Aller au contenu

Caunes-Minervois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Caunes-Minervois
Caunes-Minervois
Blason de Caunes-Minervois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Carcassonne
Intercommunalité CA Carcassonne Agglo
Maire
Mandat
Ludovic Barleau
2023-2026
Code postal 11160
Code commune 11081
Démographie
Gentilé Caunois, Caunoises
Population
municipale
1 581 hab. (2021 en diminution de 4,53 % par rapport à 2015)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 39″ nord, 2° 31′ 44″ est
Altitude 176 m
Min. 144 m
Max. 861 m
Superficie 27,84 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Carcassonne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Haut-Minervois
Législatives 1re circonscription de l'Aude
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Caunes-Minervois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Caunes-Minervois
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
Caunes-Minervois
Géolocalisation sur la carte : Occitanie (région administrative)
Voir sur la carte administrative d'Occitanie (région administrative)
Caunes-Minervois
Liens
Site web https://www.caunesminervois.fr/

Caunes-Minervois Écouter est une commune française, située dans le département de l'Aude en région Occitanie.

La commune est appréciée des touristes qui visitent le site abbatial (site du Pays cathare) et les carrières de marbre rouge.

La commune possède un patrimoine architectural et un patrimoine naturel remarquables avec dix lieux référencés monuments historiques, un site Natura 2000 et cinq zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Localisation

[modifier | modifier le code]

Située au nord-est de Carcassonne, la commune est limitrophe du département de l'Hérault.

Sur le plan historique et culturel, la commune fait partie du Minervois, un pays de basses collines qui s'étend du Cabardès, à l'ouest, au Biterrois à l'est, et de la Montagne Noire, au nord, jusqu'au fleuve Aude au sud.

Elle fait partie de l'aire d'attraction de Carcassonne et du bassin de vie de cette ville, ainsi que de la zone d'emploi de Carcassonne-Limoux[I 1]

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Cabrespine, Citou, Laure-Minervois, Peyriac-Minervois, Trausse, Villeneuve-Minervois et Félines-Minervois.

Géologie et relief

[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 27,84 km2 ; son altitude varie de 144 à 861 mètres[1].

Au pied de la montagne Noire, surplombant légèrement la plaine du Minervois Caunes-Minervois est traversé par l'Argent-Double, petit affluent de l'Aude. La commune est connue pour la qualité de son marbre, utilisé dans de nombreux monuments comme le Château de Versailles. La commune se situe sur des lignes de failles au contact du sud du massif hercynien du bas du massif Central (la Montagne Noire) et de la plaine alluvionnaire de l'Aude. Le territoire communal est ainsi en pente douce vers le sud avec des terrains bien égouttés qui favorisent la culture de la vigne principale source de revenus de plusieurs générations depuis le XIXe siècle.

Hydrographie

[modifier | modifier le code]
Carte hydrographique de la commune.

La commune est dans la région hydrographique « Côtiers méditerranéens »[2], au sein du bassin hydrographique Rhône-Méditerranée-Corse[3].

Elle est drainée par l'Argent-Double, le ruisseau de Naval, le ruisseau de Castanviels, le ruisseau de Christophe, le ruisseau des Lavandières, le ruisseau d'Ourdivieille, le ruisseau du Cros, le ruisseau de la Boriette, le ruisseau de la Cabrerisse, le ruisseau de la Combe du Roudet, le ruisseau de la Source de Sanfé, le ruisseau de Pinabaud, le ruisseau de Salause et le ruisseau de Villegause, qui constituent un réseau hydrographique de 45 km de longueur totale[4],[Carte 1].

L'Argent-Double, d'une longueur totale de 37,4 km, prend sa source dans la commune de Lespinassière et s'écoule vers le sud. Il traverse la commune et se jette dans l'Aude à La Redorte, après avoir traversé 8 communes[5].

Le ruisseau de Naval, d'une longueur totale de 18,8 km, prend sa source dans la commune et s'écoule vers le sud-est. Il traverse la commune et se jette dans l'Aude à La Redorte, après avoir traversé 6 communes[6].

