Luigi Cibrario

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luigi Cibrario

Giovanni Antonio Luigi Cibrario (23 février 18021er octobre 1870) était un homme d'État et un historien italien. Cibrario est un bon exemple de la fidèle, travailleuse et honnête aristocratie piémontaise de la vieille école. Il a donné son nom à la Via Luigi Cibrario, l'une des principales artères de Turin ainsi qu'au refuge Luigi Cibrario qui culmine à 2 616 m près de Usseglio.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Né à Usseglio, dans la province de Turin, il est un descendant d'une noble mais pauvre famille Piémontaise. À l'âge de seize ans, il a gagné une bourse d'études et à dix-huit ans il a enseigné la littérature. Ses versets au Roi Charles Albert (puis au prince de Savoie-Carignan) sur la naissance de son fils Victor Emmanuel, a attiré l'attention de celui-ci et marqua le début d'une longue amitié.

Il est entré dans la fonction publique du Royaume de Sardaigne et en 1824 a été nommé chargé de cours de droit canon et de droit civil. Son principal intérêt était l'étude des documents anciens et il a été envoyé dans les archives de Suisse, de France et d'Allemagne pour des recherches relatives à l'histoire de le Savoie.

Au cours des révolutions de 1848, après l'expulsion des autrichiens de Venise, Cibrario a été envoyé dans cette ville avec Colli afin de négocier son union avec le Piémont. Mais la proposition est tombée par le biais de nouvelles arrivées lors de l'armistice entre le roi Charles-Albert et l'Autriche, et les deux délégués ont fait l'objet d'une manifestation hostile. En octobre 1848 Cibrario a été nommé sénateur et après la bataille de Novare (mars 1849), lorsque Charles-Albert abdiqua et se retira dans un monastère près de Porto, Cibrario et le comte Giacinto di Collegno furent envoyés en qualité de représentants du Sénat pour exprimer la sympathie de cet organe avec le roi tombé. Il a atteint Porto le 28 mai et après y avoir séjourné pendant un mois, il retourna à Turin, où il arriva juste avant la nouvelle de la mort de Charles-Albert.

En mai 1852, il est devenu ministre des Finances dans le cabinet du marquis d'Azeglio et fut plus tard ministre de l'éducation dans celui de Cavour. La même année, il fut nommé secrétaire de l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare. C'est lui qui, en 1853 dicta la note de protestation vigoureuse contre la confiscation par l'Autriche de la propriété des Lombards exilés qui avaient été naturalisés dans le Piémont. Il a fermement appuyé Cavour dans sa politique de Crimée (1855) et lorsque le général La Marmora quitta le commandement de la force expéditionnaire et que Cavour prit ses fonctions de guerre, Cibrario fut nommé ministre des affaires étrangères. Il a dirigé les affaires du département avec beaucoup de compétence et a habilement secondé Cavour dans la réalisation de l'admission du Piémont au Congrès de Paris sur un pied d'égalité avec les grandes puissances.

Suite à son retrait aux affaires étrangères, Cibrario fut nommé comte. En 1860 il a agi en tant que médiateur entre le gouvernement de Victor-Emmanuel et la République de Saint-Marin, et a organisé un traité par lequel les dernières libertés étaient garanties. Après la guerre de 1866 par laquelle l'Autriche a perdu Vénétie, Cibrario a négocié avec ce gouvernement pour la restitution de documents d'état et de trésors artistiques retiré par elle de la Lombardie et la Vénétie à Vienne.

Le comte Cibrario est mort près de Salò, à proximité du lac de Garde, en automne 1870.

Œuvres[modifier | modifier le code]

En tant qu'écrivain et historien, son œuvre la plus importante au cours de sa vie fut Économie politique du Moyen âge (Turin, 1839), qui jouit d'une grande popularité à l'époque, mais elle est maintenant de peu de valeur. Son Della schiavitù e del servaggio (Milan, 1868-1869) a donné un compte de l'évolution et de l'abolition de l'esclavage et du servage. Parmi ses écrits historiques, les suivants méritent également d'être mentionnés :

  • Delle artiglierie dal 1300 al 1700 (Turin, 1847)
  • Origini e progresso della monarchia di Savoia (Turin, 1854)
  • Degli ordini cavallereschi (Turin, 1846)
  • Degli ordini religiosi (Turin, 1845)
  • Memorie Segrete Charles Albert, écrit par ordre de Victor Emmanuel, mais ensuite retiré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa biographie a été écrite par F. Odorici dans : II Conte L. Cibrario (Florence, 1872).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :