, le rugby, etc[16].
  • Marais Réal-D.-Carbonneau
    Le Marais Réal-D.-Carbonneau
Situé près de la rivière Saint-François, à quelques pas du centre-ville, le Marais Réal-D.-Carbonneau est un écosystème aménagé par la corporation de gestion CHARMES (organisme municipal) d’environ 40 hectares[17]. Des sentiers boisés et sur pilotis parcourent le marais, d'où l'on peut observer la faune et la flore. L'histoire du marais a commencé en 1953, lorsque le remblayage autour du site, associé notamment à la construction des rues Lévesque et Saint-François, affecte de façon importante le ruissellement des eaux en direction de la rivière. La cuvette ainsi formée permet l'accumulation de l'eau, qui rend possible la formation du marais actuel. En 1996, un premier inventaire biologique du milieu démontre la richesse importante de la faune et de la flore du milieu. La même année, d'importants travaux de nettoyage sont entrepris, qui sont suivis par une mise en commun des efforts de toutes parts pour la protection du site. C'est l'année suivante que débutent les travaux d'aménagement du parc, qui dureront plusieurs années. En 2004, à la suite de la mort de Réal D. Carbonneau, le marais est renommé en son honneur. Un monument commémoratif lui est érigé quelques mois plus tard[18].

Démographie[modifier | modifier le code]

En juillet 2009, Statistique Canada estimait la population de la Région Métropolitaine de Sherbrooke à 194 555 habitants[19], alors que celle de la ville de Sherbrooke était de 153 384 habitants. Sherbrooke constitue donc la 6e plus grande ville au Québec[20], la 4e plus grande agglomération au Québec après celles de Montréal, Québec et Gatineau et la 20e plus grande au Canada.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 1819, le major Beckett mena un recensement officieux et détermina que la population du hameau de Sherbrooke n'était composée cette année-là que de 10 familles, pour un total de 53 personnes. Ces chiffres illustrent la lenteur du développement de Sherbrooke près de deux décennies après ses débuts. Le tout changea dès 1823, lorsque le gouvernement colonial choisit Sherbrooke comme chef-lieu d'un nouveau district judiciaire du Bas-Canada. À partir de ce moment, notaires, avocats, commerçants, et autres professionnels vinrent s'installer à Sherbrooke, ce qui marqua le début d'un développement plus soutenu.

L'avènement de la British American Land Company (BALC) et du chemin de fer vers la moitié du XIXe siècle marqua quant à lui le point de départ du déploiement industriel de Sherbrooke. Des milliers d'immigrants, principalement des Irlandais et des Canadiens français, vinrent alors s'installer à Sherbrooke. C'est à partir des années 1930 que le relatif équilibre entre anglophones et francophones, qui perdurait depuis six décennies à Sherbrooke, s'en trouva bouleversé. En 30 ans, les francophones allaient passer de 76 % à 88 % de la population. La croissance démographique et la prédominance du fait francophone continuèrent de plus belle par la suite, grâce à une ultime phase d'industrialisation, attirant un nombre grandissant de travailleurs francophones et plus tard, grâce à l'apparition du phénomène du baby-boom. Dans le dernier tiers du XXe siècle par contre, pour la première fois de son histoire, Sherbrooke subit un arrêt prolongé de sa croissance, en raison de la migration d'une partie de sa population vers les municipalités de banlieue. Il s'ensuivit donc une période de stagnation, jusqu'en 2002, au moment des fusions municipales, qui allaient redonner un second souffle à la croissance démographique de la ville, les municipalités de banlieue étant désormais fusionnées à Sherbrooke. Néanmoins, les données démographiques publiées par Statistique Canada depuis 2001 révèlent aussi que le territoire de l'ancienne ville de Sherbrooke a connu une augmentation de sa population, ce qui permet de constater un renversement de la tendance à la stagnation de la population de la ville. Effectivement, la population du secteur de l'ancienne ville est passée de 75 916 habitants, en 2001, à 79 240 habitants en 2006[21]

Évolution démographique
1825 1831 1842 1844 1852 1861 1867 1871 1876
183 391 618 600 2 606 2 964 4 500 (est.) 4 432 7 097
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1916 1921
7 446 8 330 10 110 9 746 11 452 13 950 16 728 20 470 23 522
1926 1931 1936 1941 1946 1951 1956 1961 1966
25 021 28 777 30 908 34 904 42 049 53 197 60 075 64 407 74 126
1971 1976 1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
80 422 86 231 73 900 72 000 77 618 79 432 77 129 147 427 154 601
(Sources : Histoire de Sherbrooke et Statistique Canada[22])


Histogramme
(Élaboration graphique par Wikipédia)
Pyramide des âges de Sherbrooke en 2006[23] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
1,32 
80+ ans
3,03 
2,55 
70-79 ans
3,70 
4,32 
60-69 ans
4,89 
6,71 
50-59 ans
7,32 
7,40 
40-49 ans
7,89 
5,94 
30-39 ans
6,02 
7,83 
20-29 ans
7,84 
6,43 
10-19 ans
6,35 
5,44 
0-9 ans
5,03 

Population par arrondissement[modifier | modifier le code]

Au premier janvier 2009, la ville comptait 152 027[24] habitants. Quant aux six arrondissements, leur population peut varier considérablement d'un à l'autre. L'écart est nettement visible entre l'arrondissement de Lennoxville et de Jacques-Cartier par exemple.

Population de Sherbrooke par arrondissement[24]
Arrondissement Population
Brompton 6 314
Fleurimont 40 824
Lennoxville 5 792
Mont-Bellevue 31 042
Rock-Forest–Saint-Élie–Deauville 35 500
Jacques-Cartier 32 555

Autres données[modifier | modifier le code]

  • Perspectives démographiques (variation 2031/2006) : 10,1 %
  • Travailleurs de 25-64 ans (2009) : 58 951
  • Taux de travailleurs de 25-64 ans (2009) : 71,7 %
  • Revenu d'emploi moyen des travailleurs de 25-64 ans (2009) : 41 300 $
  • Taux d'assistance-emploi (chômage) (2010) : 6,9 %

Langue[modifier | modifier le code]

Langue maternelle à Sherbrooke

Bien que peuplée par des loyalistes anglophones au début du XIXe siècle, Sherbrooke est aujourd'hui une ville principalement francophone. Il subsiste malgré tout une minorité anglophone, principalement située dans l'arrondissement de Lennoxville. Selon Statistique Canada[25], ces derniers constituent près de 4 % de la population de la ville, soit 5 735 habitants, alors que les francophones, avec leurs 129 970 habitants, comptent pour 90 % de la population. Néanmoins, la population anglophone augmente sensiblement lors de la rentrée scolaire à l'Université Bishop's, une partie de sa clientèle anglophone étant souvent originaire de l'extérieur de la ville. En ce qui concerne la balance, 640 individus, soit 0,44 % de la population déclarent avoir l'anglais et le français comme langue maternelle, alors que 8 245 personnes, soit 5,7 % de la population déclarent parler une autre langue que l'anglais et le français.

Immigration[modifier | modifier le code]

Sherbrooke accueille annuellement un nombre croissant d'immigrants. Selon Statistique Canada, de juillet 2008 à juillet 2009, Sherbrooke aurait accueilli 1 212 immigrants[26], alors qu'ils n'étaient que 950 lors de la période annuelle 2005-2006. Selon le recensement de 2006, Statistique Canada estime à 10 360 le nombre d'immigrants à Sherbrooke. Leurs origines sont tout aussi diverses que nombreuses.

Population immigrante selon le lieu de naissance à Sherbrooke en 2006[27]
Origine Nombre
États-Unis 1 040
Amérique centrale et du Sud 1 890
Caraïbes et Bermudes 335
Royaume-Uni 210
Autres pays d'Europe du Nord et de l'Ouest 1 950
Europe de l'Est 460
Europe du Sud 1 095
Origine Nombre
Afrique 1 885
Asie centrale, de l'Ouest et du Moyen-Orient 630
Asie de l'Est 460
Asie du Sud-Est 275
Asie du Sud 85
Océanie et autres 30
Total 10 360

Les minorités visibles[modifier | modifier le code]

Minorités visibles à Sherbrooke
Chinois 0,37 % 530
Sud-Asiatique 0,24 % 310
Noir 1,23 % 1 780
Latino-Américain 1,39 % 2 005
Asiatique du Sud-Est 0,27 % 390
Arabe 0,63 % 910
Asiatique occidental 0,34 % 505
Coréen 0,04 % 55
Japonais 0,02 % 30
Minorité visible, n.i.a. 0,01 % 20
Minorités visibles multiples 0,12 % 155
Total de la population des minorités visibles 4,63 % 6 690[28]
Pas une minorité visible 95,37 % 137 905
Total 100,0 % 144 595
Les minorités visibles à Sherbrooke. 2006 Statcan.gc.ca[29]

Sherbrooke compte environ 6 690 individus considérés comme étant des minorités visibles en 2006, ce qui constitue 4,63 % de sa population. Proportionnellement, la capitale régionale de l'Estrie se retrouve bien au-devant de ses villes sœurs du Québec comme Trois-Rivières(1,74 %)[30] ou Saguenay (0,90 %)[31] en ce qui a trait à son pourcentage de minorités visibles dans la composition de sa population. Elle dépasse aussi Québec, dont le pourcentage de minorités visibles n'est que de 2,84 %[32], mais se trouve bien loin derrière Montréal (26 %)[33] et a presque à égalité avec Gatineau (6,84 %)[34]. Cette situation révèle que Sherbrooke est ainsi plus attirante pour les minorités visibles que la moyenne des villes centre d'agglomération québécoise. Ces visages multiethniques sont d'ailleurs plus visibles dans certains secteurs de la ville, comme dans l'arrondissement du Mont-Bellevue par exemple.

La loi sur l'équité en matière d'emploi de 1995 précise que « Font partie des minorités visibles les personnes, autres que les autochtones, qui ne sont pas de race blanche ou qui n'ont pas la peau blanche[35]. »

Région métropolitaine[modifier | modifier le code]

RMR de Sherbrooke

La région métropolitaine de recensement de Sherbrooke (RMR) est le principal bassin de population de l'Estrie, avec près des deux tiers de la population estrienne, et le principal centre économique de la région. Selon l'estimation 2009 de Statistique Canada, celle-ci compte 194 555 habitants[36]. Elle s’étend sur plus de 1 231 km2, allant jusqu’à la municipalité de Stoke au nord, à Ascot Corner à l’est, à Magog au sud-ouest et à Saint-Denis-de-Brompton à l'ouest. Le territoire est baigné par cinq lacs majeurs soit le Memphrémagog, le lac Magog, le lac Brompton, le lac Massawippi et le lac Montjoie. Plusieurs rivières parcourent la RMR, dont les rivières Saint-François, Magog, Massawippi et Coaticook. Depuis le recensement de 2011, deux autres municipalités se sont ajoutées au groupe  : Canton d'Orford et Val-Joli[37].

La région métropolitaine comprend neuf municipalités :

Histoire[modifier | modifier le code]

Période précoloniale[modifier | modifier le code]

Couple d'Abénaquis au XVIIIe siècle

Les premiers signes de présence de populations amérindiennes autour du site de Sherbrooke remontent à la préhistoire du Québec, soit de 8 000 à 3 000 années avant aujourd’hui (AA)[a 1]. Des traces de campements saisonniers, caractérisées par des pointes de flèche, des grattoirs, des racloirs et plusieurs autres outils similaires ont été retrouvées sur certains sites, notamment à Capleton et Coaticook. Du côté de l’arrondissement de Lennoxville, au site Bishop, des fouilles ont révélé des artéfacts montrant des influences provenant de peuplades installées dans la plaine de Montréal vers 4 500 à 4 000 AA[a 1]. Toujours sur site Bishop, des objets de terre cuite datant du sylvicole ( 3 000 AA à 1 000 avant notre ère) ont aussi été mis au jour, attestant que la région continua d’être occupée par des populations nomades à cette période.

Vers l’an 1000, tout le long de la vallée du Saint-Laurent et des Grands Lacs, la culture iroquoienne se sédentarise et développe l’agriculture, bâtit des villages à palissades et à maison longues. Par contre, aucune preuve n’atteste que ce peuple se soit installé dans les Cantons de l’Est, donc à Sherbrooke[a 1].

À l’arrivée de Champlain au Canada en 1608, la région des Cantons de l’Est est soumise au contrôle des Mohawks[a 1]. Par l’entremise de missionnaires, les Français créent une alliance avec les Abénaquis, localisés dans le Maine et le Vermont, mais ceux-ci sont refoulés jusque dans la vallée du Saint-Laurent, près de Trois-Rivières, à la suite de la victoire des Mohawks lors de la guerre généralisée de 1660[a 2]. Souhaitant par la suite récupérer leur territoire de chasse, les Abénaquis remontent régulièrement les rivières des Cantons de l’Est, telles les rivières Saint-François, Massawippi et Magog, passant ainsi par le site de Sherbrooke qu’ils nomment Ktineketolekwac, ce qui signifie « Grandes Fourches ». Plus spécifiquement, les Abénaquis avaient aussi désigné le lieu du nom de Shacewanteku, ce qui signifie « où l'on fume », car ils avaient l'habitude de s'arrêter au confluent de Pskasewantekw (la Magog) et d'Alsigôntekw (la Saint-François) pour se reposer. Le site devient alors un important point d’arrêts lors des passages saisonniers. Lors des incursions Mohawk qui suivirent, le site de Sherbrooke fut souvent le terrain de batailles entre les deux peuples. La tradition a d’ailleurs rattaché à ces guerres le souvenir d’un combat singulier entre un chef abénaquis et un chef iroquois, combat qui aurait eu lieu au site de Sherbrooke et dont le rocher au pin solitaire serait le mémorial légendaire[a 2].

Lors de la guerre de Sept Ans entre la France et la Grande-Bretagne, les Abénaquis, toujours alliés aux Français, guident ces derniers à travers les rivières des Cantons de l’Est, passant donc souvent par le site de Sherbrooke, lors des raids contre les forts anglais. Lorsque la paix est signée en 1783 et peu après, lorsque l'indépendance des États-Unis est reconnue, la région des Cantons de l’Est revient pour quelques courtes années aux populations abénaquises[a 3], qui y pratiquent depuis des générations la chasse et la pêche. Par contre, la Révolution américaine attire les loyalistes dans la région et ceux-ci commencent à convoiter les terres et à demander des concessions au gouvernement.

Colonisation (1802 à 1834)[modifier | modifier le code]

Sherbrooke en 1828, d'après une esquisse de Joseph Bouchette

Le premier Blanc à s’installer sur le site de Sherbrooke est un Canadien français du nom de Jean-Baptiste Nolain, dont on ne sait que peu de choses, si ce n’est qu’il s’y établit en 1795 et qu’il est venu pour y vivre de l’agriculture[a 4].

Une tentative de colonisation eut lieu, en 1792, sur la rive est de la rivière Saint-François. L’endroit fut alors connu sous le nom de Cowan's Clearance. En 1793, Gilbert Hyatt, loyaliste originaire du district de Schenectady dans l'État de New York, en compagnie de neuf associés, s’établit non loin du confluent des rivières Massawippi et Coaticook, près du site actuel de Capleton, avant même que le gouvernement du Bas-Canada ne leur concède officiellement les terres[a 5].

Lors des deux années suivantes, 18 autres familles viennent grossir les rangs des premiers colons. À ce moment, Hyatt ne s’intéresse pas au site de Sherbrooke. Lorsque la couronne concède finalement les terres à Hyatt et à ses associés en 1801, aucun droit n’est reconnu à Nolain[a 4]. Celui-ci quitte donc la région. Hyatt revendique alors pour lui-même les terres que le Canadien français avait défrichées et y construit un premier barrage sur la Magog, en collaboration avec un autre loyaliste du nom Jonathan Ball, qui avait acheté des terres sur la rive nord de la rivière[a 6]. Hyatt y érige un premier moulin à farine, sur la rive sud de la rivière, tandis que Ball y construit une scierie sur la rive nord. De par la construction de son moulin, Hyatt pose alors en 1802 un geste historique en donnant naissance au petit hameau d’Hyatt’s Mill[a 7], qui deviendra plus tard la ville de Sherbrooke.

Localisation du site de Sherbrooke parmi les cantons en 1792

À cette période, les conditions sont peu aisées aux prémices de la colonie des Cantons-de-l'Est; les villages nouvellement fondés sont trop loin des centres urbains, et les colons se retrouvent éparpillés au milieu de la forêt tout en n'ayant pas accès à des routes carrossables[a 8]. Par le fait même, les populations sont souvent aux prises avec des famines et diverses difficultés d'approvisionnement[a 9]. Aussi, le développement du hameau de Sherbrooke, ne faisant pas exception à la règle, se fait très lentement.

Grâce au potentiel hydraulique de la rivière Magog, d’autres moulins sont progressivement construits sur les berges de la rivière, tels la carderie et le moulin à foulon d’Elvin Andrews. Ce dernier vend son entreprise aux frères Parkers, qui revendent eux-mêmes la moitié des intérêts au Marchand Goodhue en 1814. En 1816, Jonathan Ball vend sa scierie à William B. Felton.

