Villardebelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villardebelle
Vue générale de Villardebelle
Vue générale de Villardebelle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton Limoux
Intercommunalité Communauté de communes du Limouxin
Maire
Mandat
Marguerite Falcou
2014-2020
Code postal 11580
Code commune 11412
Démographie
Gentilé Villardebellois
Population
municipale
52 hab. (2014)
Densité 4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 01′ 19″ nord, 2° 23′ 36″ est
Altitude Min. 414 m – Max. 857 m
Superficie 13,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villardebelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villardebelle

Villardebelle (en catalan et occitan Vilardebèla, du Roman Villaris de Bella[1]) est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Villardebellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans les hautes Corbières non loin du Lauquet. Elle s'élève en amphithéâtre dans un riant vallon, entouré de hautes montagnes boisées, sur la route de Limoux à Mouthoumet. Une source abondante naît sur la commune. Elle comprend aussi d’importantes carrières de marbre et de pierres.

Le paysage est souligné par le travail de l’homme pour l’élevage ovin et bovin, et la production de fourrages.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Blason de Villardebelle Blasonnement de la commune : De gueules au pal bretessé d'or.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le premier document faisant mention de Villaris de Bella est une bulle de Calixte II de 1120 confirmant des possessions du monastère de Saint-Hilaire.[1]

À la Révolution, Villardebelle était chef-lieu de canton de l'arrondissement de Limoux. Le 8 Pluviôse An X, le Canton de Villardebelle est supprimé. La Commune de Villardebelle est rattachée au Canton de Couiza.

Par décret du 5 juillet 1846, la Commune de Villardebelle est ensuite rattachée au Canton de Saint-Hilaire.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Marguerite Falcou[2] PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 52 habitants, en diminution de -25,71 % par rapport à 2009 (Aude : 3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340 410 393 403 426 422 430 384 386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
60 358 354 310 316 330 325 291 252
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
220 215 189 151 155 146 139 159 155
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
136 101 84 64 61 74 70 54 52
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de la Nativité[modifier | modifier le code]

Elle remonte à l'époque romane, au XIIe siècle. Elle fut remaniée aux XIIIe siècle et XIVe siècles. Primitivement placée sous l'invocation de Saint Blaise et de Saint Roch, elle est actuellement sous celle de l'Assomption de Marie.

Elle comprend deux chapelles latérales. Des tombeaux se trouvent dans la nef, en avant de l'appui de communion, du côté de l'Évangile. Une pierre de forme carré est fixée dans le sol vers le milieu de la nef. Cette pierre indique la place où, en 1873, mourut subitement M. le curé Bonnail, qui avait été nommé en 1820.

Une pierre tombale reste sans inscription, à l'entrée de l'église : c'est la sépulture de l'abbé Hilaire décédé en 1795. L'ancien cimetière se trouvait autrefois en avant de l'église, sous le clocher.

Le platane républicain[modifier | modifier le code]

Ce beau platane fut planté en 1792 sur la place du village.

Un dimanche de septembre 1792 les habitants de Villardebelle, assemblés sur la place publique, virent venir à eux leur curé constitutionnel, M. Marcou, coiffé d'un bonnet phrygien, porteur du drapeau tricolore et d'un jeune arbuste. Arrivé au milieu d'eux, le curé Marcou leur annonça que la Première République française venait d'être proclamée, et les invita à planter un arbre pour commémorer cet évènement. L'arbuste fut aussitôt planté.

Ce platane étend aujourd'hui ses rameaux sur toute la place.

Mairie[modifier | modifier le code]

La mairie étant aussi l'école communale, est un bâtiment de la place publique construit en 1884.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alphonse Mahul, Cartulaire et archives des communes de l'ancien diocèse et de l'arrondissement administratif de Carcassonne, Paris, Didron, , 671 p. (lire en ligne)
  2. Site officiel de la préfecture de l‘Aude - liste des maires (doc pdf)
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Articles connexes[modifier | modifier le code]