Meinier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Meinier
Blason de Meinier
Héraldique
Mairie de Meinier
Mairie de Meinier
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Genève Genève
Maire Alain Corthay
NPA 1252
N° OFS 6629
Démographie
Gentilé Meynite
Population 2 161 hab. (31 mars 2017)
Densité 310 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 00″ nord, 6° 14′ 00″ est
Altitude 441 m
Min. 430 m
Max. 471 m
Superficie 696 ha = 6,96 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Genève

Voir sur la carte administrative du Canton de Genève
City locator 14.svg
Meinier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Meinier

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Meinier
Liens
Site web www.meinier.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Meinier est une commune suisse du canton de Genève.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Meinier mesure 6,96 km2[2]. 14,8 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 80,3 % à des surfaces agricoles, 3,3 % à des surfaces boisées et 1,6 % à des surfaces improductives.

La commune comprend les localités de Meinier, Carre-d'Amont, Carre-d'Aval, Corsinge, Essert et Compois. Elle est limitrophe de Corsier, Gy, Jussy, Presinge, Choulex et Collonge-Bellerive.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plusieurs seigneuries se partageaient le territoire de Meinier :

  • Château de Rouelbeau ou La Bâtie-Cholay[3] dite aussi La Bâthie-Chollex ou Cholex, Bâtie-Compey, Bâtie-Rouelbeau ou Roillebot, Bâtie-Souveru, Soubeyron, Sonneyro[4]. En 1643, lors de la vente de la maison forte de La Bâthie, elle est décrite comme : « Une maison haute fossaillée autrefois »[5]. Une autre description nous décrit la réserve (domaine retenu du seigneur) de cette maison forte : « Item une maison haute avec le pressoir, la grange, le colombier une basse court, un puits un curtil (jardin), ensemble de 9 poses de vignes et poses de terres cultivées seytines de pré le tout joint au dit Chollex »[6],[7]. Il est le siège d'une châtellenie — ou mandement — du Faucigny delphinal (La Bâtie-Cholay ou Roillebot), au XIVe siècle[8].
  • Compeis ou Compois. Girard de Compeis, seigneur de Thollon, lègue ses biens à ses deux filles Perussonne et Jacquette. La première, morte avant 1340, avait refusé de prêter hommage au Comte de Genève, ce qui valut à ses biens d'être saisis. Une partie de ses biens passa à sa sœur Jacquette qui les vendit à Guillaume de Chatillon, seigneur de Larringes entre 1341 et 1342[9].
  • Le Crêt

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Meinier compte 2 161 habitants fin 2017[1]. Sa densité de population atteint 310,5 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Meinier entre 1850 et 2008[10] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente du canton de Genève, selon l'origine et le sexe, par commune, en mars 2017 », sur Site officiel de l’État de Genève.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Louis Blondel, Châteaux de l'ancien diocèse de Genève, vol. 7, Société d'histoire et d'archéologie de Genève (réimpr. 1978) (1re éd. 1956), 486 p., p. 313.
  4. Martine Piguet, « Carre, Le » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  5. Élisabeth Sirot 2007, p. 79.
  6. Élisabeth Sirot 2007, p. 83.
  7. Archives départementales de Côte-d'Or, 10745.
  8. Matthieu de la Corbière, L'invention et la défense des frontières dans le diocèse de Genève : Étude des principautés et de l'habitat fortifié (XIIe - XIVe siècle), Annecy, Académie salésienne, , 646 p. (ISBN 978-2-90110-218-2), p. 195.
  9. de Foras 1863, p. 136.
  10. [zip] « Évolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe siècle au début du XVIe siècle, Editions Picard, (ISBN 9782708407701).
  • Comte [Foras] Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, vol. 5, Grenoble, Allier Frères, 1863-1966

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :