Graphiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
graphiste
ETRE GRAPHISTE.png
Appellation
Graphiste
Secteur d'activité
Niveau de formation
Code ROME (France)

E1205 - Réalisation de contenus multimédias

Codes ROME proches :
E1104 - Conception de contenus multimédias
E1306 - Prépresse
H1204 - Design industriel

Un graphiste est un professionnel de la communication qui conçoit des solutions de communication visuelle. Il travaille sur le sens des messages à l'aide des formes graphiques qu'il utilise sur tout type de supports. Le graphiste est alors un médiateur qui agit sur les conditions de réception et d’appropriation des informations et des savoirs qu’il met en forme.

Ses connaissances reposent sur la typographie, l'usage des signes et des images, l'art de la mise en page. Le graphiste peut s'exprimer dans le domaine de l'imprimé (édition), de l'interactivité (web, multimédia), de l'illustration ou de l'animation (motion design)

Dans les pays anglo-saxons et certains pays de la francophonie (Québec notamment), l'appellation designer graphique est préférée au terme graphiste parfois jugé trop réducteur, bien que les mots design et graphique se réfèrent à la même chose.

En France, graphiste est un métier de l'artisanat d'art, qui comporte deux autres métiers :

  • L'infographiste est un graphiste spécialisé dans la création d'images numérique (infographie).
  • Le maquettiste est un graphiste spécialisé dans la mise en page, sur ordinateur, des titres, textes et illustrations.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’appellation de « graphiste » n'existe que depuis le milieu du XXe siècle. Auparavant, les publicitaires et leurs agents utilisaient les services de « dessinateurs publicitaires ». Ces spécialistes étaient avant tout des artistes visuels ; les typographes étaient chargés de la mise en page et de la composition du texte, les illustrateurs produisaient aussi bien des diagrammes rigoureux que les esquisses des plus rapides ; il y avait également les retoucheurs, les calligraphes et ceux chargés de la finalisation des dessins avant leur reproduction. La plupart de ces dessinateurs publicitaires maitrisaient plusieurs spécialités à la fois, comme les affichistes par exemple. Aujourd'hui, le graphiste a remplacé le dessinateur publicitaire au sein des agences, il travaille de surcroît à la mise en page de magazines, et à la maquette de journaux. L'artiste solitaire du début du siècle a désormais intégré une équipe qui constitue un des maillons de la chaine de l'industrie de la communication. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, les arts graphiques étaient essentiellement imprimés en noir et blanc et sur papier. Les proportions et les dimensions de l'arrière-plan, sa couleur et sa texture, font désormais intégralement partie du graphisme. Le papier est le support le plus répandu. Les supports comme l'affiche, la brochure, le cahier, le magazine et le livre constituent les structures physiques sur lesquelles le concepteur graphique peut disposer ses informations.

En occident, les graphistes ont hérité de l'alphabet latin dont la forme a peu changé au cours des siècles. À l'origine, les caractères d'imprimerie imitaient les lettres dessinées par les scribes puis ils ont évolué en s'inspirant de la géométrie des inscriptions romaines. Des variantes de ces caractères se sont développées entre le XVe et le XXe siècles, et continuent d'exister au XXIe siècle sous forme numérique. Le dessin des caractères de typographie a toujours été source de débats et, selon les époques, typographes et graphistes ont subi de nombreuses pressions exercées par les modes successives et les progrès techniques.

Travail du graphiste[modifier | modifier le code]

Le graphisme a trois fonctions essentielles. Son premier rôle est d’identifier, de dire ce qu'est une chose ou d'indiquer sa provenance (enseigne d'auberge, bannière et bouclier, marque de maçon, symbole d'éditeurs et d'imprimeurs, logos d'une entreprise, étiquette d'emballage). Sa deuxième fonction qui recouvre ce que les spécialistes nomment le « graphisme informatif », est d’informer et d’instruire, en indiquant la relation entre plusieurs choses en termes de direction, de position ou d'échelle (carte, diagramme, panneaux indicateurs). Enfin, son troisième rôle très différent des deux autres, est de présenter et de promouvoir (affiches, publicités) dans le but de capter l'attention et d'imposer un message. De nos jours, le design graphique fait partie de la culture et de l'économie des pays industrialisés. Sous l'influence des pressions commerciales et des technologies de pointe, de nouvelles formes graphiques voient le jour, mais les graphiques continuent d'emprunter au passé ; la révolution électronique permet de stocker des images, pour les réutiliser, en les manipulant et en les assemblant selon une esthétique contemporaine. Le graphisme constitue une forme de langage dont la grammaire serait indéfinie et le vocabulaire sans cesse croissant.

