Le Journal de Rouen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Journal de Rouen
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Généraliste
Fondateur Étienne-Vincent Machuel, Jean-Baptiste de Milcent
Date de fondation 1785
Date du dernier numéro 1944
Ville d’édition Rouen

OCLC 472429763

Le Journal de Rouen était un journal quotidien régional de la presse écrite française, dont le siège se trouvait à Rouen (Seine-Maritime).

Historique[modifier | modifier le code]

Médaille du Journal de Rouen, bronze argenté, 50mm par L.O. Mattei
Revers de la Médaille du Journal de Rouen portant l'inscription "Journal de Normandie"

Créé sous un autre nom Annonces, affiches et avis de la Haute et Basse Normandie en 1762 par l'imprimeur-libraire Étienne-Vincent Machuel, il est le plus ancien journal de presse française régionale[1]. En 1785, l’homme de lettres parisien et ami de Diderot, Jean-Baptiste de Milcent, reprend l'entreprise sous le nom le Journal de Normandie[2]. Le bihebdomadaire se transforme en quotidien cinq ans plus tard. Il devient le Journal de Rouen en 1790[3]. Il a son siège social de 1829 à 1925 7, rue Saint-Lô, dans la même rue où s'était installé dès 1485 au no 13, Guillaume Le Talleur, premier imprimeur-éditeur de Rouen. Il déménage vers 1925 6, rue de l'Hôpital, dans un immeuble Art déco des architectes Paul Rabel et Étienne Villette, achevé en 1933. À la Libération, le Journal de Rouen devient Normandie. À la suite du départ le de Charles Vilain, le quotidien sous la direction de Pierre-René Wolf prend le nom de Paris Normandie le .

Une version numérisée du journal est consultable aux archives départementales de la Seine-Maritime.

Débats sur l'esclavage et la traite négrière[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, la presse devient un nouvel espace d'expression de l'opinion. Elle se fait ainsi l'écho des sujet débattus par les élites locales, comme c'est le cas pour la condition des noirs, alors qu'à cette époque la France est une puissance coloniale et esclavagiste, et que les ports normands sont fortement impliqués dans ce système économique et dans la traite négrière[4].

Le Journal de Rouen illustre alors bien une évolution des mentalités des Rouennais. D'abord relais important des stéréotypes physiques et des thèses sur la hiérarchie des races, le journal fera une part de plus en plus importante aux idées antiesclavagistes.

Le , dans la rubrique « Morale politique » du Journal de Rouen, la publication d’une brochure esclavagiste de 126 pages écrite par Duval-Sanadon[5], colon de Saint-Domingue, futur secrétaire du club Massiac et proche de l'armateur négrier havrais Stanislas Foäche, suscite la colère de Jean-Baptiste Milcent. Dans un texte qui s’appuie sur les écrits de Bernardin de Saint-Pierre, le directeur du Journal de Rouen dénonce alors le Code Noir[6].

L'année suivante, Milcent confirme les progrès de ce discours critique. Il publie en effet un extrait des Lettres d’un cultivateur américain, dans lequel les noirs sont présentés « comme une race d’hommes entièrement régénérée depuis longtemps, non moins par leur séjour dans cette isle que par l’éducation qu’ils reçoivent de leurs maîtres »[6].

Directeurs[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Milcent 1785-1791
  • Noël de la Morinière 1792-
  • S.B.J Noël -1799
  • Pierre Duval 1799-
  • Désiles Brière 1828-1878
  • Léon Brière (son fils) 1872-1900 [7]
  • Joseph Lafond 1900-1921
  • André Lafond (son fils) 1921-1932[8]
  • Jean Lafond (son frère) 1932-
  • (Pierre-René Wolf) 1945-1972

Collaborateurs connus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cécile-Anne Sibout, Les hommes de presse de l'agglomération rouennaise, collection histoire(s) d'agglo, Agglomération de Rouen, 2002 (ISBN 2-913914-48-9)
  • Cécile-Anne Sibout, Paris-Normandie, la saga du quotidien normand (1944-2005), éd. PTC, Rouen, 2005 (ISBN 2-350-38005-X)
  • Yvon Pailhès, Rouen : du passé toujours présent… au passé perdu : les églises, les monuments, rues et places, Luneray, Bertout, , 230 p. (ISBN 2-86743-539-0), p. 54-55

Références[modifier | modifier le code]

  1. Patrimoine numérique: Journal de Rouen
  2. Dictionnaire des journaux: Affiches de Normandie
  3. Dictionnaire des journaux: Journal de Normandie
  4. Éric Saunier, Histoire et Mémoires de la traite négrière, de l’esclavage, et de leurs abolitions en Normandie, Rouen, CREA (lire en ligne)
  5. Duval-Sanadon, colon de Saint-Domingue, Discours sur l'esclavage des nègres et sur l'idée de leur affranchissement dans les colonies, (lire en ligne)
  6. a et b Éric Saunier, La traite des noirs et l'esclavage, du siècle des Lumières au temps de l'abolition, Rouen, La CREA, (lire en ligne)
  7. Léon Brière a sa sépulture au cimetière monumental de Rouen, carré E3.
  8. René-Gustave Nobécourt, « M. André Lafond », Le Journal de Rouen,‎ , p. 1

Liens externes[modifier | modifier le code]