La période 1815 à 1818 est favorable à un personnage entreprenant et riche comme William Felton et à un commerçant opportuniste comme Goodhue. À cause de la guerre entre la Grande-Bretagne et les États-Unis, les frontières entre ce dernier pays et le Canada sont quasi infranchissables pour les personnes et les biens. De même, les températures peu clémentes de 1814 à 1817 et une tempête de neige en juin 1816 détruisent les cultures[a 9]. Pour beaucoup de cultivateurs, dont Gilbert Hyatt, c’est la faillite. Charles Frederic Henry Goodue rachète ses terres, son moulin, ainsi que plusieurs autres domaines de cultivateurs pour des sommes dérisoires. Il en tire donc un grand bénéfice, et son association avec d’autres marchands et importateurs de l’extérieur de la région en fait le seul marchand riche et puissant de Sherbrooke. L’entrée en scène de William Felton ne fait ensuite que croître ses bénéfices.

Plan de Sherbrooke en 1833

Ce dernier, officier britannique très influent, a d’importants projets. Entre Felton et Goodue, naît alors une communauté d’intérêts, celle du profit et de la spéculation. Les deux hommes redécoupent les terres de Sherbrooke et les revendent à de nouveaux colons et à des individus désirant exploiter le potentiel hydraulique de la Magog[a 10].

En 1818, la Gazette du Québec annonce que le nom de Sherbrooke est officiellement donné au hameau des fourches, qui s’appelait jusque-là Hyatt’s Mill. Ce nom vient de John Coape Sherbrooke, gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique (1816–1818)[a 11].

Durant cette même période, William Felton use de son influence politique pour faire du village de Sherbrooke le chef-lieu des Cantons de l’Est[a 12]. Ce nouveau rôle, accordé par le gouvernement colonial du Bas-Canada en 1823, attire shérifs, juges, avocats, notaires, artisans et commerçants dans le village. Ces nouveaux venus stimulent la vie économique de Sherbrooke, ce qui profite grandement à un homme influent comme Felton[a 13]. C’est ainsi que de 1825 à 1831, la population du canton sherbrookois connaît un accroissement de 114 %, passant de 183 habitants à 391.

Pour répondre à cette croissance rapide, la prolongation des voies de communication de Sherbrooke vers l'extérieur devient de plus en plus nécessaire. Durant les deux premières décennies d'existence de Sherbrooke, certaines routes ne sont praticables qu'en hiver, telle la route menant à Québec, qui par manque d'entretien, devient boueuse dès l'arrivée du printemps, la rendant inaccessible même pour un courrier à cheval[a 14]. Beaucoup d'efforts sont donc mis en œuvre pour la construction de routes, de sorte qu'à partir de 1817, un réseau de diligences à destination des principales villes du Québec et de la Nouvelle-Angleterre commence à se développer[a 15]. Par la suite, différents projets d'amélioration des voies navigables sont entrepris. Certaines idées, plus utopiques, proposent même de relier par des canaux les rivières Saint-François et Connecticut, dans le but de créer une voie navigable entre le fleuve Saint-Laurent et la région de Boston, dont Sherbrooke deviendrait le trait d'union[a 16]. Mais par manque de moyens financiers, plusieurs projets comme celui-ci sont abandonnés ou non achevés.

De hameau à chef-lieu de District (1834 à 1866)[modifier | modifier le code]

Vue à vol d'oiseau de Sherbrooke en 1881

Jusqu'en 1834, malgré la timide amélioration du réseau de communication, Sherbrooke reste enclavée et mal intégrée au reste du continent, de sorte que la région est peu attirante pour de nouvelles générations d'immigrants, ce qui constitue un frein a son développement et limite les bénéfices que peuvent faire des marchands et spéculateurs comme Goodhue et Felton[a 17].

En 1825, appuyé par les communautés marchandes de Montréal et Québec, avec lesquelles il était très lié, Felton entreprend de fonder une société afin de développer le potentiel économique de la région. L'idée implique la création d'un capital d'un million de livres sterling, permettant la construction de routes, de ponts, de bâtiments divers et la création de différents services, dans le but d'attirer immigrants et entreprises. La même année, Felton part en Grande-Bretagne dans le but de convaincre d'importants négociants anglais d'endosser le projet[a 18]. Malheureusement, la compagnie ne voit jamais le jour, victime de la crise financière sévissant alors en Angleterre.

Quelques années plus tard, soit en 1832, le milieu marchand de Londres reprend l'idée de Felton et fonde la British American Land Company (BALC)[a 19]. L'année suivante, la région de Sherbrooke attire la plupart des activités de la BALC et commence à bénéficier de ses investissements. Une quantité importante de capitaux britanniques est injectée dans la région. La BALC fait construire plusieurs barrages dans la gorge de la rivière Magog, ce qui attire quelques modestes manufactures désirant bénéficier de la force hydraulique de la rivière. Elle fait défricher des terres, construit des routes, des écoles et des moulins. Ces investissements attirent aussi de nouveaux cultivateurs, des marchands et des hommes d'affaires. De même, l’ampleur des travaux entrepris par la BALC est telle que l'immigration ne suffit pas à combler le besoin de main-d'œuvre. Des journaliers irlandais et canadien-français sont donc engagés pour la saison estivale[a 20].

L’installation de la BALC à Sherbrooke attire un nombre croissant d’immigrants britanniques durant cette période, qui coïncide avec les rébellions de 1837 et 1838. Dans ce contexte, une radicalisation de la vie politique s’organise à Sherbrooke. On y trouve principalement des Tories[a 21], constitués de puissants hommes d’affaires et de commerçants britanniques.

En 1835, débute l’engouement généré par l’ère ferroviaire à Sherbrooke[a 22]. Des loyalistes confirmés et agents locaux de la BALC tentent alors d’aller chercher un appui gouvernemental afin de concrétiser un premier projet de chemin de fer, dans le but de sortir Sherbrooke de l’isolement une bonne fois pour toutes.

Ce n’est qu’en 1852, après plusieurs tentatives infructueuses de conduire le chemin de fer à Sherbrooke, que débute les activités du St.Lawrence and Atlantic[a 23]. Les promoteurs, tous sherbrookois au départ, avaient tenté de s’attirer différents appuis auprès des maires et des chambres de commerce de Boston et Montréal, ainsi qu’auprès des gouverneurs des Canadas et des États limitrophes aux Cantons-de-l’Est, dans le but de trouver des partenaires pour réaliser le projet. La BALC elle-même y avait investi en se procurant 480 actions dans le chemin de fer[a 24]. Une fois construite, la ligne allait relier Montréal, Sherbrooke et Portland, dans le Maine et ainsi faire partie du réseau du Grand Tronc[a 25].

Sherbrooke en 1889
Sherbrooke en 1907

Le désenclavement de Sherbrooke contribue à attirer de nouvelles entreprises dans plusieurs secteurs d’activités, comme l’industrie lainière, l’industrie du coton, les pâtes et papiers, etc[a 26]. Avec le temps, l’activité industrielle de type artisanal sera progressivement délaissée avec l’irruption de la Révolution industrielle au Canada, qui amène la mécanisation des opérations et la production à moyenne et grande échelle[a 27]. Ces changements sont rendus possibles grâce à l'association de petits ateliers d'artisans à des commerçants et hommes d'affaires locaux. Ceux-ci se mettent d'ailleurs en quête de capitaux à travers tous les Cantons-de-l'Est, afin de créer l'Eastern Townships Bank en 1859.

Avec cette première phase d'industrialisation, le visage du petit village continue de changer par la diversification ethnique et sociale. Le prolétariat naît à Sherbrooke[a 28], principalement constitué d'Irlandais et de Canadiens français, ainsi qu'une bourgeoisie anglophone et plusieurs classes d'artisans, de marchands et de représentants des professions libérales[a 29]. Le village de Sherbrooke compte 2 964 habitants en 1861.

Sous l'effet de ce développement, vient l'apparition d'un premier gouvernement municipal en 1841, dont l'aire d'influence coïncidait plus ou moins avec les limites du District judiciaire de Saint-François de l'époque, ayant pour chef-lieu the Town of Sherbrooke[a 30]. Parallèlement, avec la montée significative de la bourgeoisie marchande et industrielle britannique durant les années 1840, les tories faisaient de plus en plus partie du paysage politique sherbrookois, opposés aux réformistes, pour la plupart cultivateurs[a 31]. L'influence des tories s'estompa malgré tout vers la fin de la décennie, phénomène principalement dû à l'arrivée au pouvoir du gouvernement réformiste-libéral de Lafontaine et Baldwin, qui eut pour effet de mettre les tories dans l'opposition[a 32].

De 1834 à 1866, l'organisation spatiale de Sherbrooke change considérablement. La haute ville (connue aujourd'hui sous le nom de Plateau Marquette) se peuple principalement de Canadiens français, et ses rives, donnant sur la rivière Magog, s'industrialisent[a 33]. Le développement du quartier Orford (ou quartier nord) s'organise et s'intensifie[a 34]. Ce dernier est caractérisé par une prédominance anglophone protestante, un nombre important de résidences unifamiliales en briques, souvent entourées de vastes jardins. On y trouve aussi quelques commerces, ainsi que la plupart des édifices administratifs, tel le Palais de justice par exemple. La basse-ville, cœur du village, ainsi que le secteur de la gare situé au sud de celle-ci sont rajeunis et se développent grâce à l'arrivée du chemin de fer. Ces secteurs sont occupés principalement par une population d'origine irlandaise, mais surtout, ils regroupent les principaux établissements commerciaux et hôteliers du village[a 35]. Le quartier Est, situé de l'autre côté de la rivière Saint-François fait son apparition vers 1851[a 36].