Le graphisme d'information[modifier | modifier le code]

Le graphisme d'information, au sens le plus large, consiste en la sélection, l’organisation et la présentation d'une information destinée à un public particulier. L'information peut être délivrée sur des types de documents très divers : carte météo, indicateur horaire de vols, tableaux de données statistiques... La quantité d'informations contenues dans ceux-ci est parfois particulièrement importante, comme dans une carte routière, et l'utilisateur en extrait alors seulement ce dont il a besoin pour un usage précis. Le graphiste d'information en tant que discipline a pour objectif premier de communiquer des informations avec efficacité. L'information donnée doit demeurer exacte, et sa présentation ne doit pas la déformer — c'est la responsabilité même du graphiste qui est engagée sur ce point.

Contrairement au graphisme publicitaire et marketing dont le but la plupart du temps est d'inciter l'utilisateur à faire telle ou telle chose, le graphisme d'information s'emploie à présenter toutes les données objectives nécessaires a une prise de décision. Les graphistes spécialisés dans la présentation d'information ont été décrits comme des « transformateurs » (qu'il s'agisse de données brutes, d'un ensemble d'actions ou bien encore d'un processus) en présentation visuelle qu'un public donné pourra facilement comprendre.

Méthode[modifier | modifier le code]

Les lignes d'un diagramme ne représentent pas un objet dans l'espace mais ont pour but de transcrire les relations et les liens à l'intérieur d'un système. Par l'emploi symbolique qu'il fait des couleurs, utilisées comme moyen d'identification, le plan du métro de Londres en est un parfait exemple. Dans les années 1920 et 1930, Otto Neurath élabora la méthode viennoise dite Isotype. Isotype (international système of typographic pictorial education) consiste en un ensemble convenu de signes et de règles pour leurs utilisations. La règle de base de l'Isotype était que la représentation d'un nombre important d'éléments devaient se faire par de nombreux signes (et non par un seul signe de grande taille). Différents équipes étaient chargées de rassembler des données, de les organiser, de dessiner des symboles, et de choisir leur taille définitives et leur emplacement puis finaliser les dessins en vue de leur impression et de leur exposition.

Image/Langage : les outils du graphiste[modifier | modifier le code]

Au cours de l'histoire, la représentation visuelle (et donc, le graphisme) est indissociable de la formation du langage et de l'apparition de l'écriture, de l'invention des systèmes de mesure, de la constitution des religions, des identités collectives. Le graphisme est indissociable de la constitution de la communauté humaine et de leur système symbolique, lié à l'évolution des techniques, et des modes de représentation. Les arts graphiques permettent de signifier les mesures (arpentage, monnaie...), la foi, (objet de culte, rituels funéraires), les commandements du pouvoir et la transmission des savoirs (fresques, emblème, écriture...).

On peut dire que le graphisme est toujours en rapport avec le langage, d'abord parce qu'il consiste souvent à agencer des images et du texte, ensuite par ce qu'il doit toujours dire quelque chose; pour ce faire, il utilise d'ailleurs des techniques qui sont celles de la rhétorique: la connotation, la métaphore, la métonymie... en jouant des juxtapositions d'images (association d'idées), du cadrage, des ambiances, de l'expressivité des couleurs et des conventions de lecture (de décryptage).

La typographie[modifier | modifier le code]

Elle est au cœur du graphisme. L'agencement des caractères et leur dessins sont rapidement devenus des paramètres essentiels pour optimiser le temps de réalisation d'un document, la surface disponible et la lisibilité. Mettre en page, ou formuler un discours : une grande part du travail du graphiste consiste à mettre en page (ordonner) du texte. D'où l'existence de nombreuses règles de composition qui tiennent compte autant de l'orthographe que de la syntaxe ou de la lisibilité. Ses règles régissent les accents, la ponctuation, la césure des mots, les espaces entre les signes, les mots et les lignes, et la séparation des textes en paragraphes. Souvent issus des contraintes techniques de l'imprimerie, ces règles sont devenues des conventions culturelles qui évoluent et dont le graphiste doit tenir compte.

