Wurtemberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 46′ 43″ N 9° 10′ 46″ E / 48.7786, 9.17944

Wurtemberg
Württemberg de

XIe siècle – 1918

Drapeau Blason
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation du Wurtemberg (en rouge) à l'intérieur de l'Empire allemand (1871-1918)

Informations générales
Statut Monarchie, membre du Saint-Empire romain germanique (jusqu'en 1806)
Capitale Stuttgart
Histoire et événements
Avant 1081 Fondation du comté
1442 Traité de Nürtingen, division
1482 Traité de Münsingen (en), réunification
1495 Duché
1803 Électorat
1806 Royaume
9 novembre 1918 Révolution

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Blason du Wurtemberg

Le Wurtemberg ou Wurtembergeois (en allemand : Württemberg) est un ancien État du Sud-Ouest de l'Allemagne. Durant la majeure partie de son existence, la capitale fut à Stuttgart, mais elle fut également placée pour de courtes périodes à Ludwigsbourg et à Urach. Le nom de la dynastie et de l'État vient à l'origine d'une colline abrupte près de Stuttgart-Untertürkheim.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Capitale : Stuttgart (285 000 habitants en 1900) est la plus grande ville et occupe une position centrale dans le Wurtemberg.

Superficie : 19 517 km2

Population : un peu plus de 2 millions d'habitants en 1910 (contre 1 881 505 en 1875) dont 1 million et demi de protestants.

Principales villes : Esslingen (32 000 hab. en 1910), Heilbronn (43 000 hab. en 1910), Ludwigsbourg (23 000 hab. en 1910), Reutlingen (30 000 hab. en 1910), Tübingen (19 000 hab. en 1910), Ulm (56 000 hab. en 1910).

Le territoire du Wurtemberg était traversé par la rivière Neckar et le fleuve Danube.

Histoire[modifier | modifier le code]

Primitivement intégré au duché de Souabe[1], après avoir été une seigneurie jusqu'au XIIe siècle, le Wurtemberg fut érigé en comté de Wurtemberg en 1135. En 1495, il fut élevé au rang de duché par l'empereur Maximilien Ier du Saint-Empire, puis royaume de Wurtemberg après la dissolution du Saint-Empire romain germanique en 1806, par le Recès d'Empire[2] durant le règne de Frédéric Ier. D'abord allié - quasi sujet - de Napoléon (qui avait agrandi son territoire en 1809), le nouveau royaume se rallia à la coalition de 1813, et combattit la Prusse en 1866[3]. Enfin, la Première Guerre mondiale eut raison du système monarchique : le roi Guillaume II de Wurtemberg abdiqua et un État de type républicain fut institué: l'État libre populaire de Wurtemberg.

En 1945, le Wurtemberg cessa d'exister en tant qu'État et fut scindé en deux : la partie Sud, sous zone d'occupation française, fut intégrée dans le nouveau Land Wurtemberg-Hohenzollern, tandis que la partie Nord, sous zone d'occupation américaine, forma le district de Wurtemberg-du-Nord, principale composante du nouveau Land de Wurtemberg-Bade. En 1952, il retrouva son unité lors de la création du Land Bade-Wurtemberg, né de la fusion de ces deux derniers Länder avec un troisième : le Land de Bade.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Larousse en 3 volumes, 1966.
  2. Heinrich August Winkler. La fin de la question allemande – le long chemin vers l’Occident. Site Allemagne, faits et réalités. En ligne [1]. Consulté le 5 février 2007
  3. Larousse 3 volumes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]