Une ville manufacturière (1867-1896)[modifier | modifier le code]

La force hydraulique de la rivière Magog a longtemps été un élément décisif contribuant à la renommée du potentiel industriel de Sherbrooke.

En 1866, Sherbrooke est encore un simple petit bourg régional, un village de 3 500 habitants, chef-lieu d'un district judiciaire[b 1]. Sa population, à majorité anglo-protestante, est constituée d'artisans, de marchands, de membres de professions libérales, d'entrepreneurs, de travailleurs spécialisés des chemins de fer, de la mécanique ou de la fabrication de papier. Malgré un potentiel énergétique avantageux dû à la présence de la rivière Magog et malgré deux décennies de développement industriel, encore à petite échelle néanmoins, le village n'amorce pas encore de décollage décisif. La situation change l'année suivante grâce à la création de la manufacture de laine Paton, qui change radicalement la structure économique et sociale du village. Ce point de départ fera du secteur manufacturier le plus important secteur de l'économie sherbrookoise[b 2].

Durant cette période et ce, jusqu'en 1896, le système manufacturier est tributaire de la force hydraulique. Les gorges de la rivière Magog sont considérées comme un des meilleurs sites industriels du Québec, puisque les eaux n'y gèlent jamais[b 3]. À cette époque, la BALC investit des sommes importantes dans la reconstruction de plusieurs barrages dans la gorge, ainsi que quelques autres en amont de celle-ci, jusqu'au lac Magog, afin de régulariser le débit de la rivière et ainsi d'améliorer son rendement lors des périodes d'étiages et de crues pour attirer de nouvelles manufactures.

L'avènement de la Paton et de plusieurs autres manufactures importantes près des gorges telles la Lomas, contribue à attirer de plus en plus de main d'œuvre francophone, venant principalement de la Beauce et d'ailleurs au Québec. Paradoxalement, c'est principalement le capital anglo-protestant qui put s'investir dans ces nouvelles manufactures, appuyé par l'Eastern Townships Bank. L'arrivée des Francophones attire aussi une petite bourgeoisie catholique française, mais celle-ci demeure modeste, tant en nombre qu'en richesse.

Avec tous ces investissements industriels, les emplacements constructibles des berges de la courte gorge de la Magog sont rapidement occupés, ce qui limite l'expansion et complique l'avènement de nouvelles entreprises voulant bénéficier de la force hydraulique. De plus, le réseau ferroviaire, dont le cœur est la gare du Grand Tronc, situé au sud de la basse-ville, est loin de la rivière, ce qui cause des problèmes aux industriels voulant expédier ou recevoir leurs marchandises[b 4].

À cette période, Sherbrooke était entrée dans l'âge ferroviaire depuis 1852 avec l'ouverture de la ligne du St.Lawrence & Atlantic, finalement intégrée au Grand Tronc, reliant la ville à Montréal, Portland, Lévis et plusieurs villes ontariennes[b 5]. Seulement, le Grand Tronc avait le monopole des liaisons ferroviaire à Sherbrooke, ce qui compliquait les choses puisque la compagnie était libre d'imposer ses tarifs et qu'en plus, l'écartement des voies du chemin de fer différait des standards des lignes américaines, exigeant de coûteux transbordements lorsque les marchandises devaient être expédiées à l'extérieur du réseau[b 6].

Dès 1871, le Massawippi Valley Railway (qui passera sous contrôle du Boston & Maine en 1887), la filiale canadienne du Connecticut & Passumpsic Rivers Railroad reliant Boston à la frontière canadienne, aboutit à Sherbrooke[b 7]. Par la suite, d'autres projets ferroviaires se concrétisent, ce qui fait qu'au début des années 1890, Sherbrooke devient un véritable nœud ferroviaire grâce à des liaisons nouvelles vers Boston, New York et Halifax[b 8]. De fait, en 1871, le Grand Tronc remplace finalement les vieux rails de son réseau et le soumet à un écartement standard.

Durant ce temps, plusieurs phénomènes commencent à affecter le régime hydraulique de la Magog. En 1895, le niveau de l'eau est anormalement bas, ce qui contraint plusieurs entreprises à fermer temporairement leurs portes par manque d'énergie. Toutefois, grâce aux progrès techniques de l’électricité, qui servait jusque-là à des fins d’éclairage uniquement, celle-ci peut désormais être utilisée comme force motrice. Cette situation, jumelée à l'expansion ferroviaire desservant désormais aussi la haute ville cause le début du déclin manufacturier de la Magog, mais paradoxalement, donne naissance à de nouvelles zones industrielles adjacentes aux voies ferroviaires[b 9]. Désormais, l'industrie sherbrookoise n'est plus confinée aux uniques gorges de la Magog et peut s'étendre au-delà de ce secteur contiguë.

En somme, lors de cette deuxième phase d'industrialisation, Sherbrooke vit un développement manufacturier soutenu. Plusieurs grandes entreprises telles la Paton, la Lomas, la Jenckes Machine Co. et la Canadian Rand se sont installées dans la petite ville. En 1891, le montant de capital fixe du comté urbain sherbrookois est le 5e en importance au Québec, avec 1 155 000 $, derrière Montréal, Québec, Hull et Beauharnois, mais devant Saint-Hyacinthe, Lévis, Saint-Jean-sur-Richelieu et Trois-Rivières[b 10]. Les secteurs de production sont entre autres ceux du textile, du fer, du bois, du papier, du vêtement du tabac et des appareils électroniques[b 11]. La structure sectorielle de l'industrie sherbrookoise est donc complexe et diversifiée, à la différence de plusieurs autres plus petites villes de type mono-industriel, telles Beauharnois et Coaticook[b 12].

Exemple d'édifices à usages mixtes fréquemment construits durant la seconde phase d'industrialisation

Avec une économie souvent florissante, Sherbrooke compte 9 746 habitants en 1896. Une croissance remarquable comparativement à d'autres centres industrialisés du Québec[b 13]. Les Canadiens français passent de 2 200 personnes en 1871 à 7 500 en 1901. Alors qu'ils comptaient pour 51 % de la population en 1871, ils comptent désormais pour 64 % en 1901, bien que la population anglophone poursuit aussi sa croissance[b 14]. Avec ces deux communautés ethniques et religieuses majeures, Sherbrooke voit éclore un nombre remarquable d'institutions durant ce dernier tiers du XIXe siècle[b 15]. D'ailleurs, l'appartenance religieuse de la population se diversifie. On y trouve des catholiques, des anglicans, des congrégationalistes, des méthodistes, des presbytériens, des baptistes, des adventistes, des universalistes, des juifsetc.[b 16].

En 1859, un nouvel hôtel de ville est construit. Devant la croissance de la population, le Town of Sherbrooke a besoin d'un nouveau statut afin de pouvoir recueillir le financement nécessaire à la mise sur pied de nouveaux services tels les services de police ou de pompier. Le 24 décembre, le gouvernement provincial sanctionne la loi « pour incorporer la Cité de Sherbrooke[b 17] ». Ainsi, le territoire de la nouvelle ville est divisé en quatre quartiers : le Nord (quartier Orford), le Sud, le centre (haute-ville et basse-ville), ainsi que l'Est (quartier Est).