Tout texte a une structure : titre, sous titre, note, différents statuts d'énoncés qui sont parfois composés de caractères différents et de taille variable. Le caractère a aussi une image qui peut exprimer un ton particulier par sa forme, sa densité, d'où l'existence de nombreuses famille de caractères, dont celles dites « fantaisie », généralement réservée au titrage, aux affiches, aux enseignes. La démocratisation de la typographie : pendant près de 500 ans, la création de caractères a été l'affaire d'un nombre restreint de spécialistes, et entrainé une mise en œuvre complexe (dessin à la main en leur demandent une certaine virtuosité, puis gravure manuelle précise). Quant aux règles de composition typographique, elles nécessitaient un apprentissage laborieux et une longue pratique. Ce n'est qu'avec l'avènement de la PAO (au début des années 1980) que l'accès à la création de caractères et à leur manipulation fut — relativement — plus aisé.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

  • Caractère : signe typographique (ponctuation, ornement, chiffre, lettre)
  • Fonte : la fonte définit un caractère dans un style donné
  • Police : l'ensemble des fontes d'un même caractère
  • Corps : mesure exprimée en points et associée à la hauteur de la lettre.
  • Graisse : l'épaisseur des lignes d'un caractère
  • PAO : Publication assistée par ordinateur
  • Dénotation et connotation : Dénotation et connotation

La diffusion et la reproduction de son travail[modifier | modifier le code]

Qu'il s'agisse des techniques d'impression ou de la transformation des supports, la transmission des informations et l'évolution du graphisme sont étroitement liés au progrès technique.

Les techniques de reproduction[modifier | modifier le code]

La généralisation de la lecture et de l'écriture et la propagation des images ont progressé au fur et à mesure que l'on est passé de la reproduction manuelle (copies et enluminure) aux techniques de reproductions mécaniques (gravure, tampon, typographie, caractère mobile, lithographie, offset et sérigraphie...) Les caractéristiques des métiers du graphisme sont aujourd'hui: l'évolution rapide des technologies de la communication, l'intégration du multimédia (texte, image, son, mouvement, interactivité...) et la forte pression incessante d'images. Les limites mêmes de l'imprimerie sont repoussées avec le numérique, qui permet une plus grande souplesse d'utilisation: délais plus courts, petits tirages et réimpression, éventuellement modifié d'un document déjà édité, un prix accessible.

Évolution des principaux procédés d'impression[modifier | modifier le code]

  • IIe siècle : les Chinois inventent le papier à base de fibres de lin, de chanvre, ou du mûrier.
  • du IVe au Xe siècle : Les Chinois sont les premiers à utiliser la xylographie, technique de la gravure sur bois
  • XVe siècle : invention de la typographie par Gutenberg, invention des caractères mobiles fondus en plomb, donc réutilisables ; c'est à partir de cette époque que va naître une véritable industrie du livre.
  • XIXe siècle: mécanisation de la composition des caractères mobiles
  • 1876-1904: Invention de l'offset, basé sur le principe de la lithographie. La copie d'un sujet est exécutée sur un support photosensible, une fois développée, la plaque est calée sur la presse, elle s'imprime sur un élément de transfert, le blanchet, qui décalque a son tour l'image sur la feuille de papier.
  • 1949-1970: invention de la photocomposition.
  • XIXe siècle : invention de la sérigraphie : une toile de soie très fine est tendue sur un cadre qui laisse passer l'encre. Une fois l'écran prêt on applique celui-ci sur la surface à imprimer, et avec une raclette en caoutchouc on force l'encre préalablement appliquée à l'intérieur du cadre à passer à travers les mailles de la toile qui sont préalablement débouchés.
  • 1938-2004: De la photocopie à l'impression numérique. Le principe de la chaîne numérique est de passer directement de l'ordinateur à l'impression, se débarrassant de toutes les étapes intermédiaires.

Formation[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Le graphiste peut avoir une formation par le biais d'un BTS Design graphique (Ancien BTS Communication visuelle) ou encore grâce à un Bac Pro Artisanat et Métiers d'Art option Communication visuelle (anciennement Communication graphique).

Il existe aussi de nombreuses Écoles d'Art qui délivrent le DNAP (diplôme national en arts plastiques) spécialité graphisme ainsi que le DNSEP (diplôme national supérieur en études plastiques) spécialité graphisme. Ces diplômes se préparent respectivement en 3 et 5 ans. Il existe de nombreuses écoles qu'elles soient publiques (exemple: École Estienne, Lycée Renoir) ou privées (exemple  : Esam Design, Cifacom) Ou encore des écoles de formations à distance délivrant des certificats avec les mêmes durées de préparations.

En Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, la formation de graphiste s'acquiert par l'intermédiaire d'une formation professionnelle initiale (un Certificat Fédéral de Capacité) de 4 ans, soit dans une école d'arts appliqués soit en dual (école et entreprise). Ou, avec l'obtention d'une maturité Fédérale, dans une Haute Ecole d'art (HES) qui donne accès à un Bachelor.l

Notes et références[modifier | modifier le code]

1 ↑ DDDAAA, colloque sur le design graphique [archive]
2↑ La définition francophone de l'Icograda fait référence au "design graphique"

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]