Bataille de Saint-Privat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Saint-Privat
Le cimetière de Saint-Privat
Le cimetière de Saint-Privat
Informations générales
Date 18 août 1870
Lieu Gravelotte, à l'ouest de Metz (France)
Issue Victoire prussienne
Belligérants
drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse Drapeau de la France France
Commandants
Helmuth von Moltke François Achille Bazaine
Forces en présence
210 bataillons d’infanterie
133 escadrons de cavalerie
732 canons
---------
188 332 hommes
183 bataillons d’infanterie
104 escadrons de cavalerie
520 canons
---------
112 800 hommes
Pertes
5 237 tués
14 430 blessés
493 disparus
---------
20 160 tués, blessés ou disparus
1 146 tués
6 709 blessés
4 420 disparus
---------
12 275 tués, blessés ou disparus
Guerre franco-prussienne de 1870
Batailles
Sarrebruck (08-1870) · Wissembourg (08-1870) · Forbach-Spicheren (08-1870) · Wœrth (08-1870) · Siège de Bitche (08-1870) · Borny-Colombey (08-1870) · Mars-la-Tour (08-1870) · Siège de Toul (08-1870) · Gravelotte (08-1870) · Siège de Metz (08-1870) · Siège de Strasbourg (08-1870) · Beaumont (08-1870) · Noisseville (08-1870) · Sedan (08-1870) · Siège de Paris et Chronologie (09-1870) · Bellevue (10-1870) · Châteaudun (10-1870) · Dijon (10-1870) · Siège de Belfort (11-1870) · Bouvet et Météor (navale) (11-1870) · Coulmiers (11-1870) · Amiens (11-1870) · Beaune-la-Rolande (11-1870) · Champigny (11-1870) · Orléans (12-1870) · Loigny (12-1870) · l’Hallue (12-1870) · Bapaume (01-1871) · Villersexel (01-1871) · Le Mans (01-1871) · Héricourt (01-1871) · Saint-Quentin (01-1871)
Coordonnées 49° 06′ 38″ N 6° 01′ 50″ E / 49.110555555556, 6.0305555555556 ()49° 06′ 38″ Nord 6° 01′ 50″ Est / 49.110555555556, 6.0305555555556 ()  

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Saint-Privat.

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Saint-Privat.

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Saint-Privat.

Bataillon Nr. 9, les chasseurs de Lauenburg, à Gravelotte, peinture par Ernst Zimmer

La bataille de Saint-Privat (appellation française) ou bataille de Gravelotte (appellation allemande) s'est déroulée le 18 août 1870 lors de la guerre franco-prussienne, à une dizaine de kilomètres à l'ouest de Metz.
Les historiens emploient généralement la double appellation : bataille de Gravelotte/Saint-Privat.

Mars-la-Tour : une victoire mal exploitée[modifier | modifier le code]

Helmuth von Moltke.
François Bazaine.

Le 16 août 1870, l'armée allemande occupe la route principale reliant Metz à Verdun, ville que souhaite rejoindre le maréchal Bazaine à la tête de l'armée du Rhin pour se rallier à l'armée du maréchal Mac-Mahon. La bataille de Mars-la-Tour débute alors. Malgré un répit des combats favorable aux Français, Bazaine refuse de lancer une contre-attaque générale qui aurait probablement engendré la défaite totale des IIIe et Xe corps prussiens. L'armée du Rhin est alors définitivement coupée du reste de l'armée française et se replie sur une position défensive à quelques kilomètres à l'ouest de Metz.

Deux jours plus tard, le 18 août, les armées vont s'affronter à nouveau lors de la bataille de Saint-Privat, les Prussiens voulant en finir avec l'armée du Rhin.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Le chef d'état-major prussien Helmuth von Moltke lance dans la bataille la Ire et la IInde Armées, commandées respectivement par le général Steinmetz et le prince Frédéric-Charles, neveu du roi de Prusse Guillaume Ier.

Les troupes françaises, sous les ordres de Bazaine, sont adossées aux forts de Saint-Quentin et de Plappeville, et s'étalent de Rozérieulles à Saint-Privat.

La bataille débute le 18 août 1870 à huit heures lorsque Moltke ordonne l'avancée de ses troupes en direction des positions françaises.

Vers 12 h 00, le général Manstein ouvre la bataille devant le village d'Amanvillers avec l'artillerie de la 25e division d'infanterie. Mais le camp français s'est organisé durant la nuit en creusant des tranchées et des fosses afin de placer son artillerie et ses mitrailleuses et de masquer ses positions. Connaissant finalement l'avancée des troupes prussiennes, les Français lancent une contre-attaque massive. La bataille paraît tout d'abord tourner à l'avantage des Français, ceux-ci possédant de meilleurs fusils, les Chassepot. Cependant, l'artillerie prussienne est mieux équipée grâce à ses canons issus des usines Krupp, compagnie industrielle allemande du secteur de l'acier, spécialisée dans la fabrication d'armes.