À l'ère de l'électricité (1897-1929)[modifier | modifier le code]

De ville ouvrière à cité universitaire (1960-2000)[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1779 Arrivée du premier colon, Jean-Baptiste Nolain.
  • 1791 Acquisition du canton d'Ascot par les frères Gilbert, Joseph et Cornelius Hyatt et une vingtaine d'associés, des Loyalistes venus d'Arlington (Vermont).
  • 1793 Des Loyalistes venus du Vermont entreprennent le défrichement du canton d'Ascot sous la direction de Gilbert Hyatt.
  • 1795 Mise en exploitation d'un premier moulin par Gilbert Hyatt au confluent des rivières Magog et Saint-François.
  • 1802 Année de fondation officielle de la ville.
  • 1803 Premières concessions de terres à des loyalistes anglais venus du Vermont s'établir dans le canton d'Ascot (Lennoxville).
  • 1819 Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Village-de-Sherbrooke.
    Bureau de poste de Sherbrooke de 1855 à 1954. L'immeuble abrite aujourd'hui la société d'histoire de Sherbrooke.
  • 1823 (22 mars) Constitution de la municipalité du village de Sherbrooke. Construction d'un premier palais de justice sur la rue Marquette, à Sherbrooke. Sherbrooke devient le chef-lieu du district judiciaire de Sherbrooke.
  • 1835 Établissement de l'Église congrégationaliste de Sherbrooke-Lennoxville.
  • 1836 Ouverture du Bishop's College à Lennoxville.
  • 1839 Construction du second palais de justice sur la rue Williams (manège militaire des Sherbrooke Hussars). (3 avril) Le village de Sherbrooke devient ville.
  • 1840 Ouverture du magasin général de Richard Dalby Morkill.
Voitures d'été du tramway sur les lignes Belt et Lennoxville, 1898.
  • 1844 Mise en exploitation de la première usine de la Sherbrooke Cotton Factory Company.
  • 1850 Début d'établissement de colons canadiens-français venus travailler dans les filatures.
  • 1851 La municipalité de Sherbrooke compte 3 000 habitants.
  • 1852 Arrivée du chemin de fer. Ouverture d'un bureau de poste sous le nom de Waterville.
  • 1853 Fondation de l'Université Bishop's à Lennoxville. Inauguration du chemin de fer Chambly-Shefford-Stanstead-Portland. Mise en exploitation de la scierie Brompton Falls par Cyrus S. Clark, près des chutes Brompton.
  • 1857 Fondation du Collège Mont-Notre-Dame de Sherbrooke (cette institution était privée secondaire, pour filles en 2005).
  • 1859 Fondation de la Eastern Township Bank. Inauguration du Market Square, comprenant le premier Hôtel de Ville, un marché couvert, et un marché en plein air.
  • 1863 Découverte, par le géologue William Logan*, de pyrite à forte teneur en cuivre et de sulfure sur la ferme de George Capel, à Ascot. Mise en exploitation d'une mine de cuivre par George Capel, dans le hameau appelé depuis lors Capelton.
  • 1875 Fondation du Séminaire de Sherbrooke (cette institution était privée secondaire et collégiale, pour filles et garçons en 2005). (24 décembre) Nouvelle constitution de la ville de Sherbrooke.
  • 1877 Construction du siège social de la Eastern Township Bank.
Édifices historiques sur la rue Dufferin.
  • 1879 Ouverture de l'Hospice du Sacré-Cœur de Sherbrooke.
  • 1880 La ville est éclairée au gaz par la Sherbrooke Gas & Water. (24 juin) Le cirque Forepaugh montre pour la première fois aux Sherbrookois l'éclairage électrique. La municipalité de Sherbrooke compte 8 000 habitants.
  • 1881 (18 octobre) Inauguration du chemin de fer entre Sherbrooke et Vallée-Jonction par la compagnie Sherbrooke & Eastern Townships Railway.
  • 1888 La Royal Electric (voir Hydro-Québec) de Montréal fournit de l'électricité à plusieurs hôtels, magasins et bureaux de la rue Wellington. La Sherbrooke Gas & Water achète les intérêts de la Royal Electric à Sherbrooke au coût de 6 000 $ et annonce la construction de la centrale hydroélectrique Frontenac, sur la rivière Magog, pour éclairer les rues de Sherbrooke à l'électricité.
  • 1890 (13 février) Inauguration de la gare ferroviaire de Sherbrooke.
  • 1896 Construction par la Sherbrooke Street Railway d'une centrale hydroélectrique près du pont Dufferin pour le fonctionnement de son réseau de tramways. (16 mars) Érection canonique de la paroisse Saint-Roch-d'Orford; son territoire couvre une partie des cantons d'Orford et Ascot. (30 décembre) Incendie d'une partie du Séminaire de Sherbrooke.
  • 1897 Fabrication de la Fossmobile (d'après son concepteur, George Foss), la première voiture à essence du Canada, qui circule à Sherbrooke au cours de la même année. Des tramways électriques commencent à circuler dans les rues de Sherbrooke.
  • 1901 La municipalité de Sherbrooke compte 11 700 habitants.
  • 1903 Le village de Brompton Falls devient ville et adopte le nom de Bromptonville.
  • 1905 (20 mars) La municipalité avise la Sherbrooke Power, Light and Heat Co. qu'elle entend racheter ses installations de production d'électricité.
  • 1907 Fermeture de la mine de cuivre de Capelton.
  • 1908 (1er mai) À la suite d'un référendum, la Sherbrooke Power, Light and Heat Co. devient propriété de la municipalité.
  • 1909 Fondation de l'Hôpital général Saint-Vincent-de-Paul de Sherbrooke (300 lits) (aujourd'hui fermé).
  • 1910 Fondation du régiment des Fusiliers de Sherbrooke de l'Armée canadienne.
  • 1911 Inauguration de la centrale hydroélectrique de Rock Forest. La municipalité de Sherbrooke compte 16 700 habitants.
  • 1915 Fondation de l'ermitage du Sacré-Cœur, sous le nom de Sanctuaire de Beauvoir (Fleurimont).
  • 1916 (14 avril) Fondation de l'Hôtel-Dieu de Sherbrooke (50 lits) pour « promouvoir les sciences chirurgicales et médicales, établir des laboratoires cliniques, d'expérimentation et de recherche scientifique ».
  • 1917 Inauguration de la cathédrale Saint-Michel.
Ancien quartier ouvrier sur la rue Gordon. Les maisons furent construites vers la fin du XIXe et au début du XXe siècle.
  • 1920 Le village de Lennoxville devient ville.
  • 1939-1945 Un camp d'internement de Canadiens d'origine de pays faisant partie de l'axe germano-italo-nipponne est établi à Newington pour accueillir 700 prisonniers.
  • 1941 La municipalité de Sherbrooke compte 36 000 habitants.
  • 1945 Fondation de l'Orchestre symphonique de Sherbrooke. La municipalité de Petit-Lac-Magog adopte le nom de Deauville. Fondation du Collège Sacré-Cœur (cette institution était privée secondaire, pour filles en 2005).
Une maison du Vieux-Nord, au coin des rues Queen-Victoria et Moore.

Patrimoine architectural et artistique[modifier | modifier le code]

Centre-ville de nuit
Le Monument aux braves du sculpteur George William Hill est un cénotaphe érigé en 1926 pour honorer les soldats tombés au combat lors de la Première Guerre mondiale. Cette œuvre patrimoniale est devenue au fil du temps une icône de la Ville de Sherbrooke.

Ayant été établi par des loyalistes américains et des britanniques, Sherbrooke affiche l’influence anglais dans son architecture, spécialement dans plusieurs de ses immeubles construits au XIXe siècle.[citation nécessaire] Malgré tout, on trouve aussi dans son cadre bâti les traces d’une ville manufacturière du XXe siècle, ainsi qu’une signature catholique, comme dans nombreuses villes du Québec.[citation nécessaire] Dans la trame urbaine, quelques immeubles se démarquent :

  • L’Hôtel de Ville de Sherbrooke
Construit en 1904 selon les plans de l’architecte Elzéar Charest[38], l’immeuble était au départ le palais de justice de la ville, jusqu'à ce que cette dernière l’achète en 1989 pour y loger les bureaux de l’administration publique municipale. De style principalement Second Empire, cet édifice revêtu de granit gris de Stanstead et rose du comté d’Argenteuil est muni d’une coupole ainsi que de deux pavillons en retraits. Il s’illustre particulièrement par son caractère unique au sein de la municipalité.
  • Le Théâtre Granada
Construit en 1928[39]d’après les plans de l’architecte Daniel J. Crighton par la United Amusement Corporation Limited, une filiale de Famous Players, le Granada est un théâtre de style atmosphérique, dont le décor intérieur est l'œuvre d’Emmanuel Briff[40]. Désigné lieu historique patrimonial du Canada[41], il était reconnu lors de son ouverture comme étant le plus beau cinéma au Canada[42]. Aujourd'hui, il demeure le seul théâtre d’atmosphère au pays à avoir conservé son intégrité architecturale[43].

Administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Sherbrooke.
Hôtel de ville de Sherbrooke

Depuis le 1er janvier 2002, la nouvelle ville de Sherbrooke regroupe presque intégralement les limites territoriales des huit entités municipales suivantes : Ascot, Bromptonville, Deauville, Fleurimont, Lennoxville, Rock Forest, Saint-Élie-d'Orford et Sherbrooke.

Le maire actuel est Bernard Sévigny. Ce dernier ainsi que 9 des 19 conseillers sont issus du parti politique Renouveau Sherbrookois. Les 16 autres conseillers municipaux n'ont pas d'étiquette politique.

Le conseil municipal de Sherbrooke est composé de 19 conseillers qui sont répartis de façon proportionnelle au poids démographique de chaque arrondissement.

