Mai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir mai (homonymie).
Mai
Description de cette image, également commentée ci-après

Mai, extrait des Très Riches Heures du duc de Berry (vers 1410-1416), musée Condé, Chantilly, ms.65, f.5.

Éphémérides
1er 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

Mai est le cinquième mois des calendriers grégorien et julien. À l’origine, c’était le troisième mois du calendrier romain.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Son nom viendrait du latin maius et fut donné par les Romains en l’honneur de la déesse Maïa. Selon certains, ce serait le premier roi romain Romulus qui aurait donné ce nom en l’honneur des sénateurs appelés maiores.

Traditions[modifier | modifier le code]

D’un point de vue mythologique, mai est, le mois des fêtes en l’honneur de la végétation, des fleurs, des sources et de l’eau. Dans certaines traditions, c'est le mois du retour des morts et des ancêtres mythiques.

Dans la tradition des Romains, le mois de mai était celui de Maia, déesse de la fécondité.

Dans le monde celtique, la date du 1er mai est celle de la fête de Beltaine, la grande fête celtique du dieu Bel, correspondant au dieu gaulois Belenos. C’est une fête du feu.

Chez les catholiques, mai est le mois de Marie[1]. Le mois de mai commence avec la fête de saint Joseph l'artisan le 1er mai[1]. Mai se termine par la célébration de la Visitation de la Vierge Marie à sa cousine Élisabeth[2]. Les apparitions de Fatima ont eu lieu au mois de mai. Mai est également traditionnellement le mois des communions (privée et solennelle).

Le mois de mai est aussi celui des arbres de mai, festivité fréquente en Europe occidental et les pays nordiques, connue sous le nom de Meyboom, Maypole, Maibaum, Maggiolata, etc. Le cœur de ces rites est la plantation d'un arbre (ou d'un mat qui le représente), qui actualise l’acte primordial de la régénération.

Mai est aussi le mois de la déesse des forces de la nuit, Lilith, célébrée pendant les floralies.

Fêtes notables[modifier | modifier le code]

Le 1er mai, la Fête internationale du Travail est célébrée presque partout dans le monde avec les exceptions notables du Canada et des États-Unis où cette fête est plutôt célébrée le premier lundi de septembre. Le 1er mai est également la fête de saint Joseph l'artisan.

Pour les Occidentaux, le 31 mai est la fête de la Visitation de la Vierge Marie.

Proverbes[modifier | modifier le code]

Proverbes souvent contradictoires, car ils ont des origines régionales différentes :

  • « Au mois de mai, manteau jeté. »
  • « En avril, ne te découvre pas d’un fil ; en mai, fais ce qu'il te plaît. »[3]
  • « Femme de mai plaît toujours. »
  • « Mai froid n’enrichit. »
  • « Mai pluvieux marie le laboureur et sa fille. »
  • « Mai pluvieux, laboureur joyeux. »
  • « Mariages de mai ne fleurissent jamais. »
  • « Pendant le joli mois de mai, couvre-toi plus que jamais. »[4]
  • « Si le dicton dit vrai, méchante femme s'épouse en mai. »
  • « Mai, mois fleuri, mois béni. »
  • « Mai, mois de fleurs, mois de pleurs. »
  • Le mariage du mai ne se dure jamais.

Mai et la météorologie[modifier | modifier le code]

Dans la plupart des pays, le mois de Mai marque généralement une rupture nette avec les températures de l'hiver. Les gelées disparaissent. Les premières chaleurs du pré-été surviennent. L'ensoleillement augmente sensiblement. Les premiers orages peuvent éclater.


Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b William E. Lori, « St. Joseph the Worker », Columbia, vol. 96, no 5,‎ p. 4
  2. « Pourquoi Mai est le mois de Marie ? », sur Diocèse d'Arras (consulté le 30 juillet 2016)
  3. Traditions et soins d'aujourd'hui : anthropologie du corps et professions de santé, de Françoise Loux, paru aux éditions InterÉditions en 1995, page 70 (ISBN 2-7296-0153-8)
  4. Biorythmes, climat et santé : ces horloges internes et externes qui vous gouvernent, de Michèle Didou-Manent et Ky Tran, paru aux éditions Ellébore en 2002, page 65 (ISBN 2-86898-063-5)