Guillaume Seignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guillaume Seignac

Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait[réf. nécessaire]

Naissance 1870
Rennes
Décès 1924
Paris
Nationalité Français Drapeau de la France
Activités Artiste peintre
Formation École des beaux-arts de Paris
Maîtres William Bouguereau
Mouvement artistique École d'Écouen

Guillaume Seignac, né en 1870 à Rennes, mort en 1924 à Paris, est un peintre français de l'École d'Écouen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillaume Seignac entre à l'École des beaux-arts de Paris dans les ateliers de Gabriel Ferrier, de Tony Robert-Fleury, et de William Bouguereau qui exerce une grande influence sur lui, tant dans le choix des thèmes traités que dans la technique utilisée qui accorde une grande importance à la qualité du dessin.

Il expose régulièrement au Salon des artistes français, où il est récompensé en 1900 par une mention honorable et en 1903, par une médaille de troisième classe. Les femmes constituent son sujet de prédilection, qu'il peint souvent dévêtues, dans une atmosphère antique ou mythologique.

En 1902, il s'installe au 84, boulevard du Montparnasse.

Galerie[modifier | modifier le code]

Salon des artistes français[modifier | modifier le code]

  • 1897 Bacchante - Les Dernières roses
  • 1898 Flore - Tête grecque
  • 1899 Rêverie - Diane
  • 1900 Baigneuse
  • 1901 L'Attente à la Fontaine - Il devient Sociétaire
  • 1902 Nymphe pensive
  • 1903 Le Secret d'Amour
  • 1904 Le Réveil de Psyché - Tentation
  • 1907 Psyché
  • 1911 Confidence
  • 1912 Caresses

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit
  • Cécile Ritzenthaler, L'École des beaux-arts du XIXe siècle : les pompiers, Paris, Mayer, 1987, 335 p. (ISBN 2-85299-002-4)
  • Gérard Schurr, Les petits maîtres de la peinture, Editions L'Amateur, 1989.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]