Conseils de Quartier[modifier | modifier le code]

  • Arrondissement de Brompton : 3 conseillers
  • Arrondissement de Fleurimont : 5 conseillers
  • Arrondissement de Jacques Cartier : 4 conseillers
  • Arrondissement de Lennoxville : 3 conseillers
  • Arrondissement de Mont-Bellevue : 4 conseillers
  • Arrondissement de Rock-Forest--St-Élie--Deauville : 4 conseillers

Économie[modifier | modifier le code]

Sherbrooke, cœur économique de l’Estrie, est un pôle culturel, industriel et universitaire important à l’échelle du Québec. La ville constitue également un éminent nœud ferroviaire, puisqu’elle est directement desservie par trois entreprises soit la Saint-Laurent & Atlantique (SLQ), la Montréal, Maine & Atlantique (MMA) et le Québec Central Railway (QCR) qui a des jonctions avec le Canadien National et le Canadien Pacifique. Elle est aussi desservie par quatre autoroutes, ainsi qu’un aéroport régional.

En ce qui a trait a la richesse collective, d'après les données 2010 de l'Institut de la Statistique du Québec (ISQ), le revenu personnel par habitant dans la région métropolitaine de Sherbrooke (RMR) se chiffrait à 30 976 $[44]. D'autre part, le PIB de la RMR de Sherbrooke totalisait 6,08 G$ en 2008[45], comparativement à 9,59 G$[46] pour le PIB de la région de l'Estrie en 2010.

Secteur industriel[modifier | modifier le code]

Selon une étude menée par le groupe Desjardins en 2008[47], l’économie sherbrookoise est actuellement en transition. Partant d’une économie historiquement fortement dépendante des grandes compagnies manufacturières, la ville travaille depuis plusieurs années à diversifier son économie. On retrouve d’ailleurs environ 16 secteurs industriels d'activité sur le territoire sherbrookois selon la société de développent économique Sherbrooke Innopole[48]. Dans ces différents secteurs, on y recensait en 2008 10 447 salariés, répartis dans près de 365 entreprises. Malgré ce dynamisme, les salariés dans les différents secteurs industriels ne comptent que pour 19 % de la masse totale.

Les 16 secteurs industriels de Sherbrooke en 2008
Secteur industriel Nombre d’entreprises Nombre de salariés
Produits métalliques 70 1604
Produits en Plastique et en caoutchouc 22 1482
Machines 37 1289
Meubles et produits connexes 34 800
Impression 35 707
Papier 6 635
Aliments et Boissons 32 588
Autres activités manufacturières 22 543
Produits informatiques, électroniques et électriques 14 486
Produits du bois 23 489
Vêtements et autres produits en textile ou en cuir 20 450
Produits, fournitures et matériels médicaux 17 425
Produits chimiques 7 281
Produits minéraux non métalliques 15 275
Textiles 3 218
Matériel de Transport 8 185

Secteur des services[modifier | modifier le code]

La rue Wellington Nord avec la cathédrale Saint-Michel en surplomb

Outre les secteurs industriels, Sherbrooke est aussi un important pôle de services. Selon la répartition des emplois par secteurs d’activités en 2008[48], 77 % de ceux-ci sont dans le domaine des services, alors que seulement 23 % sont dans le domaine de la construction ou de la fabrication. Pour ce qui est de la composition des emplois dans les services, 14 % sont dans le commerce, 16 % dans les soins de santé et assistance sociale, 11 % dans les services d’enseignement et 36 % dans les autres services. La ville de Sherbrooke étant un centre régional important, le secteur tertiaire, particulièrement les soins de santé, les services sociaux, l’enseignement et le commerce, y occupe une place prédominante.

Culture d'innovation[modifier | modifier le code]

Depuis le sommet de Sherbrooke 2007[49], l’Organisation municipale souhaite  :

« qu’en 2012, Sherbrooke [soit] reconnue à l'échelle québécoise, canadienne et internationale, comme un pôle majeur d'innovation, tant sur le plan social qu'économique, et ce, dans un milieu de vie de qualité exceptionnelle[50]. »

Pour ce faire, plusieurs projets ont été mis sur pied, en partenariat avec les différents acteurs économiques de la région, dont l’Université de Sherbrooke :

  • La mise sur pied du Réseau InnovaXion, dans le but de rendre les PME plus compétitives
  • La refonte de la SDES dans le but de créer Sherbrooke Innopole avec Pierre Bélanger a sa tête, afin de développer une nouvelle stratégie de développement économique axée sur l’innovation.
  • La création du Parc Innovation par l'Université de Sherbrooke, afin de mettre en lien chercheurs et entrepreneurs.
  • L'Adhésion de l’Université de Sherbrooke au projet DEFI, destiné à accentuer la croissance économique, la rentabilité et la productivité des entreprises de la région par l'innovation[51], en profitant notamment des institutions d'enseignement et de recherche de l'Estrie.

Les centres de recherche de Sherbrooke[modifier | modifier le code]

Principaux employeurs[modifier | modifier le code]

Principaux employeurs de Sherbrooke[48]
Entreprise Nombre de salariés
Université de Sherbrooke 6 900
Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) 6 084
Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (C.S.R.S.) 3 384
Centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke 2 563
Ville de Sherbrooke et Hydro-Sherbrooke 1 803
Cégep de Sherbrooke 800
Fédération des caisses Desjardins du Québec 550
Nordia inc. 500
E.T.F.S. 486
Kruger 455

Chambres de commerce[modifier | modifier le code]

Sherbrooke compte deux chambres de commerce, issues des anciennes municipalités avant la fusion de 2002.

  • Chambre de commerce de Fleurimont
  • Chambre de commerce de Sherbrooke

Pôles commerciaux[modifier | modifier le code]

Pôle commercial de la Cité du Parc
  • Carrefour de l'Estrie
  • La Cité du Parc
  • Galeries Quatre-Saisons
  • Centre-ville de Sherbrooke
  • Plateau Saint-Joseph
  • Les Promenades King
  • Plaza de l'Ouest (anciennes Terrasses Rock Forest)
  • Le centre Sherbrooke ( ancienne Place Belvédère)

Éducation[modifier | modifier le code]

Le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, affilié à l'Université de Sherbrooke, dans l'arrondissement Fleurimont, aux limites de la ville, avec les monts Stoke à droite

Écoles secondaires : 10

4 publiques (Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke)

ainsi que 5 privées:

Éducation postsecondaire[modifier | modifier le code]

Campus universitaires : 4 (3 pour l'Université de Sherbrooke et un pour l'Université Bishop's).

Campus collégiaux : 3

Formation professionnelle

Présence militaire[modifier | modifier le code]

Parade militaire en face du manège des Fusiliers de Sherbrooke

Sherbrooke ne compte aucune unité de la Force régulière, mais quatre unités de la Force de réserve des Forces canadiennes ont leur quartier général dans la ville :

Un centre de recrutement des Forces canadiennes est aussi présent.

Culture[modifier | modifier le code]

Rue King, centre-ville de Sherbrooke

En saison estivale, la région est animée par quelques festivals, spectacles et événements se déroulant sur son territoire. La ville possède un patrimoine architectural anglo-saxon, comme en témoignent les résidences du Vieux-Nord.

La ville possède la 4e plus grande salle de spectacle au Québec, la salle Maurice-O'bready du centre culturel de l'Université de Sherbrooke, qui accueille de nombreux spectacles de musique, théâtre et danse. Le théâtre Centennial, sur le campus de l'université Bishop's, accueille plusieurs spectacles de musique du monde et de danse. Le Vieux Clocher de l'UdeS possède deux salles, dont la principale est une salle de choix pour plusieurs groupes de musique et humoristes québécois. Le Théâtre Granada, classé lieu historique patrimonial par le gouvernement du Canada, est le dernier théâtre d'atmosphère à avoir conservé son architecture originale depuis son ouverture. On y présente encore plusieurs concerts de groupe de musique. Finalement, le petit théâtre de Sherbrooke, situé au centre-ville, présente des spectacles de théâtre pour enfants.

Avec ses deux universités et ses trois cégeps, Sherbrooke est hôte de plusieurs artistes underground que l'on voit défiler un peu partout en ville que ce soit au populaire Café du Palais, au quasi secret Bar le Magog, à la Rive Gauche ou au sous-sol du café Bla-Bla.

Toutefois, comme dans plusieurs autres villes du Québec, beaucoup de jeunes talents musicaux prometteurs quittent la scène locale pour aller percer dans le milieu montréalais, sans manquer néanmoins de revenir jouer régulièrement dans les salles sherbrookoises.

Depuis 2002, il existe également sur la rue King Ouest dans l'ancienne église Sainte-Thérèse-d'Avila la Nef, un centre d'arts unique en son genre au Québec. Là travaillent sculpteurs, peintres, danseurs et musiciens dans un lieu de création ouvert au public. Des spectacles et concerts de l'OSS sont donnés en plein-air durant les mois d'été, à des endroits tels que la Place de la Cité, l'auditorium devant l'Hôtel de Ville et la récente aire publique donnant sur la rivière Magog.