À 14 h 30, le général Steinmetz, désobéissant aux ordres de Moltke lance une attaque sur l'aile gauche avec la Ire Armée. Par deux fois, il est repoussé par les tirs français, organisés et puissants. Suit alors une importante contre-attaque française qui disperse les deux corps en présence : les VIIe et VIIIe Corps. Mais Moltke réussit à éviter une percée française grâce à ses dernières troupes de réserves.

Vers 16 h 50, la IInde Armée ouvre une attaque à Saint-Privat, village occupé par les hommes du général français Canrobert. Les troupes prussiennes sont vivement repoussées, mais les positions françaises sont anéanties par l'artillerie ennemie. Canrobert demande désespérément et à plusieurs reprises des renforts à Bazaine, mais ne les obtient pas. Ce dernier ne juge en effet pas Saint-Privat comme une bataille importante et refuse d'engager ses troupes de réserves, pourtant nombreuses.

À 20 h 00, le XIIe corps allemand déborde sur l'aile droite. Le 6e corps français est contraint de se replier suivi par le 4e corps, sous la protection de la Garde impériale arrivée en renfort et commandée par le général français Bourbaki. Celui-ci considère alors ce repli comme la défaite de son camp et refuse de lancer une contre-attaque.

Vers 22 h 00, les combats cessent pour la nuit après des corps-à-corps sanglants à Saint-Privat. Les hommes se sont même battus dans le petit cimetière du village qui entourait l'église en flammes.

Le lendemain matin, l'armée du Rhin préfère se replier dans Metz plutôt que de reprendre le combat.

Pendant toute la durée de la bataille, l'abbé Jean-Nicolas Bauzin, curé de saint Privat, a secouru les blessés des deux camps.

Metz est encerclée[modifier | modifier le code]

Les sœurs de la Miséricorde secourant les blessés de la bataille de Gravelotte.

Une grande partie des forces françaises n'a pas été engagée dans la bataille. Une grave erreur de la part de Bazaine qui prévoyait depuis plusieurs jours le repli sur Metz, considérant Saint-Privat comme une bataille mineure.

Ainsi les Allemands se sont retrouvés en supériorité numérique. Et grâce à une habileté tactique et malgré une résistance héroïque de certains corps français, ils sont parvenus à remporter la victoire.

Les Prussiens achèvent l'encerclement de Metz le 20 août en coupant le télégraphe et la voie ferrée Metz-Thionville. L'armée du Rhin est prise au piège, le siège de Metz commence...

Après la bataille[modifier | modifier le code]

Le traité de Francfort donne à l'Empire allemand récemment proclamé dans la Galerie des glaces du Château de Versailles, haut lieu de l'histoire de France, l'Alsace, la Lorraine germanophone et Metz, puissante place-forte. L'empereur Guillaume Ier, profondément marqué par le souvenir du sacrifice de ses troupes à Saint-Privat qu'il nomme « le tombeau de ma garde », exige l'annexion des champs de bataille que le traité laissait à la France. En échange, Belfort restera française. Les champs seront parsemés d'ossuaires, qui seront autant de lieu de pèlerinages. Ils seront regroupés dans les années 1980.

Entre-temps, les habitants du village auront encore connu deux guerres franco-allemandes et deux annexions. En 1966 et 1970, des célébrations solennelles en présence de personnalités telles que le prince Ernest-Henri, fils du dernier roi de Saxe Frédéric-Auguste III, rappelleront le souvenir de ce moment sanglant et la réconciliation franco-allemande.

En 1881, le peintre Alphonse de Neuville immortalise la bataille par un tableau actuellement au musée d'Orsay.

L'abbé Bauzin, après avoir obtenu un sauf-conduit de l'administration impériale, parcourra l'Europe afin de réunir des fonds pour bâtir une nouvelle église de style néo-gothique, qui sera inaugurée en 1876, et surnommée « la cathédrale du haut-plateau ». Il mourra en 1903. Son corps est inhumé dans l'avant-chœur de l'église, au pied de l'actuel autel.

Monument allemand de la bataille de Saint-Privat (appellation française) ou bataille de Gravelotte (appellation allemande).

Expression populaire[modifier | modifier le code]

  • D'une pluie drue, l'on dit encore en France « Ça tombe comme à Gravelotte », rappelant les tirs très nourris des deux armées pendant la bataille.

La bataille est donc plus connue des Français sous le nom de « Gravelotte » que sous celui de « Saint-Privat », bien que ce soit à Saint-Privat que cette bataille de trois jours se terminât et que la défaite française dans la défense de Metz fût consommée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Roth, La Lorraine dans la guerre de 1870, Collection Lorraine, Presses universitaires de Nancy, 1984, (ISBN 2864801752)
  • Philipp Elliot-Wright, End of the Second Empire, Osprey Publishing, 1993, (ISBN 1855322862)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]