En 2010, le climat de la commune est de type climat méditerranéen franc, selon une étude s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[7]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique altéré et le climat méditerranéen et est dans la région climatique Provence, Languedoc-Roussillon, caractérisée par une pluviométrie faible en été, un très bon ensoleillement (2 600 h/an), un été chaud (21,5 °C), un air très sec en été, sec en toutes saisons, des vents forts (fréquence de 40 à 50 % de vents > 5 m/s) et peu de brouillards[8].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 13,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 848 mm, avec 9,1 jours de précipitations en janvier et 4,1 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 13,9 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 768,1 mm[9],[10]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Statistiques 1991-2020 et records CAUNES-MINERVOIS (11) - alt. : 371 m, lat : 43°20'03"N, lon : 2°28'51"E
Records établis sur la période du 01-02-1989 au 02-11-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,5 3,6 5,9 7,9 11,3 14,8 17,1 17,3 14,4 11,4 7 4,4 9,9
Température moyenne (°C) 6,4 6,9 9,8 12,1 15,7 19,7 22,4 22,6 18,9 14,9 10 7,3 13,9
Température maximale moyenne (°C) 9,4 10,3 13,6 16,3 20,1 24,6 27,6 27,8 23,4 18,3 12,9 10,2 17,9
Record de froid (°C)
date du record
−7,1
19.01.17
−9,8
12.02.12
−7,7
01.03.05
−0,7
04.04.22
0,1
04.05.10
7,4
20.06.1992
9,2
19.07.1997
9,8
31.08.1990
5,5
29.09.07
0,3
25.10.03
−4
22.11.1998
−9,2
22.12.01
−9,8
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
19,4
05.01.18
25
27.02.19
26,7
21.03.1990
30
09.04.11
33,1
30.05.01
38,9
17.06.22
39,3
16.07.22
41,9
23.08.23
34,6
04.09.16
31,3
06.10.23
23,6
06.11.15
21,3
16.12.15
41,9
2023
Précipitations (mm) 78,3 61 66,3 85,2 68,1 43,2 25,1 41,6 56,5 83,9 87 71,9 768,1
Source : « Fiche 11081003 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/11/2023 dans l'état de la base


Voies de communications et transports

[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et biodiversité

[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000

[modifier | modifier le code]
Site Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 1]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : « les causses du Minervois »[13], d'une superficie de 21 805 ha, importants pour la conservation des gîtes et zones de chasse des chauves-souris cavernicoles que sont le Rhinolophe euryale, le Minioptère de Schreibers et le Murin de Capaccini[14].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique

[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Trois ZNIEFF de type 1[Note 2] sont recensées sur la commune[15] :

  • la « crête rocheuse du Pic San-Marti » (293 ha), couvrant 5 communes du département[16] ;
  • la « gorge du Cros et Causse de la Planette » (1 552 ha), couvrant 4 communes dont 2 dans l'Aude et 2 dans l'Hérault[17] ;
  • la « rivière l'Argent Double » (27 ha), couvrant 2 communes du département[18] ;

et deux ZNIEFF de type 2[Note 3],[15] :

  • les « crêtes et piémonts de la Montagne Noire » (27 188 ha), couvrant 26 communes dont 24 dans l'Aude et 2 dans l'Hérault[19] ;
  • le « Haut Minervois » (21 605 ha), couvrant 26 communes dont 5 dans l'Aude et 21 dans l'Hérault[20].

Au , Caunes-Minervois est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à 7 niveaux définie par l'Insee en 2022[21]. Elle est située hors unité urbaine[I 1]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Carcassonne, dont elle est une commune de la couronne[Note 4],[I 1]. Cette aire, qui regroupe 115 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[22],[23].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]
Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (51,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (51,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (35,7 %), forêts (34,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (17 %), zones agricoles hétérogènes (10,1 %), zones urbanisées (2,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,2 %)[24]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Habitat et logement

[modifier | modifier le code]

En 2020, le nombre total de logements dans la commune était de 1 116, alors qu'il était de 1 075 en 2015 et de 971 en 2010[I 2].

Parmi ces logements, 68 % étaient des résidences principales, 15,2 % des résidences secondaires et 16,8 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 5,6 % des appartements[I 3].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Caunes-Minervois en 2020 en comparaison avec celle de l'Aude et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (15,2 %) inférieure à celle du département (25,3 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %).

Le logement à Caunes-Minervois en 2020.
Typologie Caunes-Minervois[I 3] Aude[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 68 66,4 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 15,2 25,3 9,7
Logements vacants (en %) 16,8 8,2 8,2

Risques naturels et technologiques

[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Caunes-Minervois est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), inondations, feux de forêts et séisme (sismicité très faible). Il est également exposé à un risque particulier : le risque de radon[25]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[26].

Risques naturels

[modifier | modifier le code]

Caunes-Minervois se situe en zone de sismicité 1 (sismicité très faible)[27].