Depuis 2007, fut construit sur la rue du Dépôt le Centre des arts de la scène Jean-Besré (CASJB). Le bâtiment a été conçu pour répondre aux besoins de création et de production des compagnies et artistes professionnels de la région, dans les disciplines du théâtre (Petit Théâtre de Sherbrooke, Théâtre le Double Signe, Théâtre des Petites Lanternes, Turcs Gobeurs d'Opium) de la musique (Musiquetterie) et de la danse (Axile, Sursaut). Le CASJB loge aussi les bureaux administratifs et les entrepôts de toutes ces compagnies. Le CASJB comprend trois salles de répétition, une salle de production entièrement équipée, un atelier de décor et un atelier de couture. Ces locaux permettent aux compagnies et aux artistes de préparer et de finaliser tous les aspects de leurs productions.

Salles de spectacle[modifier | modifier le code]

Musée et lieux de découvertes[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

  • Confessionnalités religieuses et œcuméniques : 13

Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Sherb routes.svg
Boulevard de Portland. Prolongement urbain de la route 220.

Sherbrooke est desservie par un réseau routier comprenant 3 autoroutes, plus de 7 routes provinciales et de nombreuses artères importantes. L'autoroute 10 est le principal accès à Sherbrooke depuis Montréal, la Montérégie et Granby, passant au nord-ouest de la ville en forme un chevauchement avec l'autoroute 55. Par ailleurs, l'autoroute 55 assure le lien entre Sherbrooke et les États-Unis, au Vermont, par le poste douanier de Stanstead, situé 58 kilomètres de route au sud-sud-ouest de Sherbrooke. De plus, elle rejoint le Centre-du-Québec et Drummondville par le nord en suivant la rive-ouest de la rivière Saint-François.
L'autoroute 410 agit autant comme autoroute connectrice et de déviation, puisque non seulement elle contourne Sherbrooke par le sud-ouest, mais elle assure le lien entre la 10/55 et la rue King (la route 112). L'autoroute 410 sera d'ailleurs prolongée vers l'est pour rejoindre Lennoxville.
L'autoroute 610, quant à elle, assure le contournement de Sherbrooke par le nord, traversant la rivière Saint-François, et possédant 2 échangeurs vers Sherbrooke, et se terminant sur la route 112 vers East Angus, Thetford Mines et Lac-Mégantic. D'ailleurs, l'autoroute 610 était avant 2009 une continuité de l'autoroute 10, et les numéros de sorties sont passés de 146 et 150 à 3 et 7.
La rue King, la 112, traverse complètement la ville d'ouest en est, traversant la rivière Saint-François sur le pont Aylmer, croisant les autoroutes 410 et 610, en plus d'être la principale artère commerciale de la ville. La route 143, quant à elle, suit la rive-ouest de la rivière Saint-François en étant nommée le boulevard des Grandes-Fourches. La route 216 suit le boulevard de l'Université, la rue Galt, passe sur le pont Joffre, puis suit les 12e et 13e avenues dans Fleurimont avant de se poursuivre vers le nord vers Stoke. Les autres artères principales de la ville sont les rues, chemins et boulevards de Portland, Saint-François, Bowen, du 24 Juin, Jacques-Cartier, Belvédère, Queen-Victoria, Beckett, Duplessis et des Pélerins [52].

Liste[modifier | modifier le code]

Autoroutes

  • Panneau autoroute 10 Autoroute 10
  • Panneau autoroute 55 Autoroute 55
  • Panneau autoroute 410 Autoroute 410
  • Panneau autoroute 610 Autoroute 610

Routes nationales

Routes régionales

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ville constitue un important nœud ferroviaire, puisqu’elle est directement desservie par trois entreprises soit la Saint-Laurent & Atlantique (SLQ), la Montréal, Maine & Atlantic Railway Canada (MMA) et le Québec Central Railway (QCR) qui a des jonctions avec le Canadien National et le Canadien Pacifique.

Aéroport[modifier | modifier le code]

Sherbrooke possède un petit aéroport régional, situé à 20 kilomètres à l'est de la ville. Celui-ci offre un service de taxi aérien sur demande (nolisement) vers toute destination en Amérique du Nord ainsi que des services de dédouanement.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Transport interurbain

Le Terminus de la Vieille Gare, situé au centre-ville de Sherbrooke, assure le transport en autocar à l'intérieur et à l'extérieur de l'Estrie.

Transport urbain

La ville de Sherbrooke possède un système d'autobus comparable à plusieurs autres villes de sa taille. La Société de transport de Sherbrooke (STS) est présente dans tous les arrondissements. Les étudiants de l'Université de Sherbrooke peuvent utiliser le service de transport public gratuitement lors de la présentation de leur carte étudiante, ce qui fait de Sherbrooke la seule ville où le transport public est gratuit pour les universitaires. Ces dernières années, les étudiants du Cégep de Sherbrooke et du Collégial du Séminaire de Sherbrooke se sont ajoutés au bassin étudiant bénéficiant de ce privilège.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La murale du bicentenaire

La région sherbrookoise offre de nombreux attraits situés à proximité, tels que les villages d'inspiration anglo-saxonne comme Canton de Hatley, North Hatley, Milby, Way's Mills, Barnston ou Magog. Les alentours immédiats portent aussi témoignage de la colonisation et des premiers balbutiements industriels grâce à la présence, entre autres, de la mine de Capelton et de dizaines de ponts couverts. La région de Sherbrooke est caractérisée par un paysage de lacs, de collines et de montagnes, ce qui contribue à sa renommée. Les touristes peuvent profiter de ces attraits en suivant l'itinéraire du Chemin des Cantons, qui passe directement dans la ville, ou la route des vins, qui sillonne la région avoisinante. Quelques festivals sont aussi organisés dans certains villages des alentours, rehaussant la vie culturelle et agrotouristique.

Église Trinity United Church sur la rue Dufferin

En outre, la ville de Sherbrooke en elle-même offre différents attraits. Quatorze murales, réalisées par le collectif M.U.R.I.R.S et animées par trois circuits touristiques organisés par les Productions Traces et Souvenances sont à la disposition des touristes. Aussi, l'Orford Express, un luxueux train touristique offre à ses passagers repas gastronomiques et animation tout au long de son itinéraire de Sherbrooke à Eastman. Différents circuits présentant quelques attraits naturels tels les gorges de la rivière Magog et la promenade du Lac des nations accueillent également les touristes. De même, en juillet 2010, un spectacle extérieur à grand déploiement vient s'additionner aux musées de la ville afin de compléter l'offre culturelle.

Sherbrooke accueille aussi chaque année de nombreux événements contribuant à sa renommée dans les Cantons-de-l'Est.

En février :

  • le Carnaval de Sherbrooke

En mai :

L'hôtel Times près du lac des Nations au centre-ville.

En juin :

En juillet :

  • le Sherblues
  • le Grand rire de Sherbrooke
  • la Fête du Lac des Nations
  • le Wellington Tuning Show

En août :

  • le Festival des traditions du monde, à Fleurimont
  • le Festival des Rythmes d'Afrique
  • la Fête de l'eau au parc Jacques-Cartier
  • le Festival des Cowboys dans l'arrondissement Brompton
  • l'Encan Zone-Art au Théâtre Granada

En septembre :

  • le Symposium des Rivières où l'on peut assister à des spectacles en plein-air
  • les Rendez-vous d'Howard

En octobre :

  • le Salon du livre de l'Estrie[53].

Communication[modifier | modifier le code]

Journaux[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Sherbrooke a accueilli les Jeux du Québec durant l'été 1977 et durant l'été 1995. Elle a également accueilli les jeux de la Légion royale canadienne, association de vétérans militaires, en 2001, 2002, 2008 et 2009[55]. Sherbrooke a aussi reçu en 2003 les Championnats du monde Jeunesse de l'IAAF en plus des championnats d'athlétisme NACAC en 2004. Du 2 au 17 août 2013, la ville a accueilli les Jeux du Canada durant lesquels ont concurrencé quelque 4 200 athlètes de 20 disciplines provenant des dix provinces et trois territoires canadiens[56].

La ville de Sherbrooke est la dernière ville en Amérique du Nord à fabriquer des bâtons de hockey à très grande échelle, grâce à l'usine Sher-Wood Hockey Inc. Le Saint-François de Sherbrooke est une équipe de hockey de la Ligue nord-américaine de hockey. Cependant, l'équipe a été déménagée à Windsor, au Québec, pour laisser place, depuis la saison 2012-2013, à une nouvelle équipe de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, le Phoenix de Sherbrooke, dont l'ancien gardien de but de la LNH, Jocelyn Thibault, est le précurseur.

Côté baseball, la ville est représentée par les Athlétiques BRP, qui évoluent au sein de la Ligue de baseball Élite du Québec ainsi que par les Expos de Sherbrooke, de la Ligue de baseball senior élite du Québec. Ces deux clubs jouent au stade Amedée-Roy, qui a accueilli les épreuves de baseball des Jeux du Canada d'été de 2013 et des Championnat du monde de baseball junior de 2002.

Les équipes de crosse L'extrême junior et senior font aussi partie du monde du sport à Sherbrooke.

