Gérard de Sède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gérard de Sède
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement

Gérard de Sède, baron de Lieoux, nom de plume de Géraud Marie de Sède de Lieoux, né le dans le 17e arrondissement de Paris et mort dans la nuit du 29 au à Désertines (Allier), est un journaliste et un auteur français, membre du groupe surréaliste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gérard de Sède est issu d'une famille de petite noblesse du Comminges qui donna à Toulouse quelques capitouls. La famille de Sède compte au moins deux capitouls au XVIIe siècle. Il est le fils de Marcel Alfred Gustave de Sède, baron de Lieoux, rédacteur principal au Courrier du Pas-de-Calais et aux Régions Libérées et d'Aimée de Sède (sa cousine germaine). Il a popularisé le mystère du trésor de Rennes-le-Château. Certains de ses thèmes ont été repris et exploités pour l'écriture du roman Da Vinci Code de Dan Brown.

En 1941, il a été membre du groupe surréaliste participant à la publication clandestine connue sous le nom de La Main à Plume, ainsi nommée d'après une phrase de Rimbaud, « La main à plume vaut la main à charrue »[1]. Le groupe a publié une série de brochures. La troisième brochure, L'Incendie habitable, fut publiée en 1943 avec un article de Gérard de Sède. Gérard de Sède a été actif dans la guerre, pendant l'occupation allemande de Paris, et a travaillé avec les Forces françaises de l'intérieur (FFI), auquel titre il a reçu deux citations. Après la guerre, il a effectué divers emplois, comme la vente de journaux, creuser des tunnels, puis comme journaliste pendant les années 1950 et 1960.

Il a écrit plus de 40 livres sur l'histoire alternative ou pseudohistoire, et est surtout connu pour ses travaux sur Rennes-le-Château. Son ouvrage principal, au départ écrit avec Pierre Plantard, est le livre L'Or de Rennes, ou La Vie insolite de Bérenger Saunière curé de Rennes-le-Château qui a ensuite été publié en livre de poche sous le titre Le Trésor maudit de Rennes-le-Château, puis de nouveau en 1977 sous le titre de Signe : Rose + Croix.

Gisors[modifier | modifier le code]

En 1956, devenu agriculteur, il rencontra Roger Lhomoy qui devient son fermier — Lhomoy avait déjà travaillé comme guide touristique au château de Gisors en Normandie et affirmait avoir découvert une salle secrète de trente mètres de long, neuf mètres de large, et environ quatre et demi de haut, dans la tour donjon. Dans cette salle, Lhomoy affirma avoir vu dix-neuf sarcophages de pierre, de deux mètres de long et soixante centimètres de large. Lhomoy fut considéré comme affabulateur. Cette histoire inspira néanmoins Gérard de Sède qui écrivit un article dans un magazine sur Gisors. Il se familiarisa avec Pierre Plantard et bientôt une collaboration développée entre eux inspira à l’auteur un livre publié en 1962, Les Templiers sont parmi nous, ou, L'Énigme de Gisors qui a également popularisé le mythique Prieuré de Sion.

L'Or de Rennes[modifier | modifier le code]

En 1967 la publication de L'Or de Rennes a représenté le crescendo et l'apogée du succès de Pierre Plantard dans l'énorme supercherie qu'il avait patiemment élaborée (avec le concours de Philippe de Chérisey). Gérard de Sède refusa cependant de partager avec son co-auteur les droits d’auteur relatifs à cet ouvrage. L'Or de Rennes était en effet initialement un manuscrit de Plantard n'ayant pas réussi à trouver un éditeur, et qui fut alors largement ré-écrit par Gérard de Sède. Écrit en style historique, il promeut indirectement le mythe du Prieuré de Sion en soulignant quelques allégations contenues dans des documents apocryphes attribués à cette société secrète (déposés à la Bibliothèque Nationale plusieurs années auparavant). Le livre reproduit également plusieurs diagrammes de fausses « reliques » avec des photographies retouchées pour embellir l'histoire d'un trésor caché et le mystère d'un prêtre. Le livre fut aussi célèbre pour sa reproduction de deux feuilles de parchemin présentées comme découvertes par l’abbé Saunière. Le parchemin fut reconnu comme étant un faux de Philippe de Chérisey, ami et associé de Pierre Plantard.

Parmi les lecteurs de l'ouvrage, on trouve le scénariste Henry Lincoln, qui créa, dans une série de la BBC, deux documentaires sur le sujet de Rennes-le-Château. Il écrivit L’Énigme sacrée en 1982 et sa suite Le Message, directement inspiré par le trésor supposé de Rennes-le-Château. L’Énigme sacrée sera plus tard plagiée par Dan Brown pour son Da Vinci Code.

Dans ses dernières années, Gérard de Sède devint critique sur l'objet de Rennes-le-Château. Dans Rennes-le-Château : le dossier, les impostures, les phantasmes, les hypothèses (1988), il réduisit certains des aspects les plus bizarres du mythe qui était apparu au cours des vingt dernières années, mais en même temps ajouta quelques-uns de ses propres points de vue. Par exemple, il fit référence à une voiture, dans le village de Rennes-le-Château, criblée de balles de mitrailleuse prouvant selon lui qu’il fallait faire taire quelqu'un « qui en savait trop » ; en fait, la voiture appartenait à un agriculteur local que le fils avait utilisée comme cible pour s’amuser.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • L'Incendie habitable, La Main à Plume, 1943
  • La Grande Aventure, Éd. Stock, 1959
  • Petite encyclopédie des grandes familles, Éd. Plon, 1961
  • Les Templiers sont parmi nous, Éd. René Julliard 1962 et coll. « J'ai lu L'Aventure mystérieuse N°A185», ou (L'Énigme De Gisors)
  • Le Trésor cathare, Éd. René Julliard, 1966
  • L'Or de Rennes, ou La Vie Insolite De Bérenger Saunière curé de Rennes-le-Château Éd. René Julliard, 1967
  • Le Trésor Maudit de Rennes-le-Château, coll. « J'ai lu L'Aventure mystérieuse N°A196», 1969
  • Pourquoi Prague ? Le dossier tchécoslovaque 1945-1968 (direction de l'ouvrage collectif), Éd. Jules Tallandier, 1968
  • Magie à Marsal, Éd. René Julliard, 1969
  • Histoire, sociologie et politique chez Rousseau (extraits), Éd. Raison présente, 1972
  • La Race Fabuleuse, Extra-Terrestres Et Mythologie Mérovingienne, coll. « J'ai lu L'Aventure mystérieuse N°A303 », 1973
  • La Clef de deux énigmes : Gisors et Rennes-le-Château, René Julliard, 1973 (coécrit avec Jean-Luc Chaumeil)
  • Le secret des Cathares, coll. « J'ai lu L'Aventure mystérieuse N°A316 », 1974
  • Aujourd'hui, les nobles..., Éd. Alain Moreau, Paris, 1975
  • Le Vrai dossier de l'énigme de Rennes, Éditions de l'Octogone, 1975
  • Le Mystère gothique, Éd. Robert Laffont, 1976
  • Du Trésor de Delphes à la tragédie cathare, Pygmalion, 1976
  • Signé Rose-Croix : l'énigme de Rennes-le-Château. Éd. Plon, 1977, in 8° broché, 203 pages, 16 planches hors-textes, index, bibliogr., édition considérablement augmentée de l'ouvrage publié en 1967 chez Julliard sous le titre : L'Or de Rennes
  • L'Étrange Univers des prophètes, coll. « J'ai lu L'Aventure mystérieuse N°A343 », 1977
  • Fatima - Enquête sur une imposture, Éd. Alain Moreau, 1977
  • La Rose-Croix, coll. «  J'ai lu L'Aventure mystérieuse N°A358 », 1978
  • Le Mystère Gothique, Robert Laffont, 1979 (Collection Les Énigmes de l'Univers)
  • Saint-Émilion Insolite, Éd. Pégase, 1980
  • 700 Ans De Révoltes Occitanes, Éd. Plon, 1982
  • Le secret des trois curés, Rennes-le-Château, Rennes-les-Bains, Coustaussa, CD Audio, Éditions Atelier Empreinte, 1985
  • Rennes-le-Château - Le dossier, les impostures, les phantasmes, les hypothèses, Éd. Robert Laffont, 1988
  • L'Occultisme dans la politique - De Pythagore à nos jours, Éd. Robert Laffont, 1994 (coécrit avec Sophie de Sède)
  • Vues hérétiques sur l'héraldique, Éd. Dervy, 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mauvais sang », Une saison en enfer

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]