Certaines parties du territoire communal sont susceptibles d’être affectées par le risque d’inondation par débordement de cours d'eau, notamment le ruisseau de Naval et l'Argent-Double. La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1987, 1992, 1999, 2005, 2009, 2011, 2017 et 2018[28],[25].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Caunes-Minervois.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 48,8 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (75,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 1 005 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 877 sont en aléa moyen ou fort, soit 87 %, à comparer aux 94 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[29],[30].

Risque particulier

[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs parties du territoire national, le radon, accumulé dans certains logements ou autres locaux, peut constituer une source significative d’exposition de la population aux rayonnements ionisants. Certaines communes du département sont concernées par le risque radon à un niveau plus ou moins élevé. Selon la classification de 2018, la commune de Caunes-Minervois est classée en zone 2, à savoir zone à potentiel radon faible mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments[31].

Cubitus avec pointe de flèche (coll.MHNT).

Caunes désigne la grotte en occitan. Il s'agit probablement d'une allusion à l'occupation antique de la grotte de Buffentis, sur les hauteurs de l'actuel village.

La Révolution française institue la commune sous le nom de Caunes. Elle ne prend sa dénomination actuelle de Caunes-Minervois qu'en 1923[1].

La cité de Caunes-Minervois est construite autour de son abbaye bénédictine fondée en 780 par l'abbé Anian, ami de saint Benoît d’Aniane.

Placé à l’origine sous la protection directe du roi, le monastère passe aux mains des comtes de Barcelone avant de choir aux Trencavel, qui renoncent à leurs droits en 1195.

Pendant la croisade contre les Albigeois, l’abbé de Caunes reçoit plusieurs fois les représentants du pape, venus prêcher l’orthodoxie catholique. En 1226, Pierre Isarn, évêque cathare du Carcassès est brûlé à Caunes.

Les XIIIe et XIVe siècles sont marqués par les conflits pour le pouvoir entre les autorités laïques et religieuses, et par une certaine prospérité du monastère qui accroît notablement le nombre de ses membres, d’une quinzaine à une trentaine.

L’établissement de la commende en 1467 constitue le point d’orgue d’une longue période de relâchement des valeurs monastiques à Caunes[32].

Temps modernes

[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIe siècle est engagée une série de réformes par l’abbé Jean d’Alibert, qui fait notamment restaurer les bâtiments et reconstruire le logis abbatial. Puis, la congrégation de Saint-Maur en prend possession en 1663 et réédifie les bâtiments monastiques[32].

Révolution française et Empire

[modifier | modifier le code]

L’abbaye est vendue comme bien national en 1791, à l’exception de l’église qui devint propriété communale[32].

Époque contemporaine

[modifier | modifier le code]

Caunes a été desservie (de 1887 à 1969) par une ligne de chemin de fer dont il était le terminus (ligne de Moux à Caunes-Minervois), ainsi que jusqu'en 1932 par un tramway qui reliait Carcassonne à Lézignan : à Caunes les deux gares se trouvaient face à face. En 1898 six trains quotidiens (trois dans chaque sens) reliaient en environ une heure Caunes-Minervois à Moux avec une correspondance sur la ligne Carcassonne - Narbonne. La ligne — -surnommée « ligne des cigales » d'après les chants des cigales qu'on pouvait entendre en parcourant la ligne, l'été — servait au transport des voyageurs et du fameux marbre de Caunes : un grand dépôt de marbre se trouvait à côté de la gare. La ligne a été fermée en 1969.

Caunes en 1906.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux

[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Carcassonne du département de l'Aude[I 6].

Après avoir été le chef-lieu d'un fugace canton entre 1793 et 1801, la commune faisait partie depuis lors du canton de Peyriac-Minervois[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton du Haut-Minervois[I 6].

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Aube depuis le redécoupage électoral de 1986[33]..

Intercommunalité

[modifier | modifier le code]

Caunes-Minervois était membre de la communauté de communes du Haut Minervois, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 2002 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Conformément aux prescriptions de la loi de réforme des collectivités territoriales du , qui a prévu le renforcement et la simplification des intercommunalités et la constitution de structures intercommunales de grande taille, cette intercommunalité a été dissoute le , et la plupart de ses communes, dont Caunes-Minervois, ont alors rejoint la communauté d'agglomération dénommée Carcassonne Agglo[I 6].

