Espéraza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Espéraza
Espéraza
Dinosauria, le musée des dinosaures d'Espéraza.
Blason de Espéraza
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Limoux
Intercommunalité Communauté de communes des Pyrénées audoises
Maire
Mandat
Christian Soula
2020-2026
Code postal 11260
Code commune 11129
Démographie
Gentilé Espérazannais, Espérazannaises
Population
municipale
1 800 hab. (2018 en diminution de 10,09 % par rapport à 2013)
Densité 171 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 56′ 10″ nord, 2° 13′ 17″ est
Altitude 244 m
Min. 229 m
Max. 480 m
Superficie 10,52 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de la Haute-Vallée de l'Aude
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Espéraza
Géolocalisation sur la carte : Aude
Voir sur la carte topographique de l'Aude
City locator 14.svg
Espéraza
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Espéraza
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Espéraza

EspérazaÉcouter , en occitan Esperasan, est une commune française située dans le département de l'Aude, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Espérazannais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Espéraza est une commune située dans la haute vallée de l'Aude, sur l'Aude, entre Couiza et Quillan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Espéraza se situe en zone de sismicité 3 (sismicité modérée)[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Aude, le ruisseau de Granès, le ruisseau d'Antugnac... sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès SNCF : gare d'Espéraza sur la ligne Carcassonne - Rivesaltes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Espéraza est une commune rurale[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Espéraza, une agglomération intra-départementale regroupant 5 communes[6] et 4 684 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[7],[8]. La commune est en outre hors attraction des villes[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (49,8 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (34,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (42,7 %), zones agricoles hétérogènes (37,3 %), zones urbanisées (13 %), forêts (7,1 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1154, le chevalier Raimon de Niort possède Espéraza. Il semble que le lieu appartienne à la même famille au moins depuis l'an 1000 jusqu'à la fin du XIIIe siècle. Il existait un château au lieu de Caderonne au XIIe siècle, propriété d'une autre famille[12].

Pour quelques faits (divers) historiques locaux voir généawiki - 11129 Espéraza - Histoire - Quelques particularités.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Jean Biart    
José Le Camus    
Georges Basset de Nattes    
Maurice Villanove PCF  
André Illac PCF Ouvrier chapelier
Michel Lafitte (1930-2014) DVG[13] Général
Jean Torrent PS Enseignant
2020 Georges Reverte DVD Retraité de la Gendarmerie
2020 en cours Christian Soula    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2018, la commune comptait 1 800 habitants[Note 2], en diminution de 10,09 % par rapport à 2013 (Aude : +2,17 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1371 3901 2111 3011 4031 4721 3931 4551 470
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3821 6131 6621 8201 7201 7471 7922 1992 373
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5272 9262 6072 2662 8773 1183 0152 9152 898
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 9392 7662 5292 5122 2502 1292 1662 0631 960
2018 - - - - - - - -
1 800--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école élémentaire.

Espéraza dispose sur son territoire d'une école maternelle (45 élèves en 2016)[18] et d'une école primaire (108 élèves en 2016)[19].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Accueil chaque début septembre du festival "Polyphonie en Haute vallée de l'Aude" organisé par l'association "les amis du Gesppe".

Santé[modifier | modifier le code]

La commune possède une maison de retraite et un centre alzheimer.[réf. nécessaire]

Sports[modifier | modifier le code]

Cyclisme sur route
Ce critérium fut créé en 1935. Sa dernière édition date de 1967. Il fut remporté cette année-là par le belge Joseph Soeters. De grands noms du cyclisme participèrent à ce grand prix : l'italien Pierre Brambilla, vainqueur en 1943 ; le belge Lucien Vlaemynck, deuxième en 1945 ; Robert Chapatte, vainqueur en 1952 ; Louison Bobet, vainqueur en 1954.
Rugby à XV
Football

Équipe de l'AS ESPERAZA (dite ASE) crée en 2019 commençant en Division 4 du district de l'Aude et finissant premier de son championnat dès la première année ce qui lui permet de débuter en D3 dès 2020.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La bibliothèque.
  • Église Saint-Michel d'Espéraza : église de style roman construite au XIIIe siècle au bord de l'Aude. Entièrement détruite en 1575 lors des combats qui opposent la population aux protestants qui se sont retranchés dans le village. Elle est reconstruite dans la première moitié du XVIIe siècle. Les travaux se termineront en 1664. Au XIXe siècle le mur de protection, côté rivière, est construit et l'entrée au pied de la tour est murée du côté de la place Rouget-de-l'Isle. L'église a été complètement rénovée entre 1995 et 2007 sous la municipalité Lafitte. En 2003, une statue de saint Jean-Baptiste, sans doute du XVIIIe siècle, a été découverte sous les pavages du chœur.
  • Dinosauria, le musée des dinosaures d'Espéraza.
  • Musée de la chapellerie.
  • Bibliothèque municipale.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Salva (1774-1806) : général d'Empire né à Espéraza ;
  • Marie Dénarnaud (1868-1953) : servante de l'abbé Saunière, née à Espéraza ;
  • Auguste Ferrié (1868-1932) : général inventeur des transmissions militaires modernes, originaire de Limoux par son père. il vint souvent passer ses vacances enfant à Espéraza chez une de ses tantes et l'une des rues du village porte son nom ;
  • Élie Sermet (1901-1944) : syndicaliste, déporté et décédé au camp Dachau[pourquoi ?] ;
  • Alexandre Iché (1909-1980) : joueur de rugby, champion de France avec Narbonne en 1936 et vice-champion en 1933 avec ce même club, né à Espéraza ;
  • Pierre-Marie Rougé (1910-1977) : ecclésiastique et évêque de Nîmes, né à Espéraza ;
  • Pierre François Fau dit Farvèze (1912-1999) : peintre, styliste et décorateur, né à Espéraza ;
  • Paul Barrière (1920-2008) : ancien président de la Fédération française de rugby à XIII et fondateur de l'International Football Association Board, né à Espéraza ;
  • Jean Clottes (1933-) : préhistorien, né à Espéraza ;
  • Jean-Pierre Boccardo (1942-2019) : athlète spécialiste du 400 mètres, né à Espéraza.
  • Claude et Joseph GAUDISSARD : voir article sur généawiki 11129-Espéraza/Quelques personnalités

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Espéraza (Aude).svg

Blasonnement de la commune : D'argent au chevron de gueules accompagné de trois tourteaux d'azur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Plan séisme
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 d'Espéraza », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  12. Fédié, Louis, 1815-1899., Le comté de Razés et le diocèse d'Alet, Nîmes, Lacour, , 233 p. (ISBN 2-84149-235-4 et 9782841492350, OCLC 470067373, lire en ligne)
  13. Annuaire des Mairies de l'Aude, p. 51, 2006.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, section École maternelle publique d'Espéraza
  19. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, section École élémentaire publique Jules Ferry d'Espéraza

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Salva, d'Espéraza, général d'Empire. Docteur André Nègre. Imprimerie Ozanne, Caen, 1974.
  • Il était une fois Espéraza. Imprimerie Bardou, Espéraza, 1983.
  • Ballade au pays du chapeau. Un pionnier espérazannais, Léon Saunière. Auto-Edition Emile Saunière, Nébias, 1992.
  • Espéraza - essai historique. Jean Fourié. Les Amis du Musée de la Chapellerie et du vieil Espéraza, 2002.
  • Espéraza. Henri Barrière. Mémoire en Images, Editions Alan Sutton, 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :