Francisco Solano López

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Francisco Solano López (homonymie).
Francisco Solano López
Image illustrative de l'article Francisco Solano López
Fonctions
Président de la République du Paraguay
10 septembre 18621er mars 1870
Vice-président Domingo Francisco Sánchez
Prédécesseur Carlos Antonio López
Successeur Facundo Machaín
Vice-président du Paraguay
18541862
Président Carlos Antonio López
Biographie
Nom de naissance Francisco Solano López Carrillo
Date de naissance 24 juillet 1827
Lieu de naissance Drapeau : Paraguay Asuncion (Paraguay)
Date de décès 1er mars 1870 (à 42 ans)
Lieu de décès Drapeau : Paraguay Cerro Corá (Amambay, Paraguay)
Nationalité Drapeau : Paraguay Paraguayenne
Conjoint Elisa Lynch
Profession Militaire
Religion Catholique

Signature

Francisco Solano López
Présidents de la République du Paraguay

Le maréchal Francisco Solano López (né à Asuncion, le 24 juillet 1827 - mort à Cerro Corá, le 1er mars 1870) fut président de la République du Paraguay de 1862 à 1870.

Il remplit les rôles de commandant en chef des Forces armées, président et chef suprême de la nation paraguayenne durant la Guerre de la Triple Alliance. Il succéda à son père Carlos Antonio López comme président. Celui-ci avait laissé à son fils un pays prospère et une armée excellemment équipée et professionnelle, bien entraînée aux armes et aux tactiques de guerre, qu'il avait également contribué à renforcer.

Carrière politique et militaire[modifier | modifier le code]

Fils du président Carlos Antonio López, il fut nommé général de brigade à l'âge de 18 ans. Il commanda l'armée qui lutta contre le caudillo argentin Juan Manuel de Rosas.

Entre 1853 et 1865 il voyagea à plusieurs reprises en Europe, où il étudia et observa le système militaire prussien. Durant ses voyages, il achetait des armes et des munitions pour les forces armées paraguayennes et il obtint la ratification de traités commerciaux avec la France et l'Angleterre. Il fréquenta la cour de Napoléon III, où lui fut présentée l'irlandaise Elisa Lynch, qui le suivit à Asuncion et parvint à exercer une grande influence dans les affaires de l'état. Lorsqu'il fut nommé au poste de ministre de la Guerre et de la Marine, Solano fit adopter dans les forces armées paraguayennes le système militaire appris en Europe.

Après la mort de son père Carlos Antonio López, Solano réunit un congrès spécialement convoqué pour l'élire président de la république pour une durée de dix ans. Ce qu'il obtint le 16 octobre 1862.

La guerre de la Triple Alliance[modifier | modifier le code]

Panthéon des Héros à Asunción où repose Francisco Solano López.

Le seul chemin existant pour la mer depuis le Paraguay était celui du Río de la Plata. Mais ce dernier était sous contrôle étranger. López, déterminé à obtenir une sortie indépendante vers l'Océan, prépara une armée de plus ou moins quatre-vingt mille hommes. Se servant de l'intervention du Brésil dans la guerre civile uruguayenne, Solano ordonna la capture du navire Marquês de Olinda, qui remontait le Río Paraguay en direction du Mato Grosso. Cet incident déclencha une guerre entre le Paraguay et un groupe de pays qui fut appelé la Triple Alliance, formée par le Brésil, l'Uruguay et l'Argentine.

Au début du conflit López obtint des succès militaires significatifs. Mais bientôt la guerre évolua défavorablement pour le Paraguay. Au fur et à mesure des insuccès et vu la longueur du conflit qui s'éternisait, une opposition à la guerre se manifesta dans la population et au sein du gouvernement paraguayen. Francisco Solano López commença dès lors à exercer une répression cruelle contre ses opposants. Ainsi en 1868, il accusa plusieurs de ses compatriotes de trahison et de conspiration, ordonnant de les exécuter.

Le général Correia da Câmara et ses troupes le poursuivirent jusqu'à ce qu'ils le trouvent blessé et isolé alors qu'il essayait de traverser le Rio Aquidaban, après avoir perdu la bataille de Cerro Corá. Selon les relations historiques, même après avoir été désarmé, López résista. Il fut exécuté près de Cerro Corá, le 1er mars 1870[1].


Conjoint: Elisa Lynch.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institut français de la mer, La Revue maritime, Ozanne Ed.,‎ 1870 (présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]