Éducation musicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’éducation musicale est une discipline qui s'occupe, d'une part, de l'enseignement et de l'apprentissage de la musique (académique, populaire et du monde) et, d'autre part, de l'éducation aux aspects sociaux et culturels du code sonore et des bruits dans notre monde actuel.

Histoire de l'éducation musicale[modifier | modifier le code]

L'éducation musicale[modifier | modifier le code]

La musique a été toujours liée à des fonctions de grande importance dans les cérémonies sociales, culturelles et religieuses dans les civilisations les plus anciennes. Par conséquent, l'enseignement de la musique était contrôlé par les autorités soit publique, soit religieuse. Pour la civilisation grecque, la musique pouvait exciter chez les personnes différentes passions. Le chant choral était considéré pour l'éducation tant du guerrier que de l'homme cultivé: la musique devait lui développer le goût et lui préparer pour les études des mathématiques, de la philosophie et des sciences de la nature. Pour les Romains, la musique était un aspect secondaire de l'éducation. C'est au Moyen Âge que l'enseignement de la musique était considéré sous deux aspects: d'une part en tant que théorie liée au «quadrivium» et, d'autre part, en tant quars»' (science ou pratique artisanale). Le chant était enseigné par des moyens mnémotechniques. Gui d'Arezzo facilita la lecture musicale et par conséquent, il rationalisa l'apprentissage du chant. C'est à partir de la Renaissance que s'accomplit une scission entre les musiciens «amateurs» et les musiciens « professionnels » : alors que l'éducation de base se négligea de plus en plus, la formation du musicien professionnel se spécialisait de plus en plus (à partir du XVIIe s., des écoles spéciales et des conservatoires assurèrent cette formation). Au début du XXe s., différents pédagogues proposent de mettre l'éducation musicale à la portée des tous: Émile Jaques-Dalcroze et Edgar Willems en Suisse, Maurice Martenot en France, Carl Orff en Allemagne, Zoltán Kodály en Hongrie et Shinichi Suzuki au Japon entre autres.

Aujourd'hui, les problèmes de l'enseignement de la musique se caractérisent par la discussion sur la manière d'enseigner et d'apprendre les musiques (ne pluriel) du monde par la création, par l'interprétation, par la perception et par l'analyse. Les différents programmes scolaires des différents pays vont dans ce sens. Selon J. A. Sloboda (1985), l’exécution (performance) musicale englobe cinq aspects : la musique 1) à vue, mais répétée, 2) à première vue, 3) par cœur, 4) d’oreille et 5) par créativité. La musique peut être (1) créée 2) exécutée, (3) expérimentée, cela veut dire, écoutée, (4) verbalisée, (5) conceptualisée et 6) utilisée à de fins extra artistiques (Madsen, 1987). Sous un angle épistémologique, les formes de connaissance musicale sont 1) l’audition, 2) l’interprétation et 3) la création (Stubley, 1993).

Créativité musicale[modifier | modifier le code]

Interprétation musicale[modifier | modifier le code]

Perception musicale[modifier | modifier le code]

Culture(s) musicale[modifier | modifier le code]

Didactique de l'éducation musicale[modifier | modifier le code]

Education musicale en Belgique francophone[modifier | modifier le code]

(à compléter)

Éducation musicale en France[modifier | modifier le code]

L'éducation musicale est l'une des matières enseignées de façon obligatoire au collège en France, dans les classes de la 6e à la 3e, avec 1 heure par semaine. Cette matière est renforcée jusqu'à 4 heures (2 heures de formation et 2 heures d'activités musicales) dans certaines classes dites CHAM. Il est ensuite possible de prendre l'option musique facultative au lycée pour avoir des points en plus lors du baccalauréat. Il peut également être un enseignement de spécialité du baccalauréat littéraire. Dans ce cas, l'élève doit, en 3e, chercher le lycée du département qui propose cette spécialité et préparer un dossier en vue d'une admission. Les élèves suivent 3h00 de musique par semaine en seconde dans l'optique du bac L spécialité musique. Il est possible d'aller en 1re S ou ES mais cette alternative n'est pas dans l'objectif de l'enseignement de musique en seconde. Les élèves ont ensuite 5h00 en 1re. Tout comme en seconde, le programme est axé sur des thématiques. En Terminale, il s'agit, pendant les 5h00 par semaine, d'analyser et de travailler des œuvres bien précises. Lors de l'examen, l'élève est interrogé sur l'une d'entre elle. Les œuvres restent deux ans au programme. Par exemple pour le bac 2007 et 2008, le Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude DEBUSSY est une des œuvres à connaître. Choisir la musique en spécialité du bac n'engage aucunement à poursuivre des études supérieures dans la musique.

Education musicale en Suisse romande[modifier | modifier le code]

Education musicale au Québec[modifier | modifier le code]

Curricula francophones de l'éducation musicale[modifier | modifier le code]

Recherches francophones en éducation musicale[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Marengo, S. R. (sous la dir). (1983/1992). Encyclopédie de la musique (Trad. dirigée par E. Weber, S. Gut & L. Jambou). Vieux-Québec : Librairie Générale Française

Articles publiés[modifier | modifier le code]