Vue d'ensemble vers l'ouest de Sherbrooke la nuit avec le Mont Bellevue en arrière-plan (partie illuminée vers la gauche).

Personnalités de Sherbrooke[modifier | modifier le code]

Photos de Sherbrooke[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-François-Xavier-de-Brompton Val-Joli Stoke Rose des vents
Saint-Denis-de-Brompton,
Orford
N Ascot Corner,
Cookshire-Eaton
O    Sherbrooke    E
S
Magog Sainte-Catherine-de-Hatley, Hatley (canton), Waterville

Notes et références[modifier | modifier le code]

Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke Tome I : De l'âge de l'eau à l'ère de la vapeur (1802-1866), Éd. GGC, 2000, 353 p.

  1. a, b, c et d p. 14.
  2. a et b p. 15.
  3. p. 17.
  4. a et b p. 28.
  5. p. 21-22.
  6. p. 30.
  7. p. 32 et 36.
  8. p. 58-59.
  9. a et b p. 40.
  10. p. 42-43.
  11. p. 44.
  12. p. 46.
  13. p. 46-47-48.
  14. p. 96-97.
  15. p. 97.
  16. p. 100-101.
  17. p. 109-110.
  18. p. 110-111.
  19. p. 111.
  20. p. 118-119.
  21. p. 126-127.
  22. p. 142.
  23. p. 153.
  24. p. 149.
  25. p. 156.
  26. p. 175, 190, 192.
  27. p. 192.
  28. p. 201.
  29. p. 206.
  30. p. 254.
  31. p. 242.
  32. p. 249.
  33. p. 274.
  34. p. 280.
  35. p. 286.
  36. p. 292.

Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke Tome II : De l'âge de la vapeur à l'ère de l'électricité (1867-1896), Éd. GGC, 2001, 280 p.

  1. p. 253.
  2. p. 254.
  3. p. 17.
  4. p. 20.
  5. p. 61.
  6. p. 62.
  7. p. 63.
  8. p. 82.
  9. p. 23.
  10. p. 11.
  11. p. 14.
  12. p. 15.
  13. p. 89.
  14. p. 91.
  15. p. 123.
  16. p. 125.
  17. p. 151.

Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke Tome III : La ville de l'électricité et du tramway (1897-1929), Éd. GGC, 2002, 292 p.

Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke Tome IV : De la ville ouvrière à la métropole universitaire (1930-2002), Éd. GGC, 2003, 489 p.

  1. a et b p. 317.

Autres articles et ouvrages

  1. Gouvernement du Canada, « Profil du recensement - Sherbrooke (ville) », sur Statistique Canada (consulté le 12 février 2012)
  2. Gouvernement du Canada, « Profil du recensement - Sherbrooke (RMR) », sur Statistique Canada (consulté le 12 février 2012)
  3. « Nombre d'étudiants au sein du pôle universitaire », sur http://pole.usherbrooke.ca/fr/ (consulté le 26 août 2010)
  4. « Proportion d'étudiants à Sherbrooke », sur http://www.ville.sherbrooke.qc.ca/webconcepteur/web/VilledeSherbrooke (consulté le 26 août 2010)
  5. « Économie du savoir », sur http://pole.usherbrooke.ca/fr/accueil/ (consulté le 12 janvier 2011)
  6. a et b « Sherbrooke High Point », sur Peakbagger.com,‎ 1 nov. 2004 (consulté le 24 avr. 2012)(en)
  7. « Sommet du mont John-S.-Bourque », sur http://atlas.nrcan.gc.ca/site/index.html (consulté le 26 août 2010)
  8. « Sommet du mont Orford », sur http://atlas.nrcan.gc.ca/site/index.html (consulté le 26 août 2010)
  9. « Nombre de parcs et espaces verts à Sherbrooke », sur http://www.sherbrooke-innopole.com/ (consulté le 26 août 2010)
  10. « Le parc du Mont-Bellevue, 200 hectares », sur http://www.tourismesherbrooke.com/fr/visiteurs/index.aspx (consulté le 26 août 2010)
  11. « Histoire du parc du Bois-Beckett », sur http://www.boisbeckett.org/ (consulté le 26 août 2010)
  12. « Bois Beckett : écosystème forestier exceptionnel à titre de forêt ancienne », sur http://www.boisbeckett.org/ (consulté le 26 août 2010)
  13. « l'arbre du plus âgé du Bois-Beckett », sur http://www.tourismesherbrooke.com/fr/visiteurs/index.aspx (consulté le 26 août 2010)
  14. « L'érable à l'anneau », sur http://www.boisbeckett.org/
  15. http://www.tourismesherbrooke.com/fr/visiteurs/quoi-faire/sport-et-plein-air/parc-lucien-blanchard.aspx
  16. http://www.cmssherbrooke.ca/cmss-fr.html
  17. http://www.tourismesherbrooke.com/fr/visiteurs/quoi-faire/sport-et-plein-air/marais-real-d-carbonneau.aspx
  18. « Historique du marais », sur http://www.maraiscarbonneau.com/
  19. Gouvernement du Canada, « Population de la Région Métropolitaine de Sherbrooke », sur Statistique Canada (consulté le 5 février 2011)
  20. Les plus grandes villes du Québec
  21. Statistique Canada
  22. Jean-Pierre Kesteman, Histoire de Sherbrooke Tome I(2000), II(2001), III(2002) et IV(2003) des Éd. GGC, ainsi que Statistiques Canada
    Note : Les statistiques de 1831 à 2001 ne valent que pour l'ancienne ville de Sherbrooke d'avant 2002 et ne comprennent pas les populations de Fleurimont, Rock Forest, Saint-Élie-d’Orford, Deauville, Lennoxville et Bromptonville. La statistique de 2009 vaut pour la nouvelle ville fusionnée en 2002
  23. « Statistique Canada »
  24. a et b Portrait de la ville, Ville de Sherbrooke
  25. Langue maternelle a Sherbrooke, Statistique Canada
  26. Immigration à Sherbrooke de juillet 2008 à juillet 2009, Statistique Canada
  27. http://www40.statcan.gc.ca/l02/cst01/demo35b-fra.htm Population immigrante selon le lieu de naissance à Sherbrooke en 2006, Statistique Canada
  28. Statistique Canada, minorités visibles : Sherbrooke Québec (Ville de Sherbrooke uniquement)
  29. Ville de Sherbrooke Statcan.ca
  30. Minorités visibles dans la ville de Trois-Rivières, Statistique Canada
  31. Minorités visibles dans la ville de Saguenay, Statistique Canada
  32. Minorités visibles dans la ville de Québec, Statistique Canada
  33. Minorités visibles dans la ville de Montréal, Statistique Canada
  34. Minorités visibles dans la ville de Gatineau, Statistique Canada
  35. Loi sur l'Équité en matière d'emploi, sur le site du Ministère de la Justice du Canada
  36. http://www.statcan.gc.ca/pub/91-214-x/2008000/t021-eng.htm Statistique Canada, RMR Sherbrooke juillet 2009
  37. http://www.statcan.gc.ca/pub/92f0138m/2009002/hl-fs-fra.htm
  38. http://www.chemindescantons.qc.ca/spip.php?article19&lang=fr
  39. http://www.theatregranada.com/de-1928-a-1983
  40. « Théâtre Granada, décors d’Emmanuel Briff. », sur http://www.theatregranada.com/ (consulté en 30août 2010)
  41. « Théâtre Granada, lieu historique patrimonial du Canada. », sur http://www.theatregranada.com/ (consulté en 30août 2010)
  42. « Théâtre Granada, plus beau cinéma au Canada. », sur http://www.theatregranada.com/ (consulté en 30août 2010)
  43. « Intégralité architecturale du Granada. », sur http://www.theatregranada.com/ (consulté en 30août 2010)
  44. « Revenu personnel et ses composantes par habitant, MRC et territoire équivalent de l'Estrie, 2006-2010 », Institut de la statistique du Québec,‎ 14 Dec. 2011 (consulté le 24 July 2012)
  45. « http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/econm_finnc/conjn_econm/compt_econm/pib_rmr_2003-2008.htm » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  46. « Produit intérieur brut (PIB) aux prix de base, Estrie et ensemble du Québec, 2006-2010 », Institut de la statistique du Québec,‎ 18 Aug. 2011 (consulté le 24 July 2012)
  47. [1], Desjardin, études économiques régionales 2008
  48. a, b et c [2], Sherbrooke Innopole
  49. [3], Sommet de Sherbrooke 2007
  50. [4], Sommet de Sherbrooke 2007
  51. [5], DEFI
  52. MapArt 2008, p. 459
  53. « Salon du livre de l'Estrie » (consulté le 28 novembre 2011)
  54. Décision de radiodiffusion CRTC 2013-204
  55. « Légion royale canadienne » (consulté le 3 juin 2011)
  56. http://www.jeuxducanada2013.ca/

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]