Alaigne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Aude
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Aude.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Alaigne
L'église d'Alaigne
L'église d'Alaigne
Blason de Alaigne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aude
Arrondissement Limoux
Canton La Piège-au-Razès
Intercommunalité Communauté de communes du Limouxin
Maire
Mandat
Jean Périllou
2014-2020
Code postal 11240
Code commune 11004
Démographie
Population
municipale
335 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 06′ 08″ nord, 2° 05′ 30″ est
Altitude Min. 244 m – Max. 444 m
Superficie 13,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alaigne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alaigne

Alaigne (en occitan ou catalan Alanha) est une commune française située dans le département de l'Aude, en région Occitanie.

Ancien village médiéval, Alaigne est un village circulaire. Ses habitants sont appelés les Alaignois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village de la commune est une circulade située dans le Razès.

Situation de la commune

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, Alaigne faisait partie avec Pieusse et Routier d'une baronnie de l'archevêque de Narbonne[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Jean Perrillou    
         
1906 1912 Urbain Frontil   Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 335 habitants, en diminution de -1,18 % par rapport à 2009 (Aude : 3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
520 468 562 514 480 523 524 533 533
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
542 545 467 508 503 517 559 598 578
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
552 585 573 515 476 503 466 448 385
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
406 385 366 330 290 300 297 340 335
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006 [5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de l'Aude.
Blason Blasonnement :
D'argent, au lion léopardé de gueules accompagné de trois croissants du même[6].
Commentaires : Ce blason est celui du dernier archevêque de Narbonne, Arthur Richard Dillon.

Les communes de Bize-Minervois, de Gruissan, de Pieusse et de Routier, qui sont aussi d'anciens fiefs de l'archevêque de Narbonne, ont les mêmes armoiries.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé Antoine Sabarthès, Dictionnaire topographique du département de l'Aude, Paris, Imprimerie nationale, , p. 313.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. Denis-François Gastelier de La Tour, Armorial des États de Languedoc, Paris, Jacques Vincent, , 248 p. (lire en ligne)