Sals

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
la Sals
La Sals à l'entrée de Rennes-les-Bains
La Sals à l'entrée de Rennes-les-Bains
Situation du canton de Couiza dans le département Aude
Situation du canton de Couiza dans le département Aude
Caractéristiques
Longueur 19,9 km [1]
Bassin 145 km2 [1]
Bassin collecteur Aude
Débit moyen 1,09 m3/s (Cassaignes) [2]
Nombre de Strahler 5
Régime nivo-pluvial méridional
Cours
Source à la Fontaine Salée
· Localisation Sougraigne
· Altitude 710 m
· Coordonnées 42° 53′ 40″ N 2° 24′ 03″ E / 42.8945, 2.4007 (Source - la Sals)
Confluence l'Aude
· Localisation Couiza
· Altitude 220 m
· Coordonnées 42° 56′ 41″ N 2° 15′ 09″ E / 42.9447, 2.2524 (Confluence - la Sals)
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Blanque
· Rive droite Rialsesse
Pays traversés Drapeau de la France France
Département Aude
Arrondissement Limoux
Cantons Couiza
Régions traversées Languedoc-Roussillon
Principales localités Couiza

Sources : SANDRE:Y1130500, Géoportail, Banque Hydro

La Sals est une rivière française qui coule dans le département de l'Aude. C'est un affluent de l'Aude en rive droite.

Géographie[modifier | modifier le code]

Château des ducs de Joyeuse à Couiza.

La Sals prend sa source à la Fontaine Salée, à 710 m d'altitude, sur le territoire de Sougraigne, à moins de deux kilomètres au sud-ouest du col de la Fage[3].

Le cours d'eau naît au sein d'une zone de bois et de forêts, la forêt domaniale de l'eau salée[3]. Il s'oriente vers l'ouest puis le nord-ouest, direction qu'il maintient plus ou moins la plus grande partie de son parcours.

Il rejoint l'Aude à Couiza, au sud-ouest du château des ducs de Joyeuse, à 220 m d'altitude[3], à une douzaine de kilomètres au sud-ouest (en aval) de la ville de Quillan.

La longueur de son cours d'eau est de 19,9 km[1].

Communes et canton traversés[modifier | modifier le code]

Dans le seul département de l'Aude, la Sals traverse successivement les cinq communes de Sougraigne (source), Rennes-les-Bains, Cassaignes, Coustaussa et Couiza (confluence)[1].

Ce qui fait, en termes de canton, que la Sals prend sa source et conflue dans le même canton de Couiza, dans l'arrondissement de Limoux.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

La Sals traverse une seule zone hydrographique 'La Sals' (Y113) de 145 km2[1]. Ce bassin versant est constitué à 79,64 % de « forêts et milieux semi-naturels », à 19,60 % de « territoires agricoles », à 0,30 % de « territoires artificialisés »[1].

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

Affluents[modifier | modifier le code]

La Sals a huit affluents contributeurs référencés[1] :

  • le ruisseau du Mourillou, (rd), avec un affluent :
    • le ruisseau du Caoussé, (rd),
  • le ruisseau de Falgaïrousse, (rd), 1 km sur la seule commune de Sougraigne.
  • le ruisseau de la Coumo, (rd),
  • le ruisseau de la Forêt, (rd),
  • la Blanque, (rg), 14,7 km sur cinq communes, avec sept affluents et de rang de Strahler quatre.
  • le ruisseau de la Dous, (rd),
  • le ruisseau du Coudal, (rd),
  • la Rialsesse (rd), 14,2 km sur sept communes avec treize affluents et de rang de Strahler quatre.

Donc la Sals est de rang de Strahler cinq (5).

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La Sals est une rivière peu régulière.

La Sals à Cassaignes[modifier | modifier le code]

Son débit a été observé durant une période de 27 ans (1982-2008), à Cassaignes, localité située peu avant son confluent avec l'Aude[2]. La surface prise en compte est de 144 km2, soit la presque totalité du bassin versant du cours d'eau.

Le module de la rivière à Cassaignes est de 1,09 m3/s.

La Sals présente des fluctuations saisonnières de débit très marquées, comme bien des cours d'eau de la région. Les hautes eaux se déroulent en hiver et au printemps, et se caractérisent par des débits mensuels moyens allant de 1,54 à 2,21 m3/s, de janvier à mai inclus (avec un maximum très net en février). Au mois de juin, le débit diminue fortement, ce qui mène rapidement aux basses eaux d'été qui ont lieu de juillet à octobre, entraînant une baisse du débit mensuel moyen jusqu'au plancher de 0,279 m3/s au mois d'août, ce qui reste très consistant. Mais ces moyennes mensuelles cachent des fluctuations plus prononcées sur de plus courtes périodes ou selon les années.

Débit moyen mensuel (en m3/s)
Station hydrologique : Y1135010 - La Sals à Cassaignes pour un bassin versant de 144 km2[2]
(Données calculées sur 27 ans)

Source : Banque Hydro - MEDDE

Étiage ou basses eaux[modifier | modifier le code]

Aux étiages, le VCN3 peut chuter jusque 0,060 m3/s en cas de période quinquennale sèche, c'est-à-dire soixante litres par seconde, ce qui n'est guère sévère. Alimenté par des sources, le cours d'eau ne tombe ainsi jamais à sec.

Crues[modifier | modifier le code]

Les crues, quant à elles, peuvent être très importantes, surtout compte tenu de l'exigüité relative du bassin versant de la rivière. Les QIX 2 et QIX 5 valent respectivement 93 et 160 m3/s. Le QIX 10 est de 200 m3/s, le QIX 20 de 240 m3/s, tandis que le QIX 50 se monte à 300 m3/s. Pour se faire une idée de l'importance de ces débits de crue, il faut savoir qu'ils correspondent à près de la moitié de ceux de la Marne en fin de parcours, alors que cette dernière a un bassin versant près de 90 fois plus étendu.

Le débit instantané maximal enregistré à Cassaignes a été de 1 010 m3/s le 26 septembre 1992. Si l'on compare ce chiffre à l'échelle des QIX de la rivière, l'on constate que cette crue était largement supérieure à la crue cinquantennale définie par le QIX 50, et donc tout à fait exceptionnelle.

Lame d'eau et débit spécifique[modifier | modifier le code]

La Sals est cependant une rivière relativement peu abondante. La lame d'eau écoulée dans son bassin versant est de 240 millimètres annuellement, ce qui est nettement inférieur à la moyenne d'ensemble de la France tous bassins confondus (plus ou moins 320 millimètres/an). C'est aussi inférieur à la moyenne du bassin de l'Aude (289 millimètres/an). Le débit spécifique (ou Qsp) atteint le chiffre de 7,6 litres par seconde et par kilomètre carré de bassin.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Monteils, La Rivière aux bois dormant, évocation de la haute vallée de la Sals et de l'ancien comté du Razès, Éditions Salicorne, Rennes-les-Bains, 2005.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Sandre, « Fiche cours d'eau - La Sals (Y1130500) » (consulté le 18 août 2015)
  2. a, b et c Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - La Sals à Cassaignes (Y1135010) » (consulté le 18 août 2015)
  3. a, b et c Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 18 août 2015)