Tendances politiques et résultats

[modifier | modifier le code]

Au premier tour des élections municipales de 2014 dans l'Aude, la liste PS menée par Denis Adiveze obtient la majorité absolue des sufrages exprimés, avec 717 voix (76,60 %, 17 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires), devançant très largement la liste SE menée par Raymond Fenes[34] qui a recueilli 219 voix (23,39 %, 2 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin, 18,82 % des électeurs se sont abstenus[35].

Au premier tour des élections municipales de 2020 dans l'Aude, la liste SE menée par Jean Louis Petit obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 486 voix (61,98 %, 16 conseillers municipaux élus dont 1 communautaire), devançant très largement celle, également SE, menée par Ludovic Barlaud[36], qui a recueilli 298 voix (38,01 %, 3 conseillers municipaux élus).
Lors de ce scrutin marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 30,25 % des électeurs se sont abstenus[37].

Liste des maires

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1971 juin 1995 Gaston Cazanave[Note 5] PS Viticulteur
Conseiller général de Peyriac-Minervois (1973 → 1992)
juin 1995 mars 2008 Jean-José Francisco[Note 6] PS Médecin
Conseiller général de Peyriac-Minervois (1998 → 2011)
mars 2008 septembre 2012[40] Jacques Molina[41] UMP Chef d'une entreprise de menuiserie
Mort en fonction
novembre 2012[42] mars 2014[43] Barbara Vergine PS  
mars 2014[44] mai 2020[45] Denis Adivèze[46] PS Cadre au conseil départemental
mai 2020[47] avril 2023[48] Jean-Louis Petit PS Technicien de systèmes automatisés retraité
Mandat écourté par la démission d'une partie du conseil municipal.
avril 2023[49] En cours
(au 24 janvier 2024[50])
Ludovic Barlaud PS Maître de chai à Trèbes

Politique environnementale

[modifier | modifier le code]

La nécessité de protéger le cours d'eau de l'Argent-Double a incité la commune a s'engager dans une démarche de réduction drastique d'usage des produits phytosanitaires. Cette démarche a été reconnue au niveau 2/3 par la charte régionale « zéro phyto ». En parallèle, la commune s'est dotée d'une aire de lavage pour les engins agricoles avec récupération et traitements des déchets de cuves.

Équipements et services publics

[modifier | modifier le code]

Enseignement

[modifier | modifier le code]

Une crèche intercommunale accueille sur la commune les jeunes enfants avant leur entrée à l'école.

Les élèves de Caunes-Minervois commencent leur scolarité dans la commune, qui dispose d'une école maternelle (deux classes en 2015), et d'une école élémentaire[51] (quatre classes en 2015). Les écoles occupent un même bâtiment dans le centre du village. Elles accueillent également les élèves de Citou et Lespinassière.

Les collégiens sont accueillis au collège Pierre-et-Marie-Curie de Rieux-Minervois. Les lycéens sont pour leur part sectorisés sur Carcassonne.

La commune dispose en 2016 de deux cabinets médicaux, un cabinet de kinésithérapie, une pharmacie. Le C.C.A.S. assure en outre la gestion de l'EHPAD "Los Ainats", qui propose 67 lits dont une partie en secteur fermé.

Population et société

[modifier | modifier le code]

Les habitants sont les Caunois

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[52]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[53].

En 2021, la commune comptait 1 581 habitants[Note 7], en diminution de 4,53 % par rapport à 2015 (Aude : +2,47 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7431 8712 0142 2332 2452 2582 2702 2482 287
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3192 3472 3902 2092 3372 5072 5972 2312 103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 1962 0712 0081 9011 9322 1552 0161 7541 701
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 6491 6811 5121 5501 5271 4761 5191 5131 629
2015 2020 2021 - - - - - -
1 6561 6011 581------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[54].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités

[modifier | modifier le code]

L'abbaye de Caunes-Minervois héberge régulièrement depuis les années 1990 des expositions temporaires. Depuis 2015, un partenariat entre la commune et le Centre Belge de la Bande Dessinée permet la tenue d'expositions temporaires sur le thème de la BD.

Un fort tissu associatif permet par ailleurs l'organisation chaque année de différentes manifestations culturelles.

