Hache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hache moderne.

Une hache est un outil formé d'une lame (ou fer) actuellement de métal (d'acier le plus souvent) et initialement en pierre taillée, attachée à un manche de bois. Elle est le plus souvent utilisée pour couper du bois, mais elle fut également employée comme arme. Les pompiers l'utilisent pour ouvrir des portes.

Origine[modifier | modifier le code]

Hachereau - Afrique du Sud MHNT

Les plus anciennes traces de haches ont été trouvées en Afrique et leur âge est évalué à 1,6 million d'années. Le terme qui désigne cet outil dans la Préhistoire est hachereau[1].

Des découvertes en Espagne ont repoussé l'âge des premières haches européennes en les datant du Pléistocène supérieur entre 760 000 et 900 000 ans[2].

Le nom proto-indo-européen pour dire « hache » pouvait être *peleku-, donnant le grec ancien πέλεκυς / pélekus et le sanskrit परशु / paraśu. Le terme français « hache » est issu du vieux bas francique *hap(p)ja (francique happia)[3],[4].

Les premières haches étaient formées d'une pierre taillée insérée entre deux planches de bois serrées l'une contre l'autre avec une corde, qui servait également à faire tenir la lame en place.

Le Néolithique[modifier | modifier le code]

Hache en silex - Néolithique - Muséum de Toulouse.

Au Néolithique, se généralise le polissage de la pierre de la hache, avec les travaux de défrichage liés à l'agriculture. Cette technique permet en effet d'obtenir des haches aux tranchants réguliers et très résistants, qui peuvent trancher les fibres du bois sans s'esquiller.

Le polissage n’est que la dernière étape de la fabrication de la lame de hache et intervient après un façonnage généralement bifacial.

Les outils de pierre polie sont réalisés à partir de roches dures (silex) ou de roches vertes tenaces, éruptives (basaltesdolérites…) ou métamorphiques (amphiboliteséclogitesjadéites…). Les roches tenaces sont parfois travaillées par sciage ou bouchardage avant d’être polies. Le polissage s’effectue par frottement sur un polissoir dormant ou mobile (grèsgranite, silex…).

L'archéologie expérimentale a permis de montrer que le rendement du polissage à la main sur certaines roches très dures était de l'ordre de 5 à 20 g par heure, soit jusqu'à une centaine d'heures de travail pour certaines grandes haches. Dans ces conditions, il peut paraître surprenant que le polissage s'étende à toute la surface de l'outil et pas seulement la zone active. Le soin apporté à la confection des outils polis n'a donc pas seulement des motivations techniques mais également esthétiques et sociales. Ce dernier point est appuyé par des études réalisées en contexte ethnographique.

L'âge de bronze[modifier | modifier le code]

Haches de l'âge du bronze - Musée de Soulac-sur-Mer.
Le dépôt de haches à douille de Langonnet (Musée d'histoire et d'archéologie de Vannes)
Hache de combat du début de l'âge de bronze

Un nouveau type de hache, la hache à douille apparaît à l'âge du bronze final et connaît une énorme diffusion en Armorique et en Normandie ; les haches à douille sont appelées pour cette raison, haches à douille de type armoricain[5]. Elles n'ont visiblement jamais servi d'outils et la plupart des archéologues voient en elles une sorte de monnaie[6].

Les plus récentes haches sont formées d'une lame percée d'un trou où l'on fait passer le manche.

Arme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hache de guerre.
Répliques de haches de combat

La hache est aussi utilisée comme une arme de combat rapproché. Plus difficile à manier qu'une épée en raison du poids et du manque d'équilibre (une épée étant équilibrée par son pommeau), la hache permet cependant des frappes plus puissantes ainsi que des techniques visant à désarmer l'adversaire ou à briser sa garde.

Les petites haches de jet franques, les francisques, n'étaient pas, contrairement à l'image d'Épinal, des haches à double tranchant. Les haches pouvaient également être lancées mais elles étaient dans ce cas plus petites et plus légères.

Le poids d'une hache se situe entre 700 grammes et 1,3 kilogrammes[réf. nécessaire].

Dans les fortifications, la hache commune était un outil de base pour l'attaque et la défense des places fortes. La hache était peu couteuse et facile à fabriquer, à cela s'ajoute qu'elle pouvait être utilisée comme outil sur le campement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) P. Pétrequin & A.M. Pétrequin, Écologie d'un outil: la hache de pierre en Irian Jaya (Indonésie), Paris, Éditions CNRS, Mongr. du Centre Rech. Arch. 12, 1993.
  • (fr) P. Pétrequin, La hache de pierre : carrières vosgiennes et échanges de lames polies pendant le Néolithique (5400 - 2100 av. J.-C.), exposition du musée d'Auxerre (Musée d'Art et d'Histoire), Paris, Éditions Errance, 1995.
  • (en) W. Borkowski, Krzemionki mining complex, Warszawa, 1995.
  • (en) R. Bradley & M. Edmonds, Interpreting the axe trade: production and exchange in Neolithic Britain, 1993.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leakey, M.D. (1971) - Olduvai Gorge - vol. 3 : Excavations in Beds I and II, 1960-1963, Cambridge, Cambridge University Press, 306 p.
  2. « La hache : une constante humaine », in Lyon Plus, 3 septembre 2009, p. 15
  3. Albert Dauzat, Henri Mitterand, Jean Dubois, Nouveau dictionnaire étymologique Larousse, éditions Larousse 1980, p. 362b.
  4. Site du CNRTL : étymologie de hache [1]
  5. José Gomez de Soto, "Les haches à douille armoricaines revisitées. Apports des travaux et des études de la Seconde moitié du XXe siècle en Bretagne", Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 2013, consultable http://abpo.revues.org/2711 et José Gomez de Soto, "Pour en finir avec le Bronze final ? Les haches à douille de type armoricain en France", consultable http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/39/52/71/PDF/St-Romain._H._a_d._texte.pdf
  6. http://bourny.laval.53.free.fr/hache.html