Royaume du Baguirmi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cavalier baguirmi dans une gravure de 1901

Le royaume du Baguirmi est un ancien État esclavagiste localisé au sud-est du lac Tchad dans l'État actuel du Tchad. La capitale est Massenya. Il n'existe plus aujourd'hui en tant qu'entité politique indépendante, mais seulement comme chefferie traditionnelle en relation avec les autorités administratives tchadiennes modernes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le royaume du Baguirmi émergea au sud-est de Kanem-Bornou au xvie siècle. Il adopta rapidement l'Islam et devint un sultanat. Absorbé par le Kanem-Bornou, il recouvra son indépendance au cours du xviie siècle, pour être à nouveau annexé au milieu du XVIIIe siècle. Il tomba en déclin au cours des années 1900 et se trouva sous la menace militaire du royaume du Ouaddaï. Il résista, mais accepta la tutelle de son voisin dans l'espoir de mettre fin à des dissensions internes. Lorsque sa capitale brûla en 1893, le sultan demanda et obtint le statut de protectorat auprès des autorités françaises.

Baguirmi subsiste comme chefferie traditionnelle en relation avec les autorités administratives tchadiennes modernes.

Organisation politique et administrative[modifier | modifier le code]

Le Mbang[modifier | modifier le code]

Le Mbang Gaourang (à gauche) et le Kolak Doudmourrah

Le roi du Baguirmi porte le titre de Mbang. Du fait de l'islamisation, on parle également de Sultan.

La famille royale[modifier | modifier le code]

  • la mère du Mbang : la Magira
  • les épouses du Mbang
  • les fils du Mbang
  • les filles du Mbang

Les notables étrangers à la famille royale[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie M.-D. Lebeuf, Les populations du Tchad (Nord du 10e parallèle), L'Harmattan, Paris, 2006 (ISBN 2296004474)