  • La fête du marbre, qui regroupe sculpteurs et artistes autour du marbre, au mois de septembre ;
  • Le festival "les vendredis classiques", qui propose une série de concerts estivaux dans les jardins de l'abbaye ;
  • "Jazz au caveau", qui propose des concerts de jazz au caveau de l'Abbaye tout au long de l'année.
  • Le "festival de Caunes" organisé par l'ULM (Union Loufoque Minervoise), qui propose pendant une journée des sketchs amateurs et des animations loufoques.
  • Le "festival de musique de Caunes-Minervois", sous la direction artistique de Patrick Messina (clarinettiste soliste de l’Orchestre national de France), propose durant la dernière semaine d'août des concerts de musique classique, jazz et musiques du monde.

Sculpteurs

Sports et loisirs

[modifier | modifier le code]

Le village est le siège de l'un des plus gros clubs de handball du département de l'Aude, le Minervois Handball Club. Le club de rugby à XV, le CO Caunes-Minervois, fut finaliste du championnat de France Honneur de rugby à XV en 1978. D'autres sports se voient représentés par des associations : tennis, enduro, course, cyclotourisme, randonnée pédestre[55].

La paroisse catholique de Caunes-Minervois dépend du diocèse de Carcassonne, doyenné de Rieux-Minervois[56].

En 2018 (données Insee publiées en ), la commune compte 680 ménages fiscaux[Note 8], regroupant 1 393 personnes. La médiane du revenu disponible par unité de consommation est de 18 030 [I 7] (19 240  dans le département[I 8]).

Taux de chômage
Division 2008 2013 2018
Commune[I 9] 12,1 % 14,9 % 9,9 %
Département[I 10] 10,2 % 12,8 % 12,6 %
France entière[I 11] 8,3 % 10 % 10 %

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élève à 887 personnes, parmi lesquelles on compte 70,1 % d'actifs (60,2 % ayant un emploi et 9,9 % de chômeurs) et 29,9 % d'inactifs[Note 9],[I 9]. En 2018, le taux de chômage communal (au sens du recensement) des 15-64 ans est inférieur à celui de la France et du département, alors qu'en 2008 la situation était inverse.

La commune fait partie de la couronne de l'aire d'attraction de Carcassonne, du fait qu'au moins 15 % des actifs travaillent dans le pôle[Carte 3],[I 12]. Elle compte 337 emplois en 2018, contre 360 en 2013 et 299 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune est de 545, soit un indicateur de concentration d'emploi de 61,9 % et un taux d'activité parmi les 15 ans ou plus de 44,6 %[I 13].

Sur ces 545 actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi, 188 travaillent dans la commune, soit 35 % des habitants[I 14]. Pour se rendre au travail, 85,3 % des habitants utilisent un véhicule personnel ou de fonction à quatre roues, 1,5 % les transports en commun, 8,2 % s'y rendent en deux-roues, à vélo ou à pied et 4,9 % n'ont pas besoin de transport (travail au domicile)[I 15].

Activités hors agriculture

[modifier | modifier le code]

Secteurs d'activités

[modifier | modifier le code]

131 établissements[Note 10] sont implantés à Caunes-Minervois au . Le tableau ci-dessous en détaille le nombre par secteur d'activité et compare les ratios avec ceux du département[Note 11],[I 16].

Secteur d'activité Commune Département
Nombre % %
Ensemble 131
Industrie manufacturière,
industries extractives et autres
20 15,3 % (8,8 %)
Construction 17 13 % (14 %)
Commerce de gros et de détail,
transports, hébergement et restauration
39 29,8 % (32,3 %)
Activités financières et d'assurance 1 0,8 % (2,7 %)
Activités immobilières 3 2,3 % (5,2 %)
Activités spécialisées, scientifiques et techniques
et activités de services administratifs et de soutien
17 13 % (13,3 %)
Administration publique, enseignement,
santé humaine et action sociale
17 13 % (13,2 %)
Autres activités de services 17 13 % (8,8 %)

Le secteur du commerce de gros et de détail, des transports, de l'hébergement et de la restauration est prépondérant sur la commune puisqu'il représente 29,8 % du nombre total d'établissements de la commune (39 sur les 131 entreprises implantées à Caunes-Minervois), contre 32,3 % au niveau départemental[I 17].

Entreprises

[modifier | modifier le code]

Les trois entreprises ayant leur siège social sur le territoire communal qui génèrent le plus de chiffre d'affaires en 2020 sont[57] :

  • Société anonyme Azalbert, commerce de gros (commerce interentreprises) de fruits et légumes (6 031 k€)
  • Société d'exploitation agricole De Fourtou, culture de céréales (à l'exception du riz), de légumineuses et de graines oléagineuses (122 k€)
  • Écurie Eric Pechadre, autres activités liées au sport (2 k€)

Caunes, capitale du marbre incarnat qui en a fait sa richesse depuis la Gaule romaine voit son marbre rouge orner les plus beaux palais d'Europe dont le Grand Trianon à Versailles, l'Opéra de Paris, ou la chapelle de l'Hôtel-Dieu de Carpentras. Certaines carrières restent en exploitation, d'autres comme la « Carrière du Roi » sont Logo monument historique Inscrit MH (2006)[58],[59].

Agriculture

[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la petite région agricole dénommée « Région viticole »[60]. En 2010, l'orientation technico-économique de l'agriculture[Note 12] sur la commune est la viticulture (appellation et autre)[61].

1988 2000 2010
Exploitations 119 79 53
Superficie agricole utilisée (ha) 905 813 664

Le nombre d'exploitations agricoles en activité et ayant leur siège dans la commune est passé de 119 lors du recensement agricole[Note 13] de 1988 à 79 en 2000 puis à 53 en 2010[61], soit une baisse de 55 % en 22 ans. Le même mouvement est observé à l'échelle du département qui a perdu pendant cette période 52 % de ses exploitations[63]. La surface agricole utilisée sur la commune a également diminué, passant de 905 ha en 1988 à 664 ha en 2010. Parallèlement la surface agricole utilisée moyenne par exploitation a augmenté, passant de 8 à 13 ha[61].

Viticulture

[modifier | modifier le code]

Le village est environné de vignobles et de garrigues que traversent les routes à moutons utilisées autrefois par les troupeaux transhumants.

Culture locale et patrimoine

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]

Le vieux village de Caunes-Minervois est remarquable pour ses ruelles médiévalles, son bourg monastique[64] et ses hôtels particuliers de style renaissance[59].

Il faut signaler :

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Caunes-Minervois Blason
D'azur à trois lions d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Caunes-Minervois dans les arts et la culture

[modifier | modifier le code]

Trois romans contemporains situent leur action dans ce village :

Voir aussi un roman historique dont l'action se déroule principalement dans l'abbaye et à l'époque de la Croisade contre les Albigeois : La Chimère des Fouquet de Jean Broutin (éditions Sud Ouest, 2007).

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

[modifier | modifier le code]
  • Sous la direction de Nelly Pousthomis-Dalle, L’abbaye et le village de Caunes-Minervois (Aude). Archéologie et Histoire. Actes du colloque de Caunes-Minervois, 22-23 novembre 2003, Archéologie du Midi médiéval, année 2010, numéro spécial no 6 (lire en ligne)
  • Julien Foltran, Les monastères et l’espace urbain médiéval en Pays d’Aude : Lagrasse, Alet, Caunes. Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de N. Pousthomis-Dalle et J.-L. Abbé, Toulouse, Université Toulouse-Jean-Jaurès,

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]

Notes et cartes

[modifier | modifier le code]
  • Notes
  1. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[12].
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. L’espace Gaston-Cazanave, situé devant l’Office de tourisme, porte le nom de ce maire[38]
  6. La l’esplanade de l’Europe Jean-José Francisco de la commune porte le nom de ce maire[39]
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  8. Un ménage fiscal est constitué par le regroupement des foyers fiscaux répertoriés dans un même logement. Son existence, une année donnée, tient au fait que coïncident au moins une déclaration indépendante de revenus et l’occupation d’un logement connu à la taxe d’habitation.
  9. Les inactifs regroupent, au sens de l'Insee, les élèves, les étudiants, les stagiaires non rémunérés, les pré-retraités, les retraités et les autres inactifs.
  10. L'établissement, au sens de l’Insee, est une unité de production géographiquement individualisée, mais juridiquement dépendante de l'unité légale. Il produit des biens ou des services.
  11. Le champ de ce tableau couvre les activités marchandes hors agriculture.
  12. L'orientation technico-économique est la production dominante de l'exploitation, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel à la production brute standard.
  13. Le recensement agricole est une opération décennale européenne et obligatoire qui a pour objectif d'actualiser les données sur l'agriculture française et de mesurer son poids dans l'agriculture européenne[62].
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Caunes-Minervois » sur Géoportail (consulté le 7 décembre 2021).
  2. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).
  3. Agence nationale de la cohésion des territoires, « Carte de la commune dans le zonage des aires d'attraction de villes. », sur l'observatoire des territoires (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee

[modifier | modifier le code]
  1. a b et c Insee, « Métadonnées de la commune ».
  2. « Chiffres-clés - Logement en 2020 à Caunes-Minervois - Section LOG T1 » (consulté le ).
  3. a et b « Chiffres-clés - Logement en 2020 à Caunes-Minervois - Section LOG T2 » (consulté le ).
  4. « Chiffres-clés - Logement en 2020 dans l'Aude - Section LOG T2 » (consulté le ).
  5. « Chiffres-clés - Logement en 2020 dans la France entière - Section LOG T2 » (consulté le ).
  6. a b et c Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées COG
  7. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 à Caunes-Minervois » (consulté le ).
  8. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 dans la Aude » (consulté le ).
  9. a et b « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 à Caunes-Minervois » (consulté le ).
  10. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans l'Aude » (consulté le ).
  11. « Emp T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité en 2018 dans la France entière » (consulté le ).
  12. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Emp T5 - Emploi et activité en 2018 à Caunes-Minervois » (consulté le ).
  14. « ACT T4 - Lieu de travail des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi qui résident dans la commune en 2018 » (consulté le ).
  15. « ACT G2 - Part des moyens de transport utilisés pour se rendre au travail en 2018 » (consulté le ).
  16. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 à Caunes-Minervois » (consulté le ).
  17. « DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2019 dans l'Aude » (consulté le ).

Autres sources

[modifier | modifier le code]
  1. a b c et d Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Découpage en régions hydrographiques », sur sandre.eaufrance.fr (consulté le ).
  3. « Désoupage en territoires SDAGE/DCE du bassin Rhône-Méditerranée-Corse », sur rhone-mediterranee.eaufrance.fr, (consulté le ).
  4. « Fiche communale de Caunes-Minervois », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Occitanie (consulté le ).
  5. Sandre, « l'Argent-Double »
  6. Sandre, « le ruisseau de Naval »
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  9. « Station Météo-France commune d'Alaigne) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Station Météo-France commune d'Caunes-Minervois) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  12. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  13. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Caunes-Minervois », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « site Natura 2000 FR9101444 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Caunes-Minervois », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « ZNIEFF la « crête rocheuse du Pic San-Marti » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « ZNIEFF la « gorge du Cros et Causse de la Planette » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF la « rivière l'Argent Double » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « ZNIEFF les « crêtes et pièmonts de la Montagne Noire » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF le « Haut Minervois » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « La grille communale de densité », sur le site de l’Insee, (consulté le ).
  22. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Carcassonne », sur insee.fr (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  25. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Caunes-Minervois », sur Géorisques (consulté le ).
  26. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le ).
  27. Plan séisme
  28. « Dossier départemental des risques majeurs dans l'Aude »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur aude.gouv.fr (consulté le ), partie 1 - chapitre Risque inondation.
  29. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le ).
  30. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le ).
  31. « Cartographie du risque radon en France. », sur le site de l’IRSN, (consulté le ).
  32. a b c et d « Abbaye Saint-Pierre et Saint-Paul de Caunes », notice no IA11007253, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. « Découpage électoral de l'Aude (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  34. « Caunes-Minervois. Raymond Fenes conduit la liste Pour Caunes et pour vous », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Après trois mandats en tant que conseiller municipal avec Gaston Cazanave et Jacques Molina, dont dix-sept mois en qualité d’adjoint aux finances avec Barbara Vergine, Raymond Fenes exprime son intention de continuer à s’investir pour la commune ».
  35. Résultats officiels pour la commune Caunes-Minervois
  36. « Ludovic Barlaud, candidat à la fonction de maire », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Aude (11) - Caunes-Minervois », Elections municipales de 2020, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  38. « Caunes-Minervois : L’espace G.-Cazanave inauguré », L'Indépendant,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  39. « La place de l’Europe Jean-José Francisco inaugurée », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  40. « Le maire, Jacques Molina est décédé hier matin », L'Indépendant,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  41. Réélu en décembre 2008 après la démission d'une partie du conseil municipal : Christian Aniort, « Caunes-Minervois. Le maire sortant a été plébiscité », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  42. « Barbara Vergine est élue maire de la commune », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Première adjointe depuis 2008, elle occupait les fonctions de premier magistrat par intérim depuis la disparition de Jacques Molina. Barbara Vergine a été élue par 13 voix et 2 bulletins blancs ».
  43. « Des voeux et des adieux pour Barbara Vergine », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Voici mon ultime intervention avant le grand départ, ce fut pour moi un honneur de pouvoir servir notre commune, la mission de maire qui m'a été confiée a été prenante et captivante ».J'ignore qui me succédera je fais confiance aux électrices et aux électeurs pour faire le choix le meilleur pour eux ».
  44. « Denis Adivéze a pris ses fonctions de maire », Midi libre,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Denis Adivèze, seul candidat à cette fonction était élu avec 17 voix pour et 2 bulletins blanc ».
  45. « Caunes-Minervois : Denis Adivèze quittera la mairie en 2020 », L'Indépendant,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  46. Jean-Luc Letitre, « "Trois vies à mener de face, cela devenait très compliqué", selon Denis Adivèze à Caune-Minervoi », L'Indépendant,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  47. « Aude - Caunes-Minervois, Jean-Louis Petit, maire : "Je reste résolument optimiste" », L'Indépendant,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ) « Jean-Louis Petit, qui faisait partie de la précédente équipe municipale, exerce son premier mandat en tant que maire depuis mars 2020 ».
  48. Delphine Castan, « Conseil municipal à Caunes-Minervois : le maire à nouveau mis en minorité », L'Indépendant,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  49. Delphine Castan, « Caunes-Minervois - Ludovic Barlaud : "Nous allons tous travailler pour notre village" », L'Indépendant,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  50. Delphine Castan, « Conseil municipal : budget et galette à Caunes-Minervois », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne Accès limité, consulté le ).
  51. écoles maternelles et primaires à Caunes-Minervois
  52. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  53. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  54. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  55. associations sportive de la commune
  56. paroisse Notre Dame du Minervois
  57. « Entreprises à Caunes-Minervois », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le ).
  58. a b c et d Notice no PA11000036, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  59. a et b « Caunes-Minervois : Capitale mondiale du marbre rouge », La destination > Nos beaux villages, sur https://www.grand-carcassonne-tourisme.fr (consulté le ).
  60. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) - Année de référence : 2017 », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  61. a b et c « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans la commune de Caunes-Minervois - Données générales », sur recensement-agricole.agriculture.gouv.fr (consulté le ).
  62. Présentation des premiers résultats du recensement agricole 2020, Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, 10 décembre 2021
  63. « Fiche de recensement agricole - Exploitations ayant leur siège dans le département de l'Aude » (consulté le ).
  64. « Bourg monastique de Caunes », notice no IA11007250, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  65. « Domaine de l'ancienne abbaye », notice no PA00102638, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  66. Marcel Durliat, L'Église de Caunes-Minervois, p. 44-52, dans Congrès archéologique de France. 131e session. Pays de l'Aude. 1973, Société française d'archéologie, Paris, 1973.
  67. Bruno Tollon, L'abbaye de Caunes aux XVIe et XVIIIe siècles, pp. 53-60, dans Congrès archéologique de France. 131e session. Pays de l'Aude, 1973 - Société française d'archéologie, Paris, 1973.
  68. Caunes-Minervois, Site de l'Abbaye].
  69. « ECOMUSEE MARBRE ET TERROIR à CAUNES-MINERVOIS, Musées, centres d'interprétation et collections : Grand Carcassonne », sur Tourisme Grand Carcassonne (consulté le ).
  70. « Chapelle du Crucifix », notice no PA00102639, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  71. « Grande fontaine », notice no PA00102641, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  72. « Église Notre-Dame du Cros », notice no PA11000053, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  73. « Notre-Dame du Cros », dans Jacques-Alphonse Mahul, Cartulaire et Archives des Communes de l'ancien diocèse et de l'arrondissement administratif de Carcassonne , chez V. Didron, Paris, 1863, volume 4, p. 161-168 (lire en ligne)
  74. « Les légendes de la chapelle Notre-Dame du Cros - Caunes-Minervois - Aude - Midi-Pyrénées - Grand Sud Insolite et Secret », sur grandsudinsolite.fr (consulté le ).
  75. « Pèlerinage de Notre Dame du Cros, la gorge et le ruisseau du souc », sur Système d'Information sur les sites et Territoires d'Exception.
  76. « Ancien hôtel de Sicard », notice no PA00102643, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  77. « Hôtel d'Alibert », notice no PA00102642, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  78. « Moulin Galy ; puis scierie de marbre Galinier », notice no IA11001106, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. « Usine de sciage de marbre Molinier », notice no IA11001334, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  80. « Coopérative vinicole : La Vigneronne ; Cellier du Palais Abbatial », notice no